background preloader

Aléa moral

Aléa moral
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’aléa moral (ou moral hazard en anglais) désigne pour l'économiste Adam Smith un effet pervers qui peut apparaître dans certaines situations de risque, dans une relation entre deux agents ou deux parties contractantes : c'est plus précisément la perspective qu'un agent, isolé d'un risque, se comporte différemment que s'il était totalement lui-même exposé au risque. Ainsi l'actionnaire d'une entreprise n'est pas justiciable si l'entreprise qu'il a financée et dont il tire ensuite bénéfice a un comportement non éthique, voire franchement dommageable pour l'économie, la société ou l'environnement[1]. Cet effet anticipatoire, indésirable en économie, peut apparaître, consciemment ou inconsciemment au niveau de l'individu (qui prendrait des risques inconsidérés au volant de son véhicule, au motif que ce dernier est assuré). Il existe aussi au niveau de l'entreprise ou de groupes plus importants (multinationales, banques; États).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Al%C3%A9a_moral

Related:  Euro/EuropeManagement conceptsDivers1

Finance Économie Analyse Recherche Politique Économique Afin de mieux cerner notre propos, commençons par une définition du risque moral (moral hazard en anglais) dans le cadre d’asymétrie d’information. Le risque moral (encore appelé aléa de moralité) est le second concept induit par une situation d’information asymétrique. Mais, à la différence du risque d’antisélection, il s’agit d’un risque postérieur à la conclusion du contrat (« ex-post »). Le fait de conclure un contrat avec un agent risque de provoquer de sa part un comportement négatif (peu « moral ») susceptible d’aggraver a posteriori les conditions de la partie principale qui s’est engagée. L’exemple classique est fourni en matière d’assurance. Le contrat est par nature aléatoire, c’est-à-dire que l’assureur couvre un risque dont il ne peut qu’estimer la probabilité de survenance.

« Nous traduisons l’intention du créateur, pour que celui qui la fabrique la comprenne » XEnvoyer cet article par e-mail « Nous traduisons l’intention du créateur, pour que celui qui la fabrique la comprenne » Nouveau ! Iatrogénèse Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La iatrogénèse est l'ensemble des conséquences néfastes sur l'état de santé individuel ou collectif de tout acte ou mesure pratiquée ou prescrit par un professionnel de santé habilité et qui vise à préserver, améliorer ou rétablir la santé. Une maladie, un état, un effet secondaire, etc. sont iatrogènes lorsqu'ils sont occasionnés par le traitement médical. En grec, le mot signifie littéralement « provoqué par le médecin » (iatros : médecin ; génès : qui est engendré), ou par d'autres professionnels de la santé, par exemple par un pharmacien. Le Haut comité de la santé publique[1] considère comme iatrogènes « les conséquences indésirables ou négatives sur l'état de santé individuel ou collectif de tout acte ou mesure pratiqués ou prescrits par un professionnel habilité et qui vise à préserver, améliorer ou rétablir la santé »[2].

Swap (finance) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le swap (de l'anglais to swap : échanger) ou l'échange financier (J.O. du 31 janvier 1990) est un produit dérivé financier. Il s'agit d'un contrat d'échange de flux financiers entre deux parties, qui sont généralement des banques ou des institutions financières. Les quatre contrats les plus courants sont :

"High tech" : la guerre des brevets Après l'Allemagne et les Pays-Bas cet été, l'Australie. Apple vient de remporter une troisième victoire contre Samsung dans la guerre acharnée que les deux géants se livrent sur le terrain judiciaire depuis le printemps : un tribunal de Sydney lui a accordé l'interdiction temporaire de la vente de la tablette tactile Galaxy Tab du sud-coréen, accusé d'avoir copié l'iPad de la firme à la pomme. Une requête similaire devait être examinée ce jeudi soir par le tribunal du district nord de Californie, pour bloquer la commercialisation aux États-Unis d'une tablette et d'un smartphone de Samsung, qui enfreindraient plusieurs brevets de l'américain. « Le brevet est un outil de monopole commercial », souligne Christian Nguyen Van Yen, du cabinet de conseil en propriété industrielle Marks&Clerk France. Apple cherche clairement à barrer la route à son rival, qu'il accuse d'avoir plagié « de façon flagrante » ses appareils. Acacia poursuit Amazon

Pyramide des besoins de Maslow Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pyramide des besoins Théorie de Maslow[modifier | modifier le code] Présentation générale[modifier | modifier le code] Jacques Attali: «Une chance sur deux pour que l'euro n'existe plus à Noël» Vendredi 25 novembre 2011, 12:45 La maison Europe brûle. La crise des dettes souveraines menacent la zone euro. Emmanuel Todd : «A 90%, l'euro explosera en 2011» (Emmanuel Todd - Xavier Malafosse - Wikimedia Commons - cc) Du même auteur Que nous est-il permis d'espérer et que doit-on craindre en 2011 ? Le politologue, démographe et essayiste français Emmanuel Todd a accepté de se livrer, pour nous, à un « bilan et perspectives » étayé, plus spécifiquement centré sur la crise économique et financière qui secoue l'Europe.

L’expérience de Asch sur le conformisme J’aime beaucoup parler des travaux importants en sciences sociales, et notamment de toutes ces expériences qui nous démontrent combien nous pouvons être irrationnels ou influençables dans nos choix. Parmi les expériences classiques, celle réalisée par Solomon Asch dans les année 1950 est tout à fait perturbante. Elle nous montre en effet à quel point nous pouvons être sensibles à la pression d’un groupe, au point de faire des choix qui vont à l’encontre de l’évidence. Une question pourtant simple Regardez l’image ci-contre.

Calavera (Mexique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Calavera. « Calavera » désigne en espagnol, également en catalan, un crâne humain ou « tête de mort » (« une tête humaine entière dépouillée de sa chair et de sa peau[2] »). Par métonymie, « calavera » désigne également une figurine à la tête de squelette[3] (bien que « calaca » désigne dans la vie quotidienne un squelette entier ou la représentation d'un personnage entier sous forme de squelette). Les calaveritas de azúcar (« petits crânes en sucre »), également appelées calaveras de dulce (« crânes en sucrerie ») ou calaveras de alfeñique (« crânes en pâte de sucre »), sont utilisés pour orner les autels lors du Jour des morts[3] et peuvent être mangés[4] ;« Calavera » peut se référer à toute représentation artistique de crânes, comme les lithographies de José Guadalupe Posada ;Les « calaveras literarias » sont des poèmes composés à l'occasion du Jour des morts mais destinés à moquer les vivants.

Dilemme du prisonnier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le dilemme du prisonnier, énoncé en 1950 par Albert W. Tucker à Princeton caractérise en théorie des jeux une situation où deux joueurs auraient intérêt à coopérer, mais où, en absence de communication entre les deux joueurs, chaque joueur choisira de trahir l'autre lorsque le jeu n'est joué qu'une fois. La raison à cela est que si un coopère et l'autre trahit, le coopérateur est fortement pénalisé. Pourtant si les deux joueurs trahissent, le résultat leur est moins favorable que si les deux avaient choisi de coopérer.

Robert Mundell et Les Fondements Théoriques de l'Union Monétaire Européenne English Robert Mundell et les Fondements Théoriques de l'Union Monétaire Européenne* By Alexandre Swoboda Senior Policy Adviser and Resident Scholar, IMF Professeur à l'IUHEI et à l `Université de Genève (en congé) 13 décembre 1999 C'est le 10 décembre que Robert Mundell, professeur d'économie internationale à l'Université Columbia à New York reçoit à Stockholm le prix Nobel d'économie. Cet économiste canadien a de solides attaches en Europe: en Angleterre où il a effectué une partie de ses études; dans notre pays où, entre 1965 et 1975, il a donné chaque année un enseignement au semestre d'été à l'Institut universitaire de hautes études internationales; en Italie où il a enseigné au centre Johns Hopkins de Bologne entre 1959 et 1961 et où, à Sienne. il restaure depuis une vingtaine d'années une merveilleuse Villa, devenue lieu de rencontre pour ses amis et collègues.

Related: