background preloader

Bibliothèque Sainte-Geneviève

Bibliothèque Sainte-Geneviève

Centre Michel de l'Hospital Le Centre de recherche Michel de l’Hospital (EA 4232) est le fruit de la fusion des équipes d’accueil de l'Ecole de Droit et de l’Université d’Auvergne existant avant l’entrée en vigueur du contrat quadriennal 2008-2011 : le Centre de recherche de Droit des Affaires (EA 982), l’Observatoire des Mutations étatiques dans l’Espace Européen (EA 984), le Centre d’Etudes Romanistiques d’Auvergne (EA 2147) ont ainsi fusionné au sein du Centre de recherche Michel de l’Hospital (EA 4232). Le Centre est organisé en trois axes de recherche : L’axe « Normes et Etats », l’axe « Normes et entreprises » et l’axe « Normes et patrimoine ». Il est dirigé par une équipe de cinq personnes, un directeur (Charles-André Dubreuil) et quatre directeurs adjoints (Marie Bassano, Marie-Elisabeth Baudoin, Frédéric Buy, Frédéric Charillon).Alors que le Centre œuvre au développement des travaux transversaux, chacun des trois axes de recherche qui le composent poursuit ses travaux dans ses thématiques propres.

Bibliothèque La bibliothèque municipale de Montreuil est constituée de quatre bibliothèques réparties dans la ville : la bibliothèque centrale Robert-Desnos et les trois bibliothèques de quartier : Paul-Éluard, Colonel-Fabien et Daniel-Renoult. FondsLe réseau des bibliothèques propose :- près de 180 000 livres- 33 000 CD - 360 revues PublicLes personnes habitant ou travaillant à Montreuil, ainsi que les habitants des villes de la communauté d’agglomération (Bagnolet, Bobigny, Bondy, Les Lilas, Le Pré-Saint-Gervais, Noisy-le-Sec, Pantin, Romainville) peuvent emprunter gratuitement pour une durée de trois semaines :- 8 livres, revues, bandes dessinées- 8 CD- 2 DVD Catalogue en ligneLes bibliothèques sont toutes équipées d'accès à Internet permettant au public d’effectuer des recherches documentaires et de s’assurer de la disponibilité des ouvrages grâce au catalogue en ligne.> Consultez le catalogue en ligne Les bibliothèques de Montreuil sur le plan

Océrisation Réponse du Service du Guichet du Savoir Loin du domaine de l'obscur, l'océrisation doit son nom à la substantivation du sigle OCR. Ainsi que l'indique deux articles de l'encyclopedie wikipedia, OCR signifie Optical character recognition (en anglais) et se traduit en français par Reconnaissance optique de caractères. Ce terme désigne : [i]" [...] les procédés informatiques pour la traduction d'images de textes imprimés ou dactylographiés en fichiers de texte." [...] Autrement dit, grâce à l'océrisation vous pouvez scanner la page d'un livre et l'enregistrer dans un fichier sous un logiciel de traitement de texte afin de réutiliser son contenu en effectuant des coupes ou des ajouts à votre convenance.

Mémoire judiciaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un mémoire judiciaire (ou factum) est un imprimé qu'une personne produit pour attaquer ou se défendre lors d'un procès. Rédigé par les avocats pour instruire les juges, le mémoire échappe à la censure royale. Dans les années 1770-1780, il sort peu à peu de l'espace judiciaire et se répand dans les cafés et les salons. Distribué ou vendu, le mémoire rencontre un réel succès grâce à la qualité littéraire de ses auteurs et permet aux avocats ambitieux comme Bergasse ou Lacretelle de se faire un nom. « Comme l'a montré Roger Chartier, les lettres de cachet et les mémoires représentent dans la pensée de la fin du XVIIIe siècle, les deux pôles opposés de l'autorité et de la justice : d'un côté une procédure secrète et arbitraire, de l'autre un appel public et ouvert à la raison et au droit[1]. » Voir par exemple Beaumarchais dans l'affaire Goëzman et dans l'affaire Guillaume Kornmann, l'affaire du collier de la reine, l'affaire Sanois.

Related: