background preloader

Marc Chesney: «Une taxe sur les transactions financières pourrait remplacer tous les impôts actuels»

Marc Chesney: «Une taxe sur les transactions financières pourrait remplacer tous les impôts actuels»
Dans son dernier ouvrage*, Marc Chesney dresse un parallèle entre la Première Guerre mondiale et la crise financière de 2008. Pour le professeur de finance de l’Université de Zurich, une société civilisée vacille dans les deux cas. Aujourd’hui, une aristocratie financière a pris le pouvoir au détriment du reste de la population, dénonce-t-il, tout en proposant des solutions. Entretien. Le Temps: Vous comparez la crise financière et la Première Guerre mondiale, n’est-ce pas exagéré? Marc Chesney: Il s’agit uniquement de comparer l’Europe de 1914 à celle d’aujourd’hui. Lire aussi: En Suisse, les inégalités de revenu sont moins flagrantes qu’ailleurs Le nombre de chômeurs dans le monde a augmenté d’environ 60 millions par rapport à 2007. – Vous le dites, la croissance frémit. – La chute des prix du pétrole explique principalement ces frémissements de croissance. – En apparence effectivement. Lire aussi: L’éloge de la rupture économique de Philippe Aghion – Tant mieux. – Parlons-en!

http://www.letemps.ch/economie/2015/06/26/une-taxe-transactions-financieres-pourrait-remplacer-impots-actuels

Related:  Un autre monde est possibledocuments - libertairesComprendre le monde

Les 1 % les plus riches posséderont bientôt la moitié de la richesse mondiale L'ONG Oxfam publie, lundi 19 janvier, une nouvelle étude, consultable en ligne, révélant l'ampleur des inégalités dans le partage des richesses sur la planète. Selon ses calculs, réalisés à partir de données fournies par le Crédit Suisse, la richesse cumulée des 1 % les plus riches de la planète dépassera bientôt celle détenue par les 99 % restants. Selon Oxfam, « la part du patrimoine mondial détenu par les 1 % les plus riches était passée de 44 % en 2009 à 48 % en 2014, et dépasserait les 50 % en 2016 ». Cela signifie que s'ils continuent à s'enrichir, ils posséderont plus que l'ensemble des autres habitants de la planète réunis. La quasi-totalité des 52 % de patrimoine restant sont aux mains des 20 % les plus riches. « Au final, 80 % de la population mondiale doit se contenter de seulement 5,5 % des richesses », estime le rapport. « Le fossé entre les grandes fortunes et le reste de la population se creuse rapidement », poursuit-elle.

#VivreAvec : Comment vivre avec la menace terroriste ? Une journée spéciale sur Le Monde.fr LE MONDE | • Mis à jour le | Par Camille Bordenet Vivre avec la menace terroriste est une réalité qui s’impose peu à peu à nous, à mesure que la liste des villes frappées par des attentats s’allonge : Paris, Tunis, Bamako, Ouagadougou, Ankara, Grand Bassam, Bruxelles, Lahore... Sans avoir eu le temps d’en prendre conscience, nous l’avons tous ressenti : quelque chose, en nous, a bougé. Nous sommes entrés dans une période nouvelle où notre société se sent menacée – le gouvernement parle même de « guerre » –, ce que les générations nées après la guerre d’Algérie (44 millions d’habitants sur les 66 millions de Français) n’avaient jamais connu. Mais comment composer avec ça ? Avec une société blessée, vulnérable.

Pour le FMI, la dette de la Grèce n’est pas « viable » et doit être allégée La zone euro doit aller « bien plus loin » que prévu pour alléger la dette de la Grèce et pourrait même être contrainte d’en effacer une partie, estime le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport publié mardi 14 juillet mais dont les autorités européennes ont eu connaissance le 11 juillet, soit avant que l’accord qui conditionne un nouveau plan d’aide à Athènes soit signé. Dans ce document, le Fonds assure pourtant que la dette grecque est « totalement non viable » et prévoit qu’elle approchera les 200 % de son PIB dans « les deux prochaines années », contre environ 175 % actuellement. Lire aussi : Pourquoi la dette grecque n’est pas soutenable Elle ne peut être viable qu’« avec des mesures d’allégement », ce que le premier ministre Alexis Tsipras a demandé, mais que l’Allemagne a refusé. Un membre du FMI a ainsi expliqué, anonymement, à Reuters :

Edgar Morin : "Le temps est venu de changer de civilisation" Acteurs de l'économie - La Tribune. Attentats à Paris, état d'urgence, rayonnement du Front National, vague massive de migration, situation économique et sociale déliquescente symbolisée par un taux de chômage inédit (10,2 % de la population) : la France traverse une époque particulièrement inquiétante. La juxtaposition de ces événements révèle des racines et des manifestations communes. Qu'apprend-elle sur l'état de la société ? Edgar Morin.

Sélection scientifique de la semaine (numéro 219) © Dariusz Sankowski. – Ces automobilistes morts d'avoir trop fait confiance à leur GPS... (en anglais) – Une intelligence artificielle peut-elle créer une œuvre artistique ? En Espagne, les citoyens font plier les banques... parce qu’ils agissent ensemble - Madrid, reportage Peu à peu, les fauteuils se remplissent. Plus d’une vingtaine de personnes s’entassent dans le petit centre social autogéré « Nosaltres », au cœur de Madrid, dans le quartier populaire de Lavapies. Il y a des jeunes militants à la barbe longue, des quarantenaires qui sortent du boulot, des retraités bien apprêtés.

Frédéric Lordon : « Il faut bloquer pour que tout se débloque » Frédéric Lordon, économiste, a prononcé ce discours lors de l’assemblée générale de la Nuit Debout, samedi 9 avril place de la République. Ecouter : Transcription : Où en sommes-nous ? On ne compte plus les villes de province où il y a une nuit debout, et la plaine européenne est en train de s’embraser également : Barcelone, Madrid, Saragosse, Nurcie, Bruxelles, Liège, Berlin.

Luc Ferry : "La révolution transhumaniste" Résumé : Comprendre et prendre conscience de la nature exacte des révolutions économiques, scientifiques et médicales en cours, mais aussi des bouleversements éthiques, spirituels et métaphysiques dont ces nouvelles technologies sont porteuses : voici le but de cet ouvrage. " Ne croyez surtout pas qu'il s'agisse de science-fiction : 18 avril 2015, une équipe de généticiens chinois entreprenait d'"améliorer' le génome de quatre-vingt-trois embryons humains. Jusqu'où ira-t-on dans cette voie ? Sera-t-il possible un jour (bientôt ?

Viande : pour les éleveurs, la solution de la vente en ligne Dans le dossier bidoche, les plus experts s’y perdent. « Il est difficile de savoir qui a raison et qui a tort. L’analyse de cette crise est complexe », prévient l’établissement national des produits de l’agriculture et de la mer France Agrimer, pourtant chargé de faire la lumière sur les prix de la viande. Il y a comme un voile jeté sur la « filière » – une filière d’une délirante complexité, comme l’illustre le graphique ci-contre (qui concerne le porc). Ce voile porte un nom : la marge brute, qui n’est pas le bénéfice. On sait donc qui perd, mais pour identifier les vrais gagnants, c’est plus compliqué. Les producteurs daubent sur les distributeurs qui pourrissent les industriels.

Le travail est-il pour l'homme un obstacle à la liberté ? - Terminale Philosophie Introduction Nul doute que nous soyons nombreux à souhaiter n'avoir pas à travailler : le travail tend à nous apparaître comme une contrainte sociale déplaisante et pénible. Il faut travailler à l'école, puis il faudra trouver un emploi pour gagner sa vie et prendre ainsi sa place dans la société, au point que la majeure partie de notre vie semble placée sous le signe du travail. Or le travail est avant tout une activité impliquant de se soumettre à des règles dont on ne décide pas : il y a un savoir-faire à acquérir, des procédures et des procédés de fabrication à respecter ; en un mot, je ne peux pas faire n'importe quoi, comme bon me semble, si je veux parvenir au résultat escompté. S'adonner à un travail, c'est donc toujours se plier à des exigences qui ne dépendent nullement de notre libre arbitre, mais qui semblent au contraire venir le brider.

John Hennessy : «Le défi majeur est d’apprendre à apprendre tout au long de la vie» LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Emmanuel Davidenkoff et Laure Belot Surnommé par Marc Andreessen, fondateur de Netscape, « le parrain de la Silicon Valley », John Hennessy, 63 ans, quittera en septembre la présidence de l’université Stanford (Californie) qu’il occupe depuis seize ans. Sous son impulsion, l’université californienne a conquis la première place mondiale dans les classements internationaux. En tournée européenne pour promouvoir le fonds de 700 millions de dollars (636 millions d’euros) qu’il vient de lancer avec Philip Knight (Nike) pour attirer à Stanford la « nouvelle génération de leaders mondiaux », il explique comment l’université qui vit naître Google, Snapchat, Instagram ou LinkedIn, essaie d’anticiper les besoins d’un marché de l’emploi rendu imprévisible par la fulgurance des évolutions technologiques.

Ce patron a décidé de remercier ses employés suite à la réussite de son entreprise ! On rêverait tous d'avoir des remerciements pareils... Nevzat Aydin, patron d'un site internet de livraison de repas, a fait un don de… 24,3 millions d’euros à ses employés. @flickr.com Nevzat Aydin est le patron du site web turc, leader de livraison de repas, Yemeksepeti.com. C'est après avoir revendu son entreprise à Delevery Hero qu’il a décidé de reverser la somme de 24,3 millions d'euros à ses 144 employés. Chaque employé a ainsi empoché 169 000 euros !

Related: