background preloader

Art brut

Art brut
Pour l'art premier ou primitif, production des sociétés traditionnelles ou primitives, voir Arts premiers. Art brut est le terme par lequel le peintre Jean Dubuffet désigne les productions de personnes exemptes de culture artistique. Il a regroupé certaines de ces productions au sein d'une collection, la Collection de l'art brut à Lausanne. S'il est certain que le terme art brut vient de Jean Dubuffet : « le 28 août 1945, Dubuffet baptise « art brut » un art qu'il collectionne depuis plusieurs années, art qui comprend à la fois l'art des fous et celui de marginaux de toutes sortes : prisonniers, reclus, mystiques, anarchistes ou révoltés - Laurent Danchin - Martine Lusardy -1995[1], » on ne peut pas réduire son intérêt pour l'art des fous à cette seule date. Bien avant, dès 1922, Dubuffet s'intéressait déjà aux travaux du docteur Hans Prinzhorn qui avait rassemblé les œuvres de ses malades mentaux, constituant un Musée d'art pathologique à Heidelberg. Anna Zemánková, Sans titre, 1960 Related:  Art brutLa représentation du primitifart brut

HALLE SAINT PIERRE - Accueil Jean Dubuffet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jean Dubuffet Signature de Jean Dubuffet Jean Philippe Arthur Vincent Dubuffet, né au Havre le et mort à Paris le , est un peintre, sculpteur et plasticien français. Il est le premier théoricien d'un style d'art auquel il a donné le nom d'« art brut », des productions de marginaux ou de malades mentaux : peintures sculptures, calligraphies, dont il reconnaît s'être lui-même largement inspiré. Le 20 octobre 1945, la première « exposition marquante » dans Paris libéré est celle de ses œuvres à la galerie René Drouin alors qu'il n'est encore qu'un peintre inconnu, provoquant un véritable scandale. Officiellement propulsé sur le devant de la scène artistique par une rétrospective de quatre cents peintures, gouaches, dessins, sculptures qui a lieu au Musée des arts décoratifs de Paris du 16 décembre 1960 au 25 février 1961, l'artiste français le plus contesté et le plus admiré de l'après-guerre crée l'événement de ce début d'année.

2- Le racisme du milieu de l’art des années 1980’S ou le « primitivisme » de Basquiat: | La critique d'art et Basquiat 2- Le racisme du milieu de l’art des années 1980’S ou le « primitivisme » de Basquiat: Louis Armand, poète et peintre australien, dans son article JEAN-MICHEL BASQUIAT by LOUIS ARMAND (article publié sur son site hébergé par Tripod), rappelle le racisme omniprésent dans le milieu de l’art des années 1980 dominé par les blancs. Il relate l’anecdote selon laquelle le marchand d’art Gagosian rencontrant Basquiat pour la première fois fut très surpris par le fait qu’il était noir et surtout par ses cheveux (Basquiat portait en effet des dreads-locks se qui mettait en avant ses cheveux crépus.). Voici le trailer du film The Radiant Child, cité plus haut: J'aime : J'aime chargement… À propos de critiquebasquiattd13 Nous, quatre élèves de licence 2 d'histoire de l'art et archéologie de l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, vous proposent une ébauche sur le thème de l'évolution de la critique de l'œuvre de Jean-Michel Basquiat, autour de quelques dates et expositions précises.

Bryan Lewis Saunders - DRUGS "Near Death Experience" 25I-NBOMe Abilify / Xanax / Ativan (dosage unknown in hospital) 90mg Abilify (after 3 months usage 3x maximum dose) 1 sm Glass of Absinth 10mg Adderall Alcohol 10mg Ambien Ativan / Haloperidol (doseage unknown in hospital) Bath Salts 15mg Buspar (snorted) 4 Butalbitals (doseage unknown) Butane Honey Oil 250mg Cephalexin (painted w/ watercolor pencil, water and cephalexin) 1/2 gram Cocaine Computer Duster (2 squirts) 2 bottles of Cough Syrup 1 "Bump" of Crystalmeth 20mg Cyclobenzaprine 4mg Dilaudid 1 shot of Dilaudid / 3 shots of Morphine (In the ER with kidney stones) DMT (during and after) 60mg Geodon Hash Heroin (Snorted) Huffing Gas (during and after) Huffing Lighter Fluid 7.5mg Hydrocodone / 7.5mg Oxycodone / 3mg Xanax Khat (chew and tea) 3mg Klonopin 300mg Lithium 10mg Lortab (Shitty) LSD Marijuana (Kine Bud) Marijuana (G13) Marijuana Resin Morphine IV (doseage unknown) Psilocybin Mushrooms (2 caps onset) 2mg Nicotine Gum (after quitting smoking for 2 months) Nitrous Oxide Opium 7.5mg Percocet

Aloïse Corbaz Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. §Sa vie[modifier | modifier le code] Petite, son rêve est de devenir cantatrice. Elle perd sa mère, d'origine paysanne, à 11 ans. Son père est employé des postes[1]. À 18 ans, après avoir obtenu un diplôme de culture générale à l'école secondaire et suivi des cours de chant, elle s'inscrit à l'école professionnelle de couture de Lausanne. « Que ne puis-je retremper mon âme en feu dans les yeux de firmament constellé d'étoiles d'un homme inaccessible que j'aime éperdument[2]. » Aloïse rentre en Suisse avant la Première Guerre mondiale. §Son œuvre[modifier | modifier le code] Les œuvres d'Aloïse sont préservées grâce à l'intérêt que leur porte le professeur Hans Steck, psychiatre à Cery dès 1920 et directeur de l'hôpital à partir de 1936, et Jacqueline Porret-Forel, médecin généraliste qui rend visite régulièrement à Aloïse dès 1941. §Notes et références[modifier | modifier le code] §Voir aussi[modifier | modifier le code] Monographies Articles

L’effet Catlin Peu d’hommes ont – au complet – cette grâce du cosmopolitisme ; mais tous peuvent l’acquérir à des degrés divers. Les mieux doués à cet égard sont ces voyageurs solitaires qui ont vécu pendant des années au fond des bois, au milieu des vertigineuses prairies, sans autre compagnon que leur fusil, contemplant, disséquant, écrivant. Aucun voile scolaire, aucun paradoxe universitaire, aucune utopie pédagogique, ne se sont interposés entre eux et la complexe vérité. Ils savent l’admirable, l’immortel, l’inévitable rapport entre la forme et la fonction. Ils ne critiquent pas, ceux-là : ils contemplent, ils étudient.Charles Baudelaire, Exposition universelle, 1855, Beaux-Arts. Eugène Delacroix, George Sand, 1838, galerie Ordrupgaard, Copenhague. Galerie Ordrupgaard, Copenhague, photo : Pernille Klemp. 1 Voir cette esquisse de sommaire présentée par Claude Pichois in Baudelaire, Œuvres complètes 1990 (...) 7De ce dispositif spectaculaire, qu’ont retenu les artistes ?

And these are self portraits by Bryan Lewis Saunders, who - Comment #26 added by lunchablespizza at Girl Tripped on LSD And Drews Herself Back to the content 'Girl Tripped on LSD And Drews Herself' Refresh Comments Anonymous comments allowed. 6 comments displayed. #25 - lunchablespizza (08/25/2014) [-] Here's another series of self portraits by some artist who took LSD over a period of 8 hours #26 to #25 - lunchablespizza (08/25/2014) [-] And these are self portraits by Bryan Lewis Saunders, who drew a self portrait under the effects of several different drugs. #36 to #26 - bunssugar (08/25/2014) [-] Computer duster? #43 to #36 - mechanichore (08/25/2014) [-] People huff air duster cans to get high. #27 to #26 - unyunpeel (08/25/2014) [-] I was diagnosed with adhd as a kid, and I took upwards of 36 mg of adderall a day until I was switched to concerta about a year ago (20 years old now). #40 to #27 - auryn (08/25/2014) [-] It's like speed (amphetamine) only milder. Friends (0)

La Collection d’art brut « LaM Aujourd’hui, la notion d’art brut créée par Jean Dubuffet en 1945 peut être considérée comme un phénomène appartenant à part entière à l’art du XXe siècle. Nombreux sont les artistes, encore aujourd’hui, qui s’y réfèrent dans leurs démarches et leurs pratiques. Le musée possède à ce jour la plus importante collection publique d’art brut en France. Il s’attache à la présenter régulièrement dans des expositions monographiques ou thématiques et à la faire circuler dans le monde entier. La donation L’Aracine comporte plus de 3500 oeuvres de 170 créateurs français et étrangers : dessins, tableaux, assemblages, objets ou sculptures. Le musée enrichit cette collection régulièrement en faisant l’objet de dons et en menant une politique d’acquisition. La donation d’art brut de L’Aracine est présentée dans les nouvelles salles d’exposition construites par Manuelle Gautrand. Vue virtuelle de l'extension de Manuelle Gautrand.

Le fauvisme et ses influences sur l’art moderne André Derain, Les deux péniches, 1906 « L’orgie des tons purs » La « cage aux fauves » du Salon d’Automne, 1905 « Le fauvisme est venu du fait que nous nous placions tout à fait loin des couleurs d’imitation et qu’avec des couleurs pures nous obtenions des réactions plus fortes. » « La couleur surtout et peut être plus encore que le dessin est une libération. » Henri Matisse, Écrits et propos sur l’Art Régulièrement accrochés dans les premières salles du Musée national, les artistes fauves annoncent par la couleur la modernité et les bouleversements artistiques du début du XXe siècle. En donnant aux « chocs » émotifs, selon le mot d’Henri Matisse, une palette franche et pure, le fauvisme prête à la couleur la tonalité d’une émotion et d’une sensation. C’est en 1905 que nait le mouvement dont Henri Matisse est le précurseur et le plus important représentant. Les sources du fauvisme Paul Gauguin, Femmes de Tahiti, 1891 Huile sur toile, 69 x 91,5 cm 1. Repères – la couleur comme absolu 3. Essais

Related: