background preloader

La haute mer : un espace aux frontières de la recherche géographique

La haute mer : un espace aux frontières de la recherche géographique
1L’océan a longtemps été perçu comme une frontière et est encore considéré comme tel dans les recherches en géographie. Il est pourtant un lien pour les sociétés et aussi pour la géographie un pont intra et interdisciplinaire. Une des principales difficultés pour analyser l’océan tient à la nature propre de cet espace (liquide) et à son immensité qui lui confèrent une forte altérité. Illustration 1 - La mise en place d’un espace multidimensionnel Conception/ Réalisation : C. 2Cependant, les principales analyses portent sur les zones côtières et au sein de la Zone Economique Exclusive (ZEE) mais, au-delà, les cartographies le représentent souvent comme vide. 3Après avoir présenté les particularités de la haute mer, nous ferons un état des lieux de la recherche sur les océans et nous nous concentrerons sur des exemples d’analyse basés sur la navigation à voile, les territoires et les paysages. La particularité de la haute mer 4Qu’est-ce que la haute mer ? Un terrain difficile

M&O Comment classer les ports mondiaux ? Pour répondre à cette question anodine, quelques critères qui ont guidé la création de ce classement : les ports ont des trafics très variables, il est difficile de les appréhender autour d'un seul critère de trafic : il faut tenir compte des marchandises liquides et solides en vrac + tenir compte des marchandises conteneurisées + tenir compte des autres modes de transport des marchandises. les ports ont des trafics plus ou moins denses. les ports n'ont pas tous la même fonction : certains servent à embarquer un seul type ou deux de marchandises (soja brésilien à Santos, minerais de fer australien à Port Hedland, céréales à Rouen, ...) ; d'autres servent surtout de porte d'importation pour des marchandises diverses ; d'autres sont des ports de transbordement (et du coup leur trafic est surévalué : ce qui est importé et exporté est compté deux foix : Dubaï, Singapour, Gioa Tauro). les ports s'appuient sur des hinterland plus ou moins vastes. ce système est très organisé et hierarchisé.

Le port de Rotterdam, porte d'entrée des marchandises en Europe L'hinterand : Cet arrière-pays (hinterland) dispose d’un maillage de communications très dense, reliant les vallées des grand s fleuves, Rhin, Meuse, Elbe, et Seine, et constitué d’autoroutes, de voies fluviales aménagées (les barges fluviales peuvent transporter jusqu’à 500 EVP), de canaux à grand gabarit, etc. L’axe rhénan reste en revanche un peu à l’écart du développement des réseaux des trains à grande vitesse (il n’y aura pas de liaison avec Strasbourg, et donc l’Allemagne, avant 2016). L’Europe rhénane est un pôle de concentration des populations et des espaces industriels. C’est un espace de forte densité.

Les villes portuaires dans le monde - correction Découpage du temps à accorder à chaque partie : On reprend les mêmes informations pour les classer dans un tableau ou sur trois feuilles séparées. Un travail que l'on a pu préparer en soulignant dans le premier brouillon (ma partie 2) les idées avec trois couleurs différentes. J'ai commencé par faire une liste des thèmes, avant de les regrouper : des ports qui connaissent des dynamiques ; une volonté de regagner des rives (waterfront) – une volonté de relier ville et port ; des enjeux d'aménagement ; des nœuds de communication ; des centres de production ; Des acteurs. Ce travail doit s'accompagner d'une vérification : il faut vérifier que les parties ne correspondent pas à un seul document, mais à plusieurs. Rédiger l'introduction et la conclusion (25 minutes) Depuis une trentaine d'années, de nombreux aménagements ont eu lieu dans les ports du monde entier, qu'ils soient grands ou petits. Rédiger le commentaire de documents (1 heure et quart) b- Des hubs du commerce mondial

Détroits, passages et isthmes dans l'océan mondial Introduction : Une accroche sur l'importance des trafics maritimes et des lieux de décision économiques. Détroits = une définition simple et claire, pas de problème. On peut aller vers une définition juridique issue de Montego Bay => « Un détroit est un seuil maritime étranglé (largeur inférieure ou égale à 24 milles marins), approprié par les États riverains selon la règle du partage par l’équidistance et qui admet le passage en transit sans entrave de tout navire ou sous-marin étranger. Ses fonctions sont ambivalentes, puisqu’il assure à la fois une séparation et une mise en contact dans les deux directions. Des éléments communs à ces trois termes : un faible écart (moins de 24 miles nautiques pour les détroits selon Montego Bay ?) Il ne faut pas se tenir à la seule échelle mondiale, mais penser le sujet à l'échelle locale et à l'échelle régionale. Ces lieux (naturels ou non) sont-ils devenus des centres dans le système mondial actuel ? => croquis de Gibraltar => croquis possibles :

Les flux de l'océan mondial : maritimisation et mondialisation 1- Une polarisation de l'économie mondiale 1.1- Une polarisation liée à des avancées techniques Cette polarisation a permis de s'affranchir de nombreuses contraintes naturelles et un « rétrécissement du monde » : Les navires : propulsion et taille : Le commerce maritime mondial a pu devenir quasi monopolistique au cours du XX° siècle grâce à des avancées techniques majeures qui ont abouti à ce que les navires se départissent des contraintes naturelles liées à la navigation : le vent, la marée, les courants marins. 1.2- Le système des hubs : une organisation technique complexe et hiérarchisée qui renforce la polarisation La conteneurisation a eu des conséquences spatiales fortes : Le développement de routes maritimes fixes : entre Asie et Europe (20 millions d'EVP en 2011), entre Asie et Amérique (19 M EVP), entre Amérique et Europe (6 M EVP en 2011). 1.3- Une littoralisation liée à des choix politiques 1.4- Une concentration de la production et de la consommation sur les côtes.

Les ressources des océans - quelques croquis Si vous n'avez pas eu la chance de suivre mon cours sur les ressources des océans, voici quelques pistes et quelques définitions : Jacques LEVY, article 'Ressource' dans le Dictionnaire de Géographie et de l'espace des sociétés, 2013 « Réalité entrant dans un processus de production et incorporée dans le résultat final de cette production. [...] Ce qu'on appelle ressource naturelle mérite davantage discussion. Une réalité issue du monde physique ou biologique ne peut être ressource que s'il existe un processus de production identifié dans lequel il peut être inséré et qui, par définition, provient de la société. Donc pour les ressources naturelles dans un sujet sur « Géographie des mers et océans » : Le premier sur la compétition entre deux grands types de pêche, la pêche artisanale et la pêche industrielle, deux modèles opposés :

Les dynamiques des mers et océans 1- Une masse qui interagit avec et sur le climat. 1.1- Une masse régulatrice : Une masse liquide qui influence le climat. Rappel des climats de la Terre : ils sont influencés plus ou moins par la masse océanique car : les océans apportent de l'humidité + de la douceur, été comme hiver. 1.2- Une masse dynamique La circulation générale dans les océans est le résultat à la fois de la circulation éolienne (en surface) et d'une circulation thermohaline (en profondeur, liée aux différences de salinité et de densité de l'eau => l'eau froide de forte salinité est plus dense que l'eau chaude et moins concentrée en sels. Les deux mouvements, de surface et de profondeur sont couplés : on appelle upwelling le mouvement de remontée des eaux et downwelling le mouvement de descente. 2- Une masse productive. 2.1- Le plancton, le krill et autres petites bestioles : 2.2- Zones de pêche et zones mortes : Les zones de pêche sont très liées aux zones de productivité des océans.

Les ports en Amérique du nord Voici un croquis qui sera utile pour les deux sujets : Canada, Etats-Unis, Mexique et géographie des mers et océans. Ce croquis vise à montrer comment s'organisent les ports en Amérique du nord (Mexique compris) : une certaine spécialisation des ports ; quatre façades portuaires : la Mégalopolis (tournée ers les échanges européens, sud-américains, africains et moyen-orientaux), le Golfe du Mexique (vers l'Amérique du nord, mais aussi l'Asie pour les produits agricoles via Panama), les deux pôles Pacifique, tournés vers le Japon et la Chine. L'importance des croisières des Caraïbes (18 à20 M de touristes par an) L'importance de Panama et des détroits des Caraïbes : le passage du Vent entre Haïti et Cuba (route la plus courte entre Panama et EU … d'où la présence de Guantanamo) + le passage de Mona entre Saint Dominique et Porto Rico (qui explique aussi les liens étroits entre les Etats-Unis et cette île). Noter :

Les ressources des mers et océans : exploiter un bien commun ? Introduction : Les ressources : Selon les dictionnaires :L'Encyclopédia Universalis : « On dénomme ressources naturelles les diverses ressources minérales ou biologiques nécessaires à la vie de l'homme et à ses activités économiques. Celles-ci peuvent être subdivisées en deux groupes distincts : Ce dernier groupe de ressources ne peut être considéré comme inépuisable que dans la mesure où son taux de prélèvement est inférieur à la productivité nette disponible, c'est-à-dire au taux de régénération. C'est une condition impérative à l'utilisation durable de telles ressources et, donc, à la sauvegarde des conditions de vie des générations futures. » Les ressources renouvelables qui peuvent, en principe, être exploitées sans épuisement, étant capables de se régénérer en permanence. Ce qui donnerait comme introduction rédigée : En novembre 2014, le Japon a décidé de lancer une offensive diplomatique pour permettre la pêche du thon rouge en Méditerranée. 1.1- Les territoires de la production :

Comprendre les courants océaniques : Voyage au centre de la mer Voici un fabuleux voyage pour comprendre comment fonctionnent les courants océaniques à l'échelle mondiale (dont à petite échelle). Vous y verrez comment les masses d'eaux interfèrent et interagissent sur le climat terrestre. Attention cependant, je vous conseille de réviser quelques termes utiles à la compréhension du film : la circulation thermohaline l'upwelling les polynies El Niño l'oxycline le tapis roulant Au delà des images de synthèse très impressionnantes et des très belles prises de vues animalières, au delà du discours des scientifiques, ce que ce documentaire apporte, c'est de montrer l'importance des courants marins, leur complexité, le rôle du plancton dans la chaîne alimentaire associé aux courants marins. Ce documentaire de Marc JAMPOLSKY a été diffusé sur la chaine ARTE en décembre 2013 Malheureusement, il n'est plus disponible gratuitement, Si vous voulez le (re)voir, allez sur : au centre de la mer

Related: