background preloader

Brève histoire des jeux de société

Brève histoire des jeux de société
L'Empire du Pixel Levant : Sommaire Brève Histoire des jeux de société De nos jours, on peut voir un nombre incalculable de jeux de société sur le marché. Mais à y regarder de plus près, ils sont presque tous dérivés de jeux très anciens. Il semblerait donc que l’homme ait toujours aimé construire de petites réalités virtuelles pour jouer. Les jeux précèdent l’histoire écrite. L’origine des jeux de société Les premiers jeux de société étaient des jeux de course. Ce jeu a été adopté par de nombreuses autres cultures au fil des siècles, chacune modifiant les éléments du jeu et ses règles. L’exemple le plus significatif étant celui du Jeu de l’Oie (maintes fois adaptés par des jeux vidéos) et plus récemment du « Trivial Pursuit » ou encore du jeu Othello, un grand classique connu également sous le nom de Reversi, qui après avoir quasiment disparu, a été "réinventé" par le Japonais Goro Hasegawa, qui l'appelle Othello. Les jeux de guerre (wargames) Les jeux de rôles Conclusions Personne !

http://www.afjv.com/kerbrat/040324_kerbrat.htm

Related:  Jeu de sociétéJeu traditionnelQuentinT/Aleksander

Trictrac Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Son intérêt ludique réside dans les multiples combinaisons, dans l’importance des prises de décisions et dans ses règles très abouties. Il demande une attention permanente de la part des joueurs que ce soit ou non à leur tour de jouer. Son vocabulaire, très riche[1] et qui peut paraître désuet pour ceux qui ne pratiquent pas le jeu, se retrouve fréquemment dans la littérature française. Historique du jeu[modifier | modifier le code]

Les jeux de société résistent au numérique Les jeux de société avaient quelque peu perdu de l'intérêt, en raison notamment du développement des supports électroniques. Mais désormais, ils reviennent sur le devant de la scène depuis quelques années, tant pour les adultes que pour les enfants et adolescents. Il faut dire que c'est un marché juteux. En France, quelque 12 millions de boîtes sont vendues chaque année. Piquet (jeu de cartes) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le piquet est un jeu de cartes qui se joue principalement à deux avec un jeu de 32 cartes. Le piquet est un des plus anciens jeux de cartes à nous être parvenu. Jeux de Tafl Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une des positions de départ possible de hnefatafl sur le tablier de 13x13 cases La famille des jeux de Tafl ("table" en vieux norrois) regroupe différents jeux possédant plusieurs caractéristiques communes : Les jeux de tafl[modifier | modifier le code]

La Drogue, un jeu de cartes oublié. · Desaix Cette gravure ancienne nous rappelle qu’il existait autrefois un jeu de cartes que les militaires et les matelots appréciaient, c’était le jeu de la « Drogue ». « La drogue est une sorte de jeu de cartes, aux complications très simples, assez semblable à la bataille, et fort en usage chez les soldats et les matelots. Ce jeu a plusieurs avantages: d’abord on ne peut pas y avanturer d’argent; ensuite il adoucit l’humeur et fait comprendre la plaisanterie. Le tablut, le hnefatafl et autres jeux nordiques A partir du 4ème siècle après JC, se sont répandus au Nord de l’Europe plusieurs jeux aux principes similaires et originaux, redécouverts aujourd’hui. Regroupés dans la famille des « Tafl » (« table » en vieux norvégien), ces jeux ont pour caractéristiques communes : un plateau de jeu carré, avec certaines cases marquées symétriquement ; des forces inégales (un joueur possédant le double de pièces que son adversaire) ; principe de prise des pièces par encadrement ; des objectifs de jeu différents et une pièce particulière, le roi. On tend aujourd’hui à penser que ces jeux sont l’adaptation d’un jeu romain, le Latrunculi, lui-même descendant du jeu grec Pettia. En effet, le principe commun de l’encadrement pour la prise et la découverte de quelques tracés de Latrunculli dans la Rome « britannique » accréditent cette hypothèse. Alors, jeux vikings ?

Le jeu de la Triomphe Académie des jeux oubliés La Triomphe est un jeu de cartes du début du XVIe siècle qui a introduit une hiérarchie entre les quatre couleurs – pique, cœur, carreau, trèfle – en permettant de désigner aléatoirement, au début de chaque coup, l'une d'entre elles comme étant supérieure aux trois autres. La couleur dominante a de ce fait reçu le nom de triomphe et le premier jeu ayant utilisé cette notion en a hérité de même. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, dans tous les jeux de cartes faisant appel à ce système hiérarchique des couleurs, la couleur dominante a ainsi été appelée triomphe.

Les osselets, ancêtres du jeu de dés Osselets romains, dépourvus d’inscriptions, qui servaient probablement au jeu de lancer. © U. Schradler, Musée suisse du jeu, La Tour de Peilz Dans ce numéro L'auteur

Related: