background preloader

Qui manquera d’eau en 2040?

Qui manquera d’eau en 2040?

http://journalmetro.com/opinions/infos-graphiques/858005/qui-manquera-deau-en-2040/

Related:  Migrants climatiques : origines et conséquencesEt l'eau, quand le climat change ?radannaENVIRONNEMENTRéchauffement climatique

Experience sur les etats de l'eau Ci-dessous : extrait d'une image satellitale NOAA des îles du Spitzberg (80° de lat. nord, 20° de long. est), acquise par la station de réception de Dundee en Écosse. – à gauche : banquise (glaces d'eau de mer) ; – à droite : neige et glace sur le Spitzberg (eau douce) ; – au centre et en bas : eau de mer (salée, liquide), en noir ; rues de nuages (eau douce condensée), en gris clair. Copyright Université de Dundee ( Les expériences ci-après présentent ces états et les passages de l'un à l'autre Matériel nécessaire Petit cristallisoir, boîte de Pétri, glace, ballon, tube à essai, lampe de bureau, source de chauffage, Cocotte-Minute. COP21 : l'accord de Paris adopté ! Samedi 19h30 Sous un tonnerre d’applaudissements, l’accord de Paris est finalement adopté. Le président de la COP Laurent Fabius, très ému, tombe dans les bras de la secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) Christiana Figueres. Samedi 18h30 Déjà une heure de retard pour la dernière séance plénière. Les délégués sont là, mais le président de la COP21, Laurent Fabius, s’est eclipsé pour d’ultimes discussions quelques minutes après avoir fait son entrée. Samedi 17h00 Alors que la version « finale » du texte a été présentée par le président de la COP21, Laurent Fabius, à la mi-journée, les derniers ajustements semblent prendre plus de temps que prévu.

«Les migrations climatiques concernent aussi les pays riches» Inondations au sud-ouest de l’Angleterre. Février 2014. (Keystone) Le nouveau rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) pointe la question cruciale des «réfugiés climatiques». COP21 : chronologie de 200 ans d’histoire du changement climatique Fin novembre – début décembre se tiendra à Paris la COP21, ou vingt-et-unième conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Le cheminement vers une prise de conscience d’un changement climatique et de la lutte contre celui-ci mêle recherche scientifique, travail des ONG et avancée lente mais régulière des négociations internationales sur le sujet. Retour sur près de deux siècles d’histoire.

Les réfugiés climatiques trois fois plus nombreux que les réfugiés de guerre INFOGRAPHIE - Un rapport publié mercredi indique que 22 millions de personnes ont dû fuir leurs foyers pour des raisons climatiques en 2013. Le problème des réfugiés climatiques pourrait bien être le défi majeur du XXIème siècle. D'après le rapport annuel Global Estimates du Conseil norvégien pour les réfugiés publié mercredi, 22 millions de personnes ont dû abandonner leur domicile en 2013 à la suite d'une catastrophe naturelle, soit trois fois plus que de personnes déplacées à cause d'un conflit. Sur ces 22 millions, 31% ont été déplacées à cause de désastres hydrologiques (inondations) et 69% à cause de catastrophes météorologiques (tempêtes, ouragans, typhons). L'Asie, région du monde de loin la plus touchée Si aucune région du monde n'est épargnée, l'Asie reste de loin la plus touchée avec 19 millions de déplacés à cause d'inondations, de tempêtes ou de séismes.

Série : l'eau en Auvergne, ça ne coule pas de source (4 épisodes) - France 3 Auvergne Comment se décide le prix de l'eau ? Pourquoi augmente-t-il régulièrement depuis des années ? Que paye-t-on quand on paye l'eau ? C'est ce que nous avons cherché à comprendre dans cette enquête menée en Auvergne par Fabien Gandilhon et Laurent Pastural. France 3 Auvergne Publié le 20/10/2015 | 17:05, mis à jour le 20/10/2015 | 18:25 Quelle eau boit-on en Auvergne ?

Données scientifiques / Causes des changements climatiques La vie telle que nous la connaissons — Une couverture atmosphérique naturelle de gaz à effet de serre maintient la planète à une température suffisamment chaude pour permettre la vie telle que nous connaissons, c'est à dire un confortable 15 °C aujourd'hui. Les émissions anthropiques de gaz à effet de serre ont épaissi cette couverture, piégeant la chaleur et provoquant un réchauffement planétaire. Les combustibles fossiles sont la source la plus importante d'émissions de gaz à effet de serre. Réguler le climat sur terre — La « couverture » de gaz à effet de serre qui existe naturellement dans la troposphère (laquelle représente moins de 1 % de l'atmosphère) a pour fonction vitale de réguler le climat de la planète.

Quatre idées reçues sur les réfugiés climatiques Ils habitent loin, ils traversent les frontières, ils vont envahir les pays du Nord... A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, vendredi 5 juin, francetv info se penche sur la question des réfugiés climatiques et met à mal quatre idées reçues. 1Ils vivent dans les pays du Sud Hydrofluorocarbures : il n'y a pas que sur le CO2 qu'il faut freiner ! Maxime Beaugrand est juriste et représentante en France de l’Institut pour la gouvernance et le développement durable (IGSD), un think tank américain qui œuvre pour l’élimination des polluants à courte durée de vie. Que l’accord de Paris actuellement en cours de négociations au Bourget soit un succès ou un échec ne changera pas le constat suivant : cet accord ne ralentira pas à lui seul et assez rapidement le rythme inexorable du dérèglement climatique. Ça, c’est la mauvaise nouvelle.

Les Etats-Unis, eux aussi, ont leurs premiers réfugiés climatiques - Île de Jean Charles (États-Unis), reportage Encerclé par les marais, harassé par la chaleur suintante du mois d’août, il se remémore ses balades au cœur d’une forêt luxuriante et la floraison des figuiers et pommiers qui bordaient sa maison. Il déplore le spectacle tout en contraste qu’offre aujourd’hui sa terre natale : la brousse et la mousse espagnole, plante grise en forme de cheveux ruisselants jusqu’au sol, côtoient les arbres morts aux branches noires pointues, à l’allure calcinée. Albert Naquin, dit « White Buffalo », est le chef de la tribu indienne Biloxi-Chitimacha-Choctaw, arrivée sur l’île de Jean Charles, à l’extrême sud de la Louisiane, dans les années 1830. Albert Naquin

Séquence 4-L'eau dans l'habitat Objectifs de la séquence Au cours de cette séquence de deux séances (dont une optionnelle), les élèves apprennent que l’eau douce ne représente qu’une infime proportion de toute l’eau disponible sur Terre, ce qui en fait une ressource précieuse. Ils constatent que l’on consomme beaucoup d’eau au quotidien, et souvent pour un usage qui ne nécessiterait pas d’eau potable. Les élèves imaginent alors comment limiter la consommation d’eau par des gestes simples et par la récupération des eaux de pluie.

Edgar Morin : « Il n’y a pas de solution, mais il y a une voie Edgar Morin, comment va notre monde ? Il va de mal en pis. Les processus qui nous poussent vers des catastrophes – dont on ne peut prévoir ni la date ni l’ampleur, mais qui seront certainement interdépendantes – continuent. Je pense à la dégradation globale de la biosphère. Changement climatique : 250 millions de réfugiés en 2050 Le contexte - Le terme de « réfugié climatique » apparaît pour la première fois dans un rapport de 1985 du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). A ce jour, il n’existe pas dans le droit international de définition du statut juridique des réfugiés climatiques. - Les pays industrialisés sont aujourd’hui les principaux émetteurs de gaz à effet de serre. Mais les Etats les plus vulnérables aux effets du réchauffement climatique sont ceux d’Afrique et d’Asie du Sud, victimes de catastrophes naturelles à répétition, ainsi que les îles des Caraïbes et du Pacifique, menacées de disparition par la montée des eaux.

1,5 ou 2°C ? Deux chiffres et beaucoup de questions Hervé Le Treut est climatologue, directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace et membre du Giec. Faut-il retenir un réchauffement de 2°C ou de 1,5°C comme objectif général de la COP ? Ce débat qui anime une partie des négociations, peut sembler difficile à comprendre pour les non-spécialistes. Il est aussi délicat à argumenter pour un scientifique : de fait la seule chose que puisse recommander un physicien du climat c’est de stopper « au plus vite » la dynamique d’un réchauffement qui porte déjà des conséquences importantes. De ce point de vue on peut comprendre l’insistance des états insulaires : ne pas abaisser le seuil de réchauffement, c’est se montrer insensible à leur risque de disparition, et donc à un phénomène existentiel pour eux. Dans le même temps, il faut réaliser que les 2°C sont aussi autre chose : la première tentative de donner une ambition climatique commune aux différents pays de la planète, à un moment où le temps commence à manquer pour agir.

Related: