background preloader

Histoire évolutive des homininés

Histoire évolutive des homininés
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Schéma[modifier | modifier le code] Durant l'époque moderne, les nombreux fossiles découverts sur tous les continents ont complètement transformé notre arbre évolutif en un « buisson » très fourni. Plusieurs modèles de filiation peuvent être proposés à partir des différentes espèces d'hominidés qui se sont succédé : Succession des différentes espèces d'homininés dans le temps : Échelle en milliers d'années Les âges des espèces marquées * sont estimés. - Les traits verticaux symbolisent les possibles lignées (hypothèse « splitter », dite de l'origine unique) (1) ou Homo sapiens archaïque ancien Sources : [1] - [2] - [3] - [4] Ce tableau ne propose que des filiations pour les représentants du genre Homo (traits verticaux). Homo rudolfensis serait une espèce à part entière et non une sous-espèce de Homo habilis.Homo antecessor serait l'ancêtre commun de Homo heidelbergensis et de Homo rhodesiensis. Caractéristiques[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_%C3%A9volutive_des_hominin%C3%A9s

Related:  Anthropologie - Ethnologie - EthnographieEvolution Humaine - A Classer

Et l'homme créa les dieux Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sommaire[modifier | modifier le code] Ce livre a été publié en Français par Robert Laffont puis au format livre de poche par Gallimard. L'édition de Folio comporte 480 pages (sans les notes et index) et est structurée en 9 chapitres : Groupes ethniques (Ethnonymes - Règles d'indexation) 2.1.1. Etablissement des notices d'autorité 2.1.1.1. Règle générale Les noms de groupes ethniques font l'objet d'une notice d'autorité établie selon le schéma : Ethnonymie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'ethnonymie est l'étude des noms de peuples ou ethnonymes. Domaine d'étude[modifier | modifier le code] Selon certains, l'ethnonymie inclut l'étude des gentilés, c'est-à-dire des noms des habitants de régions et de lieux déterminés. On tend ainsi à spécialiser : l'étude des gentilé au sens de nom d'habitants renvoyant à un périmètre, un territoire (pays, province, région, ville...) : les Belges, les Québécois ou les Parisiens par exemple,l'étude des ethnonymes au sens du grec ethnos, « peuple », renvoyant à la notion, dont la définition est très discutée, d'ethnie : les Roms par exemple, les Bretons ou les Corses, ou encore les Sarrasins (utilisé comme ethnonyme très abusivement car il désignait tous les peuples de confession musulmane sans distinction).

Anthropologie cognitive Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'anthropologie cognitive est un champ de recherche spécialisé dans le domaine de l'anthropologie. Pascal Boyer la définit en ces termes : « L'étude des processus cognitifs [...] permet[tant] de reformuler beaucoup de problèmes anthropologiques classiques en donnant la possibilité d'émettre des hypothèses plus précises sur l'acquisition et la transmission des représentations culturelles. »[1] Ainsi décrite, l'anthropologie cognitive s'appuie sur les résultats de la psychologie cognitive pour donner un éclairage supplémentaire à l'ethnologie, notamment dans le champ social et religieux. La Pensée sauvage de Claude Lévi-Strauss constitue l'un des ouvrages fondateurs de l'anthropologie cognitive dont les intuitions ont été développées notamment par Maurice Bloch. Notes et références[modifier | modifier le code]

Génétique kesako? Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Discipline initiée dans les années 1920 à 1940 par Ronald Fisher, J. B. S. Haldane et Sewall Wright, la génétique des populations est une application des principes fondamentaux de la génétique mendélienne à l'échelle des populations. L'homme de Kostenki précise le métissage Sapiens-Néandertal par Will Dunham WASHINGTON s7 (Reuters) - L'étude de l'ADN de l'homme de Kostenki, qui vivait en Russie il y a 37.000 ans environ, a permis à des scientifiques de préciser le moment du métissage entre l'Homo sapiens et l'homme de Néandertal il y a plus de 50.000 ans, selon un article publié jeudi dans la revue Science. Le séquençage du génome de l'homme de Kostenki, appelé ainsi d'après le village où son squelette a été découvert il y a 60 ans, a été effectué à partir d'ADN prélevé sur son tibia gauche. Il s'agit du deuxième génome le plus ancien de notre espèce jamais séquencé. Les scientifiques ont découvert que l'homme de Kostenki avait un petit pourcentage des gènes de Néandertal, confirmant ainsi que le croisement entre Sapiens et Néandertal s'était déjà produit à l'époque où vivait cet homme il y a 36.200 à 38.700 ans.

La Pensée sauvage Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Pensée sauvage est un essai de Claude Lévi-Strauss publié pour la première fois en 1962 chez Plon. Thématique[modifier | modifier le code] En utilisant le thème de l'ethnologie traditionnelle l'auteur cherche à décrire les mécanismes de la pensée en tant qu'attribut universel de l'esprit humain. Pour lui, la pensée sauvage est présente en tout homme tant qu'elle n'a pas été cultivée et domestiquée à « fins de rendement ». Homme de Néandertal Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. De nombreux points restent encore à élucider concernant notamment la date de son apparition et les causes de son extinction vers 28 000 ans avant le présent, après plus de 250 000 années d'existence. Historique de la découverte[3],[4][modifier | modifier le code] Les Néandertaliens avant Neandertal[modifier | modifier le code] Deux fossiles de Néandertaliens ont été découverts peu avant celui auquel on a donné ce nom.

Structuralisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le structuralisme est un courant des sciences humaines qui s'inspire du modèle linguistique et appréhende la réalité sociale comme un ensemble formel de relations. L'une de ses méthodes principales est l'analyse structurelle des textes littéraires. Origine[modifier | modifier le code] Le structuralisme trouve son origine dans le Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure (1916), qui propose d'appréhender toute langue comme un système dans lequel chacun des éléments n'est définissable que par les relations d'équivalence ou d'opposition qu'il entretient avec les autres, cet ensemble de relations formant la « structure ».

Anthropologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Traditions anthropologiques[modifier | modifier le code] Il existe diverses traditions anthropologiques antiques, puis modernes (allemande, anglo-saxonne, française, etc). Les plus importantes sont actuellement[réf. nécessaire] l’anthropologie sociale britannique (J.G. Frazer, Bronislaw Malinowski, A.R. Radcliffe-Brown, E.E. Ethnologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Disciplines[modifier | modifier le code] L'ethnologie recouvre de nombreuses disciplines.

Potlatch (anthropologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Potlatch. Originellement, la culture du potlatch était pratiquée autant dans les tribus du monde amérindien (les Amériques) que dans de nombreuses ethnies de l'océan Pacifique, jusqu'aux Indes. C'est pourquoi les premiers colons européens ont pu considérablement spolier les indigènes qui pratiquaient le potlatch, car ils échangeaient de l'or contre de la bimbeloterie ; les Indiens croyant à la valeur « potlatch » de ces échanges pensaient que ces trocs étaient équilibrés. Dans la culture occidentale actuelle, on utilise aussi la formule « briller ou disparaître », qui reflète une dynamique de type potlatch, dans les contextes et cérémonies suivantes :

Related: