background preloader

Les Grands Voisins 75014 ***

Les Grands Voisins 75014 ***

http://lesgrandsvoisins.org/

Related:  75014Aliptic formation tiers-lieuxBiens communsActions urbaines

SODAM - coréen 75014 Le site www.petitfute.com est développé, exploité et commercialisé par la société petit fute.com SA 14 rue des Volontaires 75015 PARIS France. L'internaute s'engage de manière explicite à se conformer aux présentes Conditions Générales d'Utilisation (C.G.U.). Le présent site, son contenu ainsi que la marque Petit Futé sont protégés par des droits d'auteurs. L'internaute a la possibilité d'apporter sa contribution au présent site en publiant des avis, photos, notes (attribution d'étoiles) et suggestions d'établissements. Pour cela, il devra créer un compte membre sur le site www.petitfute.com et choisir un pseudo ainsi qu'un mot de passe qui lui permettra de se connecter à son profil. Ce mot de passe est strictement confidentiel et ne doit être divulgué à quiconque.

Les vies multiples de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul «Avant, il y avait des barbelés et des gardes avec des chiens», confie Carine Petit, maire du XIVe arrondissement, à propos de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul. Des barbelés, il en reste quelques-uns, mais ils sont petit à petit enlevés comme les fenêtres sont démurées par les membres de l’association de lutte contre l’exclusion Aurore, qui a pris possession des lieux depuis la désaffectation de l’établissement, en 2011, pour y installer des centres d’hébergement. Au côté des centres d’hébergement, d’autres associations et des entreprises s’installent aujourd’hui pour varier les usages du lieu et mélanger les publics. Un nouveau concept de réhabilitation d’établissement pour que tous se réapproprient un espace public et y interagissent.

Jean Tirole, le moraliste qui veut votre bien Notre prix Nobel d'Economie, Jean Tirole, vient d'écrire 629 pages sur le "bien commun", la vision d'un économiste, qui reconnaît à la fois les vertus du marché et sa nécessaire régulation. Comme il est précisé en page de couverture, le livre, "destiné à un large public", est rédigé en français, alors que tous les travaux qui lui ont valu le prix Nobel étaient en anglais. Cela pourrait expliquer l'abondance des néologismes ("réciproquer", "saillance"...). À Berlin, 2 000 mètres carrés pour nous apprendre à manger mieux (Crédits : 2000qm.eu) "2 000 mètres carrés", c’est la surface d’un centre commercial, d’un parking de 200 voitures, ou le tiers de la pelouse du stade de France. C’est aussi, à peu de choses près, la superficie dont chacun d’entre nous disposerait pour cultiver ses denrées alimentaires si l'ensemble des terres arables du monde (1,4 milliard d'hectares) était partagé équitablement. En un an, une telle parcelle peut fournir 15 tonnes de tomates, 8,5 tonnes de pommes de terre, ou une demi tonne de soja

Paris. Les Rouquins, vachard mais bon Ce genre d’endroit, il s’agit de le prendre avec les pincettes. Sur les réseaux sociaux, des petits chatons se sont pris des seaux d’eau froide sur le dos. Et ça grince, et ça couine sur l’accueil, les portions, les prix. A la limite, il faudrait continuer sur les desserts, l’entrée anonyme sur la rue du Château (juste une sonnette, une vitrine passée au blanc d’Espagne), ce soir là un chien qui aboie…Faut il continuer? Ou plutôt faut- il se se demander pourquoi l’adresse faisait salle pleine, gorgée d’une clientèle qui sait exactement ce qui l’attend. Il existe donc des lieux comme celui -ci, solide dans son bloc, ses humeurs, sa facilité.

A Lille, Superquinquin, le projet de... "Proposer un nouveau modèle économique et solidaire, une alternative au modèle dominant des grandes surfaces, avec une consommation de qualité au prix le plus accessible" c’est l’objectif de Superquinquin, un supermarché coopératif qui devrait voir le jour en 2017 à Fives, près de Lille. Le quotidien la Voix du Nord a assisté à la réunion publique, qui se tenait le 26 janvier 2016, pour présenter le projet. Superquinquin peut déjà compter sur 70 membres inscrits, "mais nous devons obtenir 1000 membres pour déclencher l’ouverture", explique Geneviève Sevrin, présidente de l’association. Elle poursuit : "Avec un objectif de 1500 bénévoles qui viendront y travailler 3 heures par mois (encadrés par quelques salariés) pour le faire tourner".

Elinor Ostrom : le bien commun par le bas Par Frédéric Mas. Les sciences sociales ont en général un biais positif en faveur de l’administration, qui est pour beaucoup synonyme d’efficacité et de modernité. Ainsi, c’est devenu un lieu commun de décrire la modernisation de l’État, après Max Weber, comme un processus de rationalisation. Un Toit Pour Tous Le 16 janvier 1951, vingt cinq élus de la CCI de Nîmes créent sur leurs deniers personnels la Société Coopérative HLM de location attribution « Maison pour Tous ». 170 logements sont alors construits pour accueillir les salariés des entreprises locales. En 1967, les pouvoirs publics restreignent les compétences des coopératives d’Hlm; un an plus tard, Jean Bloc, alors président de Maison pour Tous, et Jean Lasserre, Directeur de la CCI de Nîmes, décident de créer une Société Anonyme d’HLM et de transmettre à cette dernière le patrimoine locatif de la coopérative constitué d’environ 500 logements: c’est ainsi qu’est créée la SA Un Toit pour Tous. Outre son effort de construction, Un Toit pour Tous se développe peu à peu grâce à une croissance externe non négligeable, notamment en 1985 par l’absorption du patrimoine de la Société HLM des Cévennes (948 logements et 325 lits en foyers) et en 1990 par le rachat du patrimoine de la société Alésienne (161 logements).

Y-Lan 75014 1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 13:23 La devanture ne paie pas de mine, l'intérieur avec ses murs jaunis est plutôt lugubre et pour arranger le tout il n'y a pas âme qui vive. Et pourtant on aurait tort de passer son chemin: souvent, les belles histoires ne commencent pas autrement. Si entre ces quatre murs le temps semble s'être arrêté, on dirait même qu'il recule. La friche Richard-Lenoir : le nouveau lieu éphémère de 2 500 m2 en plein Paris C’était hier soir la présentation de la Friche, nouveau lieu éphémère sur le boulevard Richard Lenoir repris par Surprize l’agence dédiée à la teuf, puisqu'on lui doit Concrete, Hors Serie & Weather Festival (d'ailleurs les gobelets en plastique portent le logo du Weather). Un grand espace en friche donc, entouré de hauts murs d’immeubles décrépis avec en toile de fond la très belle église Saint-Ambroise. Copeaux de bois au sol, palettes à perte de vue en guise de tables et de bancs, containers en guise de bars, et tout un tas de distractions pour familles parisiennes en goguette et en manque d’espace. Eléments primordiaux : boire et manger, évidemment.

Comment protéger son œuvre musicale contre le plagiat, licences et droits de diffusion, SACEM Tel le Frankenstein moyen, votre aspiration est maintenant que votre création s’élance au-dehors, vole de ses propres ailes, bref, vous voulez que des gens écoutent votre musique ! Oui, mais voilà, le monde est cruel, et nul doute que votre morceau génial va très probablement être pillé par de vils copieurs dès sa sortie. Vous n’êtes pas si naïf : vous comptez bien protéger vos droits, c’est-à-dire protéger votre musique. La première étape, c’est de prouver la paternité de votre œuvre. Pour cela, il convient d’être en mesure de prouver l’antériorité de votre création sur celle d’un autre qui s’en inspirerait.

Depuis quelques années, la guérilla jardinière s'empare de nos villes : des habitants frustrés de fleurs et de nature confectionnent des bombes de graines et vont discrètement les lancer dans des endroits déshérités, où les graines germeront tranquillement à l'insu de tous pour produire deux mois après des fleurs éclatantes ! Le concept de guérilla jardinière ou guerilla gardening a vu le jour à New-York en 1973, lancé par des habitants soucieux de réintroduire nature et beauté au sein des espaces déshérités de la ville. Petit à petit, une technique de fabrication des « bombes de graines » (seed bombs en anglais) s’est imposée : cette technique est largement inspirée par la pratique de l’enrobage des graines de riz dans de l’argile, créée par le Japonais Masanobu Fukuoka, père de la permaculture, dans un tout autre but que la guérilla jardinière. 1 Choisissez les graines pour vos seed bombs 2 Quand fabriquer des bombes de graines ? © Finemedia

Chez Loulou 75014 Jean-Pierre Espiard, notre tailleur chic, a découvert le nouvel antre de Benoît Chagny. Suivons le… La Façade © JP Espiard Il est passé chez Ledoyen et au Crillon, a dirigé le Bouche à Oreille dans le 13e et l’Endroit, dans le 14e. Voilà, à deux pas de la mairie de ce dernier arrondissement, Benoit Chagny reprenant la cantine des Tontons II, la transformant en repaire de bon goût.

La vigie a repéré pour vous ! Octobre 2016 Le Vilain Petit Canard est un journal qui "s'intéresse à tout et de mille manières" : philosophie, politique, cuisine, danse, chanson, littérature, bande dessinée, poésie, mythologie, bricolages à faire soi-même...Il s’adresse en priorité aux collégien-nes et lycéen-nes. Il est résolument féministe dans son écriture et dans les différents sujets abordés. > Découvrir le magazine

Related: