background preloader

Origine de la vie

Origine de la vie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article concerne l'aspect scientifique des origines de la vie. Pour les aspects mythiques et religieux, voir Cosmogonie. Pour la théorie aristotélicienne, voir Génération spontanée. L'abiogenèse, dans son sens le plus courant, désigne l'étude de la génération de la vie à partir de la matière non vivante. Aujourd'hui, le terme est utilisé principalement en biologie, dans le contexte de l'origine de la vie. Les origines de la vie sur Terre demeurent incertaines. Stromatolites du précambrien, dans la formation de Siyeh. Étapes vers l'apparition de la vie[modifier | modifier le code] Il n'existe pas de modèle « standard » pour décrire l'origine de la vie. Les modèles « gènes d'abord »[modifier | modifier le code] Dans ce modèle, l'apparition du génome a précédé l'apparition du métabolisme. L’école de pensée privilégiant les acides nucléiques se subdivise en deux classes d’hypothèses[2] : Principales étapes[modifier | modifier le code] Related:  Evolution

Webiologie La Vie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La vie est un phénomène caractérisant l'état dynamique ou latent d'unités complexes auto-organisées et homéostatiques de la matière (organismes vivants), possédant éventuellement une capacité de duplication et d'évolution. Cette définition est parfois étendue à l'ensemble des êtres vivants formant la biosphère. Certains théoriciens n'excluent pas d'adopter des définitions pouvant inclure des formes mécaniques ou électromécaniques, et même des formes créées par l'homme en dehors de tout processus reproductif naturel (« vie artificielle » ou cellule artificielle). On rapproche aussi la notion de vie de la durée s'écoulant entre la naissance et la mort, au contenu évènementiel actif et passif de cette période, et à l'approche harmonieuse des relations humaines (voir « question sociale »). La conscience d'une transition entre la vie et la mort, exprimée au travers de rites funéraires, fait partie des stades marquants de l'hominisation.

Histoire évolutive du vivant Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Représentation visuelle de l'histoire de la vie sur Terre selon une spirale. Chronologie simple de l'évolution[modifier | modifier le code] Origine de la vie[modifier | modifier le code] L'archéen et l'évolution des premières cellules[modifier | modifier le code] Il y a 3,8 milliards d'années débute l'archéen, période au cours de laquelle les cyanobactéries vont apparaître et constituer les stromatolithes actuelles. Protérozoïque et apparition de multicellularité[modifier | modifier le code] L'existence d'ères glaciaires généralisées il y a de 850 à 630 millions d'années environ, une ère que l'on appelle le cryogénien, aurait favorisé le regroupement des colonies bactériennes (ou des animalcules les plus primitifs) autour « d'oasis » de vies dans des sources hydrothermales sous-marines ou affleurant en surface. Explosion cambrienne[modifier | modifier le code] Paléozoïque et la colonisation du milieu terrestre[modifier | modifier le code]

L'évolution ne mène pas toujours au progrès Marc-André Selosse Université Montpellier II Bernard Godelle Olivier Dequincey ENS Lyon / DGESCO Résumé Moteur de l'évolution, la sélection naturelle entraîne la survie du plus apte. Ce texte est publié avec l'aimable autorisation de la rédaction du magazine La Recherche. « La plus lourde tare imposée par la culture occidentale à l'évolutionnisme est la doctrine du progrès » disait Stephen Jay Gould. Évoluer équivaut-il à progresser ? Largement acceptés, ces deux raccourcis illustrent combien évolution et progrès sont souvent confondus. Pourtant, la sélection naturelle montre d'étranges paradoxes, qui ne constituent pas toujours des progrès. En 1871, Darwin explique ces caractères sexuels dits « secondaires » par la théorie de la sélection sexuelle : ils auraient été sélectionnés par l'avantage qu'ils confèrent aux mâles dans leur compétition pour accéder aux femelles. Darwin indécis. Si les îles Kerguelen disparaissaient, le « progrès adaptatif » de ces mouches serait fatal.

Whad’ya Know About Protists? – evolgen My advisor has recently got me listening to Whad’ya Know. My first reaction: It’s like Wait Wait…Don’t Tell Me! Only not as funny, not as interesting, and not as good. I’ve been downloading the podcasts for the past couple of weeks, and I’m not sure whether I’ll keep subscribing in iTunes. I’m only bringing this up because last week’s episode contained a very egregious example of someone knowing just enough biology to get themselves in trouble. What happened? It’s really sad to watch Deb struggle to display her out-dated understanding of eukaryotic taxonomy. First off, seaweed is a plant. But what about that outdated misnomer, protist? Land plants make up a small portion of the plant group (shown in green in the top-left of the figure). Everything else that I didn’t just describe would be classified as a protist according to Deb. What’s wrong with that taxonomic strategy?

Page d’index Nous sommes le 15 Sep 2016 16:14 Vos observations : De la loupe au microscope ... Vos enquêtes macro et microscopiques ! Au total il y a 24 utilisateurs en ligne :: 3 enregistrés, 0 invisible et 21 invités (basées sur les utilisateurs actifs des 5 dernières minutes)Le record du nombre d’utilisateurs en ligne est de 153, le 14 Déc 2010 02:23 Légende: Administrateurs, Collectionneurs, Correcteurs/Traducteurs, Modérateurs globaux, Invités, Utilisateurs enregistrés Statistiques 100366 message(s) • 16653 sujet(s) • 2715 membre(s)

Exobiologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Rover martien de la NASA L’exobiologie (aussi appelée astrobiologie par les Anglo-Saxons) est une science interdisciplinaire qui a pour objet l'étude des facteurs et processus, notamment géochimiques et biochimiques, pouvant mener à l'apparition de la vie, d'une manière générale, et à son évolution[1]. Conditions préliminaires[modifier | modifier le code] Pour que de la vie puisse se développer sur une planète, on admet généralement, comme conditions nécessaires, la présence d’eau liquide, d’azote, de carbone et éventuellement de silicium. La stabilité de l'orbite de la planète dans la zone habitable (pour que la vie ait le temps de se développer), et la stabilité de son/ses étoile(s) sont également considérées comme nécessaires. L'existence de vie sur des planètes dépourvues d'eau ou d'une atmosphère semblable à la nôtre n'est pas exclue, mais demeure hautement spéculative. Corps célestes[modifier | modifier le code]

Peut-on prévoir l'évolution ? L'évolution mène-t-elle toujours aux mêmes phénomènes et au même résultat ? Qu'en aurait pensé Darwin ? © Julia Margaret Cameron Peut-on prévoir l'évolution ? - 2 Photos Les chercheurs se sont longtemps demandé ce qu’il adviendrait si on reprenait tout à zéro à partir du Big Bang. En fait, il ne s’agit pas exactement d’une loterie. Destins différents en fonction de l'environnement C’est dans cette optique que s’inscrit l’étude de Patrick McGrath de l’université Rockefeller et ses collègues, portant sur des animaux souvent utilisés en biologie cellulaire : des vers du genre Caenorhabditis. Les vers du genre Caenorhabditis – ainsi que de nombreux nématodes – ont un cycle de vie un peu particulier. En fonction des conditions environnementales, et notamment de la densité de population, la larve emprunte la voie du stade dauer. En laboratoire, les vers sont élevés en grande quantité. Même gène concerné pour des espèces différentes A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

Des cellules presque vivantes. Pendant longtemps un certain nombre de phénomènes physiques ont intrigué les physiciens car ils semblaient contraire au second principe de la thermodynamique. Ces phénomènes, qualifiés de dissipatifs par Ilya Prigogine (1), apparaissent toujours dans des systèmes traversés par des flux importants d’énergie. C’est le cas par exemple de l’apparition spontanée de mouvements ordonnés dans un fluide soumis à des différences de température ou de pression. La diminution d’entropie observée est en fait compatible avec le second principe parce que ces systèmes ne sont pas isolés, mais le second principe ne les explique pas. En 1900, dans son mémoire de thèse intitulé “Les tourbillons cellulaires dans une nappe liquide”, Henri Bénard, alors étudiant à la Sorbonne, mettait en évidence l’apparition de cellules hexagonales régulières dans un film d’huile dont les deux surfaces sont soumises à une forte différence de température.

Download Graphic Images from the Hillis/Bull Lab Return to "Download Files" Page You are welcome to download the following graphic image of the Tree of Life for non-commercial, educational purposes: Tree of Life (~3,000 species, based on rRNA sequences) (pdf, 368 KB) (see Science, 2003, 300:1692-1697) This file can be printed as a wall poster. Tree of Life tattoo, courtesy of Clare D'Alberto, who is working on her Ph.D. in biology at the University of Melbourne. The organisms depicted in this tattoo are (starting at 4 o'clock and going around clockwise): (1) a cyanobacterium (Anabaena); (2) a radiolarian (Acantharea); (3) a dinoflagellate (Ceratium); (4) an angiosperm (Spider Orchid); (5) a couple species of fungi (Penicillium and a yeast); (6) a ctenophore (comb jelly); (7) a mollusc (nudibranch); (8) an echinoderm (brittle star); and (9) a vertebrate (Weedy Sea Dragon). Here is another great Tree of Life tattoo! Cover of Molecular Systmatics, 2nd ed Here is yet another version from Hannah Udelll at the University of Wisconson-Madisson.

SVTR Pour en savoir plus L'auteur Sébastien Bohler est journaliste à Cerveau & Psycho Lire préserve le cerveau des atteintes de l’âge. 294 personnes âgées ont été suivies jusqu’à leur décès, en fonction de leurs pratiques intellectuelles, plutôt actives (lecture et écriture, notamment) ou plutôt passives (télévision). Ces observations confirment l’importance de la réserve cognitive emmagasinée au cours de l’enfance, sorte de capital-mémoire initial ; mais aussi celle de l’entretien tardif de ce capital.

Related: