background preloader

EFSA 08/10/15 Consommer des insectes : quels sont les risques ?

EFSA 08/10/15 Consommer des insectes : quels sont les risques ?
L’EFSA a abordé cette question en élaborant un profil de risque qui identifie les dangers biologiques et chimiques potentiels, ainsi que les risques d’allergénicité et les dangers pour l’environnement associés à l’utilisation d’insectes d’élevage pour l’alimentation humaine et animale. L'avis scientifique compare également ces dangers potentiels avec ceux associés aux sources traditionnelles de protéines animales. Selon les experts scientifiques de l’EFSA, la présence éventuelle de risques biologiques et chimiques dans des aliments dérivés d’insectes dépendrait des méthodes de production utilisées, du substrat sur lequel les insectes sont nourris, de l’étape du cycle de vie à laquelle les insectes sont « récoltés », de l’espèce d’insecte, ainsi que des méthodes utilisées pour leur traitement ultérieur. L’avis scientifique prend également en considération les dangers possibles associés à d’autres types de substrat, tels que les déchets de cuisine et le fumier animal. Contexte Related:  Actualités francophonesNovel Food - Quoi de neuf ?

JO ASSEMBLEE NATIONALE 12/05/15 Réponse à question N°62359 Réglementation : insectes comestibles. perspectives. Texte de la question M. Lucien Degauchy appelle l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement, sur la réglementation que régit la commercialisation des insectes comestibles. Il semble en effet que selon les départements, les services de l'État (DGCCRF) ne donnent pas les mêmes réponses, autorisant dans certains départements, refusant dans d'autres, aux commerçants souhaitant en vendre. Afin de pouvoir répondre aux demandes des producteurs et des éventuels consommateurs, il lui serait reconnaissant de lui préciser les règles en la matière. Texte de la réponse Les insectes sont considérés comme des « nouveaux aliments » au sens du règlement (CE) n° 258/97 du Parlement européen et du Conseil du 27 janvier 1997 relatif aux nouveaux aliments et aux nouveaux ingrédients (appelé règlement « Novel Food »).

Novel foods: simpler approval rules to boost food innovation Ever heard of chia seeds, flavonoids, glycyrrhiza glabra or rapeseed protein? They are all classified as novel foods. On Wednesday 28 October MEPs approved plans to make it easier to get them approved by 359 to 202 votes with 127 abstentions. What novel foods are Novel food is either newly-developed, innovative food or food that has been produced using new technologies and production processes. Why existing rules need to be updated Current EU regulation on novel foods dates back to 1997. What would change The new rules would subject novel food to a safety evaluation and authorisation at the EU level. As requested by MEPs, the proposed rules would also cover food from cloned animals until specific legislation on cloning is adopted as well as a new definition of nanomaterials and restrictions on animal testing. Next steps In addition to the Parliament, the text will also have to be approved by the Council of Ministers, which represents EU countries, before it can enter into force.

AFSCA - Insectes Le règlement (CE) n° 258/97 prévoit que les aliments ou les ingrédients alimentaires qui n’ont pas été utilisés pour la consommation humaine à un niveau significatif dans l’Union Européenne avant le 15 mai 1997 sont des nouveaux aliments ou nouveaux ingrédients alimentaires (« novel foods, novel food ingredients»). En vertu de ce règlement, tous les nouveaux aliments ou ingrédients alimentaires doivent avoir fait l’objet d’une analyse des risques et recevoir une autorisation de la Commission européenne avant de pouvoir être mis légalement sur le marché communautaire. Dans l’attente d’une position claire et d’une harmonisation du statut de novel food des insectes au niveau européen, l’AFSCA applique sur le territoire belge, les règles ci-dessous pour la mise sur le marché des insectes destinés à la consommation humaine . Les opérateurs qui élèvent des insectes destinés à la consommation humaine pour la mise sur le marché, doivent être enregistrés à l’AFSCA.

Autonomie protéique - Moins de tourteaux ? Oui, mais avec moins d'ensilage Acheter moins de tourteaux, c'est possible ? Oui, mais cela demande de réduire la part d'ensilage de maïs plante entière dans la ration. C'est l'un des principaux leviers pour consommer moins de tourteaux et valoriser davantage les fourrages riches en protéines cultivés sur l'exploitation. Un article extrait de Terre-net Magazine n°38 - Septembre 2014. Les ensilages d’herbe, de légumineuses pures, de maïs plante entière et de maïs grain humide s’associent bien et permettent de produire plus de 30 l de lait/vache/j avec moins de 3 kg de correcteurs azotés. Combien coûte un kilo de protéines végétales pour nourrir le troupeau ? A l’échelle européenne comme à celle de l’exploitation, gagner en indépendance protéique permet de mieux résister aux fluctuations des marchés des matières premières, du lait ou de la viande. Concentrer l’énergie Acheter moins de tourteaux pour produire moins cher, d’accord mais faut-il pour autant renoncer à un haut niveau de performances zootechniques ? maïs épis

REUSSIR PORC 20/11/15 L’EFSA pointe les risques des insectes en alimentation animale L’Agence européenne de sécurité des aliments, l’EFSA, vient de rendre son avis sur l’utilisation potentielle d’insectes pour l’alimentation animale. Les experts pointent avant tout le manque de données disponibles concernant les possibles contaminants. L’Agence rappelle que les insectes sont considérés comme des « animaux de ferme ». La réglementation européenne impose donc qu’ils reçoivent des aliments « sains ». Elle pointe donc l’importance des substrats sur lesquels seraient élevés les insectes et le risque de passage de prions sur des substrats bruts. L’Agence souligne le peu d’études disponibles à ce jour sur les risques de transmission de pathogènes des insectes vers les animaux d’élevage (et l’homme) et rappelle qu’à ce jour leur incorporation dans les aliments pour animaux est interdite en Europe.

PAPERBLOG 03/10/15 ENTOMOPHAGIE: Les insectes sont-ils plus sains que la viande en cas de sous ou sur-alimentation? – Eur J Clin Nutr Publié le 03 octobre 2015 par Santelog @santelog Une comparaison des profils nutritionnels des insectes à la viande mène au constat que les insectes sont plus appropriés pour lutter contre la sous-alimentation que la suralimentation. Les insectes sont de plus en plus souvent présentés comme la source de protéines du futur. Deux modèles sur les bancs d’essai Pour répondre à cette question, ils ont comparé les données de trois viandes fraîches (bœuf, porc et poulet) à celles de 6 espèces d’insectes, et ce pour l’énergie ainsi que 12 nutriments. Criquet, charançon et vers de farine plus nutritifs Les résultats montrent d’abord une grande hétérogénéité des scores parmi les insectes, comparativement aux viandes. Par contre, aucun insecte n’apparaît comme plus sain que la viande selon le score Ofcom, et ne peuvent donc pas faire valoir de supériorité nutritionnelle dans un contexte d’abondance. Référence : Payne C.L. et al., Eur J Clin Nutr., 2015 Sep 16

Insectes et nanomatériaux : l'alimentation du futur est-elle dangereuse ? Êtes-vous prêts à manger des insectes pour le dîner ? Ces petites bêtes, très prisées dans certains pays d'Asie et d'Afrique, notamment, pourraient bien s'inviter bientôt à table. Le Parlement européen a approuvé la révision de la législation à leur sujet. Les insectes bientôt les stars de nos menus ? Le Parlement européen a validé 7 nouveaux aliments qui pourraient être bientôt autorisés à circuler en territoire européen. Parmi ces nouveaux aliments, se trouvent les insectes (dans les faits, la consommation d'insectes est déjà tolérée voire légalisée dans certains pays comme la Belgique et les Pays-Bas). Les nanomatériaux dangereux pour la santé ? Autre nouvel aliment autorisé, les « nanomatériaux manufacturés », c'est-à-dire fabriqués par l'homme (même si là encore, dans les faits, des nanomatériaux circulent déjà sur le territoire européen). Ils permettent notamment de diminuer la teneur en graisse, en sel et en calories des aliments. À lire aussi Les insectes, c'est bon, modérément

Info DIELNA L'aliment liquide DIELNA améliore la digestion de vos fourrages La présence de grains et/ou de morceaux de tige dans les bouses matérialise une perte économique. Le fourrage est gaspillé. La bousologie est un bon outil pour faire un état des lieux. 10 grains dans 100 grammes de bouses, c'est une perte de 1.3 kg de maïs grain par vache et par jour !!! Maximiser votre revenu Pour maximiser le revenu, il est important de faire des économies. Quelques pistes : 1 - Bien corriger vos fourrages pour bien les valoriser en apportant la correction correspondante à la quantité de fourrage ingérée. 2 - Apporter un aliment liquide DIELNA pour « booster » le fonctionnement du rumen en apportant les sucres solubles et l’azote soluble nécessaires. Il est important de produire le volume de votre référence pour diluer les charges de structures incompressibles. Malgré cela, si vous souhaitez maîtriser votre production, il est préférable de le faire avec moins de vaches en avançant les réformes, tout en gardant une production maximale par vache. (©Dielna)

CLEANTECH 26/02/15 Avec Ynsect, la farine d’insectes devient aliment pour animaux d’élevages La farine d’insectes, nouvel aliment clé de nos élevages ? A en croire les récentes préconisations de l’Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), les « matériaux riches en protéines » issus d’insectes présenteraient de nombreux avantages. Face à un tarissement des ressources naturelles et à l’augmentation de la demande mondiale d’ici à 2050, la production de nouvelles formes d’alimentation animale suscite depuis quelques années un intérêt non négligeable. Fort de ces réflexions, les quatre fondateurs de la start-up française Ynsect entendent commercialiser une farine d’insectes propre à la consommation. Une alternative crédible pour répondre à la pénurie de protéines Principalement composée de farine et huile de poissons, de soja et de céréales, l’alimentation à destination de l’élevage et de la pisciculture devrait voir sa production augmenter de 70 % à l’horizon 2050. « Nous sommes partis d’un double constat.

AFSCA 05/11/18 Circulaire : Elevage et commercialisation d’insectes et de denrées à base d’insectes pour la consommation humaine Contrôle de la qualité des eaux dans le secteur des denrées alimentaires - Annexe 1 : Paramètres et valeurs paramétriques - Annexe 2 : Paramètres à analyser selon les traitements appliqués à l’eau de distribution - Annexe 3 : Fréquences des contrôles - Annexe 4 : Formulaire de demande d’exemption d’analyse de paramètre du contrôle complet de l’eau potable - Annexe 5 : Formulaire de demande de réduction de fréquence d’analyse des paramètres du contrôle de routine de l’eau potable - Annexe 6 : Formulaire d’octroi de demande d’exemption d’analyse de paramètre du contrôle complet de l’eau potable - Annexe 7 : Formulaire d’octroi de demande de réduction de fréquence d’analyse des paramètres du contrôle de routine de l’eau potable

novel food | Food Health Legal The heat was on today in the European Parliament (EP). The reason for that was that the new Novel Foods Regulation was put to vote in a plenary session. In the debate prior to the vote, the opinions centred between concerns about food safety and the free circulation of goods. In this post, you will be updated about the outcome of the vote. In short, the adoption of the new Novel Foods Regulation will have important consequences for Food Business Operators (FBO’s). Shaping the new Novel Foods Regulation Today (28 October 2015), the EP adopted the latest proposal for a Regulation on Novel Foods [insert final text]. So what are Novel Foods finally? In the initial Commission proposal, the various product categories had not been exhaustively defined. What’s in? Contrary to the ENVI proposal, the current text of the Regulation no longer mentions food derived from cloned animals or their descendants as a separate product category. Evaluation of insects as food by certain Member States Conclusion

Evolution alimentaire, Cuisine du quotidien par Thierry Marion Cuisine du quotidien et cuisine nourricière Comment valoriser la viande et privilégier la qualité à la quantité ? Par Thierry Marion Concepteur des méthodes de «cuisine évolutive» C’est dans la quotidienneté que se lisent et s’affirment les grandes tendances alimentaires et que s’inscrivent les mutations. L’enjeu des cuisines nourricières est de maîtriser suffisamment les techniques de transformation des protéines animales pour mieux valoriser ces morceaux, mais aussi pour nettement monter en gamme et accéder aux morceaux de qualité supérieure, aux races bouchères, aux viandes sous label, tout en restant dans le cadre de budgets maîtrisés. Il s’agit donc de s’inspirer des pratiques « modernistes » des grands chefs pour sélectionner les techniques les plus adaptées aux contraintes des cuisines nourricières (volumes, budgets limités, équipes réduites, usure du quotidien). Il s’agit non pas de manger « moins », mais « mieux » de viande. Elle vise à nourrir les convives au quotidien.

ANR 05/02/15 Projet Desirable : Les insectes, ressources alternatives pour l’alimentation animale ? Les insectes, riches en protéines et en matières grasses, sont la base du régime alimentaire de nombreux animaux. Ils sont utilisés dans la cuisine asiatique depuis des siècles et sont aujourd’hui employés par l’industrie agroalimentaire pour la fabrication d’ingrédients entrant dans la composition de produits d’alimentation courante. La cochenille, par exemple, sert à produire le colorant de certaines confiseries. Dans un contexte de raréfaction des ressources, les insectes, jusqu’ici sous exploités, pourraient être une source de diverses matières premières. Répondre à la pénurie de protéines avec des insectes Dans un contexte de demande croissante de viande et de pénurie des surfaces cultivables, les cours boursiers des protéines permettant l'alimentation des animaux se sont fortement accrus ces dernières années. Les promesses d'une solution écologique Une vision globale, de l'élevage à la vente En savoir plus Partenaires du projet :

Related:  Projet tuteuré : l'entomophagie