background preloader

“Internet civilisé”: la timeline

“Internet civilisé”: la timeline
Les anthologies, frises, chronologies (timeline), c'est bien. Les illustrer en utilisant les outils disponibles sur le web, c'est (encore) mieux. Billet initialement publié sur le datablog d’OWNI La semaine passée, notre éminent confrère Marc Rees se fendait d’une petite anthologie de la notion, tant chérie par Nicolas Sarkozy, de “l’Internet civilisé” (Avec l’Internet civilisé, l’UMP s’échine). Las : à l’exception d’une photographie de fossiles préhistoriques, l’article se bornait à enfiler des dates, des noms, et des citations, en mode texte. Il existe pourtant de nombreux outils de “timeline” (frise chronologique, en bon français), créés précisément pour visualiser des informations, dans le temps, mais également d’y associer des images, de les mettre en contexte… Ceux qui voudraient garder la main sur leurs données installent Timeline sur leur serveur, ou encore TimelineSetter que Propublica vient de rendre public. Une timeline avec des images, c’est encore mieux. Image loppsilol

A quoi ressemblerait Internet sans ses défenseurs? Face à l'avalanche de lois sécuritaires sur Internet, les organisations citoyennes sont souvent le meilleur levier pour contrer la répression. Et si elles n'existaient pas? Cet article est une fiction basée sur l’extrapolation de faits réels. Disclaimer: Il fait suite aux appels au don de la Quadrature du Net. 1er avril 2011. D’ailleurs, une fois connecté à Internet, Henry essaie de rejoindre un chan IRC pour suivre les actions des Anonymous en Libye, qui s’attellent à la mise en place de radios pirate pour faciliter la communication entre les dissidents. “Ma conviction est que les règles qui s’imposent à toute la société et aux échanges classiques de biens et de services doivent également s’appliquer à Internet”, expliquait Nicolas Sarkozy dans un courrier adressé à son ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, le 29 septembre 2010. Hadopi votée en première lecture L’Internet sage et obséquieux dans lequel vit Henry n’est pas un futur dystopique digne de Brazil.

TimelineSetter: Easy Timelines From Spreadsheets, Now Open to All Talking Points Memo used TimelineSetter to create a timeline featuring events in Wisconsin’s public-sector union struggle. Last week we announced TimelineSetter, our new tool for creating beautiful interactive HTML timelines. Today, after a short private beta with some of our fellow news application developers, we’re opening the code to everyone. How to Install If you’ve got Ruby and Rubygems installed, you can get the package by running: sudo gem install timeline_setter You can also check out the source code from Github. Documentation TimelineSetter’s documentation explains exactly how to jump in and create your first timeline. If you want to see how the JavaScript works, we’ve also annotated the code to make it clear exactly how it’s put together. Demos not Memos To go along with the open source release, we put together a demo timeline which pulls live tweets from four news organizations and places them in separate series on a timeline. What’s on the Roadmap?

LES LOGS POUR LES NULS LSQ, LPSI, LCT : Petite histoire de l'instauration en 3 temps d'un état policier numérique à la française www.odebi.org L'attentat contre les tours jumelles du World Trade Center de New York fait 2749 victimes[ 1 ]. 15 Novembre 2005 : Les lobbies du contenu utilisent les images de ces attentats en les diffusant à l'Assemblée Nationale dans le but de promouvoir leurs interêts économiques[ 2 ]. Le gouvernement français dépose des amendements au ( )[ 3 ][ 4 ], destinés à insérer dans cette loi des "dispositions renforçant la lutte contre le terrorisme"[ 5 ] : " " L'amendement n°2 (qui donnera naissance à l'article 22 de la LSQ) indique clairement que ces dispositions sont exceptionnelles et :" L'amendement n°9 [ 6 ], qui donnera naissance au fameux article 29 de la LSQ, impacte directement la vie privée des internautes en permettant aux FAI de ne pas effacer les données de connexions (logs) de leurs abonnés, et de conserver ces logs pendant au plus un an : " En résumé : . [ 13 ] .

Le Vatican défend les hackers Le Vatican et les hackers ont plus de points communs qu'on ne le croit. Le site Network World relaie en effet un article de la revue Civilta Cattolica, «dont le texte est relu pour approbation par la secrétairerie d’Etat du Vatican avant publication», où un père jésuite, Antonio Spadaro, «critique littéraire et expert en technologie», défendait mi-mars les hackers d’une façon «étonnamment charitable». Un résumé de cet article écrit en italien a été posté en anglais sur Facebook: «Une vision largement partagée considère les hackers comme des saboteurs, si ce n’est comme des délinquants numériques. Relier hacking et éthique peut donc paraître contradictoire. […] Sans comparer indûment les hackers et les communautés chrétiennes, cet article conclut que les deux ont aujourd’hui, dans un monde dévoué à la logique du profit, beaucoup à se donner mutuellement.» «En tant que chrétien, je ressens quelque chose que Dieu a dû ressentir quand Il a créé le monde.» Photo: le Vatican. publicité

Un fichier de 45M de « gens honnêtes » MaJ : la proposition de loi a donc été adoptée, en première lecture, en présence de 7 députés de la majorité, et de 4 députés de l'opposition; comme le titre PCInpact, 11 députés votent le fichage de 45 millions d'honnêtes gens... L'Assemblée nationale va débattre, ce jeudi 7 juillet, une proposition de loi sur la protection de l'identité, dans un hémicycle fort de 11 députés . Objectifs : ajouter à la future carte d'identité une puce électronique régalienne, pour être identifié auprès des services de sécurité, une deuxième puce facultative pour les services et le commerce électronique, mais aussi et surtout créer une base de données centralisée des empreintes digitales et photographies de leurs titulaires. Ce sera le premier « fichier des gens honnêtes » Le nombre de fichiers policiers a augmenté de 169% depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur, en 2002 : plus de la moitié des 70 fichiers recensés ont été créés sous son autorité. Photographie CC a2gemma

e-G8 et problèmes réels de l'internet Le 24 mai commencera à Paris le G8 de l'internet (e-G8), destiné d'après son site à réunir les mardi 24 et mercredi 25 mai les « leaders et experts des technologies de l’information et de l’Internet, du monde entier » avant le Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement du G8 qui se tiendra à Deauville les jeudi 26 et vendredi 27 mai, et pour lequel l'internet apparaît comme un sujet hautement prioritaire. La présidence française de ce G8-G20 estime que « le G8 est particulièrement légitime pour traiter des questions liées à Internet ». Le 24 mai, une intervention de Nicolas Sarkozy serait prévue d'après le programme mis en ligne par Nova Spivack dans son blog Minding The Planet. Le forum e-G8 est présidé par le PDG de Publicis, Maurice Lévy. La présentation officielle du e-G8 Forum : souligne : Le e-G8 Forum réunira les leaders et experts des technologies de l’information et de l’Internet, du monde entier. (fin de citation) La présidence française du G8 écrit :

Il n’y aurait pas d’Internet sans les hackers Alors que vient de s'ouvrir le SSTIC, la plus ancienne des conférences, en France, consacrées à la sécurité des informatique, Arte diffusait hier soir un documentaire, Hackers : ni dieu, ni maître, de Fabien Benoît, très loin des visions caricaturales et anxiogènes trop longtemps véhiculées par les médias, occasion de faire le point sur ce que sont, et font, les hackers, et donc de lutter contre certains préjugés qui ont de moins en moins la peau dure. J'y figurais, extraits, verbatim, et rediffusion (voir aussi en VOD & DVD) : S'il n'y avait pas de hackers, il n'y aurait pas d'Internet, pas de commerce ni d'administration électronique, parce qu'il y aurait tellement de trous de sécurité dans nos ordinateurs et sur les réseaux qu'on ne pourrait pas payer ses impôts par Internet. Voir également le dossier réalisé par ZDNet sur Arte.tv, pour ceux qui voudraient en savoir plus sur l'histoire de cette contre-culture des hackers.

Embracing Streaming Music on Linux If you're like me, you've got music playing all day. When you have tapped out your personal collection, want to troll for new music, or just let someone else handle the playlist — you'll find plenty of Internet radio stations and streaming services. Thankfully, Linux offers plenty of ways to tune into Internet radio stations. From Banshee to Pithos, you have a bevy of options at your fingertips. Each of the applications we'll cover can be installed by simply searching for the application in your distribution's Add/Remove Software tool and installing from there. So, installation should not be an issue. Banshee Plugin Although Banshee can no longer play streams from Last.fm free accounts, it does have an outstanding Internet radio plugin. Banshee's plugin is a bit more complex than the others, but makes for an all-in-one solution for listening to streaming and local music. Like most good streaming tools, the Banshee plugin allows for the adding of streams to the Radio bookmarks. Last.fm

Les pédophiles sont sur le Net. Nous aussi. Et tant mieux. La première émission de télévision qui ait été entièrement consacrée à l'Internet date de décembre 1995. Ce soir-là, on a pu découvrir, grâce à «La marche du siècle», qu'outre quelques sites amusants comme celui du Louvre ou de la bibliothèque du Congrès, on ne trouvait guère sur l'Internet que des pirates, des néonazis et des pédophiles.Laurent Chemla, "Confessions d'un voleur - Internet : la liberté confisquée", Ed. Denoël (dir. Guy Birenbaum), 2002.Il y a plein de gens qui gueulent contre les sites pédophiles, mais ils sont fous ! Etes-vous "moranoïaque" ? Vous avez peut-être déjà vu le spot de pub, qui devrait être diffusé sur les TV nationales, à l'initiative de nadine Morano, afin d'"alerter sur les dangers potentiels d’Internet". Pour discuter de ces questions, trois rendez-vous cette semaine. Ensuite, une table ronde, le 11 décembre, à Bordeaux : "Santé en ligne et vie privée : faut-il avoir peur des effets secondaires ?"

Related: