background preloader

Les alliés des Américains en Syrie: leurs performances honteuses sont parfaitement explicables

Les alliés des Américains en Syrie: leurs performances honteuses sont parfaitement explicables
Note de Dmitry Orlov L'échec américain récent pour former et équiper des forces anti-Assad en Syrie n'est pas un incident isolé. C'est un symptôme d'un problème systémique. Cet article, paru récemment dans la presse russe, explique pourquoi. Par Yevgeny Krutikov – Le 29 septembre 2015 – Source Vzglyad via Club Orlov Le scandale autour de la 30e Division, mise sur pied et entraînée par des formateurs américains pour la guerre contre Assad, et qui s’est immédiatement rendue au front islamiste al-Nosra dès que ses membres ont franchi la frontière turque, résonne maintenant tout autour de la planète. Il y aura beaucoup de ces scandales. Rappelons nous que le résultat final est que le Front al-Nosra (une branche d’al-Qaïda) a reçu des armes, de l’équipement et quelques pickups des États-Unis. Problèmes avec les services secrets et la psychologie L’image d’un agent de la CIA décidant qui choisir comme allié au Moyen-Orient a été indûment exagérée par Hollywood. Problèmes physiques Lien Related:  Réfugiés de Syrie : Problèmes et causesScoop it Russie avec Elisa

Bombardements russes sur les alliés américains en Syrie, incident militaire entre l’Arabie saoudite et l’Iran, retrait des Palestiniens des accords d’Oslo : le Moyen-Orient est-il au bord de la déflagration menant à la 3ème guerre mondiale ? Atlantico : Selon sénateur américain John McCain, des frappes russes auraient tué des rebelles syriens soutenus par la CIA jeudi 1er octobre. Ainsi, l'aviation envoyée par Moscou aurait touché le groupe syrien Souqour al-Jabal, dont les membres ont été formés par la CIA. Peut-on s'attendre à d'autres opérations controversées ? Quels sont les risques de dérapages dans la région ? Roland Lombardi : Tout d’abord, rappelons une nouvelle fois qu’en Syrie, la stratégie de la Russie est claire : soutien inconditionnel à Bachar el-Assad, lutte contre Daech et tous les autres mouvements islamistes. De plus, contrairement à ce que les médias occidentaux affirment, au-delà de toutes les minorités religieuses et ethniques qui composent la Syrie, Bachar el-Assad est aussi et encore soutenu par au moins la moitié de la population syrienne (même sunnite). Pour la première fois donc, depuis l’intervention soviétique en Afghanistan de 1979 à 1989, l’armée russe intervient au Moyen-Orient.

Bachar el-Assad pourrait faire partie d'une période de transition, admet le président turc Erdogan — RT en Français Farouche opposant au président syrien ces dernières années, le président turc Recep Tayyip Erdogan semble changer d'avis en expliquant que le processus de transition en Syrie pourrait se faire avec l'aide de Bachar el-Assad. C'est une preuve du changement de ton global à l'égard de Bachar el-Assad. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a toujours été un farouche opposant au président syrien, semble changer son fusil d'épaule et a reconnu aujourd'hui qu'une solution en Syrie pourrait passer par Bachar as-Assad. Toutefois, pour lui, le maintien de Bachar el-Assad ne peut être que provisoire. Ces propos confirment toutefois un changement de position assez sérieux de la part de la Turquie envers Bachar el-Assad. Ankara avait jusque là rejeté toute solution politique qui inclurait le président syrien.

Syrie: Duel Aérien entre des Sukhoi SU-30 SM russes et des F-15 israéliens | Strategika 51 oct2 EXCLUSIF-Strategika 51: Six chasseurs multirôles russes de type Sukhoi SU-30 SM ont mis en fuite des chasseurs israéliens de type McDonnell Douglas F-15 au large des côtes syriennes. Les appareils israéliens survolent depuis des mois l’espace aérien syrien et plus particulièrement la base aéronavale de Lattaquié, tête de pont des forces russes en Syrie. Dans la nuit du 1er au 02 octobre 2015, six Sukhoi SU-30 SM russes ont décollé de la base aérienne syrienne de Hmimim en direction de Chypre avant d’intercepter en position d’attaque quatre chasseurs israéliens F-15. Surpris par une situation aussi inattendue et probablement non préparé à un combat aérien avec l’un des meilleurs chasseurs polyvalents russes, les pilotes israéliens ont vite rebroussé chemin vers le Sud en survolant à très grande vitesse le Liban. L’armée libanaise a annoncé officiellement à 2313 Z (heure locale) que quatre « appareils ennemis » (israéliens) avaient franchi l’espace aérien du Liban. J'aime :

«La Turquie entre en guerre aux côtés de Daesh» Plusieurs dirigeants semblent sous le choc, après que les forces aériennes turques ont abattu un avion militaire russe à la frontière turco-syrienne, même si le bombardier n’avait pas violé l’espace aérien de la Turquie, d'après Moscou. «La Turquie est officiellement entrée en guerre aux côtés de l’Etat islamique en abattant sur ordre d’Erdogan un avion russe qui participait aux opérations contre les terroristes islamistes en Syrie», a écrit sur sa page de Facebook Roberto Calderoli, membre dirigeant du parti italien Lega Nord. «Pourquoi est-ce que la Turquie est encore dans l’OTAN après ce qui s’est produit ?», se demande-t-il. «Il y a des soupçons que la Turquie coopère d’une façon informelle avec l’Etat islamique. L’ancien Premier ministre suédois Carl Bildt a précisé que d’abattre un avion était une «réaction dure pour une incursion». Au vu de la tension ambiante, le président du Conseil européen Donald Tusk appelle le monde au calme.

Frappes russes en Syrie: les Casques blancs inondent le Web d’intox L'organisation a récemment publié sur son compte Twitter une photo représentant une petite fille syrienne couverte de sang, prétendument blessée ainsi qu'un bon nombre de ses concitoyens au cours des frappes aériennes russes le 30 septembre. L'une d'elle a été reprise par le célèbre quotidien français l'Express. "La Russie a frappé Homs aujourd'hui. 33 civils, y compris trois enfants et un volontaire @SyriaCivilDef, ont été tués", a partagé l'organisation sur son compte Twitter. Cependant, la falsification a aussitôt été démontrée: des utilisateurs de Twitter ont découvert que la photo avait été prise le 25 septembre 2015, soit cinq jours avant les bombardements en question. S'empressant d'accuser Moscou, les White Helmets ont publié le tweet fustigeant les frappes russes en Syrie plusieurs heures avant l'autorisation officielle du «recours aux forces armées à l'étranger» par le parlement russe.

Russie: structures géopolitiques 1 Situation géographique 2 Brèves données historiques Le système politique de la Russie a connu depuis 1990 un double bouleversement important. Simultanément, les constitutions dites «socialistes» ont changé de nature. Le 25 décembre 1991, la Russie est devenue un État souverain à la suite de l'éclatement de l'URSS. Toutefois, le président et le Congrès se révélèrent en conflit tant sur la politique économique que sur la conception de l'organisation du pouvoir. Il ne faut pas oublier que la Russie avait toujours formé dans les faits un État fortement centralisé. C'est pourquoi les rapports entre le centre et les régions, entre le pouvoir politique et les nouveaux pouvoirs économiques nés de l'introduction de la libre entreprise et de la privatisation sont encore loin d'être totalement régis par le droit. Aujourd'hui, le Kremlin semble en état de reprendre en main le contrôle des régions et à limiter l'emprise des gouverneurs locaux. 3 Une fédération de 86 «sujets» - Les districts fédéraux

Frappes russes en Syrie: l’Onu avoue s’être trompée International URL courte Selon Farhan Haq, porte-parole du secrétaire général de l'Onu, les récentes déclarations du service de presse de l'Onu, affirmant que les frappes de l'aviation russe contre les positions de l'EI faisaient des morts parmi les civils syriens, n'étaient fondées que sur les informations de médias et d’organisations non gouvernementales. "Nous avons reçu des messages de groupes civiles, y compris +White Helmets+ et des médias", a-t-il déclaré en répondant à la demande de préciser sur quelles données a été basée la récente affirmation du porte-parole du service de presse de l'Onu. Ici, il s'agit du porte-parole du secrétaire général de l'Onu, Stéphane Dujarric, qui avait annoncé auparavant que "selon les données des messages initiales, près de 33 citoyens innocents auraient pu être victimes d’attaques dans la région de Homs".

Russie-Géorgie: les enjeux du conflit en 7 points 1. Quels facteurs ont pu décider Mikheïl Saakachvili à intervenir brusquement en Ossétie du Sud? Depuis le début de son mandat, il cherche à reprendre le contrôle de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie au nom de l'intégrité de la Géorgie. Il a voulu internationaliser la crise ossète pour changer de cadre de résolution du conflit. 2. La Russie a brutalement répondu à une "agression" de la Géorgie contre les Ossètes, naturalisés russes, pour la "punir" et humilier son armée. 3. 4. La Russie a mis trois siècles à conquérir le Caucase. 5. Les Etats-Unis cherchent à élargir leur influence sur la périphérie de la Russie. 6. Non. 7. Le Caucase du Sud a pour le moins gagné en visibilité, et tout recours à la force dans les autres conflits régionaux semble exclu ou très risqué dans la crise du Haut-Karabagh.

Une semaine à Damas. Rencontre avec la députée syrienne Maria Saadeh Architecte de profession, Maria Saadeh est députée de la circonscription de Damas et Sednaya. Elle a été élue après un an de conflit. Elle est plus déterminée que jamais à sensibiliser l’opinion française au calvaire qu’endure son peuple. Aleteia : Pourquoi avoir choisi soudain de devenir députée du parlement Syrien alors que rien ne vous y destinait ? Maria Saadeh : En tant que citoyenne et femme syrienne j’estime que vos gouvernements n’ont pas le droit de sélectionner qui peut représenter ou non la Syrie. Que répondez-vous à ceux qui vous accusent d’être élue au service d’un régime dictatorial ? Ce sont les occidentaux qui se permettent de juger que notre société est sous une dictature. Etiez-vous engagée politiquement avant la crise que traverse aujourd’hui la Syrie ? Non pas du tout, je n’exerçais absolument aucune responsabilité politique avant la guerre. Quand vous faisiez partie de la société civile, aviez-vous des choses à reprocher au gouvernement syrien ?

Russie – Union européenne : quelles stratégies en matière (...) - Russie APRES l’effondrement de l’URSS en 1991, la Fédération de Russie doit faire face à une crise économique sans pareil. Son produit intérieur brut (PIB) s’effondre, ses dettes augmentent et ses capitaux sont en fuite [1]. Pourtant, quinze ans plus tard, ses indicateurs économiques sont « au vert » et les prises de participation dans les entreprises de l’Union européenne sont régulières. Un renversement de situation qui mérite intérêt. D’abord, il s’agit de comprendre comment la situation économique s’est assainie et le rôle important qu’a joué Vladimir Poutine à compter de son accession au pouvoir, en 2000. Dans le même temps, l’Union européenne a tout de suite exprimé son intérêt pour la Fédération de Russie. Première partie Après des années 1990 particulièrement difficiles, la Russie affiche jusqu’en 2008 une reprise économique insolente. L’Union européenne (UE) est la première visée par la stratégie d’investissements de la Russie. 1.1. La reprise économique de la Russie 1.2. 2.1. 2.2.

En Syrie, au secours, les Rouges arrivent… Par Alexander Vasilyev – Le 28 septembre 2015 – Source : Fort Russ Un passage en revue rapide de la correspondance sur les réseaux sociaux des militants de État islamique et de ceux de l’opposition syrienne montre que le moral des révolutionnaires et des combattants du Califat est bien différent de ce qu’il était il y a seulement quelques semaines. De très nombreux messages appellent les rebelles à quitter la Syrie pour venir en Europe en se fondant au milieu des réfugiés, l’Europe où «les infidèles, tels des moutons stupides, nous donneront de l’argent et des logements». Pourquoi ce changement de ton? La peur de la Russie. De simples rumeurs sur l’apparition de troupes russes sur le champ de bataille en Syrie ont provoqué la panique dans les rangs d’État islamique. D’un côté, nous devons nous souvenir que la guerre dure depuis quatre ans en Syrie, et qu’il n’est pas facile de faire peur aux militants de l’opposition. Cela vous surprend? Article original en russe publié dans RusVesna.

URSS-Russie, 1991-2011 : quels héritages stratégiques à l’égard de (...) - Russie AVEC des modalités différentes, les années Gorbatchev (1985-1991) comme les années Poutine (2000 - ) ont le même objectif majeur : l’ancrage à la sphère occidentale et plus particulièrement ouest-européenne. À l’époque soviétique la manœuvre passe par le développement d’un rideau de fumée via la glasnost pour multiplier l’endettement extérieur tout en organisant la fuite des capitaux. Depuis le début du XXIe siècle, la Russie poutinienne utilise les hydrocarbures et ses investissements pour se remettre en position de force à l’égard des pays membres de l’Union européenne. Dans les deux cas, il s’agit bien d’ancrer la zone russe à la sphère de modernité et de prospérité de l’Europe de l’Ouest. I. Au milieu des années 1980, le Secrétaire général du Parti communiste d’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev (1985-1991), doit faire face à une crise systémique à laquelle il tente d’apporter une réponse stratégique. II. Copyright 2011-Verluise Plus Table des matières : 1. [8] Cf. [9] Cf. [11] Cf.

Poutine : l’information sur des victimes en Syrie est apparue avant le décollage des avions russes Les données sur les victimes présumées parmi les civils syriens causées par les raids aériens russes en Syrie sont apparues dans les médias avant même le début de leur première mission de combat, a déclaré le président russe Vladimir Poutine. Mais le chef d’Etat russe s’est dit prêt à de telles «attaques informationnelles» prétendant que la population civile souffre. Cependant, la Russie ne laisse pas ces provocations sans réponse : «Néanmoins, cela ne signifie pas que nous ne devons pas tendre l'oreille à de telles informations». Pour le faire, la Russie établit des contacts entre ses services spéciaux, entre ses services et les services des Etats-Unis ainsi qu’entre les ministères de la Défense des deux pays.«Ce travail est en cours, j’espère qu’il aboutira à la création d’un mécanisme permanent», a fait savoir Vladimir Poutine en ajoutant qu'un tel centre a d'ores et déjà été créé à Bagdad par la Russie, la Syrie, l'Iran et l'Irak.

Related: