background preloader

Enseignement efficace ou explicite

Enseignement efficace ou explicite

http://enseignementefficace.blogspot.com/

Related:  Textes pédagogiquesLes chercheurs en éducationla recherche en éducation

Du labo à l’école : mission impossible? Loin de la phrénologie du 19e siècle qui consistait à sonder l’intelligence par la forme du crâne, les sciences cognitives d’aujourd’hui commencent à nous livrer les secrets bien gardés des mécanismes sous-jacents à l’apprentissage. La recherche en neuro-éducation permet de dégager certains principes généraux qui pourraient avoir un impact favorable sur l’apprentissage des élèves. Cela étant dit, il ne s’agit pas non plus d’une panacée. Est-ce que l’école est faite pour l’apprentissage? La vérité dans cette vidéo de Will Richardson Je vous invite à écouter cette conférence de Will Richardson. J’ai eu le privilège de le rencontrer et d’écouter cette personne lors du colloque EdTechTeacher Summit de Chicago à l’été 2014. Puisque la vidéo est en anglais, voici quelques moments importants de celle-ci. Quelles sont les conditions pour qu’un élève puisse apprendre? Il a posé la question à près de 1500 adultes dans le cadre de ses conférences et de ses ateliers.

PISA,PIRLS,TIMSS : compétences et connaissances (1) Margaret Wu, de l’université de Melbourne, a publié il y a deux ans une étude comparative sur les résultats en mathématiques des pays ayant participé à la fois à PISA et à TIMSS en 2003. Le lecteur intéressé la trouvera ici La date de 2003 n’a pas été choisie au hasard : c’est la première fois – et pour l’instant la seule – qu’une enquête TIMSS coïncidait avec une enquête PISA dont la majeure était les mathématiques, ce qui rend évidemment l’analyse plus fiable. Les conclusions qu’on peut tirer de cette comparaison de comparaisons sont assez fascinantes. Mais nous laisserons cela pour un prochain billet. Car il y a d’abord une question préalable, que les médias ne posent guère : pourquoi donc ces deux séries d’études comparatives, PISA d’un côté et PIRLS-TIMSS de l’autre ?

Des recommandations pour une différenciation pédagogique - Prim à bord Les 7 et 8 mars 2017, Le Cnesco et l’Ifé / ENS de Lyon ont organisé une conférence de consensus intitulée : « Différenciation pédagogique : comment adapter l’enseignement pour la réussite de tous les élèves ? » . Les membres du jury composés de 17 experts et d’acteurs de terrain ont proposé 22 recommandations pour une différenciation pédagogique efficace. Au niveau international, de nombreux pays ont déjà investi cette possibilité pédagogique alors qu’en France la différenciation pédagogique dans les classes reste encore timide. Pourtant la différenciation représente une réponse adaptée aux besoins des élèves car aucun élève n’apprend de la même manière et au même rythme qu’un autre. L’école doit amener chacun à atteindre la maîtrise des mêmes connaissances et des mêmes compétences du socle mais les méthodes et démarches peuvent être diverses.

Les «styles» d'apprentissage, un mythe Le chercheur Steve Masson, de l'Université du Québec à Montréal est bien conscient qu'il s'attaque à un mythe «très répandu» dans les écoles lorsqu'il fait la démonstration de cet énoncé. Les airs surpris étaient nombreux sur les visages des délégués qui assistaient à sa conférence prononcée jeudi au Centre des congrès de Québec, lors du symposium annuel de l'Association canadienne d'éducation. «Quand on vient dire qu'il n'y a pas de données qui appuient cette idée des styles d'apprentissage, c'est un peu brusquant au départ», avoue-t-il. S'appuyant sur des découvertes récentes en neurosciences (qui examinent le fonctionnement du cerveau) le Dr Masson soutient que même si on peut avoir une préférence à apprendre de façon visuelle, auditive ou en manipulant des objets (kinesthésique), on n'apprend pas mieux d'une façon ou l'autre. Aussi, il est faux de croire selon M. Masson que certains élèves sont plus «cerveau gauche» (logiques) et d'autres «cerveau droit» (créatifs).

Nos publications Publications ACL portant sur le projet PRECIP (articles avec comité de lecture indexés dans des bases de données nationales ou internationales) Cailleau, I ., Bouchardon, S., Bourdeloie, H., Crozat, S. (2012). « Compétences et écritures numériques ordinaires », Recherches en Communication, n°34, Louvain : Université Catholique de Louvain, 33-50. ( AERES / CNU 71)Hulin T. (in press). « L’éducation à la collaboration numérique », TIC et société, dossier « Formes et enjeux de la collaboration numérique », dir. Lorna Heaton, vol. 6.Bourdeloie, H. (2012). « L’appropriation des dispositifs d’écriture numérique : translittératie et capitaux culturel et social », Etudes de communication n°38, 22-36.

La différenciation - réflexion et pistes concrètes - La tanière de Kyban Présente, autant que je le peux, sur les réseaux sociaux, j’essaye de rester au contact d’un maximum de collègues. C’est de cette façon que j’ai réalisé qu’un certain nombre de croyances circulaient autour du thème de la différenciation. Croyances parce que peu sont étayées par la recherche et parce qu’on est capable de trouver, aujourd’hui, des articles qui disent tout et son contraire. Croyances sur ce qui nous est demandé de faire et croyances sur ce qu’il est mieux de faire. Cerveau, apprentissage et enseignement Il y a quelques années, la pertinence de s’intéresser au cerveau en éducation était plutôt limitée. Intuitivement, les chercheurs, les enseignants et les autres intervenants du milieu de l’éducation se doutaient bien de l’existence d’un lien important et profond entre le cerveau et les apprentissages scolaires. Cependant, ce lien n’était ni clair ni appuyé sur des connaissances scientifiques solides, ce qui rendait les retombées éducatives des recherches sur le cerveau somme toute peu nombreuses et fragiles.

À propos Éducation, communauté, réseau, francophonie et langue :Vers une culture et un “humanisme” numériques communs.Regards croisés, pistes et approches pédagogiques. Le REFER est un moment de rassemblement, d’échanges et de formation pour tous les acteurs du milieu de l’éducation. Que vous soyez cadre, enseignant, professionnel ou étudiant, les activités prévues durant ces 24 heures de ressourcement sauront rejoindre chacun d’entre vous. L’événement veut permettre de : Réfléchir à la place de l’école quant aux défis posés par le numérique;Mettre en lumière les dernières tendances en pédagogie et les nouvelles façons d’envisager la classe et ses apprenants à l’ère du numérique;Favoriser la mise en réseau d’expertises, toutes disciplines et tous niveaux confondus, ainsi que la création et le partage de contenus en français;Revaloriser la profession de l’enseignement.

Un jour avec… la classe coopérative du collège Van Gogh d’Émerainville L’année dernière, lors de la journée académique de la Cardie intitulée « Chercher pour comprendre, Coopérer pour apprendre », nous avions eu le plaisir d’accueillir Sylvain Connac, spécialiste des pédagogies coopératives. Maître de conférences en Sciences de l’éducation à l’Université Paul Valéry de Montpellier et professeur des écoles, Sylvain Connac est aussi l’auteur d’Apprendre avec les pédagogies coopératives. Démarches et outils pour l’école (Paris, ESF éditeur, collection pédagogies – 2009), un ouvrage de référence donc il nous a donné un aperçu au cours de sa conférence intitulée « Coopération entre élèves et apprentissages scolaires ».

Les faits en éducation : Quelle est la meilleure méthode d'apprentissage des mathématiques pour les élèves? Quelle est la meilleure méthode d'apprentissage des mathématiques pour les élèves? Dès la petite enfance, nous donnons un sens aux objets et à l'espace à partir des expériences de notre vécu. L'enseignement efficace tire parti des expériences mathématiques des élèves, qui diffèrent sur le plan individuel et selon les situations. Les attentes élevées en matière de rendement, d'esprit d'initiative et d'indépendance appuient la réussite. Même les jeunes enfants peuvent faire des raisonnements mathématiques. AccessiProf : des outils concrets pour aider vos élèves en difficulté AccessiProf est un site gratuit et collaboratif fait par des enseignants pour des enseignants. Vous trouverez des outils pour préparer et animer votre classe de manière adaptée et structurée. Les ressources sont proposées sous la forme de mallettes avec de nombreuses ressources pour vous aider et aider vos élèves : la mallette Troubles du comportement : cliquer ici

Mieux connaître le développement de l’intelligence chez l’enfant Récemment, l’imagerie cérébrale a permis de démontrer l’existence, chez l’enfant comme chez l’adulte, de deux formes complémentaires d’apprentissage neurocognitif : l’automatisation par la pratique et le contrôle par l’inhibition. Dans le cas de l’automatisation, c’est initialement la partie préfrontale (avant) du cerveau qui est activée car la mise en place des habiletés nécessite un contrôle et un effort cognitif (apprendre par cœur une liste de mots, par exemple), puis ces habiletés s’automatisent avec l’apprentissage et c’est la partie postérieure du cerveau, ainsi que les régions sous-corticales, qui prennent le relais. Dans le cas inverse (désautomatisation), il s’agit d’apprendre à inhiber les automatismes acquis pour changer de stratégie cognitive. Le défaut d’inhibition peut expliquer des difficultés d’apprentissage et d’adaptation tant cognitive que sociale. A l’école, depuis toujours, on apprend surtout par la répétition, la pratique et l’automatisation. Houdé, O. (2014).

Related: