background preloader

Investir dans le bien- être au travail favorise la réussite de l'entreprise — Paroles d’entrepreneurs

Investir dans le bien- être au travail favorise la réussite de l'entreprise — Paroles d’entrepreneurs
" Les deux choses les plus importantes n'apparaissent pas au bilan de l'entreprise: sa réputation et ses hommes", affirmait Henry Ford. Florent Bonnel, consultant chez Merlane, explique pourquoi l'entreprise doit croire dans ses salariés et miser sur leur bien-être au travail. Deux ans se sont écoulés depeuis le plan d'urgence contre les risques psychosociaux en entreprise. Devrait paraître en ligne, dès ce mois-ci,un guide à destination des entreprises qui, selon le ministre du Travail Xavier Bertrand," revient dans les détails sur les principales étapes pour arriver au plan d'action antistress". Les risques, le stress, la violence. " Vous faites quoi dans la vie?". Entre les chocs médiatiques, l'effet de simplification qui s'y associe et l'observation de la dégradation d'indicateurs de santé et de sécurité au traval, se constitue la nouvelle classe des "risques psychosociaux". L'intérêt porté à la santé et à la sécurité au travail est durablement installé dans le paysage économique. Related:  RESSOURSES HUMAINES RSEbien être au travail

Qu'est-ce qu'une entreprise performante? La performance des entreprises, dans une société industrielle et commerciale, est de savoir produire et de savoir vendre, mieux et plus vite que ses concurrents. Aujourd'hui, la plupart des entreprises savent produire et vendre. C'est la raison de leur survie actuelle. Alain Juillet, responsable français en charge de l'intelligence économique auprès du premier ministre, nous donne sa vision de la situation dans une interview pour Informatique 01 (N°1768): "Chacun doit comprendre qu'après avoir connu le marché de l'offre pendant des siècles, puis celui de la demande dans la deuxième partie du siècle dernier, nous entrons maintenant dans celui de l'information et de la connaissance. La performance des entreprises dans une société de l'information, est donc de savoir mobiliser l'intelligence collective et les connaissances de ses parties prenantes (salariés, fournisseurs, clients...).

Moins d'un salarié sur trois se dit « souvent » heureux au travail Selon les résultats du baromètre Ipsos/Edenred "Bien-être et motivation des salariés français en 2011"(*), la satisfaction professionnelle et la motivation des salariés français atteignent des scores historiquement bas. En cause, "un déficit toujours aussi massif en terme de rétribution (la question du pouvoir d'achat et niveau de salaire restent très sensibles), mais aussi la question de l'utilisation des compétences des conditions de l'accomplissement au travail", indique l'étude. Qui précise également que "les blocages structurels du marché du travail sur le long terme empêchent la plupart des salariés de se projeter dans un avenir professionnel". Antoine Solom, directeur général adjoint d'Ipsos Loyalty (photo), commente les résultats de la cinquième édition de ce baromètre. En 2011, moins d'un salarié sur trois se dit "souvent" heureux au travail. Les salariés français expriment de fortes attentes en termes de pouvoir d'achat. Les salariés attendent-ils autre chose ?

Le biomimétisme : un atout pour l'avenir ? Geneviève Férone est l'invitée d'info-sciences tous les lundis de cet été. Elle est connue notamment pour avoir créé en 1997, la première agence de notation sociale et environnementale. Elle est aujourd'hui, directrice du développement durable chez Véolia Environnement. Elle nous propose chaque semaine de nous projeter dans la réalité de notre avenir tel qu'il est en train de se construire et notamment de nos villes telles qu'elles auront tendance à se développer. Aujourd'hui elle nous suggère de "mimer" la nature - le biomimétisme - pour éviter les pièges de la transhumanie, cet univers où les humains après avoir détruit leur niche écologique vont avoir tendance à s'artificialiser de plus en plus pour créer une sorte d'humanité hors sol pouvant survivre dans toutes les conditions environnementales les plus défavorables... "Bienvenue en transhumanie; sur l'homme de demain" de Geneviève Férone et Jean-Didier Vincent paru chez Grasset.

Le "présentéisme", cet autre mal français dont on ne parle jamais Atlantico : Selon un rapport paru en juillet et publié par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), l’ensemble des Français travaillent plus que la moyenne des Européens. Finir tard et emporter du travail avec soi serait une habitude hexagonale. Quelles raisons peuvent expliquer ce "présentéisme" ? Denis Monneuse : Les motivations sont diverses. La pression sociale est plus forte en période de crise économique car la crainte de perdre son travail est plus importante et la peur d’être mal vu par son patron peut renforcer le "présentéisme". Pourquoi quitter tôt son travail est-il mal vu chez nous ? Quitter son travail tôt peut être mal vu de la part des collègues qui éprouvent de la jalousie. Ce phénomène peut être plus important en France car notre pays est marqué par la logique de l’honneur. On le remarque bien chez les cadres. Comment expliquer que la situation est différente ailleurs, notamment dans les pays nordiques ? Non, au contraire.

Améliorer l’ergonomie du lieu de travail La période estivale s’avère souvent un moment propice pour améliorer les conditions de travail de vos salariés. Des mesures simples peuvent être prises pour permettre à ceux-ci de disposer du cadre motivant pour accomplir leur mission. Dynamique a décidé, dans un volet de trois articles qui seront publiés pendant 3 jours à 16H, de vous donner les clés du bien être des salariés : l’ergonomie du lieu de travail (Partie I), l’amélioration du confort de travail (2) et de l’ambiance de votre entreprise (3) Une mise en place bénéfique La mise en place d’un meilleur cadre de travail est révélatrice de la considération que vous avez pour vos salariés. Celle-ci entraine aussi d’autres avantages pour l’entreprise : moins d’absentéisme, de frais liés à l’incontournable turn-over, de stress et de tension et permet aux salariés d’être plus performants. Les conseils simples pour améliorer l’ergonomie 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

Bien-être au travail : clés du succès pour les entreprises où il fait bon travailler Plus les employés sont "heureux" au travail, plus l'entreprise est performante. A priori, ce lien semble évident. Sauf que le bien-être des salariés n'était, jusqu'à récemment, qu'une donnée parmi d'autres, rarement une priorité. Ce n'est plus le cas, à l'heure où les "risques psycho-sociaux" font l'objet de débats nationaux après une série de suicides d'employés de grandes entreprises comme France Télécom. Une étude menée par le cabinet de conseil Bain & Company, sur les entreprises "où il fait bon travailler", détaille le lien entre l'engagement des employés, leur enthousiasme et la performance des entreprises pour lesquelles ils travaillent. Des bénéfices deux fois plus élevés Premier constat : les entreprises du classement établi annuellement par l'institut Hay font des bénéfices jusqu'à deux fois et demi plus importants que les autres. Trouver un sens à son travail L'exemple d'Apple revient d'ailleurs fréquemment comme "modèle" de management efficace. Autonomie et considération

Les styles sociaux La théorie sur les styles sociaux (ou socio-styles) est issue des travaux de Paul Watzlawick portant sur les différences de comportements individuels en société, et est utilisé notamment comme outil pour permettre de comprendre le comportement de ses interlocuteurs (et accessoirement le sien !) et réduire les sources de conflits. Cette théorie distingue 4 grands types de styles sociaux, répartis autour de 2 axes portant sur notre rapport avec l’expression de nos sentiments et le pouvoir : l’axe vertical, permettant de situer la personne dans l’expression de ses sentiments caractère plutôt expansif, tourné vers les gens caractère plutôt réservé, tourné vers les taches l’axe horizontal, permettant de situer la personne dans l’expression du pouvoir caractère plutôt ascendant, à la recherche du pouvoir caractère plutôt consentant, respectant le pouvoir Chacun de nous possède un style social, qui va correspondre au style majeur de comportement. Les styles et les besoins fondamentaux (Maslow)

Stress au travail : Six facteurs de risques à mesurer "Les conclusions de ce rapport seront présentées le 19 avril prochain aux partenaires sociaux lors du Conseil d'orientation des conditions de travail (COCT)", a fait savoir le ministère du travail. Disposer d'un suivi statistique Trois ans après le rapport Nasse Légeron, l'objet de ce nouveau travail est d'essayer de bâtir un cadre méthodologique pour disposer d'une enquête spécifique sur les risques psychosociaux et de pouvoir les mesurer tant dans les entreprises privées que dans la fonction publique. "Actuellement, regrette le rapport, l'information sur les facteurs psychosociaux de risque est fragmentée et manque d'exhaustivité". Six facteurs de risques Le comité d'experts propose de suivre six facteurs de risques : - L'intensité du travail et le temps de travail, - Les exigences émotionnelles, - Le manque d'autonomie, - La mauvaise qualité des rapports sociaux au travail, - La souffrance éthique, - L'insécurité de la situation de travail. Interroger entreprises et salariés

Bien-être au travail Sur Mesacosan, nous sommes persuadés que le développement du bien-être au travail est un enjeu majeur pour nos sociétés modernes et nos organisations. Orienté résolument vers l’humain, c’est la place même de l’Homme dans le système productif que nous interrogeons ici. Du point de vue des organisations, développer et investir dans le bien-être au travail est un chemin nécessaire et indispensable pour développer l’efficacité et la capacité d’innovation. Mais développer et investir dans le bien-être au travail c’est aussi reconnaitre et assurer le rôle social que possède chaque organisation humaine. Que ce soit pour favoriser la santé des individus face aux coûts sociaux immenses des maladies professionnelles, mais aussi pour faire du lieu de travail un lieu d’épanouissement complet pour l’être humain et les relations humaines. Ensemble, redonnons sens à cette citation de La Fontaine qui affirmait que « Le travail est pour les Hommes un trésor ».

Bien-être au travail Définition Le bien-être au travail est défini comme l'ensemble des facteurs relatifs aux conditions de travail dans lesquelles le travail est exécuté: sécurité au travailprotection de la santé du travailleuraspects psychosociaux du travailergonomiehygiène du travail,embellissement des lieux de travail. La loi sur le bien-être et le code du bien-être au travail La loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail est la loi de base dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail. La plupart de ces arrêtés d'exécution sont rassemblés dans le Code sur le bien-être au travail (code). Le code est élaboré selon une philosophie qui est innovatrice par rapport à celle du Règlement général pour la protection du travail (RGPT), qui était la codification antérieure des prescriptions concernant la sécurité et la santé au travail. Plus d'informations Avis du Conseil supérieur pour la prévention et la protection au travail Plus d’informations Evènements

L’intelligence collective : le lâcher prise clé de l’innovation | Les dossiers de l'observatoire L’ordre asphyxie l’innovation ! Voilà ce qui se passe quand la société du savoir, où domine la diffusion d’informations, se heurte à la hiérarchie pyramidale des organisations. Les marchés économiques occidentaux arrivent à un seuil de stagnation inégalé. Pourtant, l’information, le savoir et la connaissance offrent de nouvelles matières premières aux entreprises. Pour saisir cette opportunité, les organisations doivent permettre des temps de réflexions collectives propices à l’émergence d’idées neuves. Conscientes du contexte actuel, les entreprises rencontrent pourtant des difficultés à adapter leur mode de management vertical aux évolutions inhérentes à cette société du savoir. Jeux de pouvoir Mobiliser le collectif. L’information joue alors un rôle clé dans la répartition du pouvoir d’une organisation. Et pour transformer ces informations en connaissances il est nécessaire de créer des situations propices au partage d’expériences individuelles. « Lâcher prise » ! Portrait Olivier Zara

Burn-out : êtes-vous à risque ? Le terme est utilisé à toutes les sauces, mais le risque est bien réel : plus de trois millions de Français exerçant une activité professionnelle seraient exposés au burn-out. De l'anglais "brûler de l'intérieur, se consumer littéralement", ce phénomène survient brutalement et ses victimes n'ont souvent rien vu venir. Pourtant, avant que le corps ne s'effondre, il aura fallu parfois plusieurs années d'insidieuse érosion intérieure. Les signes précurseurs existent et les situations favorisant le burn-out sont aujourd'hui bien identifiées. Les repérer et les connaître permet d'éviter des conséquences graves comme l'AVC, l'infarctus ou de lourdes dépressions. Et vous, êtes-vous à risque ? 1. Le burn-out a d'abord été observé chez les professionnels de santé comme les infirmières, les urgentistes, les vétérinaires, les dentistes et les médecins. 50 % de ces derniers seraient d'ailleurs aujourd'hui exposés. 2. 3. À force d'utiliser la machine à plein régime, elle se rompt. 4. 5. 6. 7. 8.

Related: