background preloader

Métiers catalans (J. TOSTI)

Métiers catalans (J. TOSTI)
Related:  Vieux métiers

La forêt en France la forêt en .FRANCE. Vous imaginez-vous la variété de métiers que l’on exerçait autrefois dans nos forêts françaises ? le nombre de forestiers qui en vivaient ? Il y avait – et j’en oublie certainement : * les résiniers (ou gemmeurs) récoltaient la résine voir également les cartes postales anciennes de résiniers et de couples de résiniers de ServiNantesla fabrication des pots de résine de Noriliala récupération de la graine de pin de Norilial'habitat du résinier de Norilia et Mme Geyle gemmage de Noriliaencore du gemmage de Noriliala récolte de la résine par les femmes de Noriliala récolte de la résine en couple de Noriliale transport de la résine de Norilia(en savoir plus) * les fagoteuses ramassaient le bois dont elles avaient besoin pour se chauffer et faire la cuisine. * les élagueurs décapitaient certains feuillus pour faciliter leur abattage et surtout éviter l’éclatement des fûts lors de leur chute * les bûcherons abattaient les arbres et ils continuent à le faire aujourd’hui

Les vieux métiers du pays de Fougères Dernière édition le 27/02/05 Les Vieux Métiers du pays de Fougères : page d'accueil Le Tailleur de Pierre : " Le picaou " ( vers 1945) Pas question de longues études, à 14 ans il est temps de goûter au travail. Le patron donnait les dimensions du morceau de granit à extraire, Le fendeur préparait les trous de mine et mettait la charge de poudre pour fendre le morceau. L'Ascension était la fête des sabotiers et des picaous. Aujourd'hui : Les conditions de travail se sont nettement améliorées. retour en haut de la page Le Sabotier : Louis XIV en 1669 par ordonnance royale interdit à tous les métiers utilisateurs de bois : Sabotiers, Verriers, Cercliers, Potiers de "tenir atelier à moins d'une demi-lieue de la forêt" soit deux kilomètres, afin sans doute de prévenir les incendies. Les sabotiers de Fougères continuèrent cependant à loger dans leurs huttes en forêt dont ils ne sortaient que le dimanche. De quel bois je me chausse ? La fabrication : Le bois était travaillé vert. Le Paroir La cuiller

Moulin à eau Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Moulin à eau Un moulin à eau, ou moulin hydraulique, est un moulin utilisant l'énergie du courant d'un cours d'eau ou, plus rarement, de la marée (on parle alors de moulin à marée). Histoire[modifier | modifier le code] Castanet-le-Haut (Hérault) - Moulin du Nougayrol. Ancien mécanisme de moulin à eau Le moulin à eau, attesté en Europe depuis l'Antiquité (il est décrit dans le Traité d'architecture de Vitruve[4]), est plus ancien que le moulin à vent. Au moins jusque dans les années 1700, on appelait « orbillion » « les endroits où il y a des pieux, ou de vieux vestiges de pieux, dans une Riviere où il y a eu un moulin, ou quelque autre édifice que la suite des temps a ruinez »[6]. Technique[modifier | modifier le code] Dans la majorité des cas la roue à aubes est verticale (axe horizontal) : Dans tous les cas une grille protège la roue ou la turbine des branches, troncs ou objets amenés par le courant qui pourrait endommager ces pièces.

Missions catholiques et modifications d’identité île de Fernando Poo (Guinée Équatoriale)1883-1910 1 Congrégation des Missionnaires Fils du Cœur Immaculé de Marie, fondée à Vic (Catalogne) en juillet (...) En novembre 1883, les missionnaires clarétains1 commencèrent la fondation de la Mission de Santa Isabeldans l’île de Fernando Poo. D’autres essais d’évangélisation et de colonisation avaient eu lieu et avaient échoué. Dans la perspective de la conférence de Berlin le gouvernement espagnol, décidé à assurer sa présence officielle sur l’ensemble du territoire de la Guinée dite Espagnole, trouva dans son alliance avec les Clarétains – souvent mieux acceptée par les autorités de Madrid que par des fonctionnaires coloniaux – un moyen efficace et économique d’aboutir à ses objectifs. 1Le but de cet article est d’approfondir les idées des missionnaires de l’époque et d’analyser comment ils ont essayé de fournir à de nombreux jeunes Guinéens cette nouvelle identité, qui est présente encore aujourd’hui et distingue les Equatoguinéens de leur entourage francophone. 4 P. 3Le récit du P. 10 P.

Les métiers médiévaux Dans les corporations, un maître a en général 2-3 apprentis en plus de ses enfants. Au début l'apprenti est un domestique. Le métier s'apprend en 10-12 ans. Salaires : On paie à la tâche, surtout au XIIème siècle, et plus en Alsace, au Sud de la Loire et en Provence. Pour plus de salaires voir la partie sur les Prix au Moyen Age. Liste de métiers Life in a Medieval City by Joseph and Frances Gies, copyright 1969 published by Harper & Row, first published by Harper 1981 ISBN: 0-06-090880-7 Voici des notes sur les guildes de Paris : Preserved in thee taille (tax list) of Paris for the year 1292 are the numbers of practitioners of the regulated crafts, by then totaling 130. Les principaux imposés sont : Colvin, H.M., ed., The History of the King's Works, Vols. Taylor, A.J. 0s. 8d." p. 340 V. Retour au sommaire général Retour au sommaire Vie quotidienne

Métiers anciens Prologue Nous trouvons dans notre généalogie, des ancêtres pratiquant des métiers inconnus blattineur, mégissier, tensier de police, garde magasin ... En fonction des époques, en fonction des régions les termes étaient différents. La modernité de la vie, a fait disparaître beaucoup de métier, qui nous sont complètement inconnu, certains ayant même disparu de nos dictionnaires. Ce lexique est là pour vous aider à comprendre ce que faisait vos ancêtres, en fonction vous aurez des explications plus complètes. Dictionnaire des métiers Pour trouver le sens de ces métiers nous vous proposons un petit lexique classé par ordre alphabétique : Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, n'hésitez pas à consulter les sites mentionnés dans la rubrique "liens utiles" de cette page ou à consulter l'un des ouvrages mentionnés dans la bibliographie ci-dessous. Termes généraux Semaine : travail et paiement des ouvriers dans une semaine Bibliographie Voir aussi (sur GeneaWiki) Liens utiles (externes)

Histoire des Français. Origine des corporations de métiers. Population industrielle jusqu'au XIIIe siècle. Organisation, associations ouvrières, industries - Histoire, magazine et patrimoine Lorsque les Francs s’établirent en Gaule et s’approprièrent les domaines du fisc impérial et ceux qui avaient été abandonnés par leurs propriétaires — les Francs avec lesquels Clovis conquit la Gaule jusqu’à la Seine étaient peu nombreux ; les terres du domaine public et les terres sans maître leur suffirent et ils ne dépouillèrent pas les Gallo-Romains d’une partie de leurs propriétés, comme le firent les Burgondes et les Visigoths —, les artisans fixés sur ces domaines durent travailler pour leurs nouveaux maîtres. Les uns restèrent isolés et conservèrent leur fonds colonaire à la charge de fournir des produits de leur industrie. La plupart furent distribués, suivant leurs métiers, dans des ateliers dont chacun était dirigé par une sorte de contremaître (ministerialis). La nombreuse domesticité du conquérant germain comprenait donc tous les artisans dont l’industrie lui était nécessaire. Dans ces statuts une seule chose lui appartient : le plan.

Métiers d'autrefois - Liste des métiers étudiés en page 15 - Forums Généalogie Bonsoir Jérôme, Celui qui fait profession d'acheter et de vendre à des clients. Le marchand achète, troque ou fait fabriquer des marchandises, soit pour les vendre en boutique, soit pour les proposer dans les foires et marchés soit pour les distribuer à l'étranger. Il y a des marchands qui ne vendent qu'en gros, d'autres qui ne vendent qu'au détail, et d'autres qui font les deux. Par dénigrement, on nommait "marchand de soupe" des maîtres de pension que l'on supposait spéculer sur la nourriture et le confort de leurs élèves. Pareillement, un "marchand de vers" ne composait desvers que si ceux-ci lui étaient payés. Au sens figuré, "marchand mêlé" se disait d'une personne chez qui se trouvait du bon et du mauvais. Dans les ventes publiques, quand le crieur annonçait une marchandise à tel prix, on répondait : "il y a marchand", pour dire qu'on la prenait au prix proposé. "Rendre marchand", c'était donner à une marchandise les qualités nécessaires pour qu'elle se débite bien. Cordialement Elodie

Métiers d'Autrefois Illustrés sur le Net [Page d'accueil] [Informations] [Nous écrire]

Related: