background preloader

Travailler pour Steve Jobs, entre rêve et cauchemar

Travailler pour Steve Jobs, entre rêve et cauchemar
«Visionnaire», «génie». Les qualificatifs dithyrambiques n’ont pas manqué dans les nombreux et divers hommages qu’anonymes et personnalités ont rendus pour saluer la mémoire de Steve Jobs. Décédé mercredi dernier, le patron et cofondateur d’Apple aura marqué son temps par l’invention de l’iMac, iPod, iPhone et autres iPad. Autant de produits qui ont profondément révolutionné l’industrie de la high tech, mais aussi facilité l’utilisation des appareils d’électronique de loisirs pour les consommateurs. Pas étonnant que le milliardaire au look d’adolescent geek soit le seul chef d’entreprise à avoir bénéficié de son vivant (et encore après sa mort) d’un tel culte planétaire. Mais tous les termes utilisés pour décrire Steve Jobs n’ont pas toujours été à sa gloire. Le caractère de Steve Jobs ne s’est pas amélioré avec le temps, ni lorsqu’il est devenu son propre patron. Obsédé par le secret industriel, Steve Jobs aurait mis en place dans son entreprise une sorte de police secrète.

La passion créatrice d'un brillant maniaque nommé Steve Jobs- 14 octobre 2011 Comme chaque dimanche matin, Vic Gundotra était à la messe ce 6 janvier 2008 quand son téléphone se mit à vibrer dans sa poche. Discrètement, le manager de Google vérifia le nom du correspondant: "Inconnu." Il laissa donc filer l'appel et ne consulta sa messagerie qu'à la fin de l'office. Ce que l'intéressé fit aussitôt -inquiet et nerveux- en commençant par s'excuser de n'avoir pas répondu: il était à l'église l'identifiant était inconnu... L'anecdote résume le style et l'esprit du CEO Steve Jobs, à commencer par le trait le plus marquant de sa personnalité: une obsession pour la perfection qui le poussait à s'investir à tous les stades de la conception d'un produit. Ce souci du moindre détail, certains employés d'Apple l'ont vécu comme une volonté de leur patron de leur imposer ses petites habitudes, son style de vie. Steve Jobs avait aussi l'intuition du consommateur dont il savait anticiper les attentes et les besoins. Et le challenge se poursuivait bien après l'embauche.

Steve Jobs, un génie exécrable, mais un génie qui... Les quatre visages de Steve Jobs- 5 octobre 2012 - Mise à jour du vendredi 5 octobre : Voilà un an qu'Apple perdait son co-fondateur et charismatique PDG Steve Jobs, décédé à l'âge de 56 ans des suites d'un cancer. Un an plus tard, la pomme tourne doucement la page. L'occasion de revenir sur la vie d'un visionnaire. Portrait du 30 octobre 2011 : Steve Jobs, le co-fondateur disparu d'Apple, n'était pas seulement un "génie qui a changé le monde", mais un homme complexe avec différentes facettes. A la fois profond et impulsif, quand Steve Jobs se lançait dans quelque chose, il y allait toujours à fond, de sa quête spirituelle au développement de nouveaux produits, en passant par la manipulation. Peu après son décès, début octobre, Walter Isaacson publie une intense et riche biographie. Steve Jobs, l'illuminé Très tôt, celui qui n'était encore qu'étudiant s'est intéressé à la recherche de spiritualité. Se promenant en permanence pieds nus, ne chaussant des sandales que lorsqu'il neigeait, le jeune Steve était un pur produit de son époque.

Related: