background preloader

OVEO OBSERVATOIRE DE LA VIOLENCE EDUCATIVE ORDINAIRE

OVEO OBSERVATOIRE DE LA VIOLENCE EDUCATIVE ORDINAIRE
Détails Publié le mardi 15 avril 2014 07:19 Le gouvernement français et son armée semblent avoir joué au Rwanda, avant et pendant le génocide, un rôle pour le moins douteux dans la terrible tragédie qu'a vécue ce pays. On ne peut que souhaiter, comme le demande l'association Survie, la levée du secret défense sur le véritable rôle de la France au Rwanda. Néanmoins, en tant qu'Observatoire de la violence éducative ordinaire, il nous semble indispensable, à l'occasion du 20ème anniversaire du génocide dans ce pays, de rappeler que les méthodes d'éducation violentes sont un facteur déterminant dans les explosions de violence collective. Et il est d'autant plus nécessaire de le rappeler que le rôle de ce facteur est systématiquement ignoré par les chercheurs qui étudient les génocides.

http://www.oveo.org/

Related:  Non violenceÉducation bienveillante-Parentalité positiveviolence educativeheliofila

Conflits Sans Violence Le dernier livre d'Olivier Maurel, "La violence éducative : un trou noir dans les sciences humaines", aux éditions de l'instant présent, attire une nouvelle fois notre attention sur la question de l'importance de la violence dans l'éducation et ses très nombreuse conséquences : Voila un livre qui devrait intéresser tous ceux qui s’interrogent sur « les origines » de la violence. Il invite à prêter attention à un phénomène ignoré, nié ou tout au moins largement minimisé, celui de la violence dans l’éducation. Qu’il s’agisse de maltraitance ou des petites violences « ordinaires » utilisées par les parents ou éducateurs pour « faire obéir » les enfants (gifles, fessées ou même simplement leur menace), le principe éducatif est fondamentalement le même et induit dans l’esprit de l'enfant que la violence est légitime pour parvenir à son but. Le parallèle est avec les violences faites aux femmes est ici particulièrement parlant.

A télécharger - Bougribouillons Cette année, j’ai confectionné/acheté/récupéré un petit objet pour chaque jour de l’avent. Je les emballerai dans 24 petits paquets disposés sur le mur. Mais je trouvais important de symboliser le temps qui avance, et surtout le jour de Noël, encore un peu abstrait pour Mininourson qui a un peu plus de deux ans et demi. J’ai donc réalisé une frise sur laquelle il collera une gommette qu’il trouvera en plus du cadeau dans son petit paquet quotidien. Pour la dernière case, j’ai fait une version avec seulement le dessin des cadeaux et quelques photos de la famille proche qu’on verra à Noël, mais pour vous, j’ai fait des petits dessins symbolisant le jour de Noël. Vous pouvez la télécharger >>ici<< .

3 bonnes raisons de ne plus envoyer les enfants au coin Le coin (time-out en anglais) est sans doute la méthode disciplinaire la plus utilisée par les parents et est souvent recommandée de la bouche même des pédiatres et des experts en développement de l’enfant. Mais le coin est-il bon pour nos enfants ? Est-il efficace ? La réponse est négative si l’on s’en réfère aux dernières recherches en neurosciences. Des études sur la neuroplasticité (la capacité du cerveau à s’adapter) ont démontré que des expériences répétées changent la structure physique du cerveau.

Des écoles indépendantes pour sauver rapidement l’école publique Comment se fait-il que les Français, notoirement attachés au service public d’éducation nationale et en particulier à sa gratuité, soient de plus en plus nombreux à rallier les écoles indépendantes ? Si elles sont minoritaires en France – 49 000 élèves de la maternelle au baccalauréat dans 522 établissements hors contrat – force est de constater qu’elles connaissent une forte progression. Le mensuel Nouvelles de France a publié dans son numéro de mai ce long article d’Anne Coffinier, directrice de la Fondation pour l’école. Au moment même où l’État et l’Église ferment classes et écoles faute de moyens budgétaires, 32 écoles indépendantes ont ouvert en 2011.

Pourquoi un Observatoire de la violence éducative ordinaire ? Détails Publié le samedi 10 janvier 2009 20:45 EDITORIAL - Par Olivier Maurel, président de l'OVEOEcrit en 2005, révisé en 2008 La présentation de l'Observatoire de la Violence Educative Ordinaire que nous faisions en 2005 (voir ci-dessous) nous paraît plus que jamais d'actualité, notamment depuis que le Conseil de l'Europe a lancé sa campagne pour l'interdiction de toute forme de violence éducative: « Construire une Europe pour et avec les enfants ». Aujourd'hui, nous voudrions seulement souligner de façon encore plus explicite le fait que la violence éducative ne se limite pas aux violences physiques.

Violence scolaire : "Apprendre aux élèves à s'affirmer de manière non violente" Reconstitution du drame de Florensac, en juin 2011. Clara, 13 ans, avait été frappée à mort par un autre collégien. (D. R.) Je m’énerve trop vite, je crie sur mes enfants … « Je m’énerve trop vite sur mes enfants. Au moindre problème je leur crie dessus, parfois j’ai envie de les taper et quelques fois la fessée ou la claque part. Je sais que ce n’est pas la solution mais je ne sais pas comment faire autrement. » Cette demande est fréquente parmi les parents que j’accompagne. C’est la lecture d’un article écrit par un autre coach qui m’a donné envie de rédiger ce billet (article que vous trouverez ici). Et puis des tas d’autres lectures, conférences, … où j’entends sans cesse ce même discours :

Ecoles différentes pour son enfant : choisir un mode d'enseignement différent à Paris - Scolarité Les fondements de la méthode Steiner-Waldorf reposent sur l'idée de la reconnaissance de l'individualité de l'enfant et sur l'élaboration d'une relation de confiance et de responsabilité qui va s'inscrire dans la durée. L'école mise sur l'épanouissement de la créativité, le respect d'autrui, la prise de conscience sociale, et le développement des potentialités intellectuelles, manuelles et artistiques. Les enfants sont accompagnés jusque dans leur choix d'orientation professionnelle.

Parentage positif La parentalité positive renvoie à un comportement parental qui respecte l'intérêt supérieur de l'enfant. Les parents qui agissent ainsi veillent au bien-être de l'enfant, favorisent son autonomie, le reconnaissent comme un individu à part entière et le guident en fixant les limites dont l'enfant a besoin, de manière à l'aider à s'épanouir pleinement. La parentalité positive respecte les droit de l'enfant et l'élève dans un milieu non violent, excluant tout châtiment corporel ou psychologiquement humiliant lors de la résolution de conflits ou l'apprentissage de la discipline et du respect. La vraie discipline ne peut être enseignée par la violence. Brochure illustrée sur la parentalité positive: français - allemand - anglais - espagnol - estonien - portugais - russe - grec La Parentalité dans l'Europe contemporaine – une approche positive

Related:  lorentoutDroit