background preloader

Pourquoi les ventes de disques baissent-elles ?, par Laurent Chemla

Pourquoi les ventes de disques baissent-elles ?, par Laurent Chemla
Pour être un tant soit peu audibles lors du combat contre Hadopi. les opposants à la loi se sont retrouvés presque contraints de faire, à leur tour, des propositions pour « sauver » des artistes soi-disant spoliés par le « piratage » et les échanges pair-à-pair (P2P). Le risque, quand on fait de telles propositions (licence globale, « contribution créative »), c’est de justifier les mensonges des majors : si l’on cherche des solutions pour rémunérer les musiciens, c’est bien que le P2P leur fait perdre de l’argent... Le bourrage de crâne des tenants de la répression (quels que soient leurs buts réels) a si bien fonctionné qu’il a définitivement ancré dans l’imaginaire collectif l’idée que l’échange d’œuvres numériques impliquait un manque à gagner pour les artistes, qu’il faudrait combler d’une manière ou d’une autre. Personne ne nie la réalité de cette crise. Le marché du DVD, à l’inverse, est florissant. Taille de l’article complet : 1 406 mots. Vous êtes abonné(e) ?

http://www.monde-diplomatique.fr/mav/109/CHEMLA/19340

Related:  Réflexions

OBSERVATOIRE DE LA VIOLENCE EDUCATIVE ORDINAIRE Vendredi 11 octobre, au tribunal correctionnel de Limoges, un père a été condamné à 500€ d'amende avec sursis pour avoir donné une fessée "cul nu" à son fils de 9 ans. Ce père a déclaré que depuis plusieurs jours son fils ne lui disait plus bonjour et que, lorsqu'il lui a demandé la raison de ce refus, l'enfant lui a répondu qu'il n'en avait pas envie. "Je lui ai dit qu'il me devait le respect et, oui, je lui ai donné une fessée.". Le père a ajouté qu'il "subissait la mode actuelle qui veut qu'on ne corrige pas ses enfants". La présidente Estelle Lamotte-Genet a répondu que ce n'était pas une question de mode.

Expérimentation streaming musical dans les bibliothèques alsaciennes « XG_BlogNotes-Mozilla Firefox Dans le cadre de l’appel à projet culturel numérique innovant, plusieurs bibliothèques se sont regroupées et ont noué un partenariat avec MusicMe pour proposer un service d’écoute en ligne (streaming) de musique. L’objectif est non seulement de mettre à disposition des lecteurs inscrits dans nos bibliothèques une offre musicale en ligne légal mais aussi de faire de la médiation numérique grâce au playlists et aux radios fabriquées par les bibliothécaires musicaux. Les structures participants à l’expérimentation sont le réseau des médiathèques de la Communautés Urbaines de Strasbourg, des médiathèques du réseau de la BDBR (Bibliothèque Départementale du Bas-Rhin), les bibliothèques de Mulhouse et les bibliothèques du Haut-Rhin participant à Calice68.

La musique a toute sa place en bibliothèque La musique est un langage universel propre à attirer et à fédérer tous les citoyens, indépendamment de leurs origines et de leurs catégories socioprofessionnelles. Si l'écoute et la pratique musicale ne cessent de se développer dans le monde, en revanche la culture musicale est trop souvent négligée au niveau institutionnel en France, excepté dans de rares circuits, et n'a jamais été prise en compte par des acteurs économiques davantage préoccupés par la rentabilité de leurs investissements que par la diversité musicale. Le défunt Conseil Supérieur des Bibliothèques avait constaté dans ses différents rapports que la place de la musique était encore insuffisante dans les bibliothèques. Alors même que cette situation perdure globalement, la musique en bibliothèque est aujourd'hui fragilisée par la baisse des prêts, le développement de l'écoute et du téléchargement en ligne. (version définitive du texte adopté lors de l'Assemblée Générale de l'ACIM le 28 mars 2011 à Auxerre.

sociologie Keynes et le mystère du taux d’intérêt (III) L’intérêt en tant que part d’une richesse nouvellement créée L’exemple historique du type de contrat économique connu sous le nom de métayage offre la meilleure illustration possible de la question que je tente d’éclairer ici : celle du taux d’intérêt. C’est la raison pour laquelle je l’utiliserai comme le « patron » sur lequel modeler mon raisonnement. Le métayage met deux parties en présence […] L'avenir de la musique sur Internet installez-vous dans un rythme aerobie, a environ 55-65% d’intensite chaque fois qu’une. air max pegasus 28 , faites une randonnee. Le CD n'a pas dit son dernier mot quoi peut bien servir un espace musique d'une médiathèque en 2013 quand chez soi, Internet offre la possibilité des millions de titres gratuits ? Les ventes de disques s'effondrent, des magasins culturels ferment, mais à l'espace musique de la médiathèque de Pessac, on ne songe pas à la reconversion. « À une évolution plutôt. Nous posons les jalons de notre avenir », sourit son responsable Jean-Marc Durand. Il sort les statistiques des dernières années. Surprenantes. En trois ans, le nombre d'emprunteurs de CD de l'espace musique a progressé de 20 %.

Les Inrockuptibles, hebdomadaire mécanique Les Inrocks ont changé de formule. Alors pour fêter l’occasion, ils se sont payé une jolie pub toute neuve: Tout un programme: concerts, baignades le cul à l’air, MacBooks customisés, manifestations houleuses (car nous ne sommes pas seulement des immondes poseurs, nous avons aussi une conscience sociale, nous autres), sans oublier les indispensables explosions atomiques, essentielles à une semaine bien remplie. Bref, tout ce qu’il faut pour faire bander leur horde de lecteurs odorants et mal peignés. Forcément, je n’ai pas résisté à l’envie d’y jeter un oeil.

Les pratiques culturelles à l'ère numérique La réalisation en 2008 d’une nouvelle enquête Pratiques culturelles des Français 1, plus de dix ans après celle de 1997, est l’occasion de faire le point sur les profondes mutations qu’ont connues récemment les conditions d’accès à la culture avec l’essor de la culture numérique et de l’internet. La diffusion extrêmement rapide de l’ordinateur et de l’internet dans les foyers, qui constitue à l’évidence le phénomène le plus marquant de la dernière décennie, ne doit pas être isolée du mouvement général d’enrichissement du parc audiovisuel domestique à l’œuvre depuis le début des années soixante. La montée en puissance de la culture d’écran Cette évolution a définitivement consacré les écrans comme support privilégié de nos rapports à la culture, tout en accentuant la porosité entre culture, distraction et communication.

Related: