background preloader

Les populations d’animaux marins ont diminué « de 49 % entre 1970 et 2012 »

Les populations d’animaux marins, qu’ils soient mammifères, oiseaux, reptiles ou poissons, ont chuté de moitié depuis les années 1970 du fait de la surpêche, de la pollution et du changement climatique, a averti l’organisation de défense de l’environnement WWF dans un rapport rendu public mercredi 16 septembre. « L’action de l’homme est à l’origine de ces tendances : de la surpêche et des industries extractives à l’aménagement du littoral et à la pollution, en passant par les émissions de gaz à effet de serre responsables de l’acidification océanique et du réchauffement des mers ». Dans son rapport, le WWF se base sur son indice « Planète Vivante » des populations marines, qui mesure la tendance suivie par les populations d’animaux marins, « a enregistré une régression de 49 % entre 1970 et 2012 ». Certaines ont même vu leur effectif fondre de près de 75 %, s’alarme le WWF dont l’étude est effectuée sur une base d’observation de 5 829 populations appartenant à 1 234 espèces.

http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2015/09/16/les-populations-d-animaux-marins-ont-diminue-de-moitie-depuis-1970-alerte-le-wwf_4758672_1652692.html

Related:  SVT 3°EnvironnementjournalismeDans le MondeBiodiversité

Dans les vergers du Sichuan, les hommes font le travail des abeilles LE MONDE | • Mis à jour le | Harold Thibault (Nanxin, Sichuan, envoyé spécial) La saison de la pollinisation bat son plein dans les vergers du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine. Perchés aux branches des pommiers, les agriculteurs du village de Nanxin se contorsionnent pour atteindre les fleurs les plus éloignées. Faire le travail réservé ailleurs sur la planète aux abeilles requiert une certaine agilité. De la sierra Nevada aux Alpes, les niveaux de neige et de glace sont catastrophiques Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart La sierra Nevada subit de plein fouet les effets de la sécheresse exceptionnelle qui sévit depuis quatre ans en Californie. Selon des travaux publiés lundi 14 septembre dans la revue Nature Climate Change, le manteau neigeux de la chaîne montagneuse, qui traverse le grand Etat de l’Ouest américain du nord au sud, a atteint au 1er avril 2015 son plus bas niveau depuis au moins cinq siècles. Les auteurs précisent que la masse neigeuse mesurée cette année n’y représente que 5 % de la moyenne historique relevée à la même période. Le record battu en 2015, notent les chercheurs, correspond à la température moyenne record, relevée en Californie entre janvier et mars ; ce qui « met en lumière le rôle de la température à accentuer la sévérité de la sécheresse ». Lire aussi : Complètement à sec, la Californie rationne l’eau

Laurent Fabius, prophète de l'apocalypse à son insu C’est le lot des hommes politiques de devoir, souvent, annoncer des mauvaises nouvelles. Mais là, Laurent Fabius fait très fort… en annonçant la fin du monde, à son insu. Le chef de la diplomatie française serait surpris d’apprendre qu’il tient en effet un des premiers rôles dans une intox virale de grande ampleur prédisant l’apocalypse dans trois semaines. Depuis des mois, des sites conspirationnistes prévoient la fin du monde (ou le début de sa fin). Le 24 septembre 2015, un astéroïde de 4 kilomètres de diamètre doit s’écraser à Porto Rico et déclenchera tsunamis et catastrophes climatiques. Les prédictions de ce type sont légion, mais celle-ci a pris une telle ampleur aux Etats-Unis qu’elle a contraint la NASA à publier, il y a quelques jours, un communiqué rassurant.

COP-21 : la contribution de l'Algérie La contribution de l'Algérie A quoi ressemblent les "contributions volontaires" des États pour la COP-21 ? Pour le comprendre rien ne vaut un exemple. En voici un, avec le texte que la "République algérienne démocratique et populaire" - c'est le nom officiel que l'Algérie se donne - vient de déposer au Secrétariat de la Convention Climat de l'ONU. L'agriculture, première cause de déclin de la biodiversité L'agriculture, première cause de déclin de la biodiversité - 2 Photos En France comme en Europe, l'agriculture intensive est la première cause de déclin de la faune sauvage. L'absence de prise en compte de l'environnement dans les pratiques agricoles a des répercussions sur les ressources naturelles (pollution de l'eau, dégradation des sols, banalisation des paysages) et donc des conséquences sur la biodiversité. La LPO est au quotidien le gardien de la biodiversité, à travers ses actions sur les zones humides*, sur les espaces ruraux et pour des espèces emblématiques comme le râle des genêts** ou l'outarde canepetière***, pour lesquelles l'agriculture reste la cause principale de régression. La LPO a été amenée récemment à mettre en place de nouvelles mesures et à promouvoir ses actions avec le soutien d'agriculteurs volontaires. L'objectif de l'opération est d'initier un programme expérimental de reconquête de la biodiversité en milieu agricole.

Les abeilles sont victimes du manque de biodiversité Une équipe de chercheurs néerlandais a établi un lien entre la raréfaction des plantes favorites de ces pollinisateurs dans certaines régions des Pays-Bas et le déclin des populations d'abeilles sauvages. En France, le déclin des populations d'abeilles est observé depuis les années 1990. Selon une nouvelle étude scientifique parue lundi, le phénomène paraît surtout résulter de la raréfaction, ces dernières décennies, des plantes sur lesquelles ces insectes préfèrent butiner. Les chercheurs ont ainsi analysé le pollen contenu dans des spécimens de 57 différentes espèces d'abeilles datant d'avant 1950 qui se trouvent dans des musées d'histoire naturelle aux Pays-Bas.

« Les générations futures… c’est vous » Entretien – Pour le philosophe Dominique Bourg, nous n’éviterons pas la catastrophe écologique. Il est donc urgent de se préparer à l’affronter. À cet égard, les spiritualités offrent de vraies ressources pour résister. Face aux enjeux environnementaux, la démarche spirituelle est-elle un simple palliatif, un engagement en désespoir de cause ? Nouvelles recommandations de sommeil pour chaque groupe d'âge La National Sleep Foundation américaine a publié, en collaboration avec un groupe multidisciplinaire de 18 chercheurs, de nouvelles recommandations de durées de sommeil pour chaque groupe d'âge. Les nouvelles recommandations, publiées dans la revue Sleep Health, sont basées sur une revue systématique de la littérature scientifique portant sur les liens entre le sommeil et la santé, la performance et la sécurité, indique Charles A. Czeisler de l'Université Harvard. Voici les durées de sommeil recommandées pour chaque groupe d'âge: La nouvelle analyse précise des durées qui peuvent être appropriées pour certaines personnes ayant besoin de plus ou moins de sommeil. Voyez ce tableau.

Europe et COP 21, le poids des lobbies Le Medef, mais aussi Total sont montrés du doigt, dans le rapport d'une ONG, pour leur double discours sur l'Environnement, et le poids de leur lobbying en Europe dans la préparation de la COP21. C'est l’histoire d’entreprises ou d’institutions coincées entre business et préservation du climat et qui nous disent : écoutez ce que je dis, mais ne regardez pas ce que je fais. Le rapport d'une ONG a pointé du doigt , cette semaine, l’influence, en Europe, de leur lobbying sur la préparation de la COP 21, et parmi les plus mauvais élèves, le Medef français et Total. C’est le troisième rapport de ce genre en un an, juste avant la COP2

Cinq chiffres alarmants sur la préservation des milieux naturels en France Z.A.D. Zone à défendre, Trois lettres, trois mots hissés en étendard par des militants écologistes et défenseurs de l'environnement. A Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), à Sivens (Tarn), à Roybon (Isère), des citoyens mènent un combat contre des projets contestés, qu'il s'agisse d'un aéroport, d'un barrage ou d'un Center Parcs. Ils se font les portes-paroles d'un environnement menacé. Abeilles en péril: démontrer les responsabilités - Science Les saisons passent, les abeilles aussi Les abeilles domestiques - Apis mellifera en Europe – vivent dans des ruches. Une ruche peut contenir jusqu’à 40 000 abeilles l’été et descendre en dessous de 20 000 en hiver. La longévité de ces petites travailleuses varie aussi en fonction de la saison : elles peuvent vivre jusqu’à quatre mois l’hiver, alors que l’été, étant très occupée à butiner, mais également plus exposées au stress, elles « s’usent » plus vite et ne vivent que trente à quarante jours. Les abeilles, l’hiver, appliquent la technique des pingouins : pour se protéger du froid, elles s’entassent en grappes pour garder la chaleur à l’intérieur du groupe. Mais depuis 1998 en Europe, et à partir de l’hiver 2006-2007 aux Etats-Unis, les abeilles sont frappées par le Syndrome d’effondrement des colonies (en anglais : Colony Collapse Disorder - CCD), un phénomène de mortalité importante qui frappe spécifiquement à la sortie de l’hiver, laissant des ruches vides.

Aux origines climatiques des conflits, par Agnès Sinaï (Le Monde diplomatique, août 2015) Entre 2006 et 2011, la Syrie a connu la plus longue sécheresse et la plus importante perte de récoltes jamais enregistrée depuis les premières civilisations du Croissant fertile . Au total, sur les vingt-deux millions d’habitants que comptait alors le pays, près d’un million et demi ont été touchés par la désertification (1), ce qui a provoqué des migrations massives de fermiers, d’éleveurs et de leurs familles vers les villes (2). Cet exode a attisé les tensions provoquées par l’afflux de réfugiés irakiens qui avait suivi l’invasion américaine de 2003. Pendant des décennies, le régime baasiste de Damas a négligé les richesses naturelles du pays, subventionné des cultures de blé et de coton nécessitant beaucoup d’eau et encouragé des techniques d’irrigation inefficaces. Surpâturage et hausse démographique ont renforcé le processus. Les ressources hydriques ont chuté de moitié entre 2002 et 2008.

Related: