background preloader

Airbnb : le triomphe de l'hôtelier sans hôtels

Airbnb : le triomphe de l'hôtelier sans hôtels
Si vous passez à San Francisco prochainement et cherchez un lit sur Airbnb, vous tomberez peut-être sur l'annonce de Brian. Pour 40 dollars la nuit, ce designer de 33 ans vous propose son joli canapé bleu. Les 114 commentaires postés sous l'annonce sont enthousiastes. «L'appartement est très confortable, raconte Ron, de New York. Avec sa copine, ils m'ont même invité à leur séance de yoga. » Sympa ce Brian, surtout quand on sait qu'il est le cofondateur et P-DG de la première plate-forme mondiale de location de logements entre particuliers. Imaginerait-on Vincent Bolloré nous emmener en vacances dans son Autolib'? Ces dernières semaines, le jeune patron a toutefois manqué de temps pour accueillir ses hôtes. Une bulle ? Du simple sofa au coeur de Berlin au château fort du XVIIe siècle à Saint-Malo, le choix est infini. >>> Reportage dans le surprenant QG d'Airbnb à San Francisco Il a fallu du temps avant d'atteindre ce «network effect», comme on dit dans la Silicon Valley. Gilles Tanguy .

http://www.capital.fr/enquetes/succes/airbnb-le-triomphe-de-l-hotelier-sans-hotels-1070176

Related:  UBERISATIONLa montée de l'économie collaborative ou ubérisationUberisation

L’ « Uberisation » de l’économie et le grand vertige des élites, Transformation : l'impact du ndigital sur les modèles économiques On a du mal à voir ce qui pourrait relier Uber, la start-up née il y a moins de cinq ans, et Air Liquide, la centenaire dont les installations émaillent tous les complexes industriels de la planète. Certes, leurs valorisations déjà sont comparables, à peu près une quarantaine de milliards de dollars chacune. Mais il ne s’agit pas de cela. Ce qui est nouveau c’est que l’une inquiète l’autre.

Observatoire de l'Uberisation A moins que vous ayez vécu reclus (mais heureux !) auprès d’une meute de loups sibériens durant ces six derniers mois, vous n’avez pu échapper à la déferlante Uber et à sa très médiatique et débattue apparition sur le sol français… Uber, c’est cette entreprise venue de Californie et qui a peu à peu investi l’Europe, jusqu’à devenir leader d’un nouveau type de service : le taxi entre particuliers. L’arrivée d’Uber en France a fait l’effet d’une bombe, vivement critiquée mais également révélatrice de ce que devient notre société : celle d’un monde où les règles économiques que nous connaissons se fissurent, et où salariat et industrie laissent doucement place à débrouille, économie alternative et auto-entrepreunariat. Et si l’on assistait à une Uberévolution ? Le cas Uber

De quoi l’« uberisation » est-elle le nom ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé Les réseaux sociaux utilisent depuis quelques mois le terme d’« uberisation », un néologisme formé à partir du nom d’Uber, la fameuse société de transport californienne. Ils s’en gargarisent même depuis les incidents des derniers jours entre les taxis et les VTC (voitures de transport avec chauffeur) : Les dessous de l’hébergement collaboratif [Rapport] Dérivé de l’économie de partage, l’hébergement collaboratif s’est fait une place dans l’industrie du tourisme. Si la notion de partage reste pour certains au coeur du concept, d’autres en ont fait une véritable profession. Mais le brouillard réglementaire qui l'entourait est en train de se dissiper, et les législations de se durcir... L’hébergement collaboratif n’en reste pas moins une nouvelle offre qui trouvera sans doute à terme sa place sur le marché.

Sharing ou Renting economy? Entreprise / Emploi Des services comme Uber ou Airbnb ne relèvent en rien d'une « économie du partage ». Une opinion de Maxime Lambrecht, chercheur à la Chaire Hoover (UCL), chargé de cours invité. Ces derniers temps, on parle de plus en plus de ce qu'on appelle la « sharing economy » ou l'« économie collaborative ». Toutefois, on range souvent sous cette étiquette des services qui n'ont rien à voir avec le partage ni la collaboration, tels qu'Uber ou Airbnb. En effet, les propriétaires qui proposent un bien immobilier sur Airbnb ne « partagent » pas leur logement, ils le louent.

Changeons d'approche politique face à l'uberisation de l'économie Le débat qui est né lors de la confrontation « Taxi V/S Uber » est tout à fait symptomatique du dilemme auquel notre classe politique est confrontée. Avec la numérisation de l'économie les politiques sont aujourd'hui face à un choix difficile. Soit ils acceptent "l'uberisation de l'économie" en profitant de cette opportunité pour moderniser notre pays, soit ils s'enferment dans une "taxisation sociale" en privilégiant les acquis d'une minorité au détriment du progrès pour tous. Comment les hôtels se réinventent face à Airbnb et Booking Le PDG d’AccorHotels installe un « comex fantôme » issu de la génération Y Comment rester dans la course face à la concurrence d’acteurs comme Airbnb ou Booking ? « 80 % de toutes les entreprises digitales ont été créées par des personnes âgées de moins de 35 ans, quand 90 % des décisions sont prises par les plus de 50 ans chez AccorHotels », constate Sébastien Bazin, le PDG du groupe hôtelier (en photo ci-dessus).

Le grand mensonge de l'économie collaborative C'est un discours qu'on entend souvent y compris à gauche de l'échiquier politique, car l'économie collaborative donne l'impression aux jeunes qu'on entre enfin dans une économie de troc, une économie plus sympa que l'ancienne et moins ultra libérale que l'économie de "papa". Certains disent même que c'est la fin du capitalisme. En fait, rien n'est plus faux. Les 11 secrets de l'uberisation révélés. 1. Le sens du service L’uberisation de l’économie (autrement nommée uberification), touche avant tout l’économie de service : transport, logement, banque, divertissement, biens de consommation, service à la personne, créations graphiques, livraison de repas, de fleurs et même recrutement et la santé.

Hébergements collaboratifs : quelles règlementations en Europe ? Baléares - Déclaration préalable : Pour les appartements, interdiction totale de commercialisation pour un usage "touristique", mais peuvent être mis en location "occasionnelle" (=formulation contractuelle, les mots-clés et canaux de distribution "touristiques" étant interdits). Pour les maisons: déclaration, inscription au registre touristique régional, déclaration de responsabilité et certificat d'habitabilité obligatoires. Frais de dossier pour autorisation 24€/chambre. Location partagée interdite.

Faut-il craindre l'uber-économie? - 1 - Extension du domaine du marché Économie du partage, sharing economy, ou économie collaborative ? On hésite encore sur le nom, signe d’une activité nouvelle, encore mouvante et dont on ne perçoit bien ni les contours, ni l’impact sur l’économie globale. Pourquoi pas uber-économie, pour faire appel à son représentant le plus emblématique ? Nouvelle offre, nouvelle demande? L'âge du collaboratif Qui n'a jamais été sollicité pour une campagne de financement participatif ? Qui ne s'est pas vu vanter par des proches la simplicité d'utilisation d'Airbnb pour ses vacances ou celle de BlaBlaCar pour un trajet longue distance ? L'explosion des pratiques collaboratives a révolutionné nos façons de consommer, de voyager ou de réaliser des projets. Le partage et le collaboratif semblent destinés à façonner le monde de demain. D'abord, parce que, prenant acte de la crise du modèle productiviste et de la remise en cause du paradigme de la croissance, nous sommes décidés à prendre les choses en main à notre échelle, à nous organiser pour faire ou construire nous-mêmes avec nos pairs.

Vers une Uberisation de l'intelligence? Innovation Le 25/08/2015 Jean Botti, CTO d’Airbus Group nous a confié en souriant qu’il rêvait d’«une application smartphone qui produise la synthèse et l’analyse de tout ce que savent les meilleurs experts d’un domaine ; la somme de toutes les connaissances dans un cerveau». A l’instar de Uber ou de Airbnb, qui rendent disponibles en réseau puis valorisent des actifs matériels sous-utilisés, peut-on imaginer valoriser un actif immatériel tel que le savoir, l’expertise ou encore le savoir-faire? Sommes-nous à l’aube d’une Uberisation de l’intelligence ?

Related: