background preloader

Le blog de la revue Politique Etrangère

Le blog de la revue Politique Etrangère
Related:  GEOPOLITIQUE

Carnets Internationaux RCS Front 40 maps that explain the world By Max Fisher By Max Fisher August 12, 2013 Maps can be a remarkably powerful tool for understanding the world and how it works, but they show only what you ask them to. So when we saw a post sweeping the Web titled "40 maps they didn't teach you in school," one of which happens to be a WorldViews original, I thought we might be able to contribute our own collection. [Additional read: How Ukraine became Ukraine and 40 more maps that explain the world] Click to enlarge. The Blue Economy | Paradigm Publications The Blue Economy began as a project to find 100 of the best nature-inspired technologies that could affect the economies of the world, while sustainably providing basic human needs - potable water, food, jobs, and habitable shelter. Starting with 2,231 peer review articles Dr. Pauli and his team found 340 innovations that could be bundled into systems that function the way ecosystems do. These were then additionally reviewed by a group of corporate strategists, expert financiers, and public policy makers. Further meetings with entrepreneurs, financial analysts, business reporters, and corporate strategy academics reduced the list to one hundred. Many of the innovations inspired by nature are so interesting by themselves it is easy to forget that the key to the book is their integration with real world economies as ways to provide sustainable benefits to the commons. Below are "in-a-nutshell" descriptions of the chapters with very brief examples. Three - Nature's Resource Efficiency

Géopolitique Les négociations avec l'Iran sur le dossier nucléaire approchent de leur dénouement. A quelques jours de la date butoir du 24 novembre, les spéculations vont bon train. Parviendra-t-on à régler les questions en suspens ? En l'absence d'un accord final, les tractations seront-elles à nouveau prolongées ? Quelles que soient les critiques que l'on peut porter aux négociations en cours, notamment sur le fait qu'elles ne concernent que le nucléaire, et pas le comportement déstabilisateur de l'Iran dans la région, leur conclusion, dans un sens ou dans l'autre, sera un événement d'une portée historique. En cas d'accord, l'équilibre stratégique de la région sera bouleversé. Un an après le début des pourparlers, six mois après une première extension, et dans le contexte d'une déstabilisation croissante du Moyen Orient, les deux parties ont intérêt à trouver un accord. Tout accord implique des concessions de part et d'autre. En dernière analyse, la décision sera politique.

Zero Emissions Research and Initiatives On April 6, 1994 Gunter Pauli arrived in Tokyo at the invitation of Heitor Gurgulino de Souza, then Rector of the United Nations University who with the support of the Japanese Government decided to create a think tank which was to imagine a competitive business model in a world guided by the Kyoto Protocol. Twenty years later, the philosophy of zero emissions, where waste is converted to revenues, and unused yet widely available resources are cascading into a chain of value generation, can look back at nearly 200 implemented projects, the generation of €4 billion in investments and an impact as a concept that created to an estimated 3 million jobs. The most widely copied project is the farming of mushrooms on coffee (+1,000), the most advanced is the biorefinery with the inauguration of the first and second phase in Porto Torres, Italy in a few months. After all, whatever we pioneer, we need to inspire the next generation, pioneering beyond what we could ever imagine.

Géopolitique de la guerre contre la Syrie et de celle contre Daesh Dans cette analyse, nouvelle et originale, Thierry Meyssan expose les raisons géopolitiques de l'échec de la guerre contre la Syrie et les objectifs réels de la prétendue guerre contre Daesh. Cet article est particulièrement important pour comprendre les relations internationales actuelles et la cristallisation des conflits au Levant (Irak, Syrie et Liban). Les trois crises au sein de la Coalition Nous assistons à la troisième crise dans le camp des agresseurs depuis le début de la guerre contre la Syrie. ► En juin 2012, lors de la conférence de Genève 1, qui devait marquer le retour à la paix et organiser un nouveau partage du Proche-Orient entre les États-Unis et la Russie, la France qui venait d'élire François Hollande posa une interprétation restrictive du communiqué final. ► Clinton et Petraeus ayant été éliminés par le président Obama, la Turquie organisa à l'été 2013, avec Israël et la France, le bombardement chimique de la ghoutta de Damas en le faisant attribuer à la Syrie.

Friends and enemies in the Middle East. Who is connected to whom? - interactive | News As the US and UK are set to again commit to military involvement in the Middle East, this interactive visualises the intricate, complex and sometimes hidden relationships and alliances across the region. Its tangled, opened state is meant as a kind of visual joke, showing how its fabric defies simple solutions. You can filter relationship types ‘on’ and ‘off’ in the bottom left and also rollover and click on different players to get a clarified view. Understandably, this is an ongoing, evolving diagram which we hope to add to. So feel free to help us make this diagram more accurate. This is a guest interactive taken from the new book, Knowledge is Beautiful (find out more: UK & US), the sequel to Information is Beautiful

Téhéran et l’Irak : positionnement diplomatique, engagement sur le théâtre irakien - Les clés du Moyen Orient Rappelons d’abord que l’Irak est un voisin d’une importance stratégique capitale pour l’Iran, avec qui il partage un historique chargé, la guerre qui a opposé les deux pays (l’un arabe, l’autre perse), ayant laissé des traces définitives qu’il convient de ne jamais oublier [1]. Quiconque se déplace en Iran en voit les rappels pathétiques par maints panneaux d’affichage de portraits de « martyrs », fresques, dans les rues, carrefours, etc. Ce conflit, durablement présent dans les esprits, est inscrit dans les mythes piliers du régime et nourrit une perpétuelle saga exploitée par lui pour cultiver l’unité et le devoir d’une ‘défense sacrée’ lourdement exploitée pour justifier son autorité. Les objectifs traditionnels et conjoncturels de l’Iran envers l’Irak Les objectifs les plus évidents de la posture iranienne sont faciles à identifier. Au total, l’Irak est un mélange contradictoire de menaces, d’opportunités, de challenges [4] d’une rare complexité pour la République Islamique.

Geographic Environment, Cultural Diversity, and Liberalism in the Eastern Mediterranean “The power of mountains to protect makes them asylums of refuge for displaced peoples.” Ellen Churchill Semple, 1911, Influences of Geographic Environment, Chapter 16. “Great fertility in a narrow coastal belt barred from the interior serves to concentrate and energize the maritime activities of the nation. The 20-mile wide plain stretching along the foot of the Lebanon range from Antioch to Cape Carmel is even now the garden of Syria.” Ellen Churchill Semple, 1911, Influences of Geographic Environment, Chapter, Chapter 8. In examining the spatial patterns of the eastern Mediterranean, many observers have been struck by the close correlation between mountainous areas and religious diversity. The notion of a link between mountainous topography and minority populations was once a widely accepted principle of geography, put forth most eloquently by Ellen Churchill Semple.

Irak : des erreurs à répétition ? L’exemple de la province d’al-Anbar Il n’en demeure pas moins vrai que de nombreux Irakiens ont accueilli les Américains en libérateurs. Parmi les autres, plus circonspects, peu ont pleuré la chute de Saddam Hussein, même parmi les sunnites qui ont eux aussi été les victimes de son gouvernement. Dès lors, on peut se demander si l’erreur fondamentale de Washington, au delà du choix lui-même de l’intervention militaire, n’a pas été la façon dont celle-ci a été menée. Plus précisément, à quelles erreurs doit-on ce qui semble être une nécessité d’intervenir de nouveau en Irak, dans le but cette fois-ci de contenir l’expansion rapide de l’Etat islamique dans l’Ouest du pays ? L’analyse de la situation de la province d’al-Anbar, de 2003 à aujourd’hui, est exemplaire des erreurs commises durant les interventions successives, dont les conséquences entraînent, dans un cercle vicieux, une nouvelle intervention. Les erreurs qui ont fait naître l’insurrection sunnite Ces décisions ont de nombreuses conséquences. Trois ans trop tard

Related: