background preloader

Migrants : quand l’Europe s’emmure

Migrants : quand l’Europe s’emmure
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Madjid Zerrouky Un peu plus de vingt-cinq ans après la chute de celui de Berlin, l’Europe redécouvre les murs et érige des murailles de la Bulgarie à la Manche pour bloquer réfugiés et migrants. Dernier exemple : la Hongrie, qui construit une clôture de 175 km le long de sa frontière avec la Serbie. Au début des années 1990, déjà, l’Espagne a édifié des barbelés autour de ses enclaves nord-africaines ; la Grèce face à la Turquie en 2012 ; la Bulgarie en 2014… Pourtant, loin d’être hermétiques, ces barrières ne cessent d’être contournées quand elles ne cèdent pas, comme en cet été 2015, face à un afflux sans précédent de migrants. 1. Ceuta et Melilla 2. Ceuta et Melilla (1993) C’est en 1993 que le gouvernement espagnol, sous l’effet de l’augmentation des passages des migrants – surtout à Melilla – décide d’ériger des barrières pour tenter d’interdire l’accès par voie terrestre à ses deux territoires. Le mur d’Evros, en Grèce (2012) Bulgarie (2014) Calais

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2015/09/03/migrants-quand-l-europe-s-emmure_4744960_1654200.html

Related:  migrationsMigrantsFRONTEXFemmes réfugiées - projet x

Frontières : jamais autant de murs entre les pays du monde Les Européens vivent dans l'espace Schengen où la libre-circulation des personnes est la norme. Pourtant, dans le monde, de nombreux murs entravent toujours la circulation des hommes, et beaucoup continuent de s'ériger dans le but de contenir une immigration illégale. Il y a 25 ans, à la chute du mur de Berlin, seuls 16 murs étaient debout dans le monde. Il y a en aurait aujourd'hui plus de 60, terminés ou en voie de l'être, d'après la chercheuse de l'université de Québec Elisabeth Vallet. 21.000 kilomètres de mur-frontières

TEMOIGNAGE. «Quand j'étais migrante...» 07 Sept. 2015, 18h05 | MAJ : 07 Sept. 2015, 22h57 A l'origine, les premières images de migrants syriens accueillis par des applaudissements lors de leur arrivée en train ce week-end en Allemagne. Elle est la première surprise par les messages de remerciement laissés par les internautes qui partagent son récit sur la toile. Ce récit, que nous avons choisi de publier, c'est celui de la petite fille dont les parents ont fui la Roumanie pour la France en 1990. Nouveau « mur du nouvel ordre mondial» : Une mégaclôture surgit entre la Tunisie et la Libye La construction de murs sur les frontières interétatiques s’est transformée en une véritable contagion. Des murs se construisent un peu partout. Il ne semble pas que d’autres solutions soient envisagées par les gouvernements nationaux pour exercer un certain contrôle sur les migrations des réfugiés de la misère ou pour contrer les mouvements des groupes qu’ils qualifient de terroristes. À peine publié (le 25 juin) notre article sur « les murs du nouvel ordre mondial » n’est plus à jour.

Comprendre la crise des migrants en Europe en cartes, graphiques et vidéos En cette journée internationale des migrants, sélection des éléments graphiques réalisés par « Le Monde » pour comprendre la crise des migrants en Europe. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Maxime Vaudano et Les Décodeurs 18 décembre, journée internationale des migrants. Un drame quotidien qui se joue simultanément à toutes les frontières et sur toutes les routes d’Europe, un défi d’accueil inédit pour l’Union européenne, une source intarissable d’indignations, de polémiques et de propositions pour la classe politique et les commentateurs : comment rendre compte de la crise des migrants qui secoue notre continent depuis 2014 ? Des pays d’origine des migrants jusqu’à l’accueil final des réfugiés, en passant par les périlleuses routes de la migration, voici vingt cartes, graphiques et vidéos produites par Le Monde pour comprendre la situation.

Catherine Gousseff, spécialiste des migrations : “L’édification de murs en Europe est une formidable régression” Alors que l'exposition “Frontières” ouvre ses portes au Musée de l'histoire de l'immigration, nous avons demandé à Catherine Gousseff, spécialiste des migrations, de nous parler de l'actualité européenne sur ce sujet brûlant. Catherine Gousseff, historienne, est directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations de l’espace soviétique et est-européen au XXe siècle. Depuis septembre dernier, elle dirige le Centre franco-allemand de recherches en sciences sociales Marc Bloch à Berlin.

Migrants, réfugiés, demandeurs d'asile en Europe 3/3 : un afflux exceptionnel "Le mot "migration" n'a pas bonne presse ces temps-ci en Europe. (...) L'actualité et l'intérêt qu'on lui porte incitent à s'interroger sur l'histoire des migrations à l'intérieur de l'Europe, depuis l'Europe et hors de l'Europe ; car on est mieux à même de porter un jugement sur les processus de migrations actuels lorsque l'on peut appréhender les processus achevés - et donc historiques - et lorsque l'on connaît les lignes d'évolution au terme desquelles se posent les problèmes actuels." Klaus Bade, introduction à l'"Europe en mouvement" (Le Seuil, 2002)

Migrations: le prix que paye l'Europe pour se barricader - Europe The Migrant Files, l’enquête sur le coût des migrations, est signée par un collectif de journalistes européens spécialisés dans les questions de migration. Leur enquête porte sur le coût humain et financier de l'immigration. D'abord, pour les candidats qui risquent leur vie pour « passer » en Europe, dépouillés par les passeurs qui ont fait un business de ces traversées périlleuses : selon The Migrant Files, au moins 16 milliards d'euros ont été dépensés depuis 2000 par les migrants pour venir jusqu'en Europe. Près de Dunkerque, des réfugiés s'entassent dans le "camp de la honte" On l’a surnommé le “camp de la honte”. Près du port français de Dunkerque, quelque 3000 réfugiés vivent dans des conditions inhumaines. Ceux qui ont honte sont venus aider. Un autre campement humanitaire plus digne est en cours de construction.

EN IMAGES. Des murs, contre les migrants, partout en Europe, y compris en France L'Europe parsemée de clôtures. L'Autriche a annoncé la construction une barrière le long de sa frontière avec la Slovénie, pour stopper l'afflux de migrants. Avant Vienne, plusieurs autres capitales européennes ont décidé de remettre en place de nouveaux rideaux de fer, 25 ans après la chute des murs qui séparaient l'Est et l'Ouest de l'Europe.

A ceux qui me répètent qu’on ne peut pas accueillir “toute la misère du monde”. Parce que je n'en peux plus d'entendre, à chaque fois que je dis que je travaille dans l’accompagnement des demandeurs d’asile “Mais il sont vraiment trop nombreux, non ?” “Déjà que la France est un des pays les plus généreux en Europe ...” et autres “La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde"... j'ai décidé d’écrire ce texte, pour contenir ma frustration, mon indignation qui croît chaque jour en entendant les politiques nous abreuver de chiffres hors contexte censés nous démontrer que nous sommes une forteresse assiégée, et contenir ma tristesse de voir notre gouvernement de “gauche” si tétanisé par l’influence de l’extrême droite dans le champ politique qu'il finit par rentrer dans son jeu ...Je comprends que les gens finissent par s'y perdre et par se demander si, vraiment, on accueille trop de demandeurs d’asile en France. Et pour ce qui est de prendre sa part, on va le voir, malgré son image de pays des Droits de l’Homme, la France est loin d´être exemplaire.

Repères. Lampedusa «Triton» L’opération «Triton», menée sous l’égide de l’agence Frontex, a succédé à l’opération italienne «Mare Nostrum», qui a pris fin en octobre. Son budget (2,9 millions d’euros par mois) est le tiers de celui de l’opération précédente et les navires de surveillance ne vont pas au delà de 55 km des côtes italiennes. À Calais, des réfugiés derrière l’objectif pour photographier leur quotidien Durant le mois de mars, 40 appareils photos jetables ont été distribués à des réfugiés du camp de Calais par une photographe britannique et l’ONG Refugees Info Bus, qui a publié mi-juillet les clichés sur sa page Facebook. Le but : permettre aux réfugiés de documenter leur propre vie et balayer ainsi les idées reçues dont ils sont victimes. Initié en mars par la photographe britannique Beatrice-Lily Lorigan et l’ONG Refugee Info Bus, ce projet photo vise à donner une voix aux réfugiés de Calais. Ceux-ci étant souvent victimes de stigmatisation, l’ONG souhaite susciter l’empathie auprès d’Européens qui ignorent souvent le quotidien des habitants du camp de Calais.

« Migrant » ou « réfugié » : quelles différences ? Le média qatari Al-Jazira, qui a décidé de ne plus utiliser que le terme « réfugié » pour évoquer la crise qui se joue en Méditerranée, fait naître un débat sémantique. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard Migrants ou réfugiés ? Le débat sémantique s’installe en Europe pour savoir comment qualifier les milliers de personnes qui arrivent quotidiennement sur les côtes méditerranéennes.

Related: