background preloader

L'Agence nationale des Usages des TICE - Le <i>Design Thinking</i> : pour une intégration des TICe dans la scénarisation pédagogique

L'Agence nationale des Usages des TICE - Le <i>Design Thinking</i> : pour une intégration des TICe dans la scénarisation pédagogique
Le Design Thinking : pour une intégration des TICe dans la scénarisation pédagogique par Karine Aillerie * Cette contribution à « Que dit la recherche ? » ne concerne pas directement un dispositif technologique particulier mais bien plutôt une méthodologie susceptible d’intégrer de manière significative les technologies de l’information et de la communication, ou plus précisément le contexte sociotechnique actuel et les enjeux éducatifs qu’il porte, dans l’enseignement. Cette méthodologie est connue sous l’expression anglophone de Design Thinking. Elle est difficilement traduisible en français, aussi avons-nous choisi de l’employer (ou son abréviation DT) dans cet article. 1. Le principe de base du DT est d’améliorer la connaissance par l’action, la confrontation et la discussion avec les autres, l’analyse des expériences passées, et ce dans le but d’améliorer une situation existante. 2. 3. Conclusion date de publication : 09/09/2015 Références bibliographiques :

http://www.cndp.fr/agence-usages-tice/que-dit-la-recherche/le-%3Ci%3Edesign-thinking%3C-i%3E-pour-une-integration-des-tice-dans-la-scenarisation-pedagogique-85.htm

Related:  Pédagogie inverséeinnovation pédagogiqueveille/curationcodesignScénarisation

L'Agence nationale des Usages des TICE - La classe inversée : que peut-elle apporter aux enseignants ? par Isabelle Nizet * et Florian Meyer * La classe inversée exerce un attrait indéniable sur les enseignants qui souhaitent diversifier leurs approches pédagogiques et tenter de nouvelles expériences avec leurs élèves. Il semble cependant nécessaire de bien comprendre en quoi cette approche offre des bénéfices réels, alors que peu de recherches scientifiques ont démontré son efficacité à l’aide de données probantes, comme le soulignent Steve Bissonnette, professeur à la TÉLUQ, et Clermont Gauthier, professeur à l’Université Laval au Québec. Une définition souple La classe inversée est souvent perçue comme la simple inversion d’activités typiques d’un enseignement traditionnel : au lieu d’écouter l’enseignant en classe et de faire ses devoirs seul à la maison, l’élève réalise des apprentissages de manière autonome à l’aide de matériel numérique à la maison et fait des exercices en classe avec l’enseignant.

Des élèves co-auteurs de leur savoir ! Article en PDF à télécharger sur : Elèves co-auteurs de leur savoir Avec l’explosion du numérique à l’école, les élèves peuvent devenir co-auteurs de leur savoir. Il en est de même dans l’enseignement supérieur. Cette approche des temps modernes nécessite néanmoins que les acteurs acceptent de changer de posture, tout au moins de sortir de leur zone de confort, pour s’investir différemment dans le partage des connaissances. A l’image de ce qui se passe dans les classes inversées ou renversées, le professeur doit aujourd’hui imaginer de nouvelles pédagogies, celles qui incitent ses élèves à apprendre autrement, en les préparant notamment à rechercher par eux-mêmes les connaissances qui leur seront nécessaires au montage de projets ou à la résolution de problèmes.

Bruno Devauchelle : Faut-il encore former les enseignants au numérique ? Depuis le renoncement à imposer une certification (C2i2e) d'une véritable maîtrise du numérique pour les métiers de l'enseignement, on ne cesse d'entendre dire que le problème est la formation des enseignants. Eux-mêmes d'ailleurs, à l'instar de leurs dirigeants, entonnent volontiers ce refrain sans jamais aller beaucoup plus loin. N'oublions pas l'histoire de l'informatique et du numérique scolaire et rappelons ici que dès 1983, ces mêmes propos faisaient florès dans les colloques et autres séminaires aussi bien scientifiques que politiques. Pas de plan sans un volet formation...

Vers la mort du Design Thinking ? - Les cahiers de l'innovation Quand j’ai cherché ce qu’était le « design thinking » la première fois, je suis tombé sur cette définition : le design thinking permet de réaliser des produits ou des services « désirables par le consommateur, même s’il n’aurait jamais exprimé clairement un tel vœu, réalisables techniquement et viables économiquement », résume Véronique Hillen, aujourd’hui doyenne de la Paris-Est d.school à l’École des ponts . Le design thinking est « un mode d’application des outils de conception utilisés par les designers pour résoudre une problématique d’innovation, par une approche multidisciplinaire centrée sur l’humain ». Les méthodologies du « design thinking » se retrouvent disséminés dans toutes les situations où quelque chose est conçu (nouveau produit ou service). Les projets que je soutiens dans le cadre professionnel ont de plus en plus cette approche (je pense à 3pod par exemple).

Créer en 2 à 3 heures un scénario pédagogique interactif et/ou QCM, sortie Web, Pdf, Ppt Saisir son cours une seule fois dans l'éditeur Scenari et l'exporter sur trois supports différents. Un exemple de résultat que vous allez réaliser avec le tutoriel ci-dessous : Les Comètes Tutoriel : Travail à faire Nouveau chapitre : C04 : Couleur et Quantité de matière ATTENTION : pour celles et ceux que j’aurai en AP, ne pas oublier de consulter les ressources relatives à la dilution disponibles ici. Complément :

La conférence dessinée,… ou la mort du PowerPoint ! Film de l’atelier (réalisation par Laurent GODIN et David FREMY du Medialab. de la FLSH) à télécharger sur : Qui n’a jamais participé à une conférence ou un séminaire ? De présentation en présentation, les illustrations se succèdent qui permettent de traiter d’un sujet ou de partager sur l’avancée d’un projet. Dans ces moments d’échanges entre un expert et son public, on a pris l’habitude d’utiliser le PowerPoint.

netPublic : Culture, éducation Libre en fête 2016 : la priorité au logiciel libre au quotidien Depuis 2001, l’April invite les groupes d’utilisateurs de logiciels libres et les associations de promotion de ces logiciels à organiser, pour l’arrivée du printemps, des événements de découverte à destination du grand public. Pour 2016, l’initiative est relancée pour la 16e année consécutive. Libre en Fête 2016 peut être notamment l’occasion pour les espaces publics numériques (EPN) et autres espaces d’initiation à l’informatique et ses enjeux, ainsi que pour les groupes d’utilisateurs de logiciels libres d’initier un partenariat régulier.

Valoriser l’innovation pédagogique grâce au codesign Le codesign se développe favorablement au sein des entreprises qui, guidées par la nécessité de travailler dans un monde VUCA et s’inspirant de méthodes Agile et Scrum de gestion de projet, ont su tirer le bénéfice d’une nouvelle organisation du travail. Cette démarche vise à valoriser des échanges propices à la créativité entre des talents aux profils variés afin d'élaborer des produits et services innovants. Si cette démarche a su s’adapter au monde de l’entreprise, elle reste encore en marge du monde de l’éducation alors que les volontés individuelles à collaborer sont de plus en plus nombreuses. Le codesign, une démarche favorisée par l’entreprise

J'enseigne moins, ils apprennent mieux ... I teach less, they learn better Des lecteurs de ce Blog m’ont demandé de présenter un dispositif concret où je mets en action les cinq facettes de mon modèle d’apprentissage ou encore l’intégration des compétences dans l’enseignement … Voici une présentation de l’un de mes cours, un dispositif hybride dans lequel je mets en pratique ces idées (une version antérieure de cette présentation a été publiée dans notre journal « Résonances » de janvier 2011). Je l’ai écrite sous la forme d’une interview … que je me fais à moi-même … une opération de réflexivité ! La rédaction : Marcel Lebrun, on vous connaît comme conseiller « technopédagogique » à l’IPM, moins comme enseignant. Même si on peut le deviner, qu’enseignez-vous au juste ?

Classe inversée : Évaluer pour mieux apprendre La pratique de l’évaluation est au cœur de l’ activité enseignante. Or, trop souvent elle sanctionne un travail en fin de séquence, pour vérifier les acquis, et peut être nuisible. En quoi la classe inversée modifie-t-elle les pratiques d’évaluation ?

Related: