background preloader

Culture & Médias 2030 Prospective de politique culturelle

Culture & Médias 2030 Prospective de politique culturelle
Related:  mediations numériques

800 millions de francophones en 2050? Chiche! Temps de lecture: 10 min «Les nouvelles sont mauvaises d’où qu’elles viennent», chantait l’autre. Dans le ciel français, maussade depuis longtemps, une annonce avait retenti comme un coup de tonnerre. C’était en 2014: une étude réalisée par Natixis annonçait que la langue française serait la plus parlée au monde à l’horizon 2050. Même si ces résultats ont été, depuis, remis en cause, les projections officielles ont encore de quoi donner le vertige. Que l’on soit clair: un tel ressort ne provient pas du Canada où l’assimilation des immigrés en anglais fait perdre au français du terrain. Les défenseurs du français, échaudés par des discours alarmants serinés depuis longtemps sur l’avenir de leur langue, relèvent la tête. Une langue véhiculaire qui est entrée dans les familles Pour vingt-et-un États africains, le français n’est pas une langue étrangère. Une cinquantaine d’années plus tard, l’Afrique francophone ne forme pas un seul bloc. Lilyan Kesteloot L'essor des langues locales Omar Bongo

Quelle politique culturelle pour la France ? Sujet du moment Quelle politique culturelle pour la France ? Face à l'essor d'Internet et aux ratés de la démocratisation, le "modèle français" est obligé de se réinventer. Des pratiques numériques aux nouvelles économies de la création, la culture s'invite dans la présidentielle car elle devient un enjeu de la compétition, écrit Vincent Dubois.

Table ronde : Agentivité des publics – Comment le public s’investit dans les lieux de culture | Culturecom Agentivité des publics. Cette expression semble à premier abord un peu barbare, mais ce n’est que le terme pour désigner la façon dont les publics s’investissent aujourd’hui dans les différentes institutions et lieux, notamment de culture. Ce sujet était abordé hier à la table ronde des toutes nouvelles Conversations MuseomixMTL au Musée d’art contemporain de Montréal. Panel de Conversation MuseomixMTL – crédits : Trung Dung Nguyen Trois grands thèmes ont été abordés en un espace d’un peu plus de deux heures. A quoi sert la technologie au musée ? Julien Dorra, co-fondateur de Museomix, et David Sheinkopft, directeur du département Éducation et assembleur de technologie – Pioneer Works, ont chacun eu à expliquer comment la technologie ou les nouvelles technologies ont eu un impact sur les projets qu’ils ont été amenés à développer. Le visiteur comme acteur et penseur Quelle identité du visiteur au musée ? Conversations MuseomixMTL – crédits : Trung Dung Nguyen En quelques mots

E-book de l'organisateur de spectacles - Collection des e-books de la culture de l’Agence culturelle d’Alsace Politique culturelle française Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La politique culturelle française regroupe les actions gouvernementales, administratives et territoriales, orientées vers un enjeu culturel. Le constat d'une exception française[modifier | modifier le code] Siège du Ministère de la Culture, au Palais-Royal, symbole du volontarisme culturel de l'État Selon Jean-Michel Djian, « la politique culturelle est une invention française », née « d'une préoccupation constante des pouvoirs monarchiques, impériaux ou républicains de s'accaparer, au nom d'une mystique nationale, la protection d'un patrimoine artistique et par extension d'encourager ce qui le deviendra »[1]. La politique culturelle française se distingue en effet par sa longue histoire, la forte présence de l'État, et la continuité des institutions au fil des siècles. « Ni la volonté politique, ni les moyens financiers, ni l'armature administrative », souligne Jacques Rigaud, n'atteignent un tel niveau dans aucun autre pays[2].

La multiplication des « médiations numériques  | «Musée 3.0 Enfin, nous pouvons citer un dernier exemple de nouveau dispositif numérique mis à disposition des visiteurs lors d’une exposition : « Oculus rift», lunettes 3D proposées lors de l’exposition Le Maroc contemporain tenue à l’Institut de Monde Arabe (IMA) d’octobre 2014 à mars 2015. Il s’agirait de la première fois en France qu’un dispositif de ce type est proposé dans une exposition. Jack Lang, président de l’IMA déclare : « Je suis ébloui par cette technologie qui a la particularité de ne pas établir d’écran entre le regard et le lieu contemplé »[1]. Ce dispositif, qui n’a fonctionné qu’au bout d’un mois environ – je travaillais à l’IMA durant l’exposition et ai ainsi obtenu les confessions de nombre de visiteurs extrêmement déçus de l’absence du dispositif, certains s’étant déplacés d’assez loin essentiellement pour expérimenter ce dernier – proposait aux visiteurs de les « embarquer » au Maroc, à Tétouan, dans l’atelier d’un des artistes présentés, Abdelkrim Ouazzani.

compagnie ex nihilo, danse contemporaine La compagnie Ex Nihilo n’a de cesse depuis sa création, il y a bientôt 20 ans, d’interroger la danse dans sa relation à l’extérieur. Au delà d’un simple déplacement du lieu de l’art, il s’agit de faire l’expérience d’une rencontre avec un espace, urbain ou naturel, et d’une relation à l’autre, passant ou spectateur. Ce "pas de côté" ouvre un territoire toujours renouvelé, pour la danse et pour l’écriture chorégraphique comme pour l’expérience du spectateur. [1] Pour la danse : c’est le mouvement comme « prise d’espace » au milieu du mouvement de la ville et dans l’immensité de l’espace, de la recherche à la représentation et au travers d’une présence soutenue, régulière. Notre usage nomade des lieux est comme un emprunt éphémère et léger plutôt qu’une appropriation, il n’exclut jamais l’autre. Nous plaçons le danseur sur le même sol que « n’importe qui » : il est envisagé comme un homme de tous les jours, un Monsieur tout le monde, mais qui a tout moment utilise sa danse comme langage…

Médiation Culturelle Association, faîtière française Agenda Les ateliers du Transbordeur Programmation d'ateliers d'impression, arts décoratifs, patrimoine industriel et technique Thèmes : Tout l'agenda, Arts plastiques Lire la suite Nathalie Pernette - "Les Ombres... Avec Les Ombres blanches, Nathalie Pernette part à la rencontre des fantômes, spectres, fées, revenants, âmes en peine et autres feux-follets. Thèmes : Tout l'agenda Lire la suite Bang ?! Thèmes : Tout l'agenda, Spectacle Lire la suite

Six façons bien différentes de voir la jeunesse Mis en ligne le lundi 26 février 2007. Les politiques locales de la jeunesse se forgent dans les représentations que les adultes ont des jeunes. Decryptage. Le dossier du numéro 475 de la revue Territoires est consacré aux politiques locales de jeunesse. Historiquement, il faut attendre la deuxième partie du 20e siècle pour voir apparaître une préoccupation en matière de politique jeunesse. Dans les années 30, avec le Front populaire, le temps des loisirs se développe, avec la nécessité d’encadrer la jeunesse. Sous le gouvernement de Vichy, l’État va élaborer des projets liés aux problématiques de la jeunesse en développant l’agrément des associations. La IVe République délègue les problématiques de jeunesse aux associations, comme les Francas, les MJC ou Léo Lagrange, qui sont alors très puissantes. Avec la Ve République, l’État reprend le contrôle, à travers deux axes. 1 - Le référentiel " Familialiste " 2 - Le référentiel " Contrôle social " 4- Le référentiel " Éducatif " Jean-Claude Richez

Related: