background preloader

Sagesse

Sagesse
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans son acception populaire, la sagesse est attribuée à celui ou celle qui prend des décisions raisonnables, au prix de ses propres intérêts parfois. On qualifie d'enfants sages ceux qui sont obéissants et discrets, ceux qui s'efforcent de voir, entendre et comprendre avant d'agir. Histoire[modifier | modifier le code] Sagesse grecque[modifier | modifier le code] Personnification de la sagesse ("Σοφία" ou "Sophia") à la Librairie de Celsus à Éphèse, Turquie. Chez les philosophes grecs ou dans la tradition orientale, la sagesse (« sophia » en grec) est l'idéal de la vie humaine. La sagesse tragique de l'obscur Héraclite propose des aphorismes qui mettent en lumière le perpétuel mouvement des choses. La sagesse telle que l'a pensé Socrate est en beaucoup d'aspects resté une base stable du modèle antique. Sagesse religieuse[modifier | modifier le code] Sagesse chrétienne[modifier | modifier le code] Sagesse orientale[modifier | modifier le code] Related:  Bonheur et Sagesse (lexique)Dictionnaires et encyclopédiesmangelvf

Ascèse Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour l’article homophone, voir A16. Étymologie[modifier | modifier le code] Le mot est emprunté au latin chrétien asceta, asceteria du Ve siècle, signifiant « moine ou religieuse, monastère ou couvent ». L'ascèse vise à atteindre un idéal élevé, comme la santé, le bonheur, la sagesse, le salut, la vérité, ou le nirvāna. Présentation[modifier | modifier le code] L'ascèse spirituelle désigne une vie sobre et sans superflu qui vise à la fois la santé et le bien-être optimal et la conscience de ce qui est essentiel. L'ascèse a également une connotation intellectuelle. Il existe une ascèse qui se rapporte au corps sans être tout à fait coupée de la pensée. Ces pratiques corporelles cherchent toutes à restaurer un équilibre corporel naturel : colonne vertébrale librement érigée, ventre détendu, respiration libre centrée sur l'expiration. Ascèse dans les religions[modifier | modifier le code] Ascèse dans l'hindouisme[modifier | modifier le code]

Musique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Allégorie évoquant la musique et les instruments. Elle est donc à la fois une création (une œuvre d'art), une représentation et aussi un mode de communication. Elle utilise certaines règles ou systèmes de composition, des plus simples aux plus complexes (souvent les notes de musique, les gammes et autres). Elle peut utiliser des objets divers, le corps, la voix, mais aussi des instruments de musique spécialement conçus, et de plus en plus tous les sons (concrets, de synthèses, abstraits, etc.). La musique est évanescente, elle n'existe que dans l'instant de sa perception qui doit en reconstituer son unité dans la durée. Histoire de la musique[modifier | modifier le code] La difficulté vient également de la diversité des formes de musique au sein d'une même civilisation : musique savante, musique de l'élite, musique officielle, musique religieuse, musique populaire. Approches définitoires[modifier | modifier le code] Compétence « culturelle » ?

Empathie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'empathie (du grec ancien ἐν, dans, à l'intérieur et πάθoς, souffrance, ce qui est éprouvé) est une notion désignant la « compréhension » des sentiments et des émotions d'un autre individu, voire, dans un sens plus général, de ses états non-émotionnels, comme ses croyances (il est alors plus spécifiquement question d'« empathie cognitive »). En langage courant, ce phénomène est souvent rendu par l'expression « se mettre à la place de » l'autre. Cette compréhension se produit par un décentrement de la personne (ou de l'animal) et peut mener à des actions liées à la survie du sujet visé par l'empathie, indépendamment, et parfois même au détriment des intérêts du sujet ressentant l'empathie. Dans l'étude des relations interindividuelles, l'empathie est donc différente des notions de sympathie, de compassion, d'altruisme ou de contagion émotionnelle qui peuvent en découler. Théories et théoriciens[modifier | modifier le code] Voir, par exemple :

Qu'est-ce que la Sagesse ? La sagesse en philosophie Du latin sapientia, elle est relative à l’intelligence, au jugement, au bon sens, à la prudence, au savoir, à la science, à la philosophie. Elle est couramment utilisée pour désigner le caractère de celui qui est raisonnable, ou qui fait preuve de modération dans les désirs. Dans la tradition classique, de l’Antiquité jusqu’aux cartésiens, elle se rapporte, en revanche, au savoir, à la science, à la philosophie, la connaissance parfaite, englobant généralement l’idée de vertu. Définitions de Philosophes sur la sagesse : – Descartes : « Par la sagesse, on n’entend pas seulement la prudence dans les affaires, mais une parfaite connaissance de toutes les choses que l’homme peut savoir, tant par la conduite de sa vie que par la conservation de sa santé et l’invention de tous les arts.» – Aristote : “Le sage possède la connaissance de toutes les choses, dans la mesure où cela est possible” – Gide : – Molière : « A force de sagesse, on peut être blâmable. » – Héraclite :

Une sagesse de la vie quotidienne - Édition mai-juin 2010 (n°41) Le bonheur selon Montaigne En visant « la volupté » et en dédaignant la tristesse, Montaigne prône une « philosophie en action », à l’opposé des utopies transcendantes : la recherche du bonheur consiste avant tout à se réconcilier avec le réel et à cultiver activement le « vivre à propos ». Montaigne (1533-1592) n’est pas si doué pour le bonheur qu’on le croit. Ni n’a eu autant de chance qu’il le dit. « Je dois beaucoup à la fortune, reconnaît-il, de quoi jusqu’à cette heure [il a 55 ans, il mourra quatre ans plus tard], elle n’a rien fait contre moi d’outrageux, au moins au-delà de ma portée » (III, 9, 998). Faire fi des « épines domestiques » Pas besoin d’un deuil pour nous gâcher la vie ! Il suffit d’un rien, par exemple d’une « épine domestique », qui pique d’autant plus qu’elle est plus fine. Montaigne, Essais (III, 13, 1107) Pour aller plus loin

Stoïcisme Dans le langage courant, l'adjectif « stoïque » est utilisé pour désigner une personne inébranlable, qui parvient à rester fixée sur ses objectifs et ne s'effondre pas devant la peur, la douleur, le stress, les privations ou autres difficultés de l'existence. Avant-propos[modifier | modifier le code] Il ne nous reste que des fragments de textes des premiers stoïciens (Zénon de Kition, Cléanthe d'Assos et Chrysippe de Soles), et les seules œuvres complètes de l'Antiquité que nous possédons sont celles de trois penseurs de l'époque impériale : Sénèque, Épictète et Marc Aurèle[14]. Étymologie et double acception[modifier | modifier le code] Le nom « stoïcisme » vient du grec στοά / stoa (« portique »), renvoyant en l'espèce à la Stoa poikilê ou « portique peint »[15], galerie située dans l'Agora d'Athènes et ornée de fresques dues aux peintres Polygnote et Micon représentant respectivement le sac de Troie (Ilioupersis) et la bataille de Marathon. Le discours philosophique a trois parties :

joie Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire. Français[modifier | modifier le wikicode] Étymologie[modifier | modifier le wikicode] Du latin gaudia, pluriel de gaudium. Nom commun[modifier | modifier le wikicode] joie /ʒwa/ féminin Sentiment de bonheur, de satisfaction vive et intense qui vient du plaisir que l'on a à agir, à accomplir non pas une tâche répétitive, mais de contribuer à un certain progrès qui est empreint d'un caractère spirituel philosophique, scientifique, religieux ou esthétique. Synonymes[modifier | modifier le wikicode] Antonymes[modifier | modifier le wikicode] Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode] Expressions[modifier | modifier le wikicode] Traductions[modifier | modifier le wikicode] Prononciation[modifier | modifier le wikicode] France : écouter « joie [ʒwa] » Gaspésie : écouter « joie [ʒwɛ] » Paronymes[modifier | modifier le wikicode] Voir aussi[modifier | modifier le wikicode] joie sur Wikiquote joye

Joie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Joie de vivre (sculpture de Richard MacDonald, 2002). La joie est une émotion ou un sentiment de satisfaction spirituelle, plus ou moins durable, qui emplit la totalité de la conscience. Elle se rapproche de ce qui forme le bonheur. Elle se distingue des satisfactions liées au corps (les plaisirs), qui n'affectent qu'une partie de la conscience. Philosophie[modifier | modifier le code] La joie est une notion qui désigne, dans son sens le plus courant, le sentiment d'une personne en présence d'un bien qui lui convient. Cicéron en a une conception plus proche du sens courant : pour lui, la joie est un état de l'âme, qui, confrontée à la possession d'un bien, n'en perd pas pour autant la sérénité. Au XXe siècle, les courants philosophiques que sont le personnalisme et l'existentialisme approfondissent à nouveau la notion philosophique de joie. La joie d'une mère devant son enfant. Religion[modifier | modifier le code] joie, sur le Wiktionnaire

Philosophie - Définition de Philosophie Définition de philosophie Définition : (fr-rég|fi.l?.z?. La réflexion philosophique doit-elle et peut-elle être utile ? La réflexion philosophique doit-elle et peut-elle être utile ? Le réflexion philosophique paraît frappée d’une ambiguïté : comme recherche théorique sur les principes fondamentaux de la pensée et de l’action, elle semble se détourner des sciences et des arts utilisables pour résoudre les problèmes techniques de la vie pratique (agencement des moyens en vue de réaliser des fins déterminées dans un contexte particulier), mais elle se présente aussi comme une recherche du souverain bien, de la sagesse pour tout homme, par delà ses soucis quotidiens et l’urgence de la satisfaction de ses désirs particuliers. Elle prétend de plus remettre en question la valeur de ses derniers pour nous libérer des contraintes et des déceptions qu’ils engendrent. 1) Elle ne doit ni ne peut être utile 1-1 De l’utilité. 2) Elle devrait être utile mais elle ne le peut pas 2-1 La vie est action et pouvoir sur le monde. 3) Changer la philosophie peut être utile pour mieux vivre. Merci à GIGI pour ce corrigé

Ataraxie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’ataraxie (du grec ἀταραξία / ataraxía signifiant « absence de troubles ») apparaît d'abord chez Démocrite et désigne la tranquillité de l’âme résultant de la modération et de l’harmonie de l’existence. État mental où l'on n'est pas atteint par ce qui se passe autour de nous, toutes les préoccupations nous semblent étrangères. L'état d'ataraxie n'est pas uniquement une affaire mentale. L'étude rationnelle d'une éthique et d'une paix intérieure telle que firent ces trois mouvements philosophiques reste limitée par l'expression de ce sentiment de quiétude. Elle ne doit pas être confondue avec l'apathie. Dans le scepticisme[modifier | modifier le code] En revanche, les sceptiques n'arrêtent pas leur réflexion sur les choses et les évènements ; ils n'accordent simplement aucun crédit ni aucune véritable certitude sur l'une ou l'autre vision des choses, ce qui n'empêche nullement l'action[1]. Dans l'épicurisme[modifier | modifier le code]

énergie Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire. Français[modifier | modifier le wikicode] Étymologie[modifier | modifier le wikicode] Du latin energia, lui-même issu du grec ancien ἐνέργεια, enérgeia (« force en action ») par opposition à δύναμις, dýnamis (« force en puissance ») (→ voir dynamique). Nom commun[modifier | modifier le wikicode] énergie /e.nɛʁ.ʒi/ féminin Force en action. Dérivés[modifier | modifier le wikicode] Expressions[modifier | modifier le wikicode] énergie de séparation Traductions[modifier | modifier le wikicode] Hyponymes[modifier | modifier le wikicode] L’énergie se manifeste sous diverses formes Prononciation[modifier | modifier le wikicode] France : écouter « énergie [e.nɛʁ.ʒi] » Anagrammes[modifier | modifier le wikicode] Voir aussi[modifier | modifier le wikicode] énergie sur Wikipédia énergie sur Wikiquote Références[modifier | modifier le wikicode]

Bonheur Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour le canard de fiction, voir Gontran Bonheur. Le bonheur se lit sur le visage de cet enfant. Définition[modifier | modifier le code] Étymologie[modifier | modifier le code] Étymologiquement, ce mot vient de l'expression « bon eür ». « Eür » est issu du latin augurium qui signifie « accroissement accordé par les dieux à une entreprise ». augere, auctus : « s'accroître » qui a donné augmenter…auctor : « qui fait croître », « fondateur », « auteur », qui a donné auteur, autoriser, autorité, octroyer… Du point de vue de l'étymologie, le bonheur est l'aboutissement d'une construction, qui ne saurait être confondue avec une joie passagère. Bonheur et plaisir[modifier | modifier le code] Le bonheur et le plaisir sont deux notions qui portent à confusion. En philosophie[modifier | modifier le code] Épicure (3eme s. av JC)[modifier | modifier le code] Blaise Pascal (XVIIe siècle)[modifier | modifier le code] Qu’est-ce que le bonheur ?

Philosophie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page est peut-être trop longue. Sa lecture et la navigation peuvent poser des problèmes, ainsi que son chargement. Vous pouvez la raccourcir en résumant le contenu de certaines sections et en déplaçant leur contenu original vers des articles détaillés, ou en discuter. Au sens aristotélicien et médiéval, la philosophie est une science, la science des premiers principes et des premières causes[2]. À la différence des sciences naturelles, des sciences formelles et des sciences humaines, auxquelles elle est intimement liée par son histoire, la philosophie ne se donne pas un objet d'étude particulier et unique. Par le regard nouveau de la philosophie sur les sciences de la complexité se réactualise "une nouvelle réforme de l'entendement "[4]. Étymologie[modifier | modifier le code] « Désir de connaître et amour du savoir, ou philosophie, c'est bien une même chose ? — Platon, La République, II, 376b — Cicéron Paul Gauguin, D'où venons-nous ?

Related: