background preloader

Portail:Creative Commons

Related:  biens communs

NetPublic - Accompagner l'accès de tous à l'Internet Pour en savoir plus sur les hackathons et les données ouvertes Nous avons annoncé dans un précédent billet [en anglais et espagnol] la tenue d'un hackathon intéressant l'Amérique latine dans son ensemble : Desarrollando América Latina 2012 [L'Amérique latine en développement]. Il est possible toutefois qu'un certain nombre de lecteurs se soient demandé ce qu'était un hackathon et surtout, quelle était son utilité. Martín Onetto de Red Users explique l'origine du terme : Le “Hackathon” (est un) néologisme formé à partir des mots “hack” + “marathon”. “Il s'agit ici du ‘hacker’ au sens propre du terme : non pas celui qui commet des délits informatiques mais celui qui est capable de déconstruire et de transformer afin de résoudre une tâche complexe”, Wikipedia comporte un article succinct mais avec une bonne définition de ce que l'on entend par hackathon : [...] un événement où des développeurs se réunissent pour faire de la programmation informatique collaborative, sur plusieurs jours. Que faut-il entendre par “données ouvertes” ?

EduTech Wiki OpenOffice.org OpenOffice.org Open Data : comment les collectivités s'y mettent L’Open Data, il faut y aller mais comment ? En France, depuis deux ans, une vingtaine de collectivités pionnières ont ouvert leur portail. Les Hauts-de-Seine, la communauté d’Agglo Versailles Grand Parc, viennent tout juste de franchir le pas. Reste une immense majorité de collectivités qui, les mains dans le cambouis, se frottent aux multiples interrogations que la démarche suscite : internet ou sur demande, quelle licence, quel portail, quelles données, etc… Pour savoir où en sont les acteurs publics, une vaste étude (227 pages) de Serdalab, laboratoire de veille et d’études, qui s’appuie sur deux enquêtes réalisées entre juin et septembre 2012 auprès d’un échantillon de 60 acteurs publics et collectivités locales vient d’être publiée (1). Pas facile d’identifier les jeux de données à libérer - Premier enseignement : rétrospectivement, la plus grande difficulté, c’est l’identification des jeux de données à libérer.

Acteur du logiciel libre et fondateur de l'IRILL - Stratégie - Institut - Institut national de recherche en informatique et automatique Inria, acteur du logiciel libre La conception et le développement de logiciel étant au cœur de son expertise, Inria est un acteur du logiciel libre depuis de nombreuses années. Ses contributions au secteur prennent différentes formes : le développement de logiciels libres dont certains ont acquis une véritable reconnaissance parmi la communauté (langage de programmation OCaml, assistant de preuves Coq, logiciel Graphite …) ; l’implication avec d’autres partenaires académiques et industriels dans la création de consortiums tels qu’ObjectWeb en 2002 (devenu OW2 en 2006) et Scilab en 2003 ; la participation à l’élaboration de la famille de licences CeCILL, qui définit les principes d'utilisation et de diffusion des logiciels libres en conformité avec le droit français lancée en 2004 ; l'élaboration d'une méthodologie d'analyse de la situation juridique d'un logiciel au sein de QualiPSo. Le logiciel libre, un outil de diffusion et de transfert des recherches menées à Inria

Nous travaillons beaucoup sur une nouvelle économie que l’on appelle économie de partage » Chercheuse en médias arabes à l’Université de Copenhague, ancienne journaliste et actuellement blogueuse, Donatella Della Ratta, coordinatrice de la région du monde arabe pour Creative commons, nous livre sa lecture du respect des droits d’auteur dans la région. Vous êtes intervenue récemment à Casablanca pour présenter Creative Commons. Pourriez-vous nous parler de votre mission en tant que coordinatrice régionale pour cette organisation? Creative Commons fait le tour du monde avec pour mission de promouvoir le partage sur Internet de façon légale car Creative commons est une forme de copyright de droits d’auteurs qui a un peu plus de flexibilité par rapport aux droits d’auteurs traditionnels. Quel est le mode de fonctionnement de Creative Commons ? Creative Commons est un réseau social, une grande communauté car nous sommes dans plus de 70 pays. Il y a donc selon vous plus de similitudes entre le blogging américain et marocain qu’européen ? Il y a de nombreuses similitudes.

ADULLACT - Mutualisation de logiciels libres pour institutionnels Movilab.org Liste des contributeurs Cette présentation a été conçu en juillet 2018 pour la formation facilitateur de Tiers Lieux de Bordeaux, décliné pour les rencontres du réseau Relier à Lodève et amélioré pour l'université du Le Wip "lieux infinis" à Venise. Vous êtes donc libre de l'utiliser, l'étudier, la modifier et la (re)diffuser #Concierge QR Code : avec un lecteur de QR Code sur votre smartphone ou tablette, vous pouvez visualiser des documents et des vidéo dans certaines slides. Ce n'est pas encore de la réalité augmentée mais ça vous permet d'aller plus loin sans vous déplacer... "On a pas pris la Bastille pour en faire un opéra !" Citation de Pierre Desproges Toutes les formes de documentations sur la page Arbre des documentations Cette page permet de comprendre par la pratique la documentation d'actions remarquables pour leur participation à des modes de vie et de production durables sous la forme de " code source ". Partagez en open source le code social de vos projets libres

Liste de logiciels libres Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les logiciels libres présents sur cette page le sont selon la définition de l'article « logiciel libre ». La plupart des programmes cités ici sont disponibles sous licence GNU GPL ou BSD. Système d'exploitation[modifier | modifier le code] Famille des GNU/Linux[modifier | modifier le code] Systèmes d'exploitation dérivés de Debian[modifier | modifier le code] Systèmes d'exploitation dérivés de Red Hat Linux[modifier | modifier le code] Systèmes d'exploitation dérivés de Slackware[modifier | modifier le code] OpenSUSE Systèmes d'exploitation au format live CD[modifier | modifier le code] Famille des BSD[modifier | modifier le code] Autres systèmes d'exploitation libres[modifier | modifier le code] Bureautique[modifier | modifier le code] NAT : Un transcripteur universel de document en braille Éditeurs de texte[modifier | modifier le code] Éditeurs HTML[modifier | modifier le code] Éditeurs LaTeX[modifier | modifier le code] Web[modifier | modifier le code]

Move commons, les creative commons pour les projets et les organisations J’ai découvert avec enthousiasme le projet Move Commons dans le récent livre coordonné par David Bollier et Silke Helfrich qui s’intitule : The Wealth of the Commons. Voici comment le projet est présenté sur Linux.fr : Move Commons (MC) est un système de marqueurs pour permettre à toute initiative, collectif ou organisation non gouvernementale de déclarer simplement les principes auxquels elle adhère et de les afficher. C’est un peu le principe de Creative Commons appliqué non pas aux œuvres, mais aux projets, aux organisations et à toutes sortes d’initiatives. Un des co-fondateurs du projet, Bastien Guerry présente très clairement le projet sur son site : Move Commons a deux missions : (1) aider les initiatives à afficher clairement leurs engagements ; (2) aider les bonnes volontés à trouver l’initiative qui leur correspond. Le site du projet présente 4 marqueurs combinables qui sont les suivants : Les implications sont présentées sur le site de manière suivante :

Logiciel libre : retour sur 5 réussites et leur évolution

Related: