background preloader

Liste d'accidents nucléaires

Liste d'accidents nucléaires
Related:  EPUISEMENT DES MATIERES PREMIÈRES (ENERGETIQUES d'abord)

Mine d'Asse Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Coupe schématique de la mine d'Asse-II La mine d'Asse est une ancienne mine de sel en Basse-Saxe, qui a été exploitée depuis 1965 comme mine de recherches, et entre 1967 et 1978 comme site d'essais techniques en vraie grandeur, et en utilisation finale pour le stockage des déchets radioactifs en couche géologique profonde. Depuis 1965, la mine a été exploitée au nom du gouvernement fédéral par une institution de recherche, qui s'est appelée d'abord Gesellschaft für Strahlenforschung mbH (Société de recherche sur la radioactivité SARL), ou GSF, puis, après de nombreux changements de dénomination, s'appelle Helmholtz Zentrum München (Centre Helmholtz de Munich) ou HMGU. Le nouvel opérateur a remis en question les plans de fermeture débuté par son prédécesseur. État et fonctionnement comme saline de 1906 à 1964[modifier | modifier le code] Dans l'histoire minière d'Asse, on a d'abord exploité le sel de potasse carnallite, puis le sel gemme.

Les précédents accidents nucléaires VIDÉOS - Avant Fukushima-Daiichi, deux accidents majeurs ont frappé à ce jour des centrales nucléaires dans le monde : Three Mile Island, aux États-Unis, et Tchernobyl, en Ukraine. Ces deux événements servent aujourd'hui de référence pour essayer d'apprécier la gravité de ce qui est en train de se passer dans la centrale de Fukushima Daiichi. À cette liste, on peut ajouter l'incident dans la centrale EDF du Blayais, en Gironde, à la suite de la tempête de 1999, où l'on est passé à deux doigts de la fusion du cœur du réacteur. À retenir aussi l'incendie survenu en 1957 dans la centrale de Sellafield (Grande-Bretagne), le premier accident nucléaire. • Tchernobyl (1986): fusion et explosion du réacteur Classé au niveau 7 de l'échelle Ines (échelle internationale des événements nucléaires), c'est l'accident le plus grave de toute l'histoire du nucléaire. • Three Mile Island (1979): fusion du réacteur sans explosion • Le Blayais: le petit tsunami de la tempête de 1999

Le stockage des déchets radioactifs en Allemagne vire au désastre En inaugurant le stockage des déchets nucléaires dans une mine de sel il y a quarante ans, l'Allemagne était à la pointe de la technique. Quarante plus tard, elle l'est toujours en préparant son évacuation. Les autorités fédérales de surveillance des rayonnements et déchets nucléaires (BFS) ont remis en effet le 15 janvier leur expertise recommandant le déstockage des 126 000 barils de déchets nucléaires entreposés entre 1967 et 1979 dans la mine de sel d'Asse II, en Basse-Saxe, dans la région de Brunswick, dont 1 300 fûts de déchets de moyenne activité, contenant environ 11 kg de plutonium de l'usine de traitement de combustible usé de Karlsruhe. Depuis des décennies, 12 m3 d'eau, soit 12 000 litres, ruissellent en moyenne, chaque jour, sur les parois de la mine de sel. La montagne exerçant une pression gigantesque sur les galeries de sel, 32 points d'infiltration supplémentaires ont été recensés depuis 1988. «Asse est à peu près aussi trouée qu'un morceau de gruyère suisse »

Le fonctionnement d'un réacteur nucléaire (CEA) Le noyau de certains gros atomes a la propriété de se casser en deux sous l’effet d’une collision avec un projectile bien choisi. En l’occurrence, le neutron est un projectile particulièrement bien adapté.En effet, sans charge électrique, cette particule a la faculté d’approcher suffisamment près le noyau, chargé positivement, sans être repoussée par des forces électriques. Le neutron peut alors pénétrer à l’intérieur de ce noyau et le briser en deux morceaux. C’est le résultat du bouleversement induit lors de l’intégration du neutron arrivant dans le noyau, sous l’action de la force nucléaire (voir dossier pédagogique L’énergie nucléaire : fusion et fission). La réaction de fission d’un noyau s’accompagne d’un grand dégagement d’énergie.Les deux produits de fission emportent une grande partie de cette énergie sous forme cinétique : ils sont éjectés avec une grande vitesse (8 000 km/s).

URANIUM Nucléaire : Liste des incidents, accidents et délits Exploitation civile de l'énergie nucléaire Liste des incidents, accidents et délits (I) Depuis 1944, pour l'ensemble des centrales nucléaires opérationnelles (450 en 2017), on dénombre environ 60 évènements de Niveau 3 ou supérieur sur l'échelle INES (International Nuclear Event Scale), pour ainsi dire un par an, auxquels il faut ajouter plus de 9000 incidents mineurs (Niveaux 0 à 3) mais non moins préoccupants qui se produisent chaque année, dont de plus en plus de cas d'incidents liés au "petit nucléaire" et notamment lors de traitements par radiothérapie et qui surviennent lors du transport des matières radioactives. Ces évènements touchent aussi bien le quidam se trouvant par hasard près du site concerné, qu'un opérateur attaché à une centrale nucléaire ou un manipulateur dans une entreprise privée s'occupant de stérilisation, ou malheureusement un patient traité dans un hôpital et victime d'un surdosage ! A consulter : Nuclear Facilities Attack Database (NuFAD), START Depuis 2010

Fin du PETROLE Incidents et accidents Principaux incidents et accidents enregistrés Comment sont déclarés les événements ? Les exploitants d’installations nucléaires ont l’obligation de déclarer sous 48 heures à l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) tout « événement significatif » se produisant dans leur installation. Par événement significatif, on entend tout écart par rapport au fonctionnement normal de l’installation. Cette déclaration doit être accompagnée d’une proposition de classement de l’événement sur l’échelle INES. Par la suite, les événements de niveau 0 ne font pas l’objet d’un avis d’incident, sauf s’ils présentent un intérêt particulier ;tout événement supérieur ou égal au niveau 1 fait l’objet d’un avis d’incident publié sur le site internet de l’ASN ;tout événement supérieur ou égal à 2 fait l’objet d’un communiqué de presse et d’une déclaration à l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA).

Related: