background preloader

Bioéthique

Bioéthique

La confusion entre l'éthique et la morale Le premier cas correspond à l'éthique, c'est-à-dire aux préférences de chaque individu quant à sa propre vie. Il y est question d'un ordre de préférence entre des lignes de conduite alternatives (et les vécus futurs qui en sont les conséquences prévues). L'éthique est donc relative et contingente. Le second cas correspond à la morale, c'est-à-dire au devoir constant de tout individu. La morale signifie qu'il peut y avoir, parmi les lignes de conduite ouvertes à un individu à un moment donné, certaines qui lui soient obligées, et d'autres qui lui soient interdites, non pas en raison de la valeur relative qu'il leur donne, mais du fait qu'elles soient en elles-mêmes Bien et Mal. Si l'on ne croit pas que le recours initial à la coercition, c'est-à-dire la violence, soit en elle-même un Mal, alors il n'y a rien à objecter à ceux qui prônent le pseudo-droit du plus fort.

Historique des lois de la bioéthique - Lois de bioéthique : la révision 2010-2011 L'historique des lois liées à la bioéthique en France comporte deux dates importantes à ce jour, 1994 et 2004. En 1994, trois lois ont été promulguées Dolly, le premier mammifère cloné de l'histoire, en 1997, à sept mois. STAFF © EPAAgrandir l'imagela loi n° 94-548 du 1er juillet 1994 relative au traitement des données nominatives ayant pour fin la recherche dans le domaine de la santé et modifiant la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, la loi n° 94-653 du 29 juillet 1994 relative au respect du corps humain, la loi n° 94-654 du 29 juillet 1994 relative au don et à l'utilisation des éléments et produits du corps humain, à l'assistance médicale à la procréation et au diagnostic prénatal. Source : Conseil d'État, Les lois de bioéthique cinq ans après, La Documentation française, 1999 La loi de bioéthique de 2004 Amandine, 1er bébé éprouvette français, né à l'hopital Antoine Béclère de Clamart, 1982. Agrandir l'image

Épigénétique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'épigénétique est l'ensemble des mécanismes moléculaires concernant le génome ainsi que l'expression des gènes, qui peuvent être influencés par l'environnement et l'histoire individuelle. Ces mécanismes peuvent être potentiellement transmissibles d'une génération à l'autre, sans altération des séquences nucléotidiques (ADN), et avec un caractère réversible. L'existence de phénomènes agissant sur l'expression des gènes se résume dans l'interrogation de Thomas Morgan « Si les caractères de l'individu sont déterminés par les gènes, pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques ? Les différences qui existent entre chaque cellule d'un même organisme ayant le même patrimoine génétique - mis à part quelques rares mutations somatiques - montrent une expression différentielle des gènes. Des phénomènes épigénétiques ont été mis en évidence chez des eucaryotes et des procaryotes. Épigénome[modifier | modifier le code]

CLONAID – For immediate release – Commending Michael Jackson’s ‘pioneer vision of cloning,’Clonaid reaffirms its privacy policy LAS VEGAS, July 8 – After fielding numerous inquiries about the possible cloning of Michael Jackson, Dr. Brigitte Boisselier, head of Clonaid, today reaffirmed the company’s policy of strictly respecting the privacy of each of its patients. “Clonaid prides itself on never releasing the identity of the numerous individuals who have been cloned in the past six years,” Boisselier said. Boisselier expressed admiration for Michael Jackson as an artist and also commended his courage in expressing support for human cloning at a time when it was getting much negative publicity in the press. “Michael was a visionary who wasn’t afraid to embrace new technologies,” she said. “Human cloning is still making headlines six years after the birth of the first clone child,” Boisselier added. “Artists welcome our technology and have given us tremendous encouragement,” Boisselier noted.

Procréation médicalement assistée : que dit aujourd'hui la loi ? Le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels présenté mercredi 7 novembre au conseil des ministres par la garde des sceaux, Christiane Taubira, n'aborde pas certaines questions auxquelles les associations homosexuelles sont très attachées, notamment la procréation médicalement assistée (PMA). En quoi consiste la PMA ? La PMA repose essentiellement sur l'insémination artificielle (méthode la plus ancienne et la plus simple) et sur la fécondation in vitro (FIV), pratiquée pour la première fois avec succès en 1982 avec Amandine, le premier bébé éprouvette, par le professeur René Frydman. En 2009, 21 759 enfants sont nés grâce à l'aide médicale à la procréation, dont 1 110 grâce à un don de sperme, 190 grâce à un don d'ovocytes, 19 grâce un don d'embryon. Qui peut bénéficier de la PMA ? La procréation médicalement assistée (PMA) ou assistance médicale à la procréation (AMP) est encadrée par la loi n° 2004-800 du 6 août 2004 relative à la bioéthique. Le Monde

Devoir de vote contre droit de résistance à l'oppression Des parlementaires ont proposé de rendre le vote obligatoire sous peine d’amendes. Obliger les gens à voter pour lutter contre l’abstention, c’est chercher à traiter les symptômes plutôt que les causes du problème. « Élection après élection, les acteurs politiques déplorent la persistance de l’abstention à chaque scrutin, en dépit de tous les appels civiques qui invitent nos concitoyens à se rendre aux urnes. » Comme ils le disent eux-mêmes, ce sont les acteurs politiques qui déplorent l’abstention ; elle rend les représentants du peuple moins représentatifs du peuple, ce qui s’illustre notamment par la surreprésentation des fonctionnaires au parlement, unique en Europe et source d’un étatisme croissant. Si, malgré les appels civiques et les avantages théoriques qu’il y a à voter plutôt qu’à ne pas voter, les citoyens ne le font pas, ils ont sans doute de bonnes raisons de le faire. Laissons les morts où ils sont.

Les mères porteuses à portée de loi (338) Un sondage paru dans le JDD de ce jour montre que 65% des Français seraient désormais favorables à la légalisation de la pratique des « mères porteuses ». Mieux mais tout logiquement, tout effort méritant salaire, on l’a vu récemment avec la prime versée aux élèves qui respectent l’obligation scolaire, les Français ne sont pas hostiles à la rémunération des femmes qui portent un enfant pour autrui . On sait qu’après un temps de flottement quand cette pratique à émergé le législateur français a mis un interdit dans le cadre des lois sur la bioéthique votées en 1994. La gestation pour autrui est passible d’une amende de 15 000 euros et d’une peine d’un an d’emprisonnement, les peines étant doublées si les faits ont été commis « à titre habituel ou dans un but lucratif ». En peu de temps un véritable marché de la « mère porteuse » avait vu le jour en France. J’entends le désir d’enfant de nombre de nos compatriotes. On peut aujourd’hui quasiment tout faire.

Le clonage humain devient réalité - 25 juillet 2014 C'est peu dire qu'ils se sont fait désirer. Mais ça y est, ils sont enfin parmi nous ! "Ils", ce sont les premiers clones humains. "CLONABLE". Depuis 1996 et malgré tous les aménagements possibles, la technique de clonage développée pour la brebis Dolly ne semblait en effet pas fonctionner sur l'être humain ni, plus largement, sur les primates. Ce qu'ont accompli Mitalipov et son équipe est remarquable - Laure Coulombel, directrice de recherche à l'Inserm Tout a commencé en mai 2013 quand l'équipe de Shoukhrat Mitalipov, de l'université de la Santé et des Sciences de l'Oregon (Beaverton, Etats-Unis) a publié sa méthode de clonage humain dans la revue Cell. Des "fausses" annonces ont conduit à la prudence Si Dolly avait fait les unes du monde entier, c'est un relatif silence qui a suivi la publication de 2013, pourtant révolutionnaire, comme celles d'avril. On se souvient d'abord de la fraude mémorable perpétrée par le chercheur coréen Hwang Woo-Suk, de l'université de Séoul. iPS.

Hwang-Woo Suk (cloneur menteur) Le chercheur Hwang Woo-suk, mis au ban de la communauté scientifique pour avoir menti en annonçant avoir créé des cellules souches humaines par clonage, écope lundi de deux ans de prison avec sursis. Ses découvertes avaient donné aux malades d'Alzheimer ou de Parkinson des espoirs de guérison, l'élevant au rang de héros national en Corée du Sud. Cinq ans plus tard, elles n'alimentent plus que les chroniques judiciaires. Pour Hwang Woo-Suk, la déchéance est totale. Ces découvertes, largement saluées partout dans le monde, prennent pourtant rapidement une tournure judiciaire. Détournement de fonds Au cours de son procès, le parquet n'a pas eu de mots assez durs pour définir les travaux de Hwang Woo-Suk. Ce lundi, le juge a observé que Hwang Woo-suk avait fait part de ses regrets et ne l'a donc condamné qu'à deux ans de prison avec sursis, alors que le procureur en avait requis quatre. » Chronologie : du triomphe à la disgrâce » Clonage d'embryons humains aux États-Unis

Procréation médicalement assistée Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir PMA et PAM. La procréation médicalement assistée (PMA), également appelée assistance médicale à la procréation (AMP), est un ensemble de pratiques cliniques et biologiques où la médecine intervient plus ou moins directement dans la procréation. Précisions lexicales[modifier | modifier le code] La procréation médicalement assistée (PMA) désigne l'ensemble des pratiques cliniques et biologiques, où la médecine intervient plus ou moins directement dans la procréation, En revanche, le clonage humain n'est juridiquement pas considéré comme faisant partie des techniques de PMA. Historique[modifier | modifier le code] À l’origine, les premières techniques de procréation médicalement assistée (insémination artificielle) ont été développées pour permettre à des couples infertiles d’avoir des enfants. Statistiques[modifier | modifier le code] En Europe[modifier | modifier le code] En France[modifier | modifier le code]

Crèche et voile : Baby Loup et le droit de propriété restreint Le licenciement d’une salariée d’une crèche privée pour port d’un signe religieux ostentatoire a été annulé par la Cour de cassation de Paris. Une décision qui révèle certains travers du droit français auxquels le libéralisme apporte une réponse claire et légitime. Par Baptiste Créteur. En 2008, Fatima Afif a été licenciée d’une crèche privée parisienne parce qu’elle portait le voile dans un établissement dont le règlement interdit le port de signes religieux ostentatoires. Dans son arrêt, la cour d’appel avait estimé que le principe de laïcité, en vigueur dans le service public scolaire, pouvait s’appliquer à la crèche Baby Loup, dont le règlement intérieur impose la neutralité religieuse, et confirmé son licenciement, en 2008, pour faute grave. Tout d’abord, cette décision révèle que le privé ne peut être considéré comme un service public. Il est donc impossible, pour une entreprise privée, de décider que ses salariés sont tenus de n’arborer aucun signe religieux visible.

PMA et lois bioethiques - La FIV (fécondation in vitro) est la fabrication d’un bébé au laboratoire. - Ce bébé = embryon, est ensuite implanté dans l’utérus maternel. - La FIV est plus dangereuse pour l’embryon que pour la mère. - La FIV pose de multiples problèmes affectifs et moraux - Son taux d’échecs est important : entre 60 et 80% des tentatives. DEFINITION :La PMA – procréation médicalement assistée ou fécondation artificielle – est la fabrication du début de l’être humain en dehors des voies naturelles féminines. Elle comprend, très schématiquement, l’insémination artificielle (qui s’adresse à la stérilité masculine) et la fécondation in vitro -FIV- (qui s’adresse à la stérilité féminine). La PMA n’est pas un traitement médical de la stérilité, mais une méthode de substitution. HISTORIQUE : La FIV a explosé, comme une bombe, en Angleterre en 1978 avec la naissance de Louise Brown, qui valut 30 ans après à son auteur, Robert Edwards, le prix Nobel de médecine (octobre 2010). Stockage des embryons

Clonage humain Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Illustration représentant deux êtres humains identiques. Le clonage humain consiste en la création d'un être humain à partir de la totalité du matériel génétique d'un humain déjà conçu. On pourrait comparer ce concept à une gémellité retardée, et obtenue suite à une décision. Le clonage pourrait permettre un éventail de possibilités au niveau médical. Clonage d'embryon[modifier | modifier le code] En janvier 2008, Stemagen, une firme de Californie, affirme dans la revue Stem Cell avoir réussi à créer pour la première fois cinq embryons humains par clonage en utilisant des cellules de la peau de deux hommes adultes. Chez l’homme, le but du clonage n’est pas d’obtenir un organisme viable mais un embryon dont les cellules souches pourraient être utilisées à des fins thérapeutiques. La communauté scientifique doit maintenant se pencher sur cette étude afin de vérifier la réalité de cette réalisation. Applications[modifier | modifier le code]

Hwang Woo-suk Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Hwang. Hwang Woo-suk ( dans le district de Buyeo, province du Chungcheong du Sud - ) est un scientifique sud-coréen réputé pour ses recherches sur les cellules souches. Biographie[modifier | modifier le code] Hwang est professeur au département de thériogénologie et de biotechnologie de l'Université nationale de Séoul. Le , Hwang et son équipe clonent pour la première fois au monde un chien. En novembre 2005, le Pr Gerald Schatten de Pittsburgh, avec qui il travaillait depuis deux ans, l'accuse de ne pas respecter certaines règles éthiques : il aurait utilisé des ovocytes de jeunes femmes rémunérées, sans expliquer l'emploi qui devait en être fait. Après avoir brièvement nié les faits qui lui sont reprochés, devant l'accumulation de témoignages accablants, Hwang les reconnaît en décembre 2005 et démissionne dans les semaines qui suivent de toutes ses fonctions officielles[5]. Portail de la Corée du Sud

Related: