background preloader

Le bonheur au travail, c’est possible

Le bonheur au travail, c’est possible
Arte présente ce soir un zoom sur les entreprises dites « libérées », en France et dans le monde, dans lesquelles les salariés se disent heureux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Alain Constant Arte présente ce soir un zoom sur les entreprises dites « libérées », en France et dans le monde, dans lesquelles les salariés se disent heureux (Mardi 24 février sur Arte, à 20 h 50) Le titre de cette Thema, « Le Bonheur au travail », paraîtra sans doute provocateur à beaucoup de salariés. Car selon de récentes études, 31 % d’entre eux sont « activement désenchantés » et 61 % ne bossent « que » pour le salaire. Voilà de quoi dresser un tableau peu réjouissant du monde du travail. Etouffés par une pyramide hiérarchique obsolète, coincés dans des structures basées sur un modèle quasi militaire, beaucoup de travailleurs sont malheureux au travail. « Il y a encore des usines en Europe où des opérateurs d’une quarantaine d’années doivent demander l’autorisation pour aller pisser !

http://www.lemonde.fr/emploi/article/2015/02/24/le-bonheur-au-travail-c-est-possible_4582123_1698637.html

Related:  Bonheur et travailOrganisationBonheur et travail

Comment être heureux au travail Recevez les titres du mag Gratuitement dans votre boite mail. Emploi: Le bonheur au travail Bonheur au travail: les quatre illusions qui tuent Vous rêvez d'une réussite sociale, d'une plénitude sans faille... et cherchez désespérément comment être heureux. Prenez garde! Dépression au travail : la faute à l'environnement pas à la charge de travail DÉPRESSION - Ce ne sont pas les dossiers qui s'entassent sur le bureau qui causent la dépression liée au travail. Une étude danoise publiée récemment dans trois revue, Occupational and Environmental Medicine, Psychoneuroendocrinology et The Scandinavian Journal of Work, Environment & Health, montre que c'est l'injustice vécue sur le lieu de travail et avec laquelle un patron traite ses employés qui entraînent des dépressions. "Nous avons tendance à associer dépression et stress avec pression et charge de travail; cependant, notre étude montre que cette charge de travail n'a en fait pas d'effet sur la dépression au travail", explique l'un des chercheurs de l'étude, le psychologue Matias Brødsgaard Grynderup, doctorant au département de médecine clinique à l'université Aarhus (Danemark). Lire aussi:» Bien-être : 5 conseils pour se sentir mieux sur son lieu de travail » La dépression pourrait être liée à une "allergie" au stress Sentiment d'injustice

Le bonheur au travail, en VOD Réalisateur : Martin MeissonnierProducteurs : ARTE France, Productions Campagne Première Nationalité : France Malgré le marasme ambiant qui paralyse le monde du travail, certains chefs d'entreprise ont préféré innover plutôt que de licencier. Un grand bol d'air, qui remet l'homme au centre de la production. Qui, aujourd'hui, peut se vanter d'être heureux sur son lieu de travail ? Certainement pas les 31% de salariés "activement désengagés", qui ont une vision négative de leur entreprise et peuvent aller jusqu'à lutter contre les intérêts de cette dernière. La mélodie du bonheur dans l'entreprise Ici un lounge aux sofas colorés jouxte une lumineuse cafétéria, ouverte sur une grande terrasse plantée de légumes et d'arbres fruitiers. Juste à côté, en enfilade circulaire, des salons cosy côtoient des espaces de silence et des salles de créativité. Dans l'une d'elles, tapissée d'une moquette vert gazon, on est prié de se déchausser avant de s'asseoir à même le sol. Non, vous n'êtes pas au coeur d'un de ces nouveaux espaces de méditation où, entre deux gorgées de thé vert, on échange sur la dernière technique de sophrologie, mais en plein Paris, boulevard Haussmann, dans le siège rénové de Danone, entreprise quasi centenaire et fleuron du CAC 40. LIRE AUSSI >> Bonheur au travail: des entreprises l'ont trouvé

Les Voix de l’économie : Quel avenir pour le travail ? Les représentants de think tanks de sensibilités diverses livrent leurs analyses et prescriptions sur les principaux enjeux économiques de la campagne présidentielle. Deuxième volet : l’emploi. Après la soirée-débat publique du 14 novembre 2016, qui avait pour thème « Qu’est-ce qu’un impôt juste ? », Le Cercle des ­économistes organise au journal Le Monde, mercredi 18 janvier, le deuxième des trois débats sur les principaux enjeux économiques et ­sociaux de l’élection présidentielle de 2017, autour du thème « Où va le travail ? ». Ce cycle de débats regroupe des personnalités issues de dix think tanks et ­d’institutions de réflexion : Attac, Coe-Rexecode, Le Cercle des économistes, Les Economistes atterrés, La Fabrique écologique, La Fabrique de l’industrie, la Fabrique Spinoza, la Fondapol, la Fondation Concorde, la Fondation Jean-Jaurès, ­Generation Libre, l’Institut de l’entreprise, l’Institut Montaigne, l’Observatoire français des ­conjonctures économiques (OFCE) et Terra Nova.

A quoi servent les «chefs du bonheur» en entreprise Ce dont il est le plus fier, c'est de la salle de sport. "Quand, vers 18 heures, je vois des ingénieurs jouer au basket avec des techniciens du support, ça me fait plaisir." Ex-psychologue dans un organisme de formation, Florent Voisin est aujourd'hui chief happiness officer (CHO) d'OVH, une entreprise de serveurs informatiques, basée à Roubaix. Embauché il y a trois ans, il a fait construire cette salle (fréquentée par la moitié des 700 collaborateurs du siège) et recruté un coach sportif à temps plein. Son poste de "chef du bonheur" ne consiste pas seulement à agrémenter les heures de bureau d'une pincée de loisirs conviviaux. "Je sers aussi d'intermédiaire entre le management et les salariés.

« “L’économie contributive” distingue fondamentalement travail et emploi, mais sans les opposer » Pour le philosophe Bernard Stiegler, il faut, pour sortir de la crise sociale, redistribuer les gains de productivité issus de l’automatisation en rémunérant le travail hors emploi. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Bernard Stiegler (Philosophe et directeur de l'Institut de recherche et d'innovation) Par Bernard Stiegler (Philosophe et directeur de l’Institut de recherche et d’innovation) L’avènement du Web en 1993 aura eu la même portée économique et politique que l’avènement de la chaîne de montage de la Ford T en 1913. L’une comme l’autre auront bouleversé les économies industrielles. Mais à la différence du taylorisme, qui fut la condition de l’avènement de l’« American Way of Life », l’automation fondée sur les algorithmes, la « data economy », les objets autonomes et la révolution robotique crée très peu d’emplois.

Et si demain on travaillait heureux ? Le laboratoire d’idées La Fabrique de l’industrie a étudié les expériences menées un peu partout et il présente aujourd’hui son rapport. Et si demain, on travaillait, heureux? Et si, cerise sur le gâteau, être heureux au travail faisait prospérer l’entreprise ? Travail et nouveaux modèles économiques : quels futurs ? Le 23 avril dernier, Metis organisait avec la Société Française de Prospective et Cap Digital une journée exploratoire sur le thème « Les nouveaux modèles économiques : vers une déconnexion du revenu/travail ? ». Impliqué dans l'organisation et l'animation de l'une des trois table-rondes, je ne prétends pas en faire le compte-rendu. Mais voici quelques choix personnels, quelques graines semées par les intervenants, qui me semblent les plus fructueuses pour les lecteurs de Metis intéressés par l'étonnante capacité de transformation que manifeste le travail.

Ils chouchoutent leurs salariés qui le leur rendent bien - ILS L'ONT FAIT Thibault Viort, dirigeant de IsCool EntertainmentIl assure la montée en compétences de ses salariés IsCool Entertainment, éditeur de jeux sur les réseaux sociaux, mise sur son capital humain: des hommes et des femmes impliqués dès leur arrivée dans l'entreprise. Un investissement essentiel pour cette PME en forte croissance: 40 salariés en 2010, chiffre qui a doublé un an plus tard. Les managers sont attentifs à l'intégration des recrues, dont l'arrivée est annoncée dans une newsletter mensuelle. Chaque vendredi matin, tous les salariés participent à une conférence plénière, échangeant sur des sujets du type «la philosophie au service de l'innovation», une ouverture d'esprit nécessaire à leur créativité. IsCool Entertainment

La bienveillance au travail, c'est possible ! Améliorer le bien-être Salles de jeux, de sport, jardins partagés, mise à disposition de paniers bio… Dans ce domaine, les entreprises ne manquent pas d’imagination pour chouchouter leurs salariés. Pour son entreprise nantaise de communication responsable, Alexandre Legendre a, par exemple, aménagé un poulailler et un potager, « pour s’occuper de la terre pendant les pauses et ne pas être toute la journée devant son ordinateur ». Bonheur au travail : le jeu des perceptions Le travail est une source de bonheur pour plus de la moitié des Québécois. Selon une étude publiée en 2013 sur l’indice relatif de bonheur (IRB), la majorité d’entre eux trouveraient bien-être et satisfaction dans la tâche accomplie au bureau. Mieux encore, ceux qui indiquent y puiser du plaisir afficheraient une joie de vivre globalement supérieure à ceux qui prétendent le contraire, sachant que les relations qui se nouent au travail jouent un rôle décisif. Selon Pierre Côte, fondateur de l’IRB, cette statistique n’est pas à prendre au pied de la lettre, car si travailler est incontournable, ce n’est qu’un élément accessoire de la vie courante.

Comment être la fille la plus heureuse du bureau (même quand l'ambiance est affreuse) Soyez optimiste Évidemment, quand l'ambiance n'est pas au beau fixe, le moindre problème se transforme en véritable épreuve. Pourtant, faire preuve d'optimisme s'avère être la meilleure des solutions. Chaque jour, un million de choses iront mal, mais chacune de ces choses est l'occasion de faire quelque chose de mieux.

Related: