background preloader

École du consommacteur

École du consommacteur

L'éthique du colibri Les crises écologique, économique, sociale et culturelle que nous traversons, les enjeux auxquels nous sommes confrontés sont sans précédent. La course à la croissance et aux profits illimités épuise les ressources, aliène les personnes, affame les peuples, détruit la biodiversité. L’humanité se trouve à un carrefour. L’interdépendance du vivant étant irrévocable, nous sommes appelés, si nous voulons assurer la pérennité et l’épanouissement de l’espèce humaine sur la planète, à profondément et consciemment changer la vision que nous avons du monde et de la société. Notre modèle de société conduit l’humanité vers l’abîme. Il est incontournable de changer l’orientation de nos activités et de nos structures sociales pour les mettre au service de la nature et des êtres humains. 2. Notre organisation sociale est la traduction concrète de notre représentation du monde. 3. Nous sommes partie intégrante d’un écosystème vivant. 4. 5. 6. 7. Dans la nature, un organisme ne croît pas indéfiniment.

Blockupy actions contre l’inauguration de la Banque centrale européenne Une cérémonie en grande pompe est prévue en présence des chefs d’État et de gouvernement… Mais nous serons également présent.e.s pour troubler leur fête ! Il n’y a rien, en effet, à célébrer dans les politiques d’austérité menées par l’Union européenne depuis le début de la crise et qui s’installent comme un régime de gouvernance économique permanent : chômage, précarité, privatisations, appauvrissement des populations… Ce 18 mars, nous prendrons les rues de Francfort par milliers, pour en faire une zone de résistance transnationale contre la Troïka et les politiques de crise. Nous rendrons visibles les mouvements qui se mobilisent à travers l’Europe, particulièrement en Europe du Sud, ainsi que les forces nouvelles qui œuvrent à bâtir une Europe solidaire et une vraie démocratie. Informations pratiques Attac est engagée depuis 2012 dans la coalition internationale de Blockupy. Des transports collectifs unitaires seront organisés de plusieurs villes. Tracts et affiches

Mondragón Une coopérative espagnole aux filiales européennes Le 6 novembre 2013, l’entreprise d’électroménager FagorBrandt déposait le bilan ouvrant une période d’incertitude pour ses 2 000 salariés français. Cette entreprise a une particularité : elle est la filiale de Fagor Electrodomésticos, une coopérative de travailleurs située de l’autre côté des Pyrénées. Mondragón, un groupe unique au monde Inspirés par Don José Maria Arizmendiarrieta, un prêtre républicain ayant échappé de peu au peloton d’exécution durant la guerre civile, cinq jeunes de la ville de Mondragón-Arrasate décident en 1956 de fonder une entreprise de chauffage domestique, Ulgor. Parce que le développement de ces coopératives allait nécessiter des moyens financiers autrement plus importants que les mises de fonds initiales, une banque est créée, la Caja Laboral, coopérative de second niveau qui collectera l’épargne locale. En 1965, pour mettre en commun les profits, un premier groupe coopératif se constitue : Ularco.

Réseau REPAS - Réseau d'Échanges et de Pratiques Alternatives et Solidaires Découvrir Kaizen n°3 Sommaire Kaizen 3 – juillet-aout 2012 • Actus des réseaux • Désenfumage : le BBC ? • Et si on le faisait : Le compost collectif • Ensemble on va plus loin : le carrot Mob • Le dossier : L’école ça sert à quoi? • Portfolio : Océans ; Dernier espace sauvage par François Sarano • Portraits de colibris : Eco-constructeurs • Changeons l’économie : les fonds d’investissement citoyen • Infographie : Analyse du Cycle de Vie d’un livre • Roue libre : Handicap ? En âne t’es cap ! • Yes they can : Une agriculture locale vivante • Idée remuante : L’anti-specisme par Michel Onfray • La médiathèque de Jean Jacques Fasquel • Le bon plan : Toulouse • Sauvage et délicieux : Le sureau noir • Chronique de Pierre Rabhi : de la peur de l’échec à l’enthousiasme d’apprendre Ajouter au panier

Bienvenue au Pavillon de France Auroville, Inde | Bâtir des alternatives Auroville Pondichéry Indie idéologie : spiritualité, écologie. revenu : partagé et indépendant. Partant d’un rêve, le projet de cet immence éco village à commencer en 1968 et est toujours en expension. « le rêve » : « Il devrait y avoir quelque part sur la terre un lieu dont aucune nation n’aurait le droit de dire : « il est à moi » ; où tout homme de bonne volonté ayant une aspiration sincère pourrait vivre librement comme un citoyen du monde et n’obéir qu’à une seule autorité, celle de la suprême vérité ; un lieu de paix, de concorde, d’harmonie, où tous les instincts guerriers de l’homme seraient utilisés exclusivement pour vaincre les causes de ses souffrances et de ses misères, pour surmonter ses faiblesses et ses ignorances, pour triompher de ses limitations et de ses incapacités ; un lieu où les besoins de l’esprit et le souci du progrès primeraient la satisfaction des désirs et des passions, la recherche des plaisirs et de la jouissance matérielle. La charte d’Auroville: 1. L’habitat :

Un village auto-géré depuis 1971 ! Des élus qui écoutent les citoyens, des citoyens qui participent vraiment à la décision, des référendums qui tranchent quand aucune solution nette n’émerge ? Mais si, c’est possible. Ça s’appelle la démocratie. Les 800 habitants de Vandoncourt, dans le Doubs, n’ont pas attendu que la démocratie participative soit à la mode pour s’impliquer dans la vie de leur village. Le débat en cours sur l’implantation d’un parc éolien est un bon exemple de la culture démocratique qui règne dans la commune. Une opposition qui n’incommode pas le maire, Patrice Vernier : « Je me suis engagé auprès des habitants en leur disant que dès que nous aurons tous les éléments en main, nous organiserons une réunion publique contradictoire ». Ce n’est pas la première fois que ce type de scrutin informel est organisé pour s’assurer que les décisions ne soient pas seulement prises « pour les habitants, mais aussi avec les habitants », comme le répète à l’envi l’équipe municipale. Chacun a son mot à dire

Related: