background preloader

L'humoriste juif Pierre Dac cloue le bec au propagandiste de Vichy Philippe Henriot

Related:  Thème 4 : S'informer: un regard critique sur les sources et les modes de communication

Pierre Dac Pierre DAC Un hommage mérité... par le Rabbin Edgard Weill La biographie d'André ISAAC alias Pierre Dac mérite une place de choix dans ce site. Un souvenir qu'il importe d'entretenir. Pierre Dac est né le 15 août 1893 à Châlons-sur-Marne. Le 13 mai 1938 il crée le journal satirique L'OS À MOELLE, présenté comme "l'organe officiel des loufoques". "Au temps des Gaulois, le fameux gui qu'adoraient ces derniers n'était autre que l'os à moelle qui, à l'époque, n'était pas encore passé du règne végétal au règne minéral: les campagnes celtes verdissaient à l'ombre des ossamoelliers, au pied desquels les comiques en vogue chantaient leurs plus désopilants refrains dont l'un des plus célèbres : Le druide a perdu son dolmen, est parvenu jusqu'à nous. Il devient aussi un familier des ondes. A radio Londres, en juin 1944, il attaque violemment Philippe Henriot… "Bagatelle pour un tombeau" reste un modèle du genre (lire le texte intégral). Après la Libération

La naissance du « Canard enchaîné » - Vidéo Histoire | Lumni Si Le Canard enchaîné a célébré officiellement ses 100 ans en 2016, c'est en septembre 1915 que le tout premier numéro est sorti, avec déjà un goût prononcé pour la satire ! Fondé par le journaliste Maurice Maréchal et le dessinateur Henri-Paul Deyvaux-Gassier, Le Canard enchaîné paraît pour la première fois le 10 septembre 1915 et promet de ne donner « que des nouvelles rigoureusement inexactes ». Le ton est donné : irrévérence, ironie. Les poilus vont adorer. Le titre est un clin d'œil au quotidien de Georges Clemenceau, L'Homme enchaîné. Il s’arrête après cinq numéros pour mieux renaître de ses cendres, le 5 juillet 1916. Découvrez aussi la naissance d'une presse clandestine pendant la Grande Guerre et l'utilisation des cartes postales comme outils de propagande. Par D. Source archives : Le Canard Enchaîné © France 3 Producteur : France 3 Nord-Est, Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Lorraine, Nord Pas-de-Calais, Picardie Année de copyright : 2018

Le 6 février 1934 Contexte historique Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, le régime parlementaire de la IIIe République est l’objet de critiques croissantes, visant à la fois ses dysfonctionnements en matière institutionnelle et son incapacité à traiter les problèmes économiques nouveaux. Cette critique est portée à son comble à partir des années 1930, lorsque la grande crise frappe durement l’ensemble des classes sociales françaises. Analyse des images Le scandale Stavisky, du nom d’un escroc juif ayant bénéficié d’appuis parlementaires, éclate au début du mois de janvier 1934 et porte le coup de grâce à la République radicale. Interprétation Les interprétations de la crise du 6 février 1934 ont beaucoup divergé selon l’appartenance politique de ses traducteurs. Bibliographie Pour citer cet article Hermine VIDEAU, « Le 6 février 1934 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 02 Janvier 2018.

Le débarquement et la Résistance sur les ondes de la liberté Le chef de la France combattante refuse de parler à la BBC immédiatement après le commandant suprême des forces expéditionnaires interalliées. Le général de Gaulle s’exprimera non à 10 heures, après le général Eisenhower, mais dans le quart d’heure français de l’après-midi, à 17h30. Son discours sera diffusé une seconde fois en début de soirée : « La bataille suprême est engagée ! Des préparatifs aux discours Le débarquement se prépare depuis plusieurs années. En vidéo : extraits des émissions "Les Français parlent aux Français" et "Honneur & Patrie", diffusées par la BBC à destination des Français de métropole. L’appel du CNR du 11 mars « demande aux patriotes de briser l’offensive contre le maquis, en désorganisant les transports de l’ennemi, en harcelant ses troupes, en éliminant les miliciens, en organisant des grèves de solidarité ». En vidéo :le discours du Général de Gaulle prononcé aux Français dans l'après-midi du 6 juin 1944 De la radio à la France libérée

| Enseignement - BBC : "Radio Paris ment" et "Messages personnels" [audio] La véritable Radio Paris, l'une des meilleures radios de France émet jusqu'au 17 juin 1940. L'occupant allemand, qui en a réquisitionné les locaux et le matériel, va usurper ce nom pour en faire, en zone occupée, l'outil principal de sa propagande, dès le 18 juillet 1940. Disposant de moyens financiers importants, cette radio allemande en langue française recrute de nombreux journalistes collaborationnistes et antisémites. Profitant des nombreux concerts et spectacles donnés à Paris, elle joue la confusion avec la radio de Vichy (qui n'est pas au début, autorisée en zone Nord). Radio Paris peut diffuser dans l'Europe entière et l'Afrique du Nord grâce à un émetteur de très forte puissance. Les messages personnels diffusés sur les ondes de la radio de Londres (BBC) permettent de maintenir le contact entre la résistance intérieure et les Alliés. Jean Marin et Maurice Schumann furent tour à tour la voix française de Londres à la BBC.

Le mythe de l'extrême droite des années 1920 : le « judéo-bolchevisme » Après la Révolution d'octobre 1917, une thèse antisémite se répand partout en Europe : les Juifs, à l'origine d'un « complot mondial », seraient les véritables artisans de la conquête du pouvoir par les bolcheviks en Russie et viseraient à étendre leur domination sur le reste de l'Occident. Une idée relevant totalement de l'amalgame et du fantasme, le rôle joué par la minorité juive de Russie dans la Révolution ayant été déformé et exagéré, entre autres par la propagande d'une partie des Russes blancs fidèles au tsar. Certains émigrés russes ont en effet crédité les Juifs des tueries commises après la Révolution, en particulier le meurtre de Nicolas II et de sa famille en 1918, décrit comme un « crime rituel » juif, comme le rapporte notamment Pierre-André Taguieff dans son ouvrage « La judéophobie des modernes ». À noter que dès le XIXe siècle, les mouvements conservateurs antisémites avaient attaqué les idées marxistes en insistant sur les origines juives de Karl Marx.

100 experts s'attaquent aux fake news "Fake news", le terme popularisé par Donald Trump durant sa camapagne électorale. Plus qu'une expression ou qu'un slogan, les fake news cachent un phénomène d'ampleure mondiale. Tant Hillary Clinton aux Etats-Unis qu'Emmanuel Macron en France, affirment avoir été la cible de ces campagnes de désinformation. Et pour cette experte, ce n'est pas près de s'arrêter. "Je ne pense pas qu'on pourra éradiquer les fake news", affirme Beth Hewitt, professeur à l'Université de Salford (Manchester). "Je pense que la clé, c'est de donner les outils aux gens pour analyser et décider ce qu'ils veulent lire et comment interpréter ces lectures". Ce mardi, une centaine d'experts se sont réunis en colloque à Bruxelles pour proposer des pistes pour contrer la désinformation en ligne. "Ce qui est neuf, c'est la vitesse à laquelle ces infos se propagent", déclare Mariya Gabriel, Commissaire européenne à l'Economie et société numériques.

L’affaire Stavisky Du rififi en Haute-Savoie Le 8 janvier 1934, un certain Monsieur Alexandre, – poursuivi depuis quelque temps par la police dans le cadre d’une enquête du service des finances sur une (encore) obscure émission de faux bons par le Crédit municipal de Bayonne –, est retrouvé en début d’après-midi, dans un chalet, « Le vieux logis », à Chamonix, « suicidé » d’une balle dans la tête et agonisant. Les médecins, appelés sans précipitation à la rescousse, le transportent pour une tentative de trépanation, mais ne parviendront pas à le sauver : ayant perdu trop de sang, notre homme s’éteindra aux premières heures du lendemain. Bref, cette nouvelle affaire, qui débute par un simple contrôle fiscal en décembre 1933, va prendre une ampleur que n’avaient pas connue les précédentes, aiguisée par une droite, en l’occurrence l’Action française, qui, par un anti-parlementarisme viscéral, n’a de cesse de dénoncer partout la corruption. Du fait divers au scandale financier, politique et judiciaire

De Gaulle et le rôle de la télé dans l'élection présidentielle - Vidéo Spécialités | Lumni Depuis que la politique se met en scène, elle renouvelle le genre. Depuis qu’on élit autant une personnalité que des idées, depuis que les électeurs sont aussi téléspectateurs… 5 décembre 1965. Premier tour de l’élection présidentielle. "Le de Gaulle que l’on connaissait était le de Gaulle en majesté, se souvient le journaliste politique Alain Duhamel. Même au Général, la télévision a imposé son langage… Nom de l'auteur : Mallory Ahounou, Joseph Haley, Frédéric Poussin, Patrice Brugère et Fanny Martino Producteur : France Télévisions Diffuseur : France 2 Année de copyright : 2017 Année de production : 2017

Les « MacronLeaks », une attaque sans précédent Analyse. La publication de données dérobées à des membres d’En marche ! tendait à faire croire que la presse cachait des choses aux électeurs. Mais n’est pas lanceur d’alerte qui veut. Jusqu’au dernier moment, on a cru que la France serait épargnée par une attaque informatique d’ampleur visant l’élection présidentielle. Il y avait bien eu plusieurs alertes. Mais, le 5 mai au soir, à quelques heures de la fin de la campagne du second tour, le couperet est finalement tombé, avec la publication de ce qui a été appelé les « MacronLeaks » : une quantité de données personnelles et professionnelles dérobées à des membres d’En marche ! Déjà, en 2016, aux Etats-Unis, la publication par WikiLeaks de courriels piratés du Parti démocrate avait eu lieu plusieurs semaines avant l’élection présidentielle du 8 novembre, soit suffisamment en amont pour que ces milliers de documents livrent leurs secrets sur la campagne de la candidate Hillary Clinton. Rhétorique complotiste Opération de déstabilisation

Related: