background preloader

Le BYOD au lycée, un nouveau cadre pour l’appropriation des technologies numériques par les élèves et les enseignants

Le BYOD au lycée, un nouveau cadre pour l’appropriation des technologies numériques par les élèves et les enseignants
3 Shares Share Tweet Email L’équipement des élèves de l’enseignement scolaire amorce un tournant susceptible de modifier en profondeur les usages que ceux-ci font des technologies numériques. L’ampleur du mouvement d’équipement personnel des élèves s’accroît au point d’interroger, voire de condamner, la logique des plans d’équipement à l’œuvre depuis plusieurs décennies. A la croisée des chemins, l’Etat et les collectivités s’interrogent sur la nécessité d’équiper des élèves déjà très bien outillés. C’est le thème du BYOD (Bring Your Own Device) dont l’actualité se révèle jour après jour. On observe là un renversement de situation qui renouvelle la question de l’appropriation des technologies numériques dans le champ institutionnel de l’éducation selon deux dimensions. La première concerne les élèves. Cette situation, courante à l’université, gagne peu à peu les lycées et les collèges. Note de positionnement A propos des auteurs Melina Solari et Jean-François Cerisier lu : 5056 fois

http://www.ludovia.com/2015/07/le-byod-au-lycee-un-nouveau-cadre-pour-lappropriation-des-technologies-numeriques-par-les-eleves-et-les-enseignants/

Related:  Les bonnes pratiques du BYODClasse inversée - BYODBYOD tout azimut

Un dossier incontournable sur l'AVAN (BYOD) Les technologies de l'information et de la communication font maintenant partie intégrante du quotidien des jeunes. Le constat est indéniable et l'école l'a en partie compris. Une part importante du corps professoral y voit ainsi la possibilité d'intégrer les téléphones et tablettes que possèdent les apprenants comme des «ardoises» 2.0 avec leurs diverses applications. Ainsi, ils sont de plus en plus à choisir d'aller dans le « BYOD » (Bring your own device), connu également sous le nom « BYOT » (Bring your own technology), ou en français le AVAN (Apportez votre appareil numérique). La logique : puisque les familles sont de plus en plus nombreuses à posséder un appareil intelligent ou un ordinateur portable, il suffit de demander aux élèves d'apporter celui-ci afin de s'en servir en classe et économiser sur l'achat de technologies. Toutefois, le processus se fait lentement parce qu'il n'est pas si simple de mettre en place le AVAN.

BYOD : quelles sont les bonnes pratiques ? Qu’est ce que le « Bring Your Own Device » (BYOD) ? L’acronyme « BYOD » est l’abréviation de l’expression anglaise « Bring Your Own Device » (en français : « Apportez Votre Equipement personnel de Communication » ou AVEC) qui désigne l'usage d'équipements informatiques personnels dans un contexte professionnel. Il peut s’agir par exemple d’un salarié qui, pour se connecter au réseau de l’entreprise, utilise par exemple un ordinateur, une tablette ou son smartphone personnel. Les outils personnels ne peuvent être utilisés qu’à titre subsidiaire dans un cadre professionnel Le droit du travail impose à l’employeur de fournir à ses employés les moyens nécessaires à l’exécution de leurs tâches professionnelles.

Smartphones et éducation Document Actions Les contenus du site Smartphones et éducation de ENS de Lyon sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International. Les smartphones ont envahi nos établissements scolaires, la plupart des élèves en possèdent un. Mais ils sont loin d’utiliser toutes leurs possibilités. Les différents modèles d’intégration du BYOD – Ludovia Magazine 3 Shares Share Tweet Email Auteurs : Aurélien Fievez et Gabriel Dumouchel Illustration : Mélanie Leroux En pratique, des enseignants utilisent cette configuration en salle de classe lorsqu’ils permettent à leurs élèves d’amener leur(s) outil(s) technologique(s) personnel(s) afin de réaliser des tâches spécifiques.

Essai de modélisation et de systémisation du concept de Classes inversées Dans ce Blog, j’ai plusieurs fois documenté la « méthode » des Classes inversées. On y trouvera aussi un essai sur le rapport entre le Tsunami des MOOCs et les « renversements » proposés par les Classes inversées . Dans ce nouvel essai, j’essaierai de répondre à celles et ceux qui nous disent régulièrement « Mais, les classes inversées, ça existe depuis longtemps … ». Ma réponse est : Oui, sans aucun doute. Comme je le raconte, j’ai eu en 1972 lors de ma première année à l’université, un enseignant qui nous faisait lire un chapitre de son livre avant le cours pour disposer de ce temps de présence pour répondre à des questions, donner des exemples, proposer des applications … Bref, nous en avons eu des enseignants qui nous demandaient de lire un texte, un chapitre, actuellement de regarder une vidéo … avant le cours.

Comment intégrer le BYOD dans un établissement scolaire? (suite du dossier, par Aurélien Fiévez, en collaboration avec Gabriel Dumouchel) Intégrer le BYOD suppose des modifications dans le rôle de l’enseignant, mais également au niveau de l’institution elle-même. Permettre l’utilisation d’outils multiples au sein d’un établissement scolaire demande des adaptations structurelles dans l’administration et la gestion de l’établissement. Les considérations des directions sont basées sur les caractéristiques techniques, mais également sur la gestion du personnel et des élèves. Les outils qui rendent possible la classe inversée La notion de classe inversée tourne beaucoup autour de la vidéo. Mais pourquoi? Selon Caroline Hétu et David Chartrand, enseignants, elle constitue un outil pédagogique très puissant, permettant « d’expliquer des notions, substituer une partie du cours et donner des instructions claires, autant en classe qu’à la maison ou à l’étranger ». De plus, elle favorise l’autonomie des jeunes en leur permettant d’apprendre à leur rythme, laissant par le fait même plus de temps à l’enseignant pour aider les autres.

Pourquoi utiliser les « BYOD » dans une classe ? – Ludovia Magazine 8 Shares Share Tweet Email L’idée est intéressante, mais est-ce aussi facile qu’on le dit ? Le BYOD représente-t-il une ouverture technologique de l’école ou plutôt une complexification pédagogique? Essai d'une classe inversée en Seconde Avertissement : cet article est le fruit d’impressions, de réflexions personnelles et empiriques qui n’engagent que leur auteur. Ces réflexions fondées sur deux exemples de mise en œuvre en classe n’ont donc pas valeur de modèle, encore moins de valeur scientifique. Objectifs généraux :

Rendre l'élève acteur de ses apprentissages : la classe inversée avec l'iPad 29 Shares Share Tweet BYOD au collège : expérience réussie au collège Bonhoeffer 2 Shares Share Tweet Email La pédagogie inversée Crédit : Fabrice Landry La pédagogie inversée est une stratégie pédagogique consistant à concentrer le temps de classe afin réaliser les travaux pratiques en évacuant le temps requis pour l’exposé magistral. En réalité, ce n’est pas la pédagogie qui est inversée mais davantage la démarche d’enseignement. Puisque les élèves sont habituellement passifs lors des exposés magistraux de leur enseignant, ces derniers peuvent consulter le tout au moment et à l’endroit qui leur convient le mieux, via des canaux de communication issus des médias sociaux. Le tout implique que les élèves peuvent utiliser leur téléphone intelligent ou tablette électronique afin d’accéder au contenu publié par leur enseignant dans des médias comme YouTube, Didacti ou des portails institutionnels.

Le futur de l’éducation : BYOD en classe ! – Ludovia Magazine 1 Share Share Tweet Email En cette rentrée, certains enfants reviennent à l’école « armés » de leurs plus fidèles outils numériques. Les outils qui rendent possible la classe inversée La notion de classe inversée tourne beaucoup autour de la vidéo. Mais pourquoi ? Selon Caroline Hétu et David Chartrand, enseignants, elle constitue un outil pédagogique très puissant, permettant « d’expliquer des notions, substituer une partie du cours et donner des instructions claires, autant en classe qu’à la maison ou à l’étranger ». De plus, elle favorise l’autonomie des jeunes en leur permettant d’apprendre à leur rythme, laissant par le fait même plus de temps à l’enseignant pour aider les autres. 1. Introduction à l’infonuagique

Related: