background preloader

Web 2.0

Web 2.0
Cartographie sensible du Web 2.0 Le Web 2.0, quelquefois appelé Web participatif, désigne l'ensemble des techniques, des fonctionnalités et des usages qui ont suivi la forme originelle du Web, www ou World Wide Web[1], caractérisé par plus de simplicité et d'interactivité. Il concerne en particulier les interfaces et les échanges permettant aux internautes ayant peu de connaissances techniques de s'approprier des fonctionnalités du Web. Le Web 2.0 augmente l'interactivité au prix d'une complexification interne de la technologie mais permet plus de simplicité d'utilisation, les connaissances techniques et informatiques n'étant pas indispensables pour les utilisateurs. L'expression « Web 2.0 », utilisée en 2003 par Dale Dougherty (un cadre de la société O'Reilly Media) et diffusée par Tim O'Reilly en 2004, puis consolidée en 2005 avec l'exposé de position What Is Web 2.0[3], s'est imposée à partir de 2007. La philosophie du Web 2.0 est multiple : Présentation[modifier | modifier le code] Related:  webweb

Surfez en toute sécurité sur le Web grâce à Whonix We and our partners store and/or access information on a device, select basic ads, select personalised ads, measure ad performance, develop and improve products, create a personalised ads profile, create a personalised content profile, select personalised content, measure content performance, apply market research to generate audience insights, select basic ads, measure ad performance, develop and improve products, measure content performance, apply market research to generate audience insights, create a personalised ads profile, select personalised ads, create a personalised content profile, select personalised content. These technologies may process personal data such as IP address and browsing data for ensure security, prevent fraud, and debug, technically deliver ads or content. They may link different devices, match and combine offline data sources, receive and use automatically-sent device characteristics for identification.

(20+) Que reste-t-il des utopies du Net ? Le 8 février 1996, John Perry Barlow est à Davos, en Suisse, à l’invitation du Forum économique mondial. Drôle d’oiseau que l’Américain, à la fois poète, essayiste, ranchero et parolier du Grateful Dead. Libertarien revendiqué, il penche, dans les faits, du côté des Républicains – en 1978, il a dirigé la campagne pour le Congrès de Dick Cheney dans le Wyoming –, dont il ne se distanciera qu’au début des années 2000, échaudé par George W. Bush. Ce soir-là, Barlow est de mauvaise humeur. «Vous n’êtes pas les bienvenus» Mais sa «Déclaration d’indépendance du cyberespace», envoyée par e-mail à quelque 400 contacts, va se répandre dans la nuit telle une traînée de poudre. Barlow emprunte aussi bien à la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis qu’à la «noosphère» de Pierre Teilhard de Chardin, soit l’idée d’une «conscience collective globale» : «Notre monde est à la fois partout et nulle part, mais il n’est pas là où vivent les corps.» «L’Internet civilisé» «Repenser les promesses initiales»

Production participative La production participative[1], l'externalisation ouverte[2] ou la myriadisation (en anglais, crowdsourcing), est l'utilisation du travail, de la créativité, de l'intelligence et du savoir-faire d'un grand nombre de personnes, en sous-traitance, pour réaliser certaines tâches traditionnellement effectuées par un employé ou un entrepreneur. Ceci se fait par un appel ciblé (quand un niveau minimal d'expertise est nécessaire) ou par un appel ouvert à d'autres acteurs. Le travail est éventuellement rémunéré. Il peut s'agir de simplement externaliser des tâches ne relevant pas du métier fondamental de l'entreprise, ou de démarches plus innovantes. C'est un des domaines émergents de la gestion des connaissances. Il existe de nombreuses formes, outils, buts et stratégies du crowdsourcing[3]. Origine du terme[modifier | modifier le code] Le terme crowdsourcing est un néologisme sémantiquement calqué sur l'outsourcing (externalisation). Historique[modifier | modifier le code]

Sérendipité Web Services - Comment Ça Marche Avec l'interconnexion des ordinateurs en réseau et en particulier à travers internet, il devient possible de faire fonctionner des applications sur des machines distantes. L'intérêt d'une application fonctionnant à distance peut à première vue sembler inutile dans la mesure où les applications fonctionnent fort bien en local (sur le poste de l'utilisateur), néanmoins une application distante peut répondre aux problématiques suivantes : Les données peuvent être présentes uniquement sur le serveur distant (par exemple un catalogue produit, un classement en temps réel, etc.) ; Le serveur distant peut disposer d'une puissance de calcul ou de capacités de stockage dont l'utilisateur local ne dispose pas ; L'application distante peut être utilisée simultanément par un grand nombre d'utilisateurs et sa mise à journ'intervient qu'à un seul endroit. Pour toutes ses raisons, une interaction entre des programmes distants peut être utile. Web Service Couches Standards Invocation Découverte Description

Une nouvelle déclaration d’indépendance du cyberespace John Perry Barlow était parolier des Grateful Dead, membre fondateur de l’Electronic Frontier Foundation (EFF), militant infatigable des libertés numériques, et l’auteur de l’une des pièces majeures du puzzle de la culture web et de l’Internet des pionniers : la déclaration d’indépendance du cyberespace. «Nous sommes en train de créer un monde où tous peuvent entrer sans privilège et sans être victimes de préjugés découlant de la race, du pouvoir économique, de la force militaire ou de la naissance. Nous sommes en train de créer un monde où n’importe qui, n’importe où, peut exprimer ses croyances, aussi singulières qu’elles soient, sans peur d’être réduit au silence ou à la conformité. Vos concepts légaux de propriété, d’expression, d’identité, de mouvement, de contexte, ne s’appliquent pas à nous. Ils sont basés sur la matière, et il n’y a pas ici de matière.» Plus rien dans cet extrait n’est vrai. A lire aussi : John Perry Barlow, le Net perd sa connexion libre

Portail web Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un portail web est un site web qui offre une porte d'entrée commune à un large éventail de ressources et de services accessibles sur Internet et centrés sur un domaine d'intérêt ou une communauté particulière. Les ressources et services dont l'accès est ainsi rassemblé peuvent être des sites ou des pages web, des forums de discussion, des adresses de courrier électronique, espaces de publication, moteur de recherche, etc.[1] Les utilisateurs ont la plupart du temps la possibilité de s'enregistrer à un portail pour s'y connecter ultérieurement et utiliser l'ensemble des services proposés, dont la personnalisation de leur espace de travail, lequel est organisé à l'aide d'éléments d'IHM de base : les portlets. Un site portail institutionnel est un portail web servant de voie d'accès vers les différents sites d'un organisme (entreprise commerciale, institution publique). Histoire[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Les usages des réseaux sociaux en 2019 Pour cette enquête, 2001 internautes français de 15 ans et plus ont été interrogés en ligne au courant du mois de février 2019. La créations des Social Personae Au cours de son étude, Harris Interactive a remarqué les nombreux usages, profils d’utilisateurs présents, mais également le foisonnement de plateformes proposant une multitude de services différents : commerce, messagerie, professionnel, microblogging… Nombreuses sont les applications qui se trouvent au carrefour de ces usages. Afin de dégager une vision claire des utilisations, Harris Interactive propose cette année une nouvelle classifications des profils d’utilisateurs : Les Young Addict Fans (YAF) : une tranche jeune de la population très connectée au réseaux sociaux. Les usages et rapports aux réseaux sociaux en 2019 Parmi les évolutions des usages depuis 2018, ce sont les applications de messagerie qui observent la plus nette croissance. Le classement des réseaux sociaux selon Harris Interactive

Une cérémonie du souvenir inédite retransmise sur le web C'était l'été de la Saint-Martin en ce mercredi 11 novembre à Pégairolles illuminé de soleil, de douceur et sans un souffle de vent. Des conditions idéales pour la commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918 qui, hélas, et pour la première fois sans doute depuis que la tradition existe? s'est déroulée en l’absence du public pour cause de covid-19. C'est donc le maire, Frédéric Roig, entouré d’une petite délégation du conseil municipal, qui a présidé la cérémonie par le dépôt d’une gerbe au pied du monument aux morts et le respect d'une longue minute de silence à la mémoire de tous ceux qui sont tombés pour la France, mais aussi aux blessés, aux familles. La pandémie n'a pas eu raison du devoir de mémoire assuré par la municipalité au nom des Pégairollais qui ont pu suivre la cérémonie depuis chez eux puisque, d'une manière inédite, elle a été filmée et retransmise en direct sur la page Facebook de la mairie.

Fin de la neutralité du Web, fin d'Internet ? Une décision récente de la Federal Communication Commission (FCC), organisme américain chargé de la régulation du secteur des télécoms américain, équivalent de l’ARCEP français, ou du BEREC Européen) change le statut des fournisseurs d’accès internet américains. Cependant, ce changement ne peut arriver en Europe, de par l’adoption en 2015 du règlement sur l’Internet ouvert. Il serait cependant intéressant de réfléchir maintenant à la neutralité des services. Un fournisseur d’accès Internet (FAI en France, ISP pour Internet Service Provider aux USA) est un fournisseur de service à des abonnés. Un sujet récurrent aux USA Il existe depuis longtemps une demande aux USA de déréguler le secteur des fournisseurs d’accès. Depuis 2013, différentes tentatives ont eu lieu pour supprimer l’application de la notion juridique de « common carrier »(transporteur commun) aux fournisseurs d’accès Internet américains. Ce changement ne fait pas l’unanimité, y compris au sein de la FCC. Quelques chiffres

Gabarit (mise en page) Un gabarit, souvent nommé template ou layout[1], est un patron de mise en page où l'on place images et textes. Aussi, il est souvent utilisé de manière répétitive pour créer des documents présentant une même structure. On parle aussi de patron comme en couture ou bien, parfois, de grille. Dans la presse traditionnelle, un gabarit est conçu d'abord pour donner une forme cohérente à un journal. On définit un ou plusieurs gabarits qui seront utilisés dans une publication puis réutilisés durant différents numéros. Il a pour but de rendre claire la lecture et plus facile la conception. Les personnes chargées de la mise en page ont ensuite pour travail d'assembler le gabarit et le contenu fourni par les différents autres acteurs. Par extension, en informatique, un template est un moyen de séparer le fond (le contenu informationnel) de la forme (la manière dont il est présenté). Cela facilite la conception et la mise à jour des sites, aussi bien sur le contenu que sur la présentation :

(Infographie) Réseaux sociaux : les chiffres à considérer en 2019 – Boulevard du Web Crédits : Vectors by Vecteezy Les réseaux sociaux restent encore aujourd’hui l’un des meilleurs moyens pour développer une marque, une entreprise ou tout simplement communiquer de manière très ciblée. Bien que les réseaux sociaux historiques sont toujours indétrônables, laissant que très peu de place pour les petits nouveaux, ceux-ci doivent aujourd’hui et encore plus à l’avenir s’adapter aux nouveaux usages des utilisateurs. Cela aura pour conséquence de voir émerger de nouvelles tendances, ainsi que des changements plus profonds au sein des plateformes. Au début du mois d’avril 2019, on a vu s’éteindre Google+, une plateforme qui fait date dans l’histoire des réseaux sociaux, mais qui n’a pas réussi s’imposer et à se renouveler… Mais, Google n’en a pas terminé avec lui puisque celui-ci va revenir sous le nom de Currents et sera à destination des entreprises (pour le moment en version Beta et est accessible sur demande par mail). Les généralités Facebook Twitter LinkedIn Pinterest Instagram

Create a Website: Free and Super Easy webpage creation on SiteW « La neutralité du net, c’est avoir accès au vrai Internet » (Sébastien Soriano) Par Barbara Chazelle, France Télévisions, MédiaLab et Prospective Twitter était bien agité cet après-midi alors qu'avaient lieu les débats sur la "neutralité du net" aux Etats-Unis. Malgré les millions de commentaires, de lettres, d'appels et les manifestants qui avaient fait le déplacement devant la FCC à Washington, c'est sans surprise que le régulateur des télécoms américain a voté contre (et ainsi rendu caduque) ce principe qui avait été institué par l'administration Obama. Pour faire simple, « la neutralité du net, c’est la liberté de circulation dans le monde numérique. Bien au-delà des enjeux techniques et économiques, la neutralité du net doit être comprise comme un droit fondamental qui protège nos libertés publiques : liberté d’expression, d’accès à l’information, aux services et contenus de son choix sans entraves, liberté d’entreprendre, d’innover et de créer de la valeur. "La neutralité du net est une règle qui se joue au niveau du réseau qui donne accès à internet.

Related: