background preloader

Colloque Neurosciences Angers 2015 - Conférences du 3 juin

Colloque Neurosciences Angers 2015 - Conférences du 3 juin
Edgar Morin, France Qu’est-ce qu’apprendre à vivre ?Qu’est-ce qu’un enfant de 10 ans ne devra jamais oublier tout au long de sa vie ?Qu’est-ce qu’être intelligent ?Qu’est-ce que l’école doit nous apprendre pour le futur ? Hervé Chneiweiss, France Les enjeux éthiques des connaissances neuroscientifiques : opportunités et risques d’un savoir parcellaire. Hervé Chneiweiss est neurologue et neurobiologiste, directeur du laboratoire Neuroscience Paris Seine-IBPS (Cnrs/Inserm/Upmc). Steve Masson, Canada Comment la connaissance du cerveau aide à mieux enseigner ? Steve Masson est professeur à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et directeur du Laboratoire de recherche en neuroéducation (LRN). Bruno Della Chiesa,USA La neurodidactique des langues. Daniel Ansari, Canada Les neurones des mathématiques.

http://www.uco.fr/evenements/colloqueneurosciences/conferences-plenieres-du-3-juin/

Related:  apprendreLe cerveauSciences cognitives

Entrons dans l’écrit L’application Entrons dans l’écrit consiste à aider les élèves à mettre en place une représentation du fonctionnement du langage écrit afin que l’entrée dans la lecture soit possible. Entrons dans l'écrit s'adresse d'abord aux élèves de grande section de maternelle en leur proposant l'ensemble des pré-requis de l'apprentissage de la lecture: sens de l'écrit, identification de la lettre, du mot, de la syllabe, etc, puis accompagne les élèves de CP et de CE pour une meilleure maîtrise du système de l'écrit. Même si l’apprentissage de la lecture ne commence qu’au CP, bien avant l’enfant construit des connaissances qui vont l’amener peu à peu à comprendre le fonctionnement du code alphabétique. Sans ces connaissances, l’apprentissage de la lecture va s’avérer difficile, voire impossible. Retrouvez une description des 19 activités qui composent Entrons dans l’écrit sur la page Ce projet a bénéficié du soutien du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Le cerveau en perpétuel mouvement Dans chacun de ses précédents ouvrages, cette neurobiologiste avait répondu à un certain nombre de questions. "Hommes, femmes, avons-nous le même cerveau ?", "Les filles ont-elles un cerveau fait pour les maths ?"... Mobiliser pour de bon l’attention des élèves, un défi pour l’école d’aujourd’hui Tenez, profitez donc un peu de l’été pour échanger avec vos ados ou ceux de vos amis si vous n’avez pas ou plus l’âge… Ils sont en général plus disponibles, plus reposés — quoique ! —, moins préoccupés par les contingences matérielles, à l’exception peut-être de leur bronzage dont ils n’arrivent pas vraiment à parfaire la finition. Posez-leur des questions sur leur collège, leurs professeurs ou, pour les plus grands, le lycée, le baccalauréat, tout ça… Au début, ils vont détester et vous saurez précisément à ce moment-là ce qu’est un adolescent renfrogné. N’hésitez pas à insister, vous ne prenez pas grand risque.

Stratégies d’apprentissage, poser les bonnes questions inShare266 Un apprentissage efficace ne consiste pas juste dans l’accumulation de savoirs, il doit également permettre d’amener l’élève à réfléchir sur ces savoirs et aux meilleures stratégies d’apprentissage pour les acquérir. Pour mettre en place un enseignement efficace, tout enseignant doit apprendre aux élèves à apprendre. De manière simplifiée, chaque élève doit intégrer deux types de connaissances : celle du sujet concerné par le cours (par exemple les mathématiques, la langue ou l’histoire) et celle des stratégies d’apprentissage. Il est souvent facile pour un professeur, voire même pour un parent, de transmettre le premier type de connaissance, généralement à l’aide de dates, de théorèmes, de faits…Il est moins évident de traiter de l’acte d’apprentissage et des aspects « méta-cognitifs ». Nous allons voir d’une part qu’il est pertinent de réussir à apprendre aux élèves à apprendre ; et d’autre part comment mener l’élève à réfléchir sur ses propres apprentissages.

Apprendre à apprendre (1/4) : deux modes d’apprentissage Comment apprenons-nous ? Les neurosciences, les sciences cognitives, mais aussi le quantified self et bon vieil empirisme nous ont-ils fait progresser dans notre compréhension des mécanismes de l’apprentissage ? Et s’agit-il de pures découvertes théoriques ou sont-elles applicables à la salle de classe ou à chacun d’entre nous ? Même le plus fameux des MOOCs, Coursera, s’est intéressé à la question et propose maintenant un cursus « Apprendre à apprendre« . A sa tête, on trouve un neuroscientifique connu, Terrence Sejnowski et surtout Barbara Oakley, auteur d’un excellent livre sur l’apprentissage des sciences, A Mind for Numbers. Recherche / LaboratoireMemoireCognition / Recherche - LaboratoireMemoireCognition Le projet "Mémoire et Cognition" a 3 principaux objectifs. En premier objectif, nous visons une meilleure compréhension des bases cognitives et neurales de la mémoire, notamment par 1) l'analyse des différents systèmes mnésiques et de leurs interactions (mises en jeu dans les mécanismes d'apprentissage implicite et explicite, dans l'accès au langage, dans la mémorisation, la consolidation et la récupération des cartes spatiales, des événements et des connaissances), 2) l'analyse des différentes composantes aus sein d'un même système (comme la mémoire spatiale, la mémoire épisodique/autobiographique, la mémoire de travail et la mémoire sémantique), et 3) l'analyse des facteurs qui les modulent (comme la richesse des stimuli, l'émotion, ou l'importance personnelle) en nous basant sur des paradigmes comportementaux innovants et plus proches de la vie quotidienne.

Meirieu : Le plaisir d'apprendre Avec "Le plaisir d'apprendre", Philippe Meirieu nous donne un beau livre. Contre l'utilitarisme scolaire, il rappelle les exigences culturelles du métier et invite l'Ecole à chercher dans la culture les remèdes à l'ennui. Douze personnalités (F. Dubet, M. Gauchet, B. Cyrulnik, B. Eric Gaspar - Le cerveau pour allié : pour apprendre comme pour enseigner Ah mon coquin de cerveau, maintenant je vois comment tu fonctionnes... et je sais quels sont les petits pièges que tu me tends, mais aussi les astuces pour les contourner. On va pouvoir faire une belle équipe maintenant... A l'occasion des "Mardis de la pédagogie", Eric Gaspar, professeur de mathématiques et créateur du projet de Neuro-éducation, Neurosup, s'est penché sur les possibilités de notre cerveau à travers 4 "chocs" : Le 1er choc : le cerveau passe autant de temps à effacer qu'à enregistrerLe 2e choc : comprendre ne suffit pas pour mémoriserLe 3e choc : le cerveau accroche du nouveau à du connu, même (et parfois surtout) si les deux notions ne sont pas du même domaineLe 4e choc : même chez les experts, les erreurs récurrentes ne s'effacent pas du cerveau. Elles cohabitent avec la bonne réponse.

Recherche - GRENE : Groupe de REcherche en Neurosciences Educatives Piloté par Pascale Toscani Composé de 35 membres, chercheurs, chercheurs associés (neurobiologistes, biologistes, psychologue, sociologue, pédagogues...) et enseignants de la maternelle au supérieur, ce groupe de recherche collaboratif école/université, a pour objectif général de favoriser l'intégration des neurosciences dans les apprentissages, dans un souci de transdisciplinarité.Le GRENE prend en compte les savoirs des enseignants de l'école, du collège et du lycée ainsi que ceux des chercheurs pour un co-développement d'un savoir nouveau : les neurosciences éducatives. S'appuyant sur les résultats des recherches en neurosciences, les membres du GRENE travaillent sur les transpositions didactiques et pédagogiques possibles de ces connaissances neuroscientifiques, pour les équipes d'enseignants.Cette collaboration a pour objectif de réfléchir à l'école du futur.

Initiation à la pédagogie différenciée inShare0 En classe, un enseignant se retrouve généralement face à des élèves ou des étudiants ayant des capacités et des modes d’apprentissage différents. Ainsi, il existe entre les élèves des écarts de vitesse, d’autonomie, de motivation, d’intérêt, de compréhension…Dans ce cadre, comment peut faire un enseignant pour ne plus être « indifférent aux différences » ? Comment peut-il prendre en compte l’hétérogénéité de son groupe d’apprenants pour proposer un meilleur enseignement pour tous ? Une réponse se trouve certainement dans le concept de pédagogie différenciée. Cette approche part du constat que chaque élève est différent.

Un des fondamentaux de l’école : apprendre à vivre ensemble Le « vivre-ensemble » est déjà l’une des pierres angulaires d’autres discours politiques. IL est cité dans le dernier Socle commun de connaissances, de compétences et de culture promu par le Ministère : « L'École est le lieu où les élèves acquièrent les compétences qui leur seront indispensables tout au long de la vie, au delà de leur scolarité, pour poursuivre leur formation, construire leur avenir personnel et professionnel, réussir leur vie en société et exercer librement leur citoyenneté : autonomie, responsabilité, ouverture aux autres, respect de soi et d'autrui, exercice de l'esprit critique.

Related: