background preloader

Qu'est-ce qu'un livre à l'heure du numérique ? - La Feuille - Blog LeMonde.fr

Qu'est-ce qu'un livre à l'heure du numérique ? - La Feuille - Blog LeMonde.fr
Voici le texte de ma présentation livrée au Forum des bibliothèques 2.0 de Montréal. Encore merci pour l'invitation, notamment à Martin Lessard et à la direction des bibliothèques de Montréal... (Silvère exagère un peu). 1. Comment le numérique transforme notre rapport au livre et à la lecture. Deux remarques préalables : - Cette présentation regarde peu le monde des bibliothèques, je m'en excuse. - Mon propos n'est pas d'opposer le numérique au papier. 2. Aussi surprenant que cela puisse paraître, un livre n’est pas défini par son contenu, par sa forme, pas ses modalités de commercialisation, par son intégration dans une chaine économique, mais par son support. Dans l'univers papier, on vend un contenu fixe dans des formats différents (broché, poche, illustré...). La grande question devient donc qu’est-ce qu’un livre quand il n’a plus de support physique ? 3. Quand on parle de livre numérique on désigne dans notre esprit la même chose qu'un livre physique. 4. Comment lisons-nous ? 5. Related:  qsdfghj

La TVA à 5,5% sur le livre numérique repoussée au 1er janvier 2012 Ca y est, les deux chambres du Parlement ont trouvé un accord sur le sujet de le TVA du livre numérique. Ce dernier devrait enfin avoir le droit à une TVA à taux réduit (5,5% au lieu de 19,6%) lors d’une nouvelle soumission devant les deux assemblées. L’information circule sur Twitter depuis une petite heure (via Enguérand Renault, rédacteur au Figaro) et ne devrait pas tarder à être reprise dans les médias traditionnels. En effet, en fin d’après-midi, la commission mixte paritaire réunie pour la finalisation du budget 2011 a réglé plusieurs points sujets à polémiques. Et cela s’est fait sur le date d’entrée en vigueur de ce nouveau dispositif fiscal. Même si le texte n’est pas encore voté, il est quasiment certain qu’il sera adopté devant les deux chambres, même si l’Assemblée Nationale aura le dernier mot en cas d’un nouveau désaccord. Une TVA à 5,5% sera-t-elle toujours utile en janvier 2012? La TVA à prix réduit sur le livre numérique aurait du arriver en 2011.

Pourquoi l'ebook ne remplacera jamais les vrais livres | slate Au cas où vous auriez oublié l'un des intellectuels les plus influents de la fin du XXe siècle, McLuhan était un universitaire, théoricien des médias, surnommé «le grand prêtre de la culture populaire». Il était assez connu pour faire l'objet d'un gag répétitif dans [l'émission humoristique] Laugh-In («Marshall McLuhan, vous faites quoi?»), pour faire une brève apparition dans Annie Hall et être interviewé par Playboy. L'une des vérités fondamentales énoncées par McLuhan est que les nouveaux médias nous changent et changent le monde. Ce principe est visible dans toutes les sortes de technologies. Quand les films ont été sonorisés, nous nous sommes mis à parler en copiant leurs expressions et leurs rythmes. publicité Relativement peu de prophéties se réalisent, et beaucoup de celles de McLuhan sont restées lettre morte. Média chaud / Média froid On voit mieux sur papier McLuhan a entrevu les premières lueurs d'Internet et a semblé pressentir ce qui allait arriver. L'avenir de l'e-média

Des canailles nous gouvernent – preuve Parce que j’ai publié un même ebook à différents prix, je serai bientôt considéré comme hors la loi. Tel est en tout cas le souhait des sénateurs s’il faut en croire le projet de loi qu’ils viennent de voter. Toute personne [ ] qui édite un livre numérique dans le but de sa diffusion commerciale en France est tenue de fixer un prix de vente au public pour tout type d’offre à l’unité ou groupée. Si cette loi passe à l’Assemblée, je serai obligé de vendre en direct chez moi aussi cher que chez le plus cher des distributeurs, c’est-à-dire que le plus cher d’entre eux imposera sa volonté à tous les autres, et donc à tous les lecteurs. Le texte de ce projet de loi montre l’absurdité de la mesure envisagée, et donc la forces des lobbies qui la soutiennent : Ce prix peut différer en fonction du contenu de l’offre, de ses modalités d’accès ou d’usage. Qu’est-ce qu’une modalité d’accès ? Messieurs les Sénateurs pour qui travaillez-vous ?

Pourquoi le livre électronique peine à s'imposer en France Un produit semble encore échapper à la frénésie des achats high-tech à l'occasion des fêtes de fin d'année : le livre électronique. Si le Kindle d'Amazon fait déjà un tabac outre-Atlantique, les ventes de lecteurs numériques restent encore marginales dans l'Hexagone. Outre un choix pour le moins restreint, les catalogues de titres disponibles varient en fonction des stratégies adoptées par les éditeurs. L'un d'entre eux, Hachette Livre, revendique près de 65.000 références, mais admet que le marché reste pour l'heure "insignifiant". Selon le Syndicat National de l'Edition (SNE), le livre numérique en France représente un marché estimé entre 30 et 40 millions d'euros, soit 1% du chiffre d'affaires de l'édition. Comment les éditeurs se préparent à ce nouveau support ? Il faut bien en convenir, rares sont les éditeurs qui acceptent de parler de leur stratégie dans le domaine du livre numérique. De quelle manière ce marché peut-il décoller ? La loi Lang, un handicap ou pas ?

Hypocrisie du prix unique du livre Je m’étais promis de ne plus trop publier, de laisser passer tranquillement l’été, remettant en forme de vieux manuscrits avant d’aller me baigner avec les enfants. Et puis François Bon s’attaque au prix unique du livre numérique, et il réveille une vieille rengaine chez moi, et une bouffée d’énervement me traverse. Alors j’écris, vite, pour me débarrasser de tout ça avant de retourner à mes manuscrits et à ma plage. Quelle est cette mascarade de prix unique du livre ? Qui ose encore ainsi justifier cette loi censée protéger les petites librairies face aux grosses librairies ? Si le prix du livre est bien unique, les remises accordées aux libraires varient du simple au double. Le prix unique n’a pas pour vertu de protéger les petits libraires, mais d’augmenter la marge des gros. Et on voudrait l’imposer au numérique. En plus, la loi est inapplicable. Allez, circulez, retournez à la plage. Tags: édition, eBook, Prix unique du livre, une, Coup de gueule

Les éditeurs vont devoir tourner la page | Courrier internationa • Devant le nouveau défi que représente le livre électronique, le secteur de l’édition semble mal préparé. Celui-ci craint de vivre le même cauchemarque les maisons de disques. La nouvelle façon de lire des livres se met en place de façon hésitante. Exploitant une technologie novatrice et reflétant un changement des habitudes de consommation du public, elle transforme radicalement la distribution et l’économie de l’industrie traditionnelle de l’édition. C’est un peu ce qui s’est passé avec le livre de poche, qui a représenté une véritable révolution dans l’industrie du livre des années 1930. Il a permis de mettre la grande littérature à la portée d’un public beaucoup plus vaste. Les ventes des livres numériques ont vraiment décollé en 2009 D’après le cabinet PricewaterhouseCoopers (PWC), les ventes de livres téléchargés dans le monde ont représenté 1,1 milliard de dollars [734 millions d’euros] en 2008, soit 0,9 % des ventes totales d’ouvrages.

Et si l'on créait ensemble une forge libre pour les métiers de l'édition ? Voilà, on y est. Après la musique, c’est désormais la sphère du livre qui est pleinement impactée, voire bousculée, pour l’arrivée inopinée et intempestive du numérique. Le second connaîtra-t-il les mêmes difficultés et résistances que le premier ? On en prend le chemin… Sauf si l’on décide de s’inspirer fortement de la culture et des outils du logiciel libre. Le samedi 24 septembre prochain, dans le cadre du BookCamp Paris 4e édition, Chloé Girard animera avec François Elie un atelier intitulé « Fabrication mutualisée d’outils libres pour les métiers de l’édition ». Il s’agira de réflechir ensemble à comment « soutenir et coordonner l’action des professionnels du livre pour promouvoir, développer, mutualiser et maintenir un patrimoine commun de logiciels libres métiers » en développant notamment un forge dédiée destinée à « l’ensemble des acteurs de l’édition (éditeurs, distributeurs, diffuseurs, privés, publics, académiques…) » L’expérience et l’expertise du duo sont complémentaires.

Livre numérique : cette fois c’est parti et ça va saigner Cet article a été publié il y a 3 ans 10 mois 14 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Cette fois c’est parti, comme l’explique Hervé Bienvault qui commente l’interview du Pdg d’Hachette dans le Nouvel Obs : Avec l’entrée aujourd’hui du catalogue Hachette sur l’iBookStore d’Apple, Hachette exclut le schéma de rester maître de ses propres fichiers, les déversant massivement sur la plateforme d’Apple. Hachette est le premier éditeur français à se lancer, nul doute que les autres vont suivre, l’Ipad est lancé, le marché est sur le point de naître. Gallimard, Nourry et compagnie raisonnent dans le domaine numérique comme ils raisonnaient dans le domaine papier : la concentration de l’édition industrielle, les moyens importants de production, de diffusion et de promotion y permettaient une politique arrogante de l’offre. Plutôt que de donner votre précieux temps de cerveau à lire la prose communicationnelle de M.

Pourquoi le livre numérique est-il si cher? Trop cher un livre numérique à 15,99 euros? La question se pose alors que l'accès aux livres numériques devient de plus en plus aisé. En France, le livre papier est soumis à une TVA à 5,5%, et le livre numérique à 19,6%, contrairement aux recommandations de l'Union Européenne de mars 2009. Chez Hachette Livre on estime raisonnable une décote de 25% sur le prix hors-taxes du livre papier. Si un livre papier publié chez Grasset (Hachette Livre) coûte 20 euros HT, il sera commercialisé à environ 21,10 euros. Tout le monde n'est pas pour la décote: le Syndicat National de l'Edition (SNE) pense qu'il est "absurde de vouloir définir a priori un différentiel de prix entre livre numérique et livre papier". La question du prix unique Avec le livre numérique, la question du prix unique se pose aussi. Le livre numérique, combien ça coûte? L'Autorité de la concurrence précise qu'il n'est pas possible d'évaluer les coûts liés au livre numérique à l'heure actuelle. Les coûts de distribution

Quel avenir pour les revues papier ? Evans Library, Texas A&M University (photo Amanda Monteleone : À l’heure actuelle, les revues savantes traditionnelles sont difficiles d’accès, leur prix est trop élevé, leur lectorat parfois trop faible. Leur mise en ligne est une chance pour mieux les faire connaître et diffuser la production scientifique, notamment dans le cadre d’une « mondialisation » de la recherche où les effets de concurrence se font de plus en plus sentir. Un récent billet de Michael Clarke sur l’excellent blog Scholarly kitchen (7 décembre 2011) fait un tour détaillé et argumenté de la question de la disparition, à plus ou moins long terme, du support papier pour les revues académiques. Le titre place sans équivoque la discussion sur le terrain financier : « The Cost of Print ». Il y a bien sûr des résistances à ce nouveau modèle en train de naître. Au-delà des aspects financiers, l’article de Clarke détaille les avantages des revues en ligne. Syria

La loi sur le prix unique votée par le Sénat, TVA à 5,5% abandonnée La saga des projets de lois concernant le livre numérique a connu un nouvel épisode cette semaine. Comme nous l’apprenons sur le site du Sénat et par nos confrères de PCinpact, le Sénat a adopté la proposition de loi sur le prix unique du livre numérique et celle-ci a été envoyée devant l’Assemblée Nationale pour être soumise au vote. L’ensemble du texte a été adopté dans sa forme initiale à l’exception d’une nuance qui va avoir son importance. Celle-ci se situe dans l’article 2 et porte sur la notion d’éditeur. En effet, le champ de la loi ne se limite plus à l’éditeur présent sur le territoire national mais “Toute personne qui édite un livre numérique dans le but de sa diffusion commerciale en France” sera tenue de fixer un prix unique pour ses contenus (l’ensemble du texte est disponible à cette adresse). Pour le reste, le prix unique concerne toujours les livres homothétiques comme il l’est défini dans l’article 1er.

Les ventes numériques de la presse commencent à compenser la chute du papier ! Les ventes du papier sombrent donc presque inexorablement pour les quotidiens papiers, on ne cesse de le constater (lire également les billets sur les résultats 2012 des quotidiens nationaux et régionaux). Et qu'en est-il des ventes numériques ? Certains journaux comme Libération ont annoncé leur intention de mettre le paquet de ce côté, mais que représentent aujourd'hui leurs ventes de journaux en ligne ? Peuvent-ils compenser les exemplaires perdus chaque année sur le papier ? Le calcul est simple : pour 3 619 ventes papier perdues en 2012, Le Soir a gagné 3 339 exemplaires numériques. Libé double ses ventes numériques en 2012 Et en France ? Le Figaro reste dans le vert… grâce à ses ventes numériques ! Même progression du côté du Figaro, qui a vu ses ventes d'exemplaires numériques bondir de plus de 127% en un an pour atteindre 7 273 exemplaires/jour. Le Monde largement en tête des ventes numériques Mais c'est encore du côté du Monde que le phénomène est le plus remarquable.

Related: