background preloader

Famust - Annuaire de sites collaboratifs France

Famust - Annuaire de sites collaboratifs France

Nouvelle consommation Un article de Encyclo-ecolo.com. La nouvelle consommation La nouvelle consommation Les Nouveaux visages de la consommation moderne sont multiples et de nombreuses appellations apparaissent : que sont tous ces nouveaux termes ? couchsurfing, greeters, wwoofing, locavore, slugging, ecohabitat, slow food cradle to crade, flawsome, eco-cycology, recommerce: le consommateur moderne est un innovateur né qui surfe sur les innovations technologiques mais aussi sur un rejet des valeurs classiques de la consommation de masse (rejet du gaspillage, solidarité, sobriété, ... : les valeurs changent) 53 % des Français sont d’ores et déjà, selon des modalités variables, significativement engagés dans ces pratiques de consommation émergentes en 2012. 48% des Français ne sacrifient pas les marques auxquelles ils tiennent au quotidien. Sur la Nouvelle consommation, voire les articles suivants : > Le tour du monde de la consommation collaborative Une consommation non statutaire non propriétaire Les digital mums

Le "SharingTourisme 2.0" : le nouvel incubateur à expérience | TLC Marketing Worldwide Publié par agathe.guegan | 04 May 20 milliards d'euros en 2014 soit 540 euros chaque seconde, dont 2,7 milliards d'euros pour les particuliers, +25% de croissance par an depuis 5 ans selon la Commission Européenne, un potentiel 268,5 milliards d'euros d'ici à 2025…L’économie collaborative est en marche, le tourisme 1er dans la course ! Arrivée d’internet, crise économique, préoccupations écologiques… autant de facteurs participent de l’essor de l’économie collaborative. Souvent considérée comme LA solution anti-crise, la consommation collaborative est aussi une alternative aux modes de consommation traditionnels, ouvrant la voie à de nouveaux acteurs : Chaque usage à sa plateforme et notamment dans le tourisme. En 2014, 39% des Français ont pratiqué une activité de partage lors des vacances, 21% ont loué un logement à un particulier et 15% ont partagé leur véhicule : tous les secteurs du tourisme sont impactés. Part

OuiShare PACA | scoop.it La consommation collaborative en sept infographies Échanger, louer entre particuliers ou revendre : autant de pratiques qui reviennent sur le devant de la scène depuis quelques années, notamment grâce aux opportunités qu’offre Internet. Véritable révolution transformant en profondeur nos sociétés ou simple mouvement de niche, cette question est au centre des débats. Découvrons à travers quelques récentes infographies l’ampleur du phénomène. 1. L’économie collaborative apparaît comme sérieusement ancrée dans le quotidien des Français. Etude réalisée par l’Ifop pour A Little Market (Avril 2014) 2. De plus en plus de voyageurs sont en quête d’expériences authentiques et originales, qu’ils partagent avec les populations locales. Infographie par Cosmopolit Home (Mai 2014) 3. Cette infographie souligne une profonde évolution des modes de consommation des Français. Infographie par Zuora (Juin 2014) 4. Camille et Pierre vous emmènent en week-end à Lyon en utilisant les services issus du tourisme collaboratif : covoiturage, dîner chez l’habitant…

Le blog de ShaREvolution: Lancement du 11 février : retour sur l’atelier “Motivations, freins, usages de la consommation collaborative” Les études autour des usages de la consommation collaborative se multiplient depuis quelques années. Focus sur « les pratiques collaboratives » pour l’Ademe, intérêt pour les « consommations émergentes » du côté de l’Obsoco,… toutes ne recouvrent pas le même périmètre de pratiques, et peu encore font plus que de s’intéresser à la « photographie » des motivations et usages, en allant jusqu’à analyser les trajectoires d’usages des individus. C’est une des ambitions de ShaREvolution que d’aller « creuser » de ce côté-ci, en ramenant de l’inattendu, de nouvelles connaissances des usages. Une étude sur les usages (dont le protocole est encore en cours de construction) sera ainsi menée au cours du premier semestre 2014, permettant d’aller tester un certain nombre d’hypothèses. Un atelier sur le sujet était organisé à l'occasion du lancement de l'expédition, le 11 février 2014. La cartographie des freins et motivations Quelques motivations derrière la consommation collaborative

L'épuisement des ressources naturelles / Les conséquences / Accueil - Fondation SQLI « Le rapprochement que l’on peut faire entre les quantités consommées, l’accélération prévisible et l’estimation des réserves présentes dans l’environnement montre, quelles que soient les incertitudes, que l’épuisement est une perspective extraordinairement proche à l’échelle du temps des sociétés humaines, un siècle tout au plus. » André Lebeau, physicien Notre mode de vie épuise les ressources naturelles de la planète. Il n’est pas durable. La seule inconnue est le temps : une à deux générations pour finir de piller les ressources du globe? Télécharger l'image Pour illustrer cette impasse mortelle, le professeur William Rees a inventé le concept d’empreinte écologique, popularisé par la suite par le WWF. L’empreinte écologique traduit l’impact des activités humaines en équivalent de surfaces terrestres nécessaires. Comme le reconnaissait un responsable chinois « Notre développement est basé sur la destruction de l’environnement et l’épuisement de nos ressources naturelles. Ils ont dit…

Top 40 Influencers For The Networked and Collaborative Economy Today’s business isn’t like yesterday’s. With global powers changing and the transforming workforce, which is spearheaded by changing demographics and emerging technology, the way we live, engage, and work is drastically different. Through technologies such as cloud computing, mobility, and social media, the digital world of 2014 is even more of a global village than what Marshall McLuan experienced and anticipated in the media convergence of the 1960s. These connections have lead us to being enabled and empowered to share, make better informed decisions, and connect to resources easier than ever before. Personally, we use Amazon, which is a network of merchants providing goods. This connected life transcends from our personal lives and consumer behaviors, and into enterprises where businesses are integrating the use of social and business networks to connect and collaborate with those outside their physical location. It’s the Networked Economy. Networked Economy

8 bonnes raisons de s' quiper d'occasion - L'Apprenti Ecolo Dans notre société de consommation, un grand nombre d'entre-nous ont encore des réticences à aller vers le monde de l'occasion et n'achètent que du neuf. D'autres s'y mettent progressivement, notamment motivés par la crise. Et d'autres en sont fous! Alors quels sont les réels avantages de l'occasion? Et quelles possibilités s'offrent à nous? Le monde de l'occasion évolue, se structure et offre de plus en plus de possibilités. l'achat: pour s'équiper d'occasion, le plus évident semble être d'acheter auprès de particuliers des biens déjà utilisés. Quelles sont les raisons de cette expansion? 1. Le plus souvent, ce sont les raisons économiques qui sont avancées pour expliquer le recours à l'occasion. 2. De plus, les dégagements de CO2 liés au transport sont limités. 3. Donner ou prêter un objet à son voisin, à un ami ne relève plus d'une relation commerciale pure. 4. 5. 6. 7. 8. Les avantages de l'équipement d'occasion sont donc bien réels.

Le Co-Lab | Coopération, co-opétition, collaboration, co-opportunité, économie collaborative, co-management, Co-Révolution… KesaCO? 2011 Le Monde_Le marché de l'occasion, "phénomène durable" en temps de crise Chiffre d'affaires – en temps réel – du marché de l'occasion en France La moitié des vélos (49 %), plus d'un tiers des livres (37 %), un tiers des DVD (33 %), ne sont pas achetés neufs mais d'occasion, indique l'étude, établie à partir de 1 000 personnes de 18 ans représentatives de la population française. La proportion monte à 62 % pour les voitures. En revanche, seuls 22 % des téléphones portables et 9 % des vêtements pour adulte n'ont pas été achetés neufs. Une fois utilisés, ces objets peuvent être jetés ou stockés, mais sont de plus en plus donnés, revendus, troqués ou recyclés. Les Français pourraient gagner près de 2 000 euros en revendant leurs objets non utilisés La seconde vie est favorisée par la multiplication des lieux de vente d'occasion ou de troc, surtout sur Internet. Les Français les plus adeptes de cette pratique sont les jeunes, les urbains, les "écolos" et les ménages aux ressources financières limitées : , souligne le Crédoc.

The Master List of the Collaborative Economy: Rent and Trade Everything My next Open Research report (see my body of research) will be about the Rise of the Collaborative Economy. If you’d like to be interviewed for this upcoming report, please fill out this submission form. In my career as an analyst, I often list all the players in a category, announce a formal research effort, then publish a series of analyses, as part of my continuing methodology. In this case I will also be presenting my findings as a speaker at LeWeb, whose theme, “Digital Hippies” is directly related to this trend. [Collaborative Economy Defined: A digital system that manages the coordination of buyers and sellers who offer or exchange used products and remnant services] [Market impact: These startups enable the crowd to get what they need from each other –rather than go to corporations] The Three Categories of Collaborative Economy Markets Within this market, there are multiple use scenarios. How You Can Get Involved with this Research

Partage&Co | L'Economie Collaborative : les concepts - Partage&Co L’Economie Collaborative : les concepts L’Economie Collaborative : les concepts juin 11, 2014 Introduction Aucun commentaire “si le XXème siècle était l’ère de la propriété, le XXIème siècle sera l’ère de l’usage “ – Jeremy Rifkin L’âge de l’accès Ce qui caractérise cettepériode est le regroupement des utilisateurs en communautés de partage, en communautés de contributeurs ou de fournisseurs, en communautés d’achat ou de prescripteurs : Ces communautés s’organisent autour de plates-formes qui leur permettent de mutualiser les ressources en présence pour les redistribuer. De nouveaux usages apparaissent, privilégiant l’accès à la propriété et la 2ème vie des produits au sein de plates-formes peer to peer. Les nouvelles technologies ont permis de développer ces plates-formes avec pour chaque verticale du bon coin des garanties supplémentaires, des transactions financières sécurisées et des gages de confiance. Origines du concept Une tentative de définition Crise politique Crise économique Share

Related: