background preloader

Kit de survie du (bon) consultant en e-réputation

Kit de survie du (bon) consultant en e-réputation
Le business de l’e-réputation en France est florissant : 110 millions de CA pour 2010, plus de 150 agences, des articles de plus en plus nombreux dans les journaux… Mais qui dit business en développement, dit normalisation des pratiques pour mieux coller au marché, et paraître cohérent face au(x) client(s). Norbert, consultant, nous donne les clés essentielles pour « gagner en maturité sur cette approche ROIste transversale du leadership digital »… Bonjour Norbert, pouvez-vous rapidement vous présenter ? Bonjour, je m’appelle Norbert E, je suis actuellement consultant en brand reputation pour une agence full digitale 360 web social. Mes missions au quotidien consistent à gérer la valeur « réputationnelle » de mes clients sur les médias et réseaux sociaux. Pouvez-vous nous présenter quelles sont, à l’heure actuelle, les armes et techniques essentielles à tout bon consultant en e-réputation ? Bien entendu : elles sont au nombre de 10 (listes non exhaustive)… Le pré-audit Le vocable Comme ? Related:  3. la communication de crise

Crises, scandales : faut-il aller jusqu’à changer de nom d’une marque ? Il faut savoir raison garder La force d’une marque tient dans son histoire et dans « le lien qu’elle a réussi à tisser avec les consommateurs », explique Pierre-Louis Desprez, expert en marketing stratégique et co-fondateur de Kaos Consulting. Produits retirés de la vente, suspicions sur la qualité, baisse de la consommation… La crise de la viande de cheval qui secoue depuis plus d’un mois le monde agroalimentaire (Findus, Nestlé, Picard Surgelés, Ikéa et bien d'autres) est un bel exemple des dégâts qu’une marque peut subir en matière de réputation. La rupture, uniquement en cas de crise grave Agir plutôt que communiquer Alors comment regagner la confiance des consommateurs ?

27 questions pour penser sa stratégie d'e-réputation Si le web est encore une contrée sauvage pour de nombreux communicants, développer une stratégie d'e-réputation ou d'information/communication nécessite de penser sa stratégie, de définir avant toutes choses certains objectifs à atteindre. Se lancer sans s'être interrogé sur le pourquoi du comment peut vite devenir un frein, ou pire, donner l'impression que le web n'est pas accessible à son organisation... Voici 27 questions à se poser avant de vouloir gérer sa réputation en ligne. Par expérience, l'on s'aperçoit vite que les stratégies les plus efficaces sont celles qui ont été pensées de manière structurée. On pourrait même dire que l'efficacité d'une stratégie ne peut se mesurer que par l'adéquation entre objectifs définis et résultats observés (même si, bien évidemment, le web reste encore en partie mystérieux quant à certaines stratégies qui ont marché ou non). Qui ? ==> Qui sont les récepteurs de ma communication ? ==> Qui relaiera mon message ? Des curators bien évidemment... Quoi ?

Surveiller son e-reputation : quelle m?thode et quels outils ? Surveiller sa réputation sur le web pour une entreprise, une organisation représente un enjeu presque incontournable. En effet, le web 2.0 et les médias sociaux offrent la possibilité à l’ensemble des internautes d’exprimer leurs opinions sur les réseaux sociaux, forums, blogs, sites d’avis, commentaires, notamment sur des produits, marques, entreprises, personnes… De plus, ces prises de parole en faveur ou en défaveur d’une entreprise, d’une marque, etc. laissent des traces sur le web. Avoir une connaissance de ce que les internautes disent de soi, de ses produits est donc essentiel afin de : Repérer des signaux faibles ou signaux forts pour anticiper une crise d’image et réagir à temps et de la manière la plus adaptéeSavoir qui parle, où et comment pour ensuite envisager, si nécessaire, une prise de parole officielle et pérenne sur les médias sociaux Définir le périmètre sémantique La définition du périmètre en amont de toute recherche est primordiale. . Repérer ses sources - Quand ?

Pourquoi une marque ne doit pas céder dans les médias sociaux : le cas d’école Starbucks Citoyens ! On se revoit encore les brillants commentateurs du Social Media crier victoire quand Gap a tenté de changer son logo. La victoire de l’homme du PMU du riche (à savoir Twitter) contre la marque qui n’aurait rien compris aux attentes des consommateurs. N’empêche que GAP a au pire réussi à apparaitre comme une marque molle : à force de céder aux sirènes des suivis, on se retrouve dans la place du suiveur.N’empêche que GAP a peut être joué avec le feu afin de générer de l’attention pour monter en puissance avant une date clé pour la marque en 2013 : générer un quart de son business via le e-commerce. Bis repetita ces derniers jours avec Starbucks qui se met à changer son logo. Annonce le 5 janvier du nouveau positionnement de la marque et donc du changement de logo induit sur le blog corporate de la marque. En conclusion, je cite cet internaute sur la fan page de Starbucks : “More power to Starbucks! Chapeau bas.

à quoi ça sert un faux commentaire Récemment, nous avions à faire dans notre petite communauté d'aventuriers du tweet, de la veille et du web (toujours aussi 2.0), à une affaire de spamming vraiment classique : des « faux » utilisateurs allant laisser des « vrais » messages promotionnels dans divers endroits « virtuels » de discussions. Au-delà du bon sens qui incite de rester « vrai » et constructif dans sa manière de communiquer, il apparaît que de plus en plus de « vrais » professionnels pratiquent l'art du spamming et de la contrefaçon d'avis 2. 0, et ce de façon industrialisée. Alors comment démêler le « vrai » du « faux » ? Car toute la question est là... Car, lorsque l'on voit ce type d'offres sur certains sites : Qui est très explicite... Au vu des prix, on se dit effectivement que le temps ou les milliers d'euros que coûterait une stratégie long terme pourront sûrement attendre un peu. Deux cas possibles donc : les faux avis de consommateurs visant à induire en erreur l'internaute et cacher des vrais avis.

Aether Concept: e-Réputation Les interactions entre les gens n’ont jamais été aussi complexes qu’aujourd’hui et les réseaux sociaux sont des outils sur lesquels l’information se vie en temps réel ! Je propose des formations pour vous permettre de sécuriser votre image et d’animer votre community management. Dans le cadre de mon activité de consultant Talorig, vous pouvez utiliser vos droits à la formation (CIF, DIF, Pôle Emploi) pour bénéficier de ces modules. Contactez-moi pour plus d’informations ! De plus en plus prisées, ces plateformes touchent respectivement 6 et 8 millions de personnes en France. Dans un cadre professionnel, on ne s’exprime pas sur les réseaux sociaux comme à titre personnel. WordPress est un outil qui a fait ses preuves. A la fin de chaque module de formation, un livret récapitulatif de celle-ci est remis aux participants.

Six conseils pour gérer une crise sur les réseaux sociaux Ne pas communiquer avec ses clients mécontents peut véhiculer une image très négative de la société et attirer l’attention de personnes qui n’auraient même pas été concernées par le problème d’origine. Les sociétés doivent agir avec rapidité et perspicacité pour limiter le risque de voir leur réputation entachée et protéger leur marque. La plupart des sociétés surveillent déjà les médias sociaux pour avoir l’œil sur ce qui se dit sur leur compte. Mais comment réagir lorsque les choses prennent une tournure fâcheuse ? Voici six principes à respecter pour désamorcer une crise sur les médias sociaux : 1) Être déjà présent sur les réseaux sociaux Pour dénouer une crise, il est important de ne pas débuter sur les réseaux sociaux, mais d’y être déjà bien présent et d’en avoir compris les mécanismes. 2) Ne pas réagir à chaud 3) Reconnaître le problème et formuler des excuses rapidement 4) Impliquer le service client 5) Avoir un comportement humain 6) Proposer un dédommagement au client

E-Réputation,community manager et outils de veille gratuits (par J’ai remarqué que depuis quelques jours semaines mois , on parlé beaucoup d’e-réputation , e réputation par si, e réputation par là , autant dire que ce mot est presque devenu aussi à la mode que celui de community manager. Allez savoir pourquoi mais les deux sont liés, bizarre non ? Bref, vais pour les plus indisciplinés d’entre vous je vais vous dire ce que c’est l’e réputation (bande de petit veinard!). L’e-réputation en fait c’est la réputation d’une marque sur internet (pour le moment rien de compliqué) .Je vois déjà les pros du web me crier dessus "mais il dit n’importe quoi! La réputation d’une marque ce n’est pas lié à un média mais à un ensemble». Tout ça pour dire que quand on parle d’e-réputation en fait on parle de la gestion ou de la maîtrise de la réputation d’une marque sur internet (et aussi de l’animation de la communauté autour de cette marque). Comment qu’on fait? Fédérez une communauté sur un ou plusieurs espaces dédiés à votre entreprise Maitrisez votre E-réputation

Paris 2.0 = Communication Corporate par Dixit Présentation : Freelance rennais dans le domaine du graphisme, de l’édition, de l’e-réputation et du web, je réponds à vos besoins en terme de supports de communication papiers et digitaux. Ma méthode : Conserver une cohérence sur le fond et sur la forme aux travers vos différents documents (flyer, affiches, imprimés d’entreprises, charte graphique, etc.), pour vous permettre de maîtriser votre image sur internet et auprès de vos clients. Mon but : Vous prouver que savoir bien communiquer c’est savoir semer ! A l’heure des temps difficiles, sachez tirer votre épingle du jeu pour vous mettre en avant ! Qui suis-je ? A bientôt ! Communication de crise : Ça passe ou ça casse Les entreprises le découvrent parfois à leurs dépends. Les "crises" d'aujourd'hui sont bien différentes de celles d'hier, l'opinion et les médias n'ayant plus la même lecture des événements. Catastrophes, irrégularités comptables, accidents d'exploitation, maladresses commerciales : face à une "crise", les courants actuels mettent généralement en avant les dysfonctionnements internes de l'entreprise et relèguent au second plan le caractère imprévu de l'événement. Une sorte de retour de manivelle pour des entreprises qui recherchent la médiatisation, et prônent la transparence et l'éthique. "La communication de crise s'est développée dans les années 80 en réponse à une ouverture des entreprises sur l'extérieur via la diffusion d'informations, estime Patrick Lagadec, spécialiste des situations de crise et directeur de recherche à l'Ecole Polytechnique. Pour contrer ou limiter ces risques, la communication de crise s'appuie sur une notion essentielle : la préparation de l'entreprise.

Related: