background preloader

Chronologie interactive

Chronologie interactive
Related:  mesopotamie

Histoire de la Mésopotamie Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Chronologie de la Mésopotamie L'histoire de la Mésopotamie débute avec le développement des communautés sédentaires dans le Nord de la Mésopotamie au début du néolithique, et s'achève dans l'Antiquité tardive. Elle est reconstituée grâce à l'analyse des fouilles archéologiques des sites de cette région, et à partir du IVe millénaire av. Les premiers villages de Mésopotamie apparaissent dans le Nord au début du néolithique, même si la région est un espace de diffusion du la domestication des plantes et des animaux et non pas un de ses foyers, qui se situent alors surtout dans l'Anatolie du sud-est et au Levant. La période d'Uruk (v. 3900-3000 av. La fin du IIe millénaire av. Durant les siècles de l'Antiquité classique et tardive, la Mésopotamie est dominée par des empires fondés par des dynasties étrangères : les Perses achéménides d'abord (539-330 av. Périodisation[modifier | modifier le code]

L'écriture undefined Des tablettes sumérienne (à gauche) et akkadienne (à droite) La Mésopotamie étant une région pauvre en matériau, ses habitants n'avaient pas un vaste choix d'instruments utilisables pour écrire. C'est l'argile et le roseau, abondants dans le sud, qui devinrent les matériaux privilégiés pour cela. A partir de l'argile, on confectionnait une tablette de taille et de forme voulue, sur laquelle on écrivait, avant de la faire sécher au soleil pour la durcir ou, au mieux, de la cuire pour obtenir une meilleure solidité (l'argile cuit étant très dur à casser). Tablette sumérienne primitive (début IIIè millénaire) L'invention de l'écriture selon les Mésopotamiens L'écriture est mise au point vers le XXXIIIè siècle avant notre ère, à Sumer, et à la ville d'Uruk (la plus vaste de l'époque) plus précisément. Les pictogrammes et les idéogrammes Aussi plaisante que soit cette histoire, elle n'est probablement qu'une légende. Les phonogrammes Les associations de signes Extrait de S.N. Retour

Complet «L'Histoire commence à Sumer» selon la formule célèbre de l'historien américain Samuel Noah Kramer. Située au sud de l'Irak actuel, Sumer est une région de l'antique Mésopotamie, une expression qui veut dire : «le pays d'entre les fleuves», d'après les mots grecs méso, (milieu), et potamos (fleuve). Cette région du Moyen-Orient, très ensoleillée et manquant de pluies, doit son nom au fait qu'elle est traversée par deux grands fleuves, le Tigre et l'Euphrate. Ces fleuves ont attiré très tôt de nombreuses communautés humaines et favorisé le développement de l'agriculture. Le Croissant fertile Cliquez pour agrandir Cette carte montre le Croissant fertile (en vert bien sûr). Ourouk, première cité-État Vers 3.300 av. L'une des plus prestigieuses de ces cités-États est Ourouk (en anglais Uruk, Érek dans la Bible, aujourd'hui Warka). Ourouk est aussi à l'origine de la première écriture de l'histoire humaine. Our, la cité d'Abraham En agriculture, vers 3000 av. Plus tard, au XVIIIe siècle av.

Code d'Hammurabi Contexte de rédaction[modifier | modifier le code] Du point de vue de la littérature juridique, le royaume babylonien dispose de structures judiciaires typiques de la tradition mésopotamienne : le roi est le juge suprême, les membres de l'administration (notamment les gouverneurs) ont souvent des attributions judiciaires de même que les autorités locales (conseils d'Anciens et conseils de quartiers des villes), mais il existe également des juges professionnels (dayyānum). Ces autorités rendent souvent justice de façon collégiale, après une procédure d'instruction reposant sur la recherche de preuves, notamment des témoignages et des documents écrits comme des contrats[3],[4]. Cela explique la quantité de documents juridiques connus pour cette période. Depuis au moins la période d'Ur III et le règne d'Ur-Nammu (2112-2094 av. Sources : la stèle et les copies[modifier | modifier le code] Stèle du Code[modifier | modifier le code] Autres exemplaires[modifier | modifier le code] D. Commentaire

Parthie Ne doit pas être confondu avec Parthe. Empire parthe (Ashkâniân) 247 av. J. Carte de l'Empire parthe en 60 av. L'Empire parthe (247 av. Sources internes et externes[modifier | modifier le code] Bijoux parthes en or découverts dans une tombe à Ninive (près de l'actuel Mossoul, Irak). Des documents écrits locaux et étrangers de même que des œuvres d'art ont été utilisés pour reconstruire l'histoire parthe[6]. Les sources locales les plus utiles pour reconstituer une chronologie précise des rois arsacides sont les pièces métalliques frappées par chaque dirigeant[11]. Histoire[modifier | modifier le code] Origines et fondation[modifier | modifier le code] On ne sait pas exactement qui succède immédiatement à Arsace Ier. Dans un premier temps, Arsace consolide sa position en Parthie et en Hyrcanie en profitant de l'invasion de l'Empire séleucide à l'ouest par Ptolémée III (246-222 av. Antiochos III lance une importante campagne pour reprendre la Parthie et la Bactriane en 210 ou 209 av. En 97 ap.

Séleucides Le royaume, « fusion » de l'Orient et du monde grec, semble au départ fidèle au projet d'Alexandre. Il comprend une multiplicité de groupes ethniques, de langues et de religions. Dans ce contexte, plus encore que pour les autres monarchies hellénistiques, le roi est supposé être le garant de l'unité de l'empire, l'armée apparaissant comme le meilleur soutien du pouvoir. Les Séleucides ont promu par ailleurs l'hellénisation en développant l'urbanisme, comme le montrent la tétrapole de Syrie et les nombreuses fondations ou refondations de cités et de villes-garnisons. Parallèlement, ils s'appuient sur les élites religieuses en honorant les divinités indigènes, comme celles de Babylonie. L'immensité et la diversité du royaume séleucide l'ont fragilisé face aux forces centrifuges, obligeant les souverains à reconquérir périodiquement leurs possessions. Historiographie des Séleucides[modifier | modifier le code] Les sources littéraires[modifier | modifier le code] L'Asie centrale vers 180 av.

Achéménides Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. vers 550 – 330 av. J.-C. L'empire achéménide à son apogée L'Empire achéménide est le premier des Empires perses à régner sur une grande partie du Moyen-Orient. Le nom « Achéménides » (en vieux-perse : Haxāmanišiya) se rapporte au clan fondateur qui se libère vers 550 av. Conditions d'études[modifier | modifier le code] La documentation sur les Achéménides est donc en fin de compte importante et variée. Histoire[modifier | modifier le code] Origines de la dynastie[modifier | modifier le code] Le fondateur de cette dynastie serait Achéménès (en vieux perse : Haxāmaniš, en grec ancien Ἀχαιμένης, ou هخامنش en persan moderne qui signifie « homme sage, d'un esprit amical »). Teispès est le premier roi achéménide à porter le titre de Roi (de la ville) d'Anshan. Darius Ier est le premier à parler d'Achéménès, qu'il présente comme l'ancêtre de Cyrus le Grand (576 - † 529) ; ce qui ferait de lui le fondateur de la lignée des souverains achéménides.

Assyrie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». XXVe siècle av. J.-C. – -612 Le cœur historique de l'Assyrie (en rouge), et l'empire assyrien lors de son extension maximale sous le règne d'Assurbanipal au milieu du VIIe siècle av. La grande quantité de documentation épigraphique et archéologique collectée pour la période assyrienne depuis près de deux siècles permet de bien connaître de nombreux aspects de ce royaume qui est une des composantes essentielles de la civilisation mésopotamienne ancienne, au même titre que celui qui est devenu son rival méridional, le royaume de Babylone. Pour les Assyriens d'aujourd'hui, voir l'article « Assyriens ». Redécouverte de l'Assyrie[modifier | modifier le code] Le souvenir des Assyriens avant les fouilles du XIXe siècle[modifier | modifier le code] Les découvertes des capitales assyriennes au XIXe siècle[modifier | modifier le code] Souverains d'Assyrie

Related: