background preloader

Achéménides

Achéménides
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. vers 550 – 330 av. J.-C. L'empire achéménide à son apogée L'Empire achéménide est le premier des Empires perses à régner sur une grande partie du Moyen-Orient. Le nom « Achéménides » (en vieux-perse : Haxāmanišiya) se rapporte au clan fondateur qui se libère vers 550 av. Conditions d'études[modifier | modifier le code] La documentation sur les Achéménides est donc en fin de compte importante et variée. Histoire[modifier | modifier le code] Origines de la dynastie[modifier | modifier le code] Le fondateur de cette dynastie serait Achéménès (en vieux perse : Haxāmaniš, en grec ancien Ἀχαιμένης, ou هخامنش en persan moderne qui signifie « homme sage, d'un esprit amical »). Teispès est le premier roi achéménide à porter le titre de Roi (de la ville) d'Anshan. Darius Ier est le premier à parler d'Achéménès, qu'il présente comme l'ancêtre de Cyrus le Grand (576 - † 529) ; ce qui ferait de lui le fondateur de la lignée des souverains achéménides. Related:  mesopotamieGreece / la Grèce

Séleucides Le royaume, « fusion » de l'Orient et du monde grec, semble au départ fidèle au projet d'Alexandre. Il comprend une multiplicité de groupes ethniques, de langues et de religions. Dans ce contexte, plus encore que pour les autres monarchies hellénistiques, le roi est supposé être le garant de l'unité de l'empire, l'armée apparaissant comme le meilleur soutien du pouvoir. L'immensité et la diversité du royaume séleucide l'ont fragilisé face aux forces centrifuges, obligeant les souverains à reconquérir périodiquement leurs possessions. Historiographie des Séleucides[modifier | modifier le code] Les sources littéraires[modifier | modifier le code] Les sources épigraphiques[modifier | modifier le code] En Babylonie, les tablettes cunéiformes écrites en akkadien délivrent quelques renseignements sur cette région qui est restée dans le giron du royaume séleucide jusqu'au milieu du IIe siècle av. Les sources numismatiques et archéologiques[modifier | modifier le code] Relief du IIe siècle av.

Perse Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Perse (en grec ancien ἡ Περσίς / hê Persis’) est le nom métonymique[1] hérité des Grecs de l'Antiquité pour désigner le territoire gouverné par les rois achéménides. L'apogée de la Perse antique est représenté par la dynastie achéménide dont les conquérants Darius Ier et Xerxes Ier ont étendu le territoire jusqu'à en faire le plus grand empire connu alors. Convoitée, cette région sera ensuite conquise par Alexandre le Grand au IVe siècle av. J.-C., par les Parthes dans la seconde moitié du IIIe siècle av. Au IIIe siècle, sous la dynastie sassanide, apparaît le mot Ērān ou Ērānšahr, qui signifie « pays des Aryens », traduit aussi par « pays des Iraniens ». Chronologie[modifier | modifier le code] Xe siècle av. L'Empire perse au travers des temps -550 : Cyrus II avec les Mèdes fonde l'Empire perse, qui s'étendra à tout le Moyen-Orient, de la mer Égée à l'Inde, de l'Égypte à l'Afghanistan.

Assyrie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». XXVe siècle av. Le cœur historique de l'Assyrie (en rouge), et l'empire assyrien lors de son extension maximale sous le règne d'Assurbanipal au milieu du VIIe siècle av. La grande quantité de documentation épigraphique et archéologique collectée pour la période assyrienne depuis près de deux siècles permet de bien connaître de nombreux aspects de ce royaume qui est une des composantes essentielles de la civilisation mésopotamienne ancienne, au même titre que celui qui est devenu son rival méridional, le royaume de Babylone. Pour les Assyriens d'aujourd'hui, voir l'article « Assyriens ». Redécouverte de l'Assyrie[modifier | modifier le code] Le souvenir des Assyriens avant les fouilles du XIXe siècle[modifier | modifier le code] Les découvertes des capitales assyriennes au XIXe siècle[modifier | modifier le code] Chute[modifier | modifier le code]

Cléopâtre VII Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cléopâtre VII Théa Philopator (en grec, Κλεοπάτρα Φιλοπάτωρ) (v. -69 / 12 août 30 av. J. Cléopâtre est un personnage dont la légende s'est emparée, de son vivant même, et le tragique de sa mort n'a fait que renforcer la tendance au romanesque qui entoure le personnage et qui parfois gêne l'historien dans une approche objective de cette reine d'Égypte, sans doute la femme la plus célèbre de l'Antiquité. Nous disposons de peu de sources et les principales, Plutarque, Suétone et Appien, n'évoquent Cléopâtre que pour sa place dans l'histoire romaine[2]. Généalogie[modifier | modifier le code] Cléopâtre est née au cours de l'hiver -69/-68[6] probablement à Alexandrie. De toute manière, être une fille illégitime, si c'est le cas, n'est pas un handicap, Ptolémée XII étant lui-même un fils illégitime de Ptolémée IX. La jeunesse[modifier | modifier le code] La femme[modifier | modifier le code] Règne[modifier | modifier le code] La mort de Pompée

Parthie Ne doit pas être confondu avec Parthe. Empire parthe (Ashkâniân) 247 av. J.-C.-224 ap. Carte de l'Empire parthe en 60 av. L'Empire parthe (247 av. Sources internes et externes[modifier | modifier le code] Bijoux parthes en or découverts dans une tombe à Ninive (près de l'actuel Mossoul, Irak). Des documents écrits locaux et étrangers de même que des œuvres d'art ont été utilisés pour reconstruire l'histoire parthe[6]. Les sources locales les plus utiles pour reconstituer une chronologie précise des rois arsacides sont les pièces métalliques frappées par chaque dirigeant[11]. Histoire[modifier | modifier le code] Origines et fondation[modifier | modifier le code] On ne sait pas exactement qui succède immédiatement à Arsace Ier. Dans un premier temps, Arsace consolide sa position en Parthie et en Hyrcanie en profitant de l'invasion de l'Empire séleucide à l'ouest par Ptolémée III (246-222 av. Expansion et consolidation[modifier | modifier le code] Antiochos VII (138-129 av. En 97 ap. (en) V.G.

Babylon Babylon (Arabic: بابل‎, Bābil; Akkadian: Bābili(m);[1] Sumerian logogram: KÁ.DINGIR.RAKI;[1] Hebrew: בָּבֶל, Bāḇel;[1] Ancient Greek: Βαβυλών Babylṓn; Old Persian: 𐎲𐎠𐎲𐎡𐎽𐎢 Bābiru) was originally a Semitic Akkadian city dating from the period of the Akkadian Empire circa. 2300 BC. Originally a minor administrative center, it only became an independent city-state in 1894 BC in the hands of a migrant Amorite dynasty not native to ancient Mesopotamia. The Babylonians were more often ruled by other foreign migrant dynasties throughout their history, such as by the Kassites, Arameans, Elamites and Chaldeans, as well as by their fellow Mesopotamians, the Assyrians. The remains of the city are found in present-day Hillah, Babil Governorate, Iraq, about 85 kilometres (53 mi) south of Baghdad. Available historical resources suggest that Babylon was at first a small town which had sprung up by the beginning of the 2nd millennium BC (circa 2000 BC). Name History Classical dating Assyrian period

Période paléo-babylonienne Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Localisation des principales villes de la Mésopotamie paléo-babylonienne. La période paléo-babylonienne est une période de l'histoire de la Mésopotamie, et par extension du Proche-Orient ancien, qui va de 2004 à 1595 av. J.-C. selon la chronologie moyenne. Elle débute et s'achève par la chute de deux grands empires, respectivement la Troisième dynastie d'Ur et la Première dynastie de Babylone. La dénomination « paléo-babylonienne » est la plus courante. Du point de vue archéologique, cette période correspond à l'âge du bronze moyen. Le Proche-Orient paléo-babylonien[modifier | modifier le code] Basse Mésopotamie[modifier | modifier le code] Les principales villes de la Basse Mésopotamie à la période paléo-babylonienne La basse Mésopotamie est couramment appelée « Pays de Sumer et d'Akkad ». Économie et commerce[modifier | modifier le code] Haute Mésopotamie[modifier | modifier le code] (en) D. (de) D.

Ancient Greece - history, mythology, art, culture and architectu Période néo-sumérienne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les principales villes mésopotamiennes de la période néo-sumérienne Liens internes[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] (en) D. O. Ptolémée VIII Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ptolémée VIII Évergète II Tryphon Le Bienfaiteur, Magnifique (parfois surnommé Physcon Φύσκων, Le Ventru en raison de son obésité) est un souverain d'Égypte de la dynastie des Lagides. Il fut co-roi de 170 à 163 avec son frère Ptolémée VI Philométor, puis devint roi de Cyrénaïque de 163 à 145, puis redevint roi d'Égypte de 145 à 116. Il fut le fils de Ptolémée V Épiphane et la reine Cléopâtre Ire Syra. Sa date de naissance est inconnue, peut-être en 186 (ou 184 ou 183). Il fut porté sur le trône par les Alexandrins, en 170 lorsque son frère Ptolémée VI fut fait prisonnier par le roi Séleucide, Antiochos IV Épiphane (175-164). Selon des nomenclatures anciennes, c'est lui qui portait le numéro VII et son neveu le VIII. Biographie[modifier | modifier le code] Généalogie[modifier | modifier le code] Stèle monumentale attribuée à Ptolémée VIII, glorifiant son règne et décrivant son soutien des dieux égyptiens. Règne[modifier | modifier le code]

Complet «L'Histoire commence à Sumer» selon la formule célèbre de l'historien américain Samuel Noah Kramer. Située au sud de l'Irak actuel, Sumer est une région de l'antique Mésopotamie, une expression qui veut dire : «le pays d'entre les fleuves», d'après les mots grecs méso, (milieu), et potamos (fleuve). Cette région du Moyen-Orient, très ensoleillée et manquant de pluies, doit son nom au fait qu'elle est traversée par deux grands fleuves, le Tigre et l'Euphrate. Ces fleuves ont attiré très tôt de nombreuses communautés humaines et favorisé le développement de l'agriculture. Le Croissant fertile Cliquez pour agrandir Cette carte montre le Croissant fertile (en vert bien sûr). Ourouk, première cité-État Vers 3.300 av. L'une des plus prestigieuses de ces cités-États est Ourouk (en anglais Uruk, Érek dans la Bible, aujourd'hui Warka). Ourouk est aussi à l'origine de la première écriture de l'histoire humaine. Our, la cité d'Abraham En agriculture, vers 3000 av. Plus tard, au XVIIIe siècle av.

Related: