background preloader

Achéménides (-550 à -330 av. J.-C.)

Achéménides (-550 à -330 av. J.-C.)
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. vers 550 – 330 av. J.-C. L'empire achéménide à son apogée L'Empire achéménide est le premier des Empires perses à régner sur une grande partie du Moyen-Orient. Le nom « Achéménides » (en vieux-perse : Haxāmanišiya) se rapporte au clan fondateur qui se libère vers 550 av. Conditions d'études[modifier | modifier le code] La documentation sur les Achéménides est donc en fin de compte importante et variée. Histoire[modifier | modifier le code] Origines de la dynastie[modifier | modifier le code] Le fondateur de cette dynastie serait Achéménès (en vieux perse : Haxāmaniš, en grec ancien Ἀχαιμένης, ou هخامنش en persan moderne qui signifie « homme sage, d'un esprit amical »). Teispès est le premier roi achéménide à porter le titre de Roi (de la ville) d'Anshan. Darius Ier est le premier à parler d'Achéménès, qu'il présente comme l'ancêtre de Cyrus le Grand (576 - † 529) ; ce qui ferait de lui le fondateur de la lignée des souverains achéménides. Related:  Sumer - Mésopotamie - A Classer

Séleucides (-305 à -64 av. J.‑C.) Le royaume séleucide, « fusion » de l'Orient et du monde grec, semble au départ fidèle au projet d'Alexandre. Il comprend une multiplicité de groupes ethniques, de langues et de religions. Dans ce contexte, plus encore que pour les autres monarchies hellénistiques, le roi est supposé être le garant de l'unité de l'empire, l'armée apparaissant comme le meilleur soutien du pouvoir. L'immensité et la diversité du royaume séleucide l'ont fragilisé face aux forces centrifuges, obligeant les souverains à reconquérir périodiquement leurs possessions. Les Séleucides, ainsi que d'autres entités de l'époque hellénistique, ont utilisé une nouvelle ère calendaire, l’ère séleucide, aussi appelée ère des Grecs, qui démarre en Babylonie à la date de la reconquête du pouvoir par Séleucos en 311 av. Historiographie des Séleucides[modifier | modifier le code] Les sources littéraires[modifier | modifier le code] Les sources épigraphiques[modifier | modifier le code] À partir du milieu du IIe siècle av.

Cénacle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : cénacle, sur le WiktionnaireCénacle, sur Wikisource Voir aussi[modifier | modifier le code] Cénacle de l'Arsenal, nom donné parfois à la bibliothèque de l'Arsenal à ParisNotre-Dame du Cénacle, congrégation religieuse internationale Note[modifier | modifier le code]

Perse Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Perse (en grec ancien ἡ Περσίς / hê Persis’) est le nom métonymique[1] hérité des Grecs de l'Antiquité pour désigner le territoire gouverné par les rois achéménides. L'apogée de la Perse antique est représenté par la dynastie achéménide dont les conquérants Darius Ier et Xerxes Ier ont étendu le territoire jusqu'à en faire le plus grand empire connu alors. Convoitée, cette région sera ensuite conquise par Alexandre le Grand au IVe siècle av. J.-C., par les Parthes dans la seconde moitié du IIIe siècle av. Au IIIe siècle, sous la dynastie sassanide, apparaît le mot Ērān ou Ērānšahr, qui signifie « pays des Aryens », traduit aussi par « pays des Iraniens ». Chronologie[modifier | modifier le code] Xe siècle av. L'Empire perse au travers des temps -550 : Cyrus II avec les Mèdes fonde l'Empire perse, qui s'étendra à tout le Moyen-Orient, de la mer Égée à l'Inde, de l'Égypte à l'Afghanistan.

Jarmo Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Qalaat Jarmo (en arabe : qalaʿa jarmū, قلعة جرمو) est un site archéologique du Néolithique situé dans le Kurdistan irakien, près de la ville de Chamchamal entre Kirkouk et As-Sulaymaniya. Il a été fouillé par Robert Braidwood dans les années 1950, au cours du vaste projet de prospections archéologiques Iraq-Jarmo. Jarmo est l'un des plus anciens sites pour lesquels on ait retrouvé de la céramique, pour ses niveaux récents, datant du début du VIIe millénaire. Notes et références[modifier | modifier le code] Annexes[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] Denis Vialou (dir.), Roger Joussaume et Jean-Pierre Pautreau, La préhistoire : histoire et dictionnaire, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1637 p.

Omeyyades Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Califat omeyyadeالخلافة الأموية Al-Ḫilāfah al-ʾumawiyyah (ar) Devise : لا إله إلا الله، محمد رسول الله Il n'y a de dieu que Dieu, Mahomet est le messager de Dieu Califat omeyyade en 750. Les Omeyyades, ou Umayyades, (en arabe : الأمويون (Al-ʾUmawiyyūn), ou بنو أمية (Banū ʾUmayyah)) sont une dynastie de califes qui gouvernent le monde musulman de 661 à 750. La dynastie des Omeyyades a combattu Ali et les partisans d'Ali, chose étrange et incompréhensible pour beaucoup de musulmans sincères et de chiites. Succédant au calife ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib, ils prennent Damas comme capitale et fondent le Califat omeyyade, qui devient le plus grand État musulman de l'Histoire en s'étendant de l'Indus jusqu'à la péninsule Ibérique. Histoire[modifier | modifier le code] Origines et fondation[modifier | modifier le code] L'ancêtre commun de Mahomet et des Omeyyades est ʿAbd Manāf ibn Quṣayy. Soufyanides[modifier | modifier le code]

Darius Ier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Darius Ier (né vers -550, mort en -486 ; en vieux-persan Dārayawuš, en grec ancien Δαρεῖος / Dareios), dit Darius le Grand, est un grand roi de l'Empire perse ; il appartient à la dynastie des Achéménides. Darius est le fils d'Hystaspès, et le petit-fils d'Arsamès. Darius porte les titres auliques de « porte-carquois » de Cyrus II, puis de « porte-lance » de Cambyse II lors de la conquête de l'Égypte. Règne[modifier | modifier le code] L'accession au pouvoir[modifier | modifier le code] Darius, vase grec Le règne de Bardiya a provoqué le mécontentement de l'aristocratie perse, au point que le général Otanès décide de le renverser quelques mois seulement après son avènement en -522. Le coup d'État est présenté par Hérodote comme l'œuvre d'un petit groupe, se glissant discrètement dans le palais et assassinant Bardiya dans son lit, mais Darius dans l'inscription de Behistoun se présente comme « chef d'une armée de Mèdes et de Perses ».

Empire néo-babylonien (-626 à -539 av. J.-C.) L'Empire néo-babylonien (anciennement et parfois encore Empire chaldéen[1]) correspond à une période de l'histoire du royaume de Babylone comprise entre 626 et 539 av. J.-C. Cette époque marque le sommet de la puissance babylonienne, constituant un véritable empire reprenant l'héritage de l'empire assyrien qu'il a abattu et dominant tout le Moyen-Orient. En réalité, cette puissance apparaît comme étant avant tout le fait de Nabopolassar et de son fils Nabuchodonosor II, le royaume s'écroulant une vingtaine d'années après la mort de ce dernier, sous les coups du roi perse Cyrus II, le fondateur de l'Empire achéménide. En dépit de sa brièveté (87 ans), cette période marque le retour de la prospérité économique en Babylonie, portée notamment par le développement de l'économie agricole, et un dynamisme culturel important, sous les auspices des souverains. Sources[modifier | modifier le code] Histoire politique[modifier | modifier le code] Des successeurs contestés[modifier | modifier le code]

Abbassides Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Abbassides العبّاسيّون (ar) Le califat abbasside dans sa plus grande extension, à la fin du VIIIe siècle Les Abbassides[1] sont une dynastie de califes sunnites arabes qui gouvernèrent le monde musulman de 750 à 1258. Les Abbassides tirent leur nom de Al-Abbâs, oncle de Mahomet, dont ils sont les descendants, alors que les Omeyyades avaient un lien familial plus lointain avec le prophète de l'islam. Causes de la révolte[modifier | modifier le code] Au VIIIe siècle, alors qu’en Occident les Carolingiens évinçaient la première dynastie de roi francs les Mérovingiens, en Orient les califes Omeyyades qui régnaient sur un territoire allant de l’Espagne à la Transoxiane étaient menacés dans le fondement même de leur État par une série d’événements. Les premiers signes de révolte éclatent en 747, Abu Muslim y déploie pour la première fois l’étendard noir, emblème de la maison abbasside. Fondement[modifier | modifier le code]

Empire d'Akkad (-2340 à -2200 av J.C.) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Akkad. L'empire d'Akkad (ou empire akkadien) ou empire d'Agadê, est un État fondé par Sargon d'Akkad qui domina la Mésopotamie de la fin du XXIVe siècle av. Bien qu'il soit difficile de démêler la réalité de la légende dans ces récits, d'autant plus que la documentation écrite datant de cette époque est essentiellement de nature administrative (tablettes de gestion et de comptabilité), la période de l'empire akkadien semble avoir marqué un profond changement dans le domaine politique, perceptible tant dans l'organisation du pouvoir et son idéologie que dans l'art officiel. Sources[modifier | modifier le code] L'activité des rois d'Akkad est également connue par diverses inscriptions qu'ils ont fait rédiger[3]. Histoire[modifier | modifier le code] La création du royaume[modifier | modifier le code] Les grandes conquêtes[modifier | modifier le code] La chute d'Akkad[modifier | modifier le code] ↑ (en) B.

Liban Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. République libanaise الجمهوريّة اللبنانيّة (ar) Al Jumhuriya Al Lubnaniya (ar) Le Liban, en forme longue la République libanaise[1], en arabe : لبنان (Lubnan) et en forme longue الجمهوريّة اللبنانيّة (Al Jumhuriya Al Lubnaniya), est un État du Proche-Orient, en grande partie montagneux[3]. La langue officielle est l'arabe et la monnaie nationale, la livre libanaise. Du fait de sa composition pluriconfessionnelle, le Liban est doté d'un système politique fondé sur une répartition du pouvoir proportionnelle au poids de chaque communauté religieuse, c'est le confessionalisme[4]. En 1926, le pays adopte sa première constitution, devient officiellement une République, prend le nom de République libanaise et crée les postes de Président de la République et de Président du Conseil des ministres. Étymologie[modifier | modifier le code] Drapeau[modifier | modifier le code] Pièce de 5 piastres de 1955 avec un cèdre du Liban.

Période de Djemdet Nasr (-3150 à -2900 av. J.-C.) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Céramique peinte monochrome (noire ou rouge mauve), cylindres sceaux, système de numération, écriture, progrès artistiques (sculpture en ronde bosse et en relief). Le nombre des temples retrouvés augmente rapidement. Les palais mésopotamiens à structure complexe, qui apparaissent à l’époque de Djemdet Nasr, sont formés par une juxtaposition de corps de bâtiments autonomes qui s’articulent par de longues circulations internes. La plupart d’entre eux possédaient un étage au-dessus du niveau retrouvé. Le principe de la juxtaposition de plusieurs édifices de plan tripartite selon un schéma structurant est complètement abandonné au profit d’un monument à structure complexe composé de plusieurs unités qui se complètent et s’organisent selon un plan unitaire (bâtiment en pisé d’Uruk III et « temple-palais » de Djemdet Nasr). Portail du Proche-Orient ancien

Related: