background preloader

Jardins suspendus de Babylone

Jardins suspendus de Babylone
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les jardins suspendus de Babylone sont un édifice antique, considéré comme une des sept merveilles du monde antique. Ils apparaissent dans les écrits de plusieurs auteurs grecs et romains antiques (Diodore de Sicile, Strabon, Philon d'Alexandrie, etc.), qui s'inspirent tous de sources plus anciennes disparues, dont le prêtre babylonien Bérose. C'est à ce dernier que l'on doit l'histoire de la construction de ces jardins par Nabuchodonosor II afin de rappeler à son épouse, Amytis de Médie, les montagnes boisées de son pays natal. Lors de la redécouverte et des fouilles de Babylone (dans le sud de l'Irak actuel) au début du XXe siècle, l'emplacement des jardins suspendus a été cherché. Mais alors que les autres constructions mythiques de la ville (Tour de Babel/ziggurat, murailles, palais royaux) ont été retrouvées par l'archéologie et la traduction des inscriptions anciennes, cela n'a pas été le cas des jardins.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jardins_suspendus_de_Babylone

Related:  Babylone - Cité EtatJardinsBabylone

Babylone (symbole) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Babylone était une ville antique de Mésopotamie (actuel Irak). Une forte valeur symbolique a été attachée à cette grande capitale au fil des temps. La Bible, qui en fait le symbole de la corruption et de la décadence, en transmet le souvenir et le prestige qui survécurent à sa chute. Caractérisée par l'orgueil dans l'ancienne alliance, l'Apocalypse en fait la représentation de la fausse religion alliée au pouvoir temporel. Dans la Bible, la première Babylone, capitale de l'empire, montre la puissance du monde sur les hommes. Les jardins romains Les Lares Chez les Romains, le foyer et le jardin primitif sont protégés par des figures de satyres pour protéger des maléfices et Pline emploie l'expression satyrica signa pour désigner les Priapes capables de porter la récolte chez le voisin. Mais Pierre Grimal pense que cette expression s'applique à toute une catégorie de dieux protecteurs dont Priape est le plus connu. Les Lares d'origine étrusque, devinrent chez les Romains les protecteurs du domaine.

Babylone Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Babylone occupe une place à part en raison du mythe qu'elle est progressivement devenue après son déclin et son abandon qui a lieu dans les premiers siècles de notre ère. Ce mythe est porté par plusieurs récits bibliques et également par ceux des auteurs gréco-romains qui l'ont décrite et ont ainsi assuré une longue postérité à cette ville, mais souvent sous un jour négatif. Ninive et Babylone d'après les récentes découvertes de l'archéologie - Wikisource - Aurora Ce que la lecture des hiéroglyphes a fait pour la connaissance de l’ancienne Égypte, le déchiffrement des écritures cunéiformes promet de le faire pour celle de l’Assyrie. Des empires ensevelis depuis des milliers d’années sortent de dessous terre. Les nations qui les avaient fondés ont été détruites, mais les restes de leurs riches cités n’ont pas été jetés aux quatre vents ; nous retrouvons aujourd’hui une partie de leurs dépouilles. Les plus fragiles vestiges se conservent dans le sol pendant des myriades de siècles ; il suffit de quelques mètres, de quelques décimètres de sable pour sauver de l’anéantissement les œuvres les plus délicates. Sous cette mince pellicule, à l’abri des influences atmosphériques, les produits de l’industrie antique défient le temps, qui est, pour ainsi dire, sans action sur l’intérieur du globe.

www.egyptologica.be/section_egyptologie_egyptologica/article_egyptologie.php?ID=61 Les jardins en Égypte ancienne, des oasis de fraîcheur au pays de Kemet la noire Isabelle Bourleau Remarque : Ces petits textes ne constituent pas une étude réelle mais servent d'introduction aux trois conférences de Mme Isabelle Bourleau « Les jardins en Egypte ancienne, des oasis de fraîcheur au pays de Kemet la noire » Le jardin de Nebamon, fragment de paroi peinte (prob. TT 146), XVIIIe ou XIXe dynastie, British Museum, BM 37983. Babylonien (langue) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le babylonien est la dénomination par laquelle on désigne un dialecte de l'akkadien, parlé en Babylonie à partir du début du IIe millénaire av. J.-C., et qui est pendant longtemps la langue littéraire et diplomatique par excellence du Proche-Orient. Le babylonien parmi les langues sémitiques de l'antiquité[Quand ?].

Numération Babylonienne, La La Numération Babylonienne Détails Mis à jour le jeudi 12 septembre 2013 19:03 Affichages : 37923 Jardin en Égypte antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Afrique n'est pas seulement réputée pour être le berceau de l'humanité, c'est aussi un des lieux où le jardinage a vu le jour, en Égypte il y a plus de 5 000 ans. Le jardinage dans la civilisation égyptienne[modifier | modifier le code] Les pharaons sont probablement les premiers à ordonner la réalisation de jardins. Ils ramènent aussi des plantes exotiques de leurs campagnes, qu'ils cultivent ensuite dans les jardins de leurs temples et palais. La reine Hatchepsout de la XVIIIe dynastie fit venir 31 plants d'arbres à encens pour orner son jardin en terrasses.

Astronomie babylonienne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’astronomie babylonienne désigne les théories et les méthodes astronomiques développées dans l’ancienne Mésopotamie, le « pays entre les deux rivières » Tigre et Euphrate (dans l’Irak actuel), et où s'épanouirent les royaumes de Sumer, d’Akkad, de Babylonie et de Chaldée. L’astronomie babylonienne est à la source des traditions ultérieures de l'astronomie grecque et hellénistique, de l’astronomie indienne classique, de celles des Sassanides, des Byzantins et des Syriens, de l’astronomie médiévale des Musulmans et des Européens[1]. Les sources classiques grecques et latines désignent fréquemment les astronomes de Mésopotamie du nom de Chaldéens : il s’agissait en réalité de prêtres-scribes spécialisés dans l’astrologie et d’autres formes de divination.

Calendrier babylonien Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le calendrier babylonien était un calendrier luni-solaire avec des années constituées de 12 mois lunaires, chacun commençant lorsqu'une nouvelle lune croissante était pour la première fois visible bas sur l'horizon Ouest au coucher du Soleil. Selon nécessité, l'émission d'un décret les augmentait par l'insertion d'un mois intercalaire. Ce calendrier se basait sur un prédécesseur sumérien (Ur III) conservé du calendrier Umma de Shulgi (vers.  Direction des services départementaux de l'éducation nationale de l'Eure-et-Loir : Les jardins : présentation > Direction des services départementaux de l'éducation nationale de l'Eure-et-Loir La direction des services départementaux Professeurs des Écoles Stagiaires Contractuels Mouvement départemental 2014

Babylone (royaume) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. 1894 – 539 av. J.

Related: