background preloader

Costume de la Rome antique

Costume de la Rome antique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Drapé de la toge : bras droit libre, bras gauche couvert Matières premières[modifier | modifier le code] Les Romains ont utilisé plusieurs types de fibres différents. La laine était probablement la plus utilisée, car elle était facilement disponible et relativement facile à préparer. Le lin et le chanvre étaient également utilisés pour créer les tissus, même si leur préparation est plus compliquée que celle de la laine. Ces fibres, de natures différentes, devaient être préparées de différentes manières. La fibre la plus utilisée, la laine, a sûrement été le premier type de fibre tournée[3]. La soie et le coton étaient importés de Chine et d'Inde, respectivement. Les découvertes archéologiques montrent des vases grecs dépeignant l'art du tissage. Les tissus employés étaient les mêmes qu'en Grèce, mais les techniques de tissages s'étaient améliorées et les étoffes de lin et de laines étaient d'une plus grande finesse. On dénombre : Related:  A LA MODE

Mode dans la Rome antique « Mode dans la Rome antique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior La tenue des Romains servait avant tout à reconnaître leur importance dans la société, seuls les gens riches avaient les moyens de se vêtir convenablement. Les femmes, les hommes et les enfants portaient tous une tenue différente. Presque tous les vêtements romains étaient en lin ou en laine, mais ceux faits en laine n'étaient pas agréables à porter. Après sa toilette matinale, la Matrone Romaine se fait aider par ses esclaves (ornatrix) pour se préparer, alors que les hommes se préparent seuls. Comme il peut faire très chaud à Rome, on porte des vêtements légers mais cela n'exclut pas la coquetterie. Les femmes[modifier] Vêtements[modifier] La jeune femme est vêtue d'une tunique de base de laine ou de lin tombant sur les chevilles, qu'elle porte aussi pour rester chez elle. Coiffures[modifier] Les coiffures sont très importantes pour les femmes, elles se font coiffer par leurs esclaves personnels.

Jeux (Rome antique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Jeux. Les Jeux de la Rome antique, ou les Ludi, comprennent les courses de chevaux, l'athlétisme (athletae), la boxe et même du théâtre. Pour Jean-Paul Thuillier « d’une certaine façon, Rome est [...] la fille des jeux du cirque, de ces courses de chars sans lesquelles elle n'aurait pas pu exister »[1]. Sous la république romaine, Rome n'avait pas de Ludi à proprement parler, mais certains jours de célébration remplissaient la même fonction. Les courses hippiques étaient les activités les plus prisées de ces jeux, mais dès cette période, les concours d'athlétisme sont attestés. Les Ludi magni ou Romani sont les jeux les plus prestigieux du calendrier sportif romain. Les Ludi pleibei, pendant des jeux Romains, n'avaient pas lieu au Circus Flaminius comme on l’a longtemps cru. La deuxième Guerre punique marque un virage pour les Romains qui multiplient désormais les Ludi. (en) Humphrey J.H., Roman Circuses.

Mode dans la Rome antique La tenue des Romains servait avant tout à reconnaître leur importance dans la société : seuls les gens riches avaient les moyens de se vêtir convenablement. Les femmes, les hommes et les enfants portaient tous une tenue différente. Presque tous les vêtements romains étaient en lin ou en laine, mais ceux faits en laine n'étaient pas agréables à porter. Les femmes[modifier | modifier le wikicode] Après sa toilette matinale, la matrone romaine se fait aider par ses esclaves (ornatrix) pour se préparer, alors que les hommes se préparent seuls. Vêtements[modifier | modifier le wikicode] Coiffures[modifier | modifier le wikicode] Les coiffures sont très importantes pour les femmes, elles se font coiffer par leurs esclaves personnels. La coiffure en nid d'abeilles apparaît sous l'empire et durera longtemps. Le jour des noces, les femmes portent des nattes (tresses de cheveux entrecroisés). Bijoux[modifier | modifier le wikicode] Chaussure[modifier | modifier le wikicode]

Stola Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. À gauche, femme portant stola et palla (Pompéi, Villa des Mystères) La stola était le vêtement traditionnel des femmes mariées de la Rome antique. Durant les premiers siècles de la République, la stola comme les autres vêtements était le produit d’un artisanat domestique, et était en laine écrue. ↑ Ovide, L’Art d’aimer, livre III.↑ Tacite, Dialogues des orateurs, 26. Le vêtement féminin Le vêtement de dessous est la tunique, composée de deux pièces de laine cousues, ménageant des passages pour la tête et pour les bras. Elle est resserrée à la taille par une ceinture qui la fait blouser. Cette tunique est assez longue et peut descendre jusqu'aux talons (tunica talaris). En guise de soutien-gorge la femme porte sur la tunique (et non directement sur la peau) une écharpe roulée en un cordon long et partout de même épaisseur, serrée sous la poitrine, appelée strophium. (Catulle, Poésies) Sur la tunique la femme porte une stola parfois bordée de pourpre et brodée dans le bas. Quand elle sort, la femme drape sur la stola une palla, sorte de très grand châle couvrant les épaules et descendant jusqu'à la taille. La coiffure Sous la République les femmes sont coiffées avec une raie au milieu de la tête et nouent leurs cheveux en chignon ; elles peuvent aussi encadrer leur visage de nattes torsadées (à la manière étrusque). Les chaussures Fards et onguents Les bijoux

Mode romaine (collège Jaurès de Cransac) L'habit fait le romain Que portaient les enfants romains dans l'antiquité ? Les Romains appliquent un linge imbibé d'huile sur le nombril de l'enfant, puis il est emmailloté. Les médecins antiques pensent que cette opération est indispensable. leurs corps soient déformés. trois mois après que l'on démaillotera définitivement le bébé. Bébé emmailloté en rectangle Bébé emmailloté en spirale Le jeune enfant commence à porter la toge prétexte (toga praetexta) jusqu'à sa majorité. Enfants portant un cucullus Les Romains de dix sept ans ont le droit de porter la toge virile (toga virilis) quand leur père ou leur tuteur le décident. Quels vêtements portent les Romains ? Romains portant la toge Les hommes ne portent la toge (toga) que dans des cas particuliers comme la cérémonie. Au début la tunique n'a pas de manches, plus tard on ajouta pour les hommes de petites manches qui ne descendent pas jusqu'au coude. Sénateurs est blanche à bord rayé de pourpre (la toge prétexte). Comment draper la toge

Musique de la Rome antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La musique de la Rome antique est beaucoup moins bien connue que la musique grecque ancienne, sur laquelle beaucoup de sources subsistent. On a par exemple pu déchiffrer une quarantaine de partitions dans la notation musicale grecque, et les théories musicales de Pythagore et d'Aristoxène sont bien documentées (tant par les sources grecques que par les écrits d'auteurs latins comme Vitruve et Boèce). Il y a plusieurs raisons à cela. Il y eut aussi des influences non-grecques sur la culture romaine (par exemple celle des Étrusques, et plus tard, avec les conquêtes, celles des Chaldéens en Orient et des Numides au sud[3]). Notation musicale[modifier | modifier le code] Les Romains, s'ils ont jamais mis par écrit leur musique, ont dû emprunter la notation musicale des Grecs[2]. Instruments de musique[modifier | modifier le code] Instruments à vent[modifier | modifier le code] Un cornicen : reconstitution en Autriche. ↑ a et b Donald J.

Vêtements masculins romains : toge, tunique, etc. J'adore les péplums. D'accord : de ma part, on pouvait s'y attendre. Mais il n'empêche : les grands classiques comme les péplums de seconde zone, les chefs d’œuvre comme les navets, je me régale dès qu'un type en toge apparaît à l'écran. Bien sûr, je vitupère contre les anachronismes et les inexactitudes historiques (ce qui fait sans doute de moi la dernière personne avec qui je vous conseillerais de visionner un de ces films), mais avec bonne humeur, car finalement, ça fait aussi partie du plaisir. J'ai mentionné les types en toge parce que, en tant que spectatrice, je considère que dès que l'un d'eux apparaît à l'écran : boum ! C'est un péplum. "Je n'assigne de borne ni à leur puissance ni à leur durée : je leur ai donné un empire sans fin. Le terme est d'ailleurs souvent utilisé de manière métaphorique, pour symboliser la vie civile. Les deux pièces les plus importantes sont sans aucun doute la tunique et la toge. La tunique. La toge. Par-dessus la tunique, on porte la toge.

Fibule Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La fibule (du latin fibula signifiant attache) est une agrafe, généralement en métal, qui sert à fixer les extrémités d'un vêtement. Elle est généralement considérée comme l'ancêtre de l'épingle de sûreté. Les premières fibules apparaissent au Bronze final. La fibule de Nordendorf (VIIe siècle apr. Fibule trouvée à Braganza (250-200 ap. Fibule romaine dite « en Oméga », construite sur le principe de la boucle de ceinture Présentation[modifier | modifier le code] Les fouilles archéologiques ont permis de retrouver de nombreuses fibules en métal (bronze, argent, or, fer) ou ivoire, dont certaines incrustées de pierres précieuses ou richement ornementées. Aujourd'hui, les fibules aident les archéologues à dater les couches stratigraphiques qu'ils fouillent. Techniques de fabrication[modifier | modifier le code] Composition d'une fibule[modifier | modifier le code] Elles pouvaient avoir un corps rond, ovale, carré, plat ou torsadé. Fibule type Haslau

Article - Hygiène, coiffure, maquillage - Aux bains Les Romains allaient régulièrement aux bains publics, que l’on appelait également thermes. Les villes, et même les bases militaires de l’Empire, possédaient des bains. Les Romains s’y lavaient et y retrouvaient des amis. Certains faisaient de l’exercice, jouaient au ballon ou faisaient des affaires. Hommes et femmes venaient séparément, à des heures différentes; les bains étaient ouverts aux femmes le matin et aux hommes l’après-midi, l’entrée était gratuite. Les esclaves apportaient des serviettes et des sandales à semelles de bois, indispensables car le sol était souvent chauffé par un système souterrain. Ils alimentaient aussi en permanence un feu dans les sous-sols pour chauffer l’air qui circulait dans les conduites et les briques creuses des murs. Les Romains utilisaient de l’huile d’olive en guise de savon. Les thermes comprenaient des salles de gymnastique, des jardins, des salles de réunion, des vestiaires, des saunas, divers bassins et des bibliothèques.

Vie quotidienne à Rome sous la république « Vie quotidienne à Rome sous la république » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior Les principaux domaines de la vie quotidienne dans la Rome Antique sous la République de -500 à 27 après Jésus Christ sont l'esclavage avec un des esclaves les plus célèbres, Spartacus; l'éducation en parlant du matériel utilisé à l'école comme la tablette de cire; la médecine avec les sorciers guérisseurs; les métiers dont les romains étaient le plus souvent commerçants, artisans et ouvriers; la sculpture avec les belles architectures romaines; les costumes dont les gens mettaient souvent des tuniques. L'éducation[modifier] La naissance[modifier] Les enfants naissent dans les maisons où la mère est aidée par une sage-femme. L'éducation des garçons[modifier] Vers l'âge de 7-12 ans ils apprennent à lire l'alphabet, à épeler les syllabes puis des mots isolés, et enfin des petites phrases. L'éducation des filles[modifier] Le mariage[modifier] L'esclavage[modifier] Les métiers[modifier]

Spartacus, esclave révolté | Odysseum Il est difficile de retracer la vie de ce personnage historique. On trouve de manière partielle des faits qui concernent Spartacus chez les historiens Salluste, Tite-Live, Florus, Plutarque, et Appien. Mais certains passages ont été perdus. Il convient de reconstituer un portrait en partant d’une mosaïque incomplète. Les textes rapportent que l’homme est né en Thrace (aujourd’hui dans la péninsule des Balkans) et qu’il a mené une révolte d’esclaves extraordinaire entre 73 et 71 avant J. Les origines de Spartacus Il serait né aux alentours de 100 avant J. Ce court portrait résume bien qui il était. La troisième guerre servile, des faits dignes d’une épopée En 73 avant J. Il est probable que Spartacus ait souhaité que tous les esclaves puissent rentrer libres chez eux. Spartacus brisant ses liens (1847) Foyatier Denis (1793-1863), Lille, Palais des Beaux-Arts, © RMN-Grand Palais La construction de la légende

Related: