background preloader

Les astuces pour rédiger (presque) sans fautes

Les astuces pour rédiger (presque) sans fautes
Avec la multiplication des courriers électroniques, avoir une bonne orthographe devient capital. Voici quelques règles à suivre, simples et faciles à retenir. Longtemps, l’orthographe n’a pas été ma priorité, car mon assis­tante rédigeait mes courriers", confesse Eric Bouchet, consultant en infor­mati­que. Lorsque sa direction a ­dé­cidé de le priver de cette fidèle auxiliaire, ses ennuis ont commencé : "Au début, seuls quel­­ques clients me signalaient des fautes dans mes e-mails. Mais, bientôt, c’est mon pa­tron qui a tapé du poing sur la table." Des fautes nombreuses dans un courrier ont toujours un impact dévas­tateur sur la crédibilité de son au­teur. Ne vous laissez plus piéger par l’accord du participe passé Faut-il écrire "Elles se sont parlé" ou "Elles se sont parlées" ? Première étape, dès qu’un "se" ou un double "nous" se trouve devant un verbe, posez-vous la ques­tion : "A qui ? Aidez-vous d’images mentales et d’astuces mnémotechniques Related:  L'ORTHOGRAPHE

Les bonnes intentions de la candidature spontanée Une candidature spontanée est une déclaration d'intention... mais oui, mais oui ! Quelle intention me direz-vous ? Et bien plusieurs... Mais disons que la principale tourne autour d'une idée : vous souhaitez farouchement rejoindre les équipes en place et faire partie de l'aventure. Avez-vous remarqué que je n'évoque pas le poste que vous aimeriez occuper ? Par conséquent, puisque vous vous adressez à un décideur et que vous n'êtes pas attendu du tout, optez pour cette orientation indiquant que votre première volonté est de rejoindre une belle entreprise et non d'occuper un beau poste au sein de l'entreprise. Deuxième intention : vous collaborerez avec l'entreprise en lui apportant votre expertise, celle de votre métier. Troisième intention, ayons l'humilité de penser que personne ne nous attend. Souvenez-vous de ce que dit Jean-Marie Blanc sur ce blog : "Parlez moi de moi, il n’y a que ça qui m’intéresse"

Les fautes d'orthographe ont-elles un coût pour les entreprises? Les fautes d'orthographe coûteraient des millions d'euros par an aux entreprises, selon le site TextMaster. Cette équipe d'expert en rédaction, correction et traduction a fait une enquête pour quantifier le taux de fautes dans les courriers électroniques échangés dans le monde professionnel. Et le constat est saisissant : "90% des e-mails envoyés par les entreprises à leurs clients contiennent au moins une faute d'orthographe. Ce chiffre atteint même 95% lorsque l'e-mail est rédigé dans une langue étrangère. Un manque à gagner réel en termes d'image et de compréhension du point de vue du client". Une faute dans un courrier pour faire capoter une vente Selon TextMaster, "une seule faute d'orthographe peut avoir un impact sur la réalisation d'une vente ou d'un partenariat, et plus généralement sur l'image de l'entreprise". L'envoi de courriels contenant des fautes d'orthographe aurait même pour conséquence de nuire à la bonne réception des e-mails. Combien coûte une faute d'orthographe?

«Chacun sait»... rien (ou les ravages de la rhétorique) C’est une ficelle bien connue des psychologues sociaux et des profs de marketing: qui veut faire ingurgiter un anaconda à autrui, doit d’abord lui faire avaler une couleuvre (une petite, puis une grosse, puis un cobra, un boa constrictor, etc.). La technique repose sur cette règle simple: si j’entends une proposition dont l’intensité d’aberration est n («entendre» au sens de: considérer que je puis la prendre au sérieux, éventuellement la discuter, et tenir son énonciateur pour un interlocuteur possible), je suis prêt à entendre une nouvelle proposition dont ce degré sera n+a (a étant 3, ou 4, etc., variant selon les sociétés et l’échelle de mesure). Donc, à force de couleuvres toutes plus aberrantes l’une que l’autre (n+2a, n+3a, etc.), on sera préparé à entendre cet énoncé de degré n+10a qui est tel que, quelques temps auparavant, on n’aurait jamais imaginé qu’il fût possible de le proférer sérieusement. Cette technique est excellemment employée par nos gouvernants. publicité 1. 2.

E-mail : les sept erreurs qui ne pardonnent pas L'écrit électronique est traître. Sous ses faux airs de convivialité, il offre une liberté illusoire. D'un simple clic on répond instantanément, mais en s'affranchissant des usages très codifiés de la correspondance papier. Or, ces usages sont les mêmes. Et, oui, on peut répondre en temps réel avec peu de mots en respectant ces règles. Un e-mail bien rédigé pour votre supérieur ou vos collaborateurs mettra en valeur votre image, car il est le reflet de votre compétence. 1. Pour l'objet du mail, il n'y a rien de pire que le flou. >>> Ecrire : " CR de la réunion du 20/01 ", ou " Prochaine AG sur le projet Z ", " Re : Devis (V2) ". 2. " Salut ! Il est difficile de choisir la juste formulation pour saluer. Evitez le " Salut ! >>> Ecrire : " Bonjour Madame (ou Madame D), " Monsieur le Directeur ", " Cher Monsieur ", " Cher Professeur Y ", " Anne, " 3. " Je prendrai les sanctions qui s'imposent ", " Les effets néfastes de votre retard "... Ici les mots sont durs, accusateurs ! 4.

Personnaliser une candidature envoyée par courrier électronique De plus en plus, et c’est une tendance qui ne s’inversera pas, les documents qui constituent une candidature (lettre de motivation ou de candidature spontanée, curriculum vitae) sont adressés à leurs destinataires par courrier électronique. Il est important alors, comme vous le feriez dans une candidature manuscrite, de signer votre envoi de votre nom. Vous pouvez vous contenter d’inscrire votre prénom et votre nom à la fin de votre lettre mais vous pouvez aussi chercher à personnaliser davantage ce paraphe. Vous pouvez bien sûr numériser votre signature et l’incorporer dans vos courriels, vous pouvez aussi choisir d’adjoindre à votre prénom et votre nom, vos numéros de téléphone, l’adresse d’un site (personnel ou professionnel), les liens vers les réseaux sociaux et autres outils en ligne que vous utilisez. Il existe un outil très utile à cette fin si vous utilisez un logiciel de messagerie en ligne comme Gmail, Yahoo! @Connaître :WiseStamp

Les fautes d'orthographe coûtent cher sur Internet Les fautes d’orthographe sur Internet font perdre beaucoup d’argent aux sociétés de vente en ligne, rapporte BBC News. Selon l’entrepreneur du Web britannique Charles Duncombe, une analyse des données rassemblées à partir des sites a permis de démontrer qu’une seule faute d’orthographe pouvait diminuer de moitié les ventes en lignes d'un site. Aux yeux des consommateurs, ces erreurs remettent en cause la crédibilité du site, explique-t-il. L’orthographe est une question majeure puisque «quand on vend ou communique sur Internet, c’est fait à 99% par écrit». Charles Duncombe souligne que «parfois, ces entreprises high-tech dépendent de savoir-faire d’antan». La Confédération de l’industrie britannique (CBI) s’est elle aussi inquiétée de la situation. Charles Duncombe dit être «choqué par la qualité médiocre de l’anglais écrit» des candidats à l’embauche qu’il reçoit en entretien. Un sujet tabou dans l'entreprise Selon Le Figaro, la France n’est pas épargnée. publicité Devenez fan sur

Loi de Godwin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Illustration (décrite en anglais) du moment où une discussion enflammée va inévitablement passer le point de non-retour, souvent facilement reconnaissable. La loi de Godwin est une règle empirique provenant d'un énoncé fait en 1990 par Mike Godwin relatif au réseau Usenet, et popularisée depuis sur Internet : Dans un débat, atteindre le point Godwin revient à signifier à son interlocuteur qu'il vient de se discréditer en vérifiant la loi de Godwin. Au départ relative aux discussions sur des forums virtuels, la loi de Godwin peut s'appliquer à tout type de conversation ou débat ; l'un des interlocuteurs atteint le point Godwin lorsqu'il fait référence à un fait en lien avec l'holocauste ou le nazisme alors que le sujet de départ ne s'y prêtait pas. Concept[modifier | modifier le code] Cette « loi » s'appuie sur l'hypothèse selon laquelle une discussion qui dure peut amener à remplacer des arguments par des analogies extrêmes.

Participe passé dans les verbes pronominaux (1) Réponse 1Complu comme plu est invariable. Réponse 2Comme le pronom se n'a pas de fonction logique, c'est-à-dire qu'il n'est ni c.o.d. ni c.o.ind.,le participe passé s'accorde en genre et en nombre avec le sujet nous, masc. et plur.: souvenus. N.B. : « souvenu » s'accorde toujours avec le sujet du verbe. Réponse 3Le pronom se est c.o.ind. du verbe, mais le verbe n'a pas de c.o.d.Le participe passé ne s'accorde pas. Réponse 4Le pronom nous (le deuxième) est c.o.indir.Le participe passé s'accorde avec le c.o.d. si celui-ci est avant (le participe).Le c.o.d. est le pronom que mis pour cadeaux, masc. plur.On écrit donc offerts. Réponse 5Le participe passé ri est invariable (toujours écrit « ri) ». Réponse 6Le pronom se n'est ni c.o.d. ni c.o.indir.Le participe passé s'accorde avec le sujet paysans, masc. plur.On a donc « révoltés ». Réponse 7Le c.o.d., nom, est après le participe passé.Ce dernier s'écrit donc « rappelé ». Réponse 9Le pronom se est c.o.d. et est féminin sing.On écrit « blâmée ».

Les candidatures automatiques The erreur à ne pas commettre et que j'ai vue, de mes propres yeux, pas plus tard que la semaine dernière ! Diantre, vous dîtes-vous, de quois'agit-il ? A-t'il reçu une candidature en chinois ? Fait-ill'objet d'un odieux chantage "si tu ne me recrutes pas, je laisserai chaque jour un mauvais commentaire sur ton blog...". Non, non, rien de tout cela, je vous rassure. Vous commencez à le savoir, je suis un fervent défenseur de la candidature calibrée, un travail précis, professionnel, une candidature ambitieuse, qui se donne toutes les chances de parvenir au résultat escompté.. Bref, et j'en arrive au thème de ce billet, j'ai reçu la semaine dernière au bureau, une candidature spontanée d'une jeune demoiselle* qui me disait vouloir rejoindre notre entreprise souhaitant me rencontrer pour que je puisse avoir un aperçu de sa motivation et qui, enfin, me joignait son CV. Selon vous, combien de chances a-t-elle de décrocher un poste ?

moi qui fais » ou « moi qui fait » ? « toi qui mange » ou « toi qui manges Erreur couramment commise — Est-ce moi qui va devoir t’apprendre la grammaire ? — Si j’en crois mes oreilles, ce n’est certainement pas toi qui es le mieux placé pour cela ! Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres : entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr Déjà plus d’1,5 million d’utilisateurs ! Règle (comment ne plus commettre cette erreur) Pour accorder correctement le verbe qui suit le pronom relatif « qui », reportez-vous au mot que « qui » reprend (son antécédent) : c’est avec lui qu’il faut accorder le verbe, en nombre et en personne. Méfiance, par conséquent, quand « qui » représente un mot qui relève de la 1re ou de la 2e personne du singulier : n’écrivez pas « moi qui va, toi qui va », mais « moi qui vais, toi qui vas » ! C’est le gendarme qui a brûlé la maison. « Qui » = « le gendarme » : on conjugue donc « brûler » à la 3e personne du singulier, comme si le sujet de « brûler » était « le gendarme ». mais Vidéo Exercices (cherchez les erreurs) Réponses

Logos, Pathos, Ethos les trois axes de l’art de convaincre par Aristote Lorsque vous parlez ou faites un article sur les diverses façons de composer un argumentaire vous allez sans doute rencontrer un contradicteur qui va dire que vos méthodes sont désuettes et dépassées par rapport à notre époque. Bien souvent il ne savent pas ce qu’ils disent mais si ils sont réellement qualifié il vont vous citer quelques unes de ces méthodes à consonances Américaine (ou anglaise) qui sont si nouvelles que l’on ne les a pas encore traduites. Ce type de contradicteur a le don de m’amuser car cela voudrait dire que l’homme moderne n’est en rien comparable avec celui qui fréquentait les commerces il y a quelques années. L’homme moderne réagirait totalement différemment aux arguments qui hier pouvaient convaincre sans peine son père et rendrait de ce fait obsolète les méthodes marketing. Pourtant si on étudie la nature humaine, on se rend vite compte qu’une bonne partie ses comportements les plus primaires existent depuis la plus grande antiquité. Qu’en pensez-vous ?

Orthographe : les pièges à éviter dans vos documents Certains mots ont la même prononciation mais une orthographe différente. Il existe une kyrielle d'homophones qu'il convient de maîtriser pour soigner son orthographe, tout autant que le sens de ses propos. "Au temps pour moi" et "autant pour moi" Si elles se prononcent de la même manière, ces deux expressions n'ont pas la même signification. En effet, Au temps pour moi est issue du langage militaire où au temps ! Autant pour moi est relatif à une quantité : on demande la même chose pour soi-même. Cession / session Veillez à distinguer la cession, terme juridique qui vient du verbe "céder", de session qui définit une séance, une période. Davantage / d'avantage L'adverbe davantage s'écrit tout attaché et ne prend jamais de "s". Différent / différend / différant Pour évoquer un malentendu ou un conflit, on parlera de différend alors que l'adjectif différent signifie dissemblable. Empreint / emprunt For / fort For s'utilise uniquement dans l'expression "en son (mon) for intérieur". Sensé / censé

Related: