background preloader

Classe inversée : de la théorie à la pratique - Modules de formation

Classe inversée : de la théorie à la pratique - Modules de formation

http://formationclasseinverseecr14.weebly.com/

Related:  La pédagogie inversée : principesDalla teoria alla praticaClasse inversée / Flipped classroomFlipp class/Classe Inversée

La classe inversée inShare30 De plus en plus d’enseignants ont recours à la méthodologie de la classe inversée, dans le but d’améliorer la qualité de leur enseignement et la performance de leurs élèves. Cette approche pédagogique présente de nombreux avantages pour réveiller l’intérêt des élèves et permet d’utiliser différents outils en mesure de transformer leur rôle de l’enseignant. Pour vous permettre de mieux comprendre ce concept, Edupronet vous propose un dossier exhaustif, dans lequel vous trouverez quelques notions de base sur la classe inversée, ainsi qu’une présentation de quelques outils pour faire vos premiers pas vers cette méthode d’apprentissage.

La pédagogie inversée : recherche sur la pratique de la classe inversée au lycée Vincent FAILLET 1. Introduction Bien que la formalisation de la classe inversée soit relativement récente, un certain nombre de travaux ont étudié cette approche pédagogique. Essai de modélisation et de systémisation du concept de Classes inversées Dans ce Blog, j’ai plusieurs fois documenté la « méthode » des Classes inversées. On y trouvera aussi un essai sur le rapport entre le Tsunami des MOOCs et les « renversements » proposés par les Classes inversées . Dans ce nouvel essai, j’essaierai de répondre à celles et ceux qui nous disent régulièrement « Mais, les classes inversées, ça existe depuis longtemps … ». Ma réponse est : Oui, sans aucun doute. Comme je le raconte, j’ai eu en 1972 lors de ma première année à l’université, un enseignant qui nous faisait lire un chapitre de son livre avant le cours pour disposer de ce temps de présence pour répondre à des questions, donner des exemples, proposer des applications … Bref, nous en avons eu des enseignants qui nous demandaient de lire un texte, un chapitre, actuellement de regarder une vidéo … avant le cours. Est-ce bien cela une innovation ?

Classe inversée : Évaluer pour mieux apprendre La pratique de l’évaluation est au cœur de l’ activité enseignante. Or, trop souvent elle sanctionne un travail en fin de séquence, pour vérifier les acquis, et peut être nuisible. En quoi la classe inversée modifie-t-elle les pratiques d’évaluation ? Olivier Quinet, professeur d’histoire-géographie à Périgueux, propose de donner quelques exemples et pistes de réflexion. Dans la classe inversée, l’enseignant a une place différente qui joue sur l’autonomie de l’élève.

Inversons la classe ! Repenser l’enseignement à tout niveau Inspirée par cette expérience Outre-Atlantique, elle décide à son retour en France en 2013, d’explorer le terrain des usages en classe ; au départ sous forme d’Amicale, elle crée en 2014 l’association « Inversons la classe ! ». Au démarrage, elle répertorie les enseignants qui utilisent la classe inversée et crée une documentation sous forme d’entretiens « pour les faire parler de leur pratique et mettre ses entretiens à disposition sur un site internet » . Puis des discussions sur Twitter, des « Twittchats » se sont mises en place deux fois par mois. Récemment, en juillet 2015, a eu lieu le CLIC 2015 au lycée Montaigne à Paris « où nous avons réuni environ cinquante intervenants pour partager, échanger, mutualiser et informer sur la classe inversée et toutes ses variétés ». La classe inversée : bien plus qu’une simple vidéo en ligne…

Classes inversées : fossilisation des pratiques ou innovation à l’ère numérique ? Classes inversées (flipped classrooms). L’appellation (d’abord en anglais, plus tard en français) apparaît vers 2007 quand deux enseignants de chimie[1], Jonathan Bergmann et Aaron Sams (dans l’équivalent de notre secondaire aux États-Unis), découvrent le potentiel pédagogique de vidéos (PowerPoint commentés, screencasts[2]…). Il s’agissait pour eux de motiver leurs élèves à préparer (à domicile ou sans la présence physique ou la supervision de l’enseignant) les leçons traditionnellement données en classe afin de les rendre plus interactives : « Lectures at home and homework in class » (les leçons à la maison, les devoirs en classe), le slogan était lancé[3]. Il ne s’agit pas de remplacer l’enseignant par une vidéo, mais d’utiliser des ressources de l’ère numérique pour permettre à ce dernier de faire encore mieux son métier d’accompagnateur d’apprentissage. Bergmann et Sams, les « inventeurs » des classes inversées, expriment bien les transformations induites par cette méthode[4].

L'Agence nationale des Usages des TICE - La classe inversée : que peut-elle apporter aux enseignants ? par Isabelle Nizet * et Florian Meyer * La classe inversée exerce un attrait indéniable sur les enseignants qui souhaitent diversifier leurs approches pédagogiques et tenter de nouvelles expériences avec leurs élèves. Il semble cependant nécessaire de bien comprendre en quoi cette approche offre des bénéfices réels, alors que peu de recherches scientifiques ont démontré son efficacité à l’aide de données probantes, comme le soulignent Steve Bissonnette, professeur à la TÉLUQ, et Clermont Gauthier, professeur à l’Université Laval au Québec.

5 bonnes raisons de croire que l’immobilisme continue sa marche vers l’avant Rendons à l’auteur ce qui lui appartient, l’aphorisme exact d’Edgar Faure est : « L’immobilisme est en marche, et rien ne pourra l’arrêter ». Mais j’aurais pu aussi bien intituler ce billet « 5 bonnes raisons de fuir l’école à toutes jambes quand on est prof » ou encore, car j’ai hésité, c’eût été plus court « 5 raisons de penser que c’était mieux avant ». Vous savez bien, vous qui me lisez, que ce n’était pas mieux avant, non, que c’était juste différent, que l’école de Jules Ferry correspondait à son temps, comme celle qui lui a succédé et a changé correspondait au sien. Vous savez bien, de même, que l’école d’aujourd’hui n’est pas ou plus, depuis belle lurette, en adéquation avec son temps, qu’elle a accumulé un retard considérable à l’observation des évolutions politiques, sociétales, économiques de la société et, surtout, des pratiques numériques de sa jeunesse. Alors, ces cinq raisons ?

Related: