background preloader

CHIFFRES_CLES_2015

CHIFFRES_CLES_2015

Etude FEVAD : Le marché du e-commerce en France en 2015 Etude FEVAD : Le marché du e-commerce en France en 2015 La France est le 3ème pays européen en matière d'e-commerce, derrière le Royaume-Uni et de l'Allemagne. Nous avons publié récemment le top 100 des e-marchands français en terme de chiffre d'affaires. On y voit notamment que le top 3 était constitué de Voyages-SNCF, Cdiscount et Vente-Privée, trois leaders dans leurs secteurs respectifs. Mais pour prendre de la hauteur sur les performances du e-commerce en France sur 2014, nous allons profiter de l'étude publiée récemment par la FEVAD sur les chiffres clés du e-commerce hexagonal. Regardons en détails. Voici en détails les principaux chiffres clés du e-commerce en France en 2014 par rapport à 2013 : Que retenir de ces chiffres sur le e-commerce en France sur 2015 ? Comme chaque année, le e-commerce croît (+11% entre 2014 et 2013) même si l'on constate que la croissance ralentit (par exemple, entre 2009 et 2010, on connaissait +26% de croissance). Source : Vous avez aimé ?

Baromètre Consommateur : cartographie d’un monde hyperconnecté Quels sont les usages d’Internet à travers le monde ? Quels devices sont utilisés au quotidien ? Qui regarde des vidéos en ligne ? Où se situe la France sur le panorama mondial d’Internet ? L’édition 2015 du Baromètre Consommateur, outil interactif de Google, croise les données de plus de 50 pays et de 20 catégories de produits pour cartographier un monde de plus en plus connecté. La population mondiale, plus connectée que jamais Qui détient le record de devices dans le monde ? La data nous montre combien les smartphones ont changé le monde. Dans plusieurs pays, les utilisateurs aiment tellement leurs smartphones qu’ils vont sur Internet plus souvent avec leurs smartphones qu’avec leurs ordinateurs. Pourcentage d’internautes qui vont plus souvent en ligne avec un smartphone qu'avec un ordinateur ou une tablette De nombreux consommateurs se connectent à Internet sur plusieurs devices. Après la connexion vient le commerce Les consommateurs ne font pas seulement des recherches en ligne.

En pleine forme, l'e-commerce progresse de 16% au 2ème trimestre Le secteur affiche une belle dynamique depuis le début de l'année. Même à périmètre constant, sa croissance s'élève à 13%, son meilleur niveau depuis 2011, selon la Fevad. Au deuxième trimestre 2015, le commerce électronique français a enregistré une croissance de 16%, selon le bilan trimestriel de l'e-commerce présenté ce matin par la Fevad lors de Paris Retail Week. L'offre en ligne ne cesse de s'étoffer, le nombre de sites marchands actifs progressant de 14% en un an pour s'établir fin juin à 167 650. Pour une fois, les leaders ne freinent pas le secteur A périmètre constant, la croissance de l'e-commerce est toujours bien moins élevée. Parmi ces grands acteurs de la vente en ligne, certains bénéficient du développement des marketplaces qu'ils hébergent. Quant au mobile, il confirme trimestre après trimestre son rôle de plus en plus central. Mode : les prix barrés tirent toujours la croissance

Infographie | Comment l'analyse des données crée-t-elle de la valeur ? Avec la révolution numérique, la statistique est devenue data science et la donnée "big data", voire "smart data". Smart cities, détection des fraudes ou objets connectés : la donnée devient un élément central de la transformation du monde. Petit b.a.-ba de la donnée et de son utilisation. D'où viennent les données ? Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 20 heures de vidéos mises en ligne par minute ; 72,9 commandes par seconde sur Amazon ; 700 milliards de minutes d'utilisation de Facebook par mois et 500 millions de tweets par jour, ainsi que 2,9 millions de mails envoyés par seconde. Que fait un data scientist ? Big data, analytique, data mining et open data font partie des missions quotidiennes des data scientists. À quoi sert l'analytics ? Pour le marketing, l'analytics est un outil de performance. L'auteur : EY, anciennement Ernst & Young, un des principaux cabinets d'audit financier.

Exclusif : Les pure players dominent l'e-commerce français, selon une étude de Xerfi-Precepta Delphine David, directrice d’études – Pôle Distribution de Xerfi livre une analyse de l'étude menée par Xerfi-Precepta sur l'e-commerce français à horizon 2015. Apparemment, l’e-commerce aux particuliers ne connaît pas la crise. Indifférentes à la dégradation de la conjoncture économique et portées par les innovations technologiques, les ventes en ligne ont ainsi bondi de 22 % en 2011 pour atteindre 37,7 milliards d’euros, représentant désormais 3,4 % de la consommation des ménages et 7,9 % du chiffre d’affaires du commerce de détail. Les experts de Xerfi-Precepta tablent sur une croissance annuelle moyenne de 15 % entre 2012 et 2015, date à laquelle le commerce en ligne pèsera 66,7 milliards d’euros (5,4 % de la consommation totale des ménages). Les ventes en ligne aux particuliers à l’horizon 2015Ce dynamisme doit toutefois être relativisé. D’abord le taux de croissance de l’e-commerce a commencé à ralentir. En savoir plus : www.xerfi.fr

e-réputation : Les scandales industriels n'inquiètent que peu le web social Infographie : les chiffres clés de l'e-commerce français en 2015 Combien d'e-marchands dépassent le million d'euros de ventes ? Comment progresse le mobile dans l'e-commerce ? Quid des marketplaces ? Réponse en un coup d'oeil. Sur les 164 200 sites marchands actifs en France actuellement, 6 000 réalisent un chiffre d'affaires supérieur à un millions d'euros et pèsent à eux tous 89% du commerce électronique français, relève Skeelbox dans une infographie réalisée à partir des chiffres clés 2015 de la Fevad.

Bilan e-commerce en 2013. Evolution et perspectives 2014. | Agence DnD 1 – Les chiffres clés du E-Commerce en 2013 Selon le bilan réalisé par la Fevad (fédération E-Commerce et vente à distance) le 31 janvier 2014, les ventes sur Internet ont progressé de 13,5% en 2013 pour atteindre 51,1 milliards d’euros. À titre de comparaison, les ventes en ligne avaient progressé de 19% en 2012 et de 22% en 2011. Cette hausse constante du chiffre d’affaire du E-Commerce français s’explique par une augmentation du nombre de consommateurs (+5% par an) et de la quantité de transactions réalisées au cours de l’année (18 transactions effectuées par acheteur en 2013 contre 16 en 2012). Le panier moyen a quant à lui baissé pour s’afficher à 84,5€ contre 87,5€ en 2012, en enregistrant son plus bas historique au 4ème trimestre 2013 à 83€. Le nombre d’offres disponibles sur le E-Commerce français a également augmenté puisque la quantité de sites E-Commerce s’est accrue de 17% (soit 20 000 nouveaux sites) pour atteindre 138 000 sites actifs en 2013.

Projet E-commerce : les grandes étapes - Synolia Expert E-commerce Les grandes étapes d'un projet E-commerce Après plusieurs centaines de projets E-commerce traités depuis 2004, nous nous apercevons régulièrement que les grands jalons d’un projet E-commerce ne sont pas toujours maitrisés par l’entreprise qui souhaite mettre en œuvre une nouvelle plateforme de vente en ligne. Il est étonnant que même de grosses structures, responsables d’activités générant des millions de chiffre d’affaires, n’aient pas toujours totalement conscience de l’enchainement d’un projet de vente en ligne, de sa conception initiale jusqu'à sa mise en ligne finale qui n’est d’ailleurs bien souvent que le départ d’une nouvelle phase : la maintenance. Petite revue des étapes d’un projet... A l’origine était l’idée : « Vendons en ligne ! 1. Première bonne idée : Mettre en place un comité de pilotage pour animer le projet : réunions régulières pour en évaluer l’avancement, définir les actions à mener, suivre un planning. Seconde bonne idée : Réaliser un cahier des charges 2. 1. 3. 4.

Petite histoire de l’e-commerce Avec l’avènement d’internet et des systèmes de paiement en ligne, ce n’est plus tout à fait une surprise que les achats et les ventes se négocient de plus en plus en ligne. Voici un petit aperçu historique de l’e-commerce Les débuts de l’e-commerce Alors que de nos jours, faire des achats ou des ventes en ligne semble être pour vous un geste anodin et banal, ce n’était toujours pas le cas auparavant, notamment lors des tout premiers balbutiements de l’e-commerce. Au tout début, dans les soixante-dix, l’on qualifiait alors d’e-commerce toutes les transactions électroniques et les échanges de données informatisées entre entreprises. Le développement de l’e-commerce Au début des années deux milles, avec l’arrivée des noms de domaines et des URL, des entreprises américaines et européennes commencent à créer leur tout premier site vitrine, ou les produits et les prestations de services y sont présentés, ainsi que commercialisées.

m-commerce | HiMedia Group L’étude mondiale « Connected Commerce » menée par DigitasLBi révèle sans surprise une croissance dans l’utilisation des devices connectés. Cette étude réalisée sur 17 pays (Australie, Belgique, Chine, Danemark, Dubaï, France, Allemagne, Hong-Kong, Inde, Italie, Japon, Pays-Bas, Singapour, Espagne, Suède, UK et USA) délivre les dernières tendances du commerce en ligne et les habitudes d’achat des consommateurs. Il en ressort ainsi que le consommateur de 2015 exige des marques de l’omni-channel et du multi-écran, lui qui aujourd’hui utilise en moyenne 5 devices au quotidien (2,8 en 2014). Parmi les principaux résultats de cette étude, le mobile apparaît comme un pivot stratégique dans le développement du commerce online et offline. Ils sont ainsi 64% des français interviewés à déclarer utiliser leur smartphone en magasin (85% à l’échelle mondiale) et 46% des français à penser que le mobile a changé leur façon d’acheter en magasin (55% à l’échelle mondiale). En savoir plus

Related: