background preloader

Paradoxe du menteur

Paradoxe du menteur
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le paradoxe du menteur est un paradoxe dérivé du paradoxe du Crétois (ou paradoxe d'Épiménide). Ce paradoxe aurait été inventé par Eubulide, un adversaire d'Aristote[1]. Sous sa forme la plus concise, il s'énonce ainsi : « un homme déclare « Je mens ». Si c'est vrai, c'est faux. Si c'est faux, c'est vrai. » On peut y voir deux interprétations : En tant qu'énoncé, cette phrase dit : « Cette phrase est fausse. » ;En tant que propos, il faut comprendre : « Je mens maintenant. » Le paradoxe[modifier | modifier le code] On attribue le paradoxe du menteur à Épiménide le Crétois (VIIe siècle av. « Un homme disait qu'il était en train de mentir. On pourrait allonger ce paradoxe par cet énoncé : « La phrase suivante est fausse. Attribuons à Épiménide le propos « Tous les Crétois sont des menteurs. » Ceci était considéré par les philosophes antiques comme un paradoxe puisqu'il échappait au principe de non-contradiction. Related:  Les cerveaux encombrésLogique

La dissonance cognitive La proposition fondamentale de la théorie de Léon Festinger (1957) est la suivante : l'individu tend à réduire la dissonance possible entre les différents éléments cognitifs présents. Explicitons d'abord certaines parties de cette proposition. Un élément cognitif est tout ce qui peut devenir objet de connaissance chez l'individu : comportements, opinions, croyances, sanctions, sensations de douleur, etc. Il y a dissonance quand, de deux éléments se présentant ensemble, l'un implique la négation de l'autre. Cette incompatibilité n'est pas logique, elle est psychosociologique : deux éléments sont dissonants quand, pour une raison ou une autre, les individus familiers de la situation sociale étudiée estiment généralement que les deux éléments ne devraient pas être associés dans cette situation. Nous reviendrons sur cette réinterprétation de la théorie dans la suite du chapitre. La dissonance cognitive est un état pénible. Pour aller plus loin : - Les erreurs des autres.

Loi de Brooks Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La loi de Brooks — d'après Frederick Brooks — est une prédiction sur la productivité des projets informatiques : « Ajouter des personnes à un projet en retard accroît son retard » (formulation originale : « Adding manpower to a late software project makes it later »). Le postulat est que la plupart des tâches ne sont pas partitionnables et que les nouveaux arrivants vont faire perdre du temps aux équipes en place en temps de communication. Paradoxe de Hempel Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Énoncé[modifier | modifier le code] Lorsqu'on dit « Tous les corbeaux sont noirs », cette phrase est logiquement équivalente à « Tous les objets non-noirs sont des non-corbeaux », conformément à la loi de contraposition : est équivalent à Supposons que nous voulions vérifier cette affirmation « Tous les corbeaux sont noirs ». Or il est logiquement équivalent de vérifier la contraposée "Tous ce qui n'est pas noir n'est pas un corbeau". Ainsi, chaque fois qu'on voit un objet non noir qui n’est pas un corbeau (une vache blanche par exemple) cela confirme la proposition initiale « Tous les corbeaux sont noirs ». Exemple[modifier | modifier le code] Ce que met en évidence Hempel, c'est que le fait qu'il existe un être blanc qui n'est pas un corbeau ne confirme en rien que tous les corbeaux sont noirs. alors » (c'est-à-dire que implique nécessairement , ou que le fait d'être un corbeau implique nécessairement d'être noir) signifie « On n’a pas faux et

Paradoxe de l'œuf et de la poule Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le cycle de l'œuf et de la poule Le paradoxe de l'œuf et de la poule est l'un des plus anciens paradoxes : « Qu'est-ce qui est apparu en premier : l'œuf ou la poule ? Si on vous répond « C'est l'œuf », vous demandez « Mais qui a pondu cet œuf ? Si on vous répond « C'est la poule », vous demandez « Mais cette poule sort bien d'un œuf, non ? Le paradoxe vient du fait qu'aucune réponse ne paraît satisfaisante. Sciences L'œuf de poisson est antérieur à la poule. Réponses humoristiques, religieuses ou latérales[modifier | modifier le code] Le paradoxe relevant généralement de la blague, il est légitime de lui répondre par une autre blague. L'œuf vient en premier... dans la question.Dieu créa deux poussins.« La poule est seulement un moyen pour l’œuf de faire un autre œuf » (Samuel Butler) - A hen is only an egg's way of making another egg.Le coq, Dieu créa ensuite la poule à partir d'une de ses côtes.La réponse, c'est : l'autre. — Aristote[3] Gloups !

Liar Paradox  The Liar Paradox is an argument that arrives at a contradiction by reasoning about a Liar Sentence. The Classical Liar Sentence is the self-referential sentence, “This sentence is false,” which leads to the same difficulties as the sentence, “I am lying.” Experts in the field of philosophical logic have never agreed on the way out of the trouble despite 2,300 years of attention. Let L be the Classical Liar Sentence. That contradictory result apparently throws us into the lion’s den of semantic incoherence. Most people, when first encountering the Liar Paradox, react in one of two ways. Table of Contents 1. Languages are expected to contain contradictions but not paradoxes. The consequence is outrageous. Zeno's Paradoxes were discovered in the 5th century B.C.E., and the Liar Paradox was discovered in the middle of the 4th century B.C.E., both in ancient Greece. O Stranger: Philetas of Kos am I,‘Twas the Liar who made me die,And the bad nights caused thereby. a. This sentence is not true.

Points communs différenciant l’enfant intellectuellement précoce des autres enfants Les points communs et fréquents différenciant l’enfant intellectuellement précoce des autres enfants ont été référencés à différents stades de développement. Chez le tout petit (0-24 mois), chez l'enfant (2-10 ans) puis chez l’adolescent, on note des différences et décalages majeurs pour les centres d’intérêts, l’apprentissage, l’affectif, l’attitude et le comportement. Attention, ces indices sont relatifs : y compris chez l’enfant précoce, toutes les étapes du développement ne sont pas franchies précisément aux âges mentionnés… CHEZ LE TOUT PETIT (0-24 mois) : C’est de façon générale un bébé qui diffère par son avance notable du point de vue de son développement psychomoteur. Comparaison entre les items observés du développement moteur de notre échantillon d’enfants à «hautes potentialités» suivis en longitudinal (n = 60) et les normes développementales françaises sur les deux premières années de vie CHEZ L'ENFANT (2-10 ans) : La précocité s'exprime à travers diverses facettes

Loi de Hofstadter Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La loi de Hofstadter (ou Loi de glissement de planning) est une loi empirique concernant la difficulté de la planification dans le domaine de la recherche et du développement. Elle est régulièrement constatée dans le domaine du développement de logiciel. Elle affirme : « Il faut toujours plus de temps que prévu, même en tenant compte de la Loi de Hofstadter. » Cette loi a été énoncée par l'universitaire américain Douglas Hofstadter dans son œuvre-phare, Gödel, Escher, Bach : Les Brins d'une Guirlande Éternelle (1979, Prix Pulitzer en 1980). Dans le domaine du génie logiciel, la méthode d'extreme programming tente de prendre en compte la difficulté évoquée par la loi de Hofstadter. Cette loi fut initialement en relation avec les ordinateurs jouant aux échecs, où les meilleurs joueurs battaient toujours les machines, même si les machines surpassaient les joueurs dans l'analyse récursive. Voir aussi[modifier | modifier le code]

Calcul des prédicats Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le calcul des prédicats du premier ordre, ou calcul des relations, ou logique du premier ordre, ou tout simplement calcul des prédicats est une formalisation du langage des mathématiques proposée par les logiciens de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Le trait caractéristique de la logique du premier ordre est l'introduction : Ceci permet de formuler des énoncés tels que « Tout x est P » et « Il existe un x tel que pour tout y, x entretient la relation R avec y » en symboles : et Le calcul des prédicats du premier ordre égalitaire adjoint au calcul des prédicats un symbole de relation, l'égalité, dont l'interprétation est obligée : c'est l'identité des éléments du modèle, et qui est axiomatisée en conséquence. Le calcul des propositions est la partie du calcul des prédicats qui concerne ce qui ne contient pas les notions de variables, de fonctions et de prédicats et donc pas les quantificateurs . On se donne pour alphabet : ou . ?

Paradoxe de Curry Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Si cette légende est vraie, alors il s'agit là d'un monstre. Le paradoxe de Curry fut présenté par le mathématicien Haskell Curry en 1942 et permet d'arriver à n'importe quelle conclusion à partir d'une phrase auto-référentielle et de quelques règles logiques simples. Une telle phrase s'énonce : Si cette phrase est vraie, alors le monstre du Memphrémagog existe. C'est une traduction, en logique minimale, du paradoxe de Russell (théorie des ensembles), ou de la phrase de Gödel (théorie de la preuve). Il est parfois nommé le paradoxe de Löb puisque la preuve se déroule de manière semblable à celle du théorème de Löb publié en 1955 par le mathématicien Martin Löb (de). Une preuve[modifier | modifier le code] On peut déduire l'existence d'un certain monstre légendaire comme suit : on peut se demander de façon spéculative, si la phrase était vraie, alors là, le monstre existerait-il ? Réponse classique[modifier | modifier le code]

Related: