background preloader

Amazon, Uber: le travail en miettes et l’économie du partage des restes

Amazon, Uber: le travail en miettes et l’économie du partage des restes
Attention à ne pas trop s’enflammer pour les nouvelles formes de micro-travail ou de travail semi-amateur qu’essaient de généraliser les entreprises du secteur numérique. Les chauffeurs de taxi manifestent à nouveau ce mardi 26 janvier 2016, pour des motifs assez similaires à ceux de juin 2015, lorsqu'ils s’en étaient pris à des chauffeurs du service Uber. La fonctionnalité UberPop, une sorte de covoiturage rémunéré qui permettait à des particuliers de transporter des passagers grâce à une mise en relation par l’appli Uber, a été depuis interdite. Cette fois, d’autres services de mise en relation entre particuliers et voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) sont à l’origine de la colère des taxis. Les organisations syndicales se plaignent d’une baisse de leur activité, et craignent une dévalorisation de leurs licences à cause de l’arrivée de ces nouveaux acteurs. Pourquoi rentrer chez soi à pied sans prendre sur son chemin un colis qu’on livrerait à un voisin? Jean-Laurent Cassely

http://www.slate.fr/story/103447/amazon-uber-travail-miettes-economie-partage-restes

Related:  EcoCoubérisationUberisationEconomie du partageTravail

ÉDITORIAL. Ubérisation et croissance latente mardi, 20.10.2015 Nicolette de Joncaire Ubérisation? Tous les secteurs (ou presque) seraient menacés par l’«uberisation» Nombreux sont les secteurs d'activité dont le modèle économique serait menacé par l’uberisation de notre société. L’uberisation menace-t-elle notre société? À en croire certains titres de presse et les nombreuses occurences sur les moteurs de recherche, il y a de quoi s’inquiéter. Ces derniers mois, l’utilisation (parfois maladroite et abusive) de ce terme s’est multipliée, à la fois sur des couvertures de livres que sur Twitter et, comme le montre notamment ce Tumblr, sur des sites d’information (y compris chez Slate). Quel avenir pour la banque traditionnelle face au risque d’uberisation ?, Le Cercle L’actualité est sans cesse là pour nous rappeler qu’un empire peut s’écrouler du jour au lendemain. Régulièrement, comme dans le cas Volkswagen, une fraude est à l’origine de cette rupture. Dans la banque et la finance, Société Générale avec l’affaire Kerviel, BNP Paribas avec son amende record aux États-Unis, les banques suisses (Crédit Suisse et UBS en têtes)… subissent régulièrement les foudres des autorités. La crise des subprimes n’a fait qu’accentuer la visibilité de ce phénomène. Depuis 2007, le monde de la banque ne cesse d’évoluer et de se transformer pour résister aux crises de son modèle.

La médiocratie Rangez ces ouvrages trop compliqués, les livres comptables feront l’affaire. Ne soyez ni fier, ni spirituel, ni même à l’aise, vous risqueriez de paraître arrogant. Atténuez vos passions, elles font peur. Surtout, aucune « bonne idée », la déchiqueteuse en est pleine. Ce regard perçant qui inquiète, dilatez-le, et décontractez vos lèvres – il faut penser mou et le montrer, parler de son moi, tout en le réduisant à peu de chose : on doit pouvoir vous caser. Les temps ont changé. "Ubérisation" : c'est quoi ce nouveau mot Le mot n'a pas encore été immortalisé par l'Académie française, mais il est référencé sur Wikipedia depuis le mois de février. Et ces dernières semaines, on ne voit plus que lui. Tapez "ubérisation" (ou "uberisation" pour ceux qui respectent son étymologie américaine) dans un moteur de recherche et vous obtiendrez une foule d'articles et d'analyses relayant ce terme, qui décline évidemment le nom d’Uber, la société californienne de VTC dont la concurrence fait rugir tous les taxis du monde. "L'ubérisation peut-elle mettre en danger l'économie ?", "L'ubérisation galopante vue par les experts", "Ubérisation : faut-il avoir peur ?"...

Jusqu'où l'uberisation de la société va-t-elle aller De meilleurs services pour un prix plus bas... On a du mal à y croire mais la récente baisse de tarifs du service VTC d'Uber, en réaction aux nouvelles offres commerciales des compagnies de taxis parisiens G7 et Taxis bleus qui cherchent à reconquérir les clients perdus, est un exemple parmi d'autres de la révolution en cours que traverse notre économie, bouleversée par l'Internet. La révolution des applis semble une aubaine pour les consommateurs. Mais elle risque d'accroître le chômage et la précarité. Voici à quoi nous devons nous attendre...

Tous ubérisés ? « Actuellement, il n’y a pas un marché qui puisse dire que ça ne le concerne pas » On le voit : la transformation interne est un sujet en soi. Comment les entreprises doivent-elles appréhender cette nouvelle organisation ? Comment celle-ci doit-elle être repensée ? Là aussi, il n’y a pas de modèle unique. Si on simplifie, une entreprise est comme un triangle. Sur ses trois côtés, il y a son histoire, ses valeurs ; l’organisation structurelle en tant que telle ; et la partie fonctionnelle avec tous les process.

En politique comme dans les entreprises, “les médiocres ont pris le pouvoir” Sous le règne de la médiocratie, la moyenne devient une norme, le compromis domine : idées et hommes deviennent interchangeables. Il faut résister à la révolution anesthésiante, alerte le philosophe Alain Deneault. C'est d'une « révolution anesthésiante » qu'il s'agit. Celle qui nous invite à nous situer toujours au centre, à penser mou, à mettre nos convictions dans notre poche de manière à devenir des êtres interchangeables, faciles à ranger dans des cases. Surtout ne rien déranger, surtout ne rien inventer qui pourrait remettre en cause l'ordre économique et social.

L'ubérisation, ce tsunami qui va déchirer notre économie Pour Bruno Teboul, directeur de l’innovation, de la recherche et du développement du cabinet de conseil en nouvelles technologies Keyrus et auteur de « Ubérisation = économie déchirée ? », l'invasion des Airbnb, Uber... et autres trublions de la nouvelle économie numérique n'aboutira qu'à détruire plus de valeur qu'elle n'en créera. Cet enseignant-chercheur à l’Université Paris-Dauphine redoute l'avènement d'une société totalement précarisée. Entretien.

Les pressings, prochaines cibles de l'ubérisation  ? Accueil La Cleanbox, Cleanio, Decompressing,.. les start up du pressing bousculent le secteur en se lançant sur le créneau écologique ou le pressing 2.0. Le réseau traditionnel, qui a déjà fondu de moitié, est fragilisé par la fin programmée du « perchlo » en 2022(...) Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous. Et aussi sur les Echos Les articles à la une "Tous les secteurs connaîtront l'"ubérisation", sans exception" Le verbe "uberiser" inventé par Maurice Lévy, patron de Publicis continue à trouver écho dans le monde du numérique. "Tous les secteurs connaîtrons l''uberisation', sans exception", s'est exclamé Philippe Coste, directeur délégué de French Tech Toulouse, lors d'une conférence-débat organisée par La Tribune-Objectif News sur le thème du numérique et ses effets sur les évolutions des entreprises, mardi 20 janvier. Une manière de souligner que les nouvelles possibilités offertes par le numérique et leur exploitation croissante remettent en question les modèles économiques traditionnels. Il s'est notamment adressé à Philippe Chanez, responsable Innovation et R&D à la Banque Populaire Occitane:

Les impôts, c'est pour les pauvres Si l’évasion fiscale est un droit, l’équité fiscale est un devoir d’Etat. Aujourd’hui, comme le révèle – une nouvelle fois après le "Swissleaks" et le "Luxleaks" – l’affaire des "Panama papers", la première s’est érigée en sport de luxe tandis que la seconde tient davantage du slogan, sinon témoigne de l’impuissance politique. Le toléré n’est cependant plus tolérable…

Related: