background preloader

Accro aux statistiques

Accro aux statistiques
Crédit: Flickr/CC/zigazou76 «Peut-on avoir accès aux statistiques de fréquentation du site?», m’ont demandé les étudiants qui produisent, chaque jour, des contenus d’actualité en ligne, sur le site de l’Ecole de journalisme de Sciences Po, comme s’ils travaillaient pour un site d’informations. A force de leur parler, en cours, des requêtes de l’audience, de leur faire voir ce que cherchent les internautes en temps réel, sur les moteurs de recherche et sur les sites d’infos nationaux, ils veulent, à leur tour, se frotter aux chiffres sur leurs propres contenus. Pister les visiteurs, savoir si un article récolte des clics ou pas, c’est ce que permettent de voir les statistiques, les «stats» dans le jargon, qui traquent l’activité des internautes, page par page. D’où les visiteurs viennent? Crédit: capture d'écran de Chart Beat Les stats, une drogue dure Comme le SEO, dont j’avais déjà parlé dans un précédent WIP, les statistiques ont un impact sur la couverture éditoriale. «J’en donne plus» Related:  Le métier de web-journaliste

5 réflexes web analytics 5 réflexes web analytics Dans l’ère du marketing à la performance, les outils de tracking permettent de compiler une montagne de données, à un coût technique ridicule. Oui, mais encore faut-il savoir les utiliser au mieux. Comme je l’expliquais dans le post « Bien utiliser Google Analytics », scruter ses statistiques web sans méthodologie, c’est comme regarder une œuvre d’art à la jumelle en pleine nuit noire… Ce billet vous livre mes 5 réflexes lorsque je consulte les statistiques web d’un nouveau site client. 1 – Clarifier sa stratégie: objectifs business, KPI, Drivers… Analyser la performance d’un site web qui n’a aucune utilité n’a pas de sens. Et comme la forme ne doit pas prendre le pas sur le fond, il ne faut jamais perdre de vue le « Pourquoi » vous investissez du temps, de l’argent et de l’énergie dans votre activité web. Pour tirer le meilleur de vos statistiques web, vous devez clairement identifier: 2 – Comparer ses performances dans le temps Est ce le référencement naturel?

Les "fermes de contenus" ou le nouveau journalisme à la chaîne La mosquée près de Ground Zero, l’agression d’une star de téléréalité, le tournoi de golf PGA… The Upshot, blog d’information lancé par Yahoo! en juillet, produit à la chaîne de courts articles sur les sujets les plus divers. Cette absence apparente de ligne éditoriale dissimule en fait le travail de puissants moteurs de recherche qui recensent les thèmes les plus demandés par les internautes. Anticiper les envies des internautes en fonction des tendances du moment (" Trending Now"), c’est le choix de Yahoo!, qui a racheté au printemps la "ferme de contenus" Associated Content pour 100 millions de dollars. Le système est bien huilé : des algorithmes qui tiennent compte de différents critères, comme les mots-clés les plus recherchés, permettent de repérer les sujets peu ou pas suivis – et donc susceptibles de provoquer de la curiosité -, mais aussi ceux qui ont bénéficié d’un maximum de clics. Quelle est la place des rédacteurs dans ces fermes de contenus ?

Segmenter votre trafic social media dans Google Analytics Voici une petite astuce pour créer des segments avancés dans Google Analytics, orientés social média . Par défaut, Google Analytics propose une vue d’ensemble de vos sources de trafic peu éloquente en terme de sites communautaires. Le problème est qu’il est difficile de cerner, parmi les sites référents, l’impact de l’animation de votre communauté de manière globale. Nous allons donc regrouper ces sites dans un segment avancé. Etape 1 : Créer un segment avancé Dans votre interface, cliquez en bas à gauche dans les Mes personnalisations > Segments avancés. Cliquez ensuite, en haut à droite sur + Créer un segment personnalisé. Etape 2 : Ajouter les sources Social Media Glissez-déposez alors, dans l’interface graphique, des blocs Critères > Sources de trafic > Sources. Chaque critère contiendra un référent de site communautaire. Positionnez donc : Critère : SourceCondition : contient (non sensible à la casse)Valeur : twitter, facebook, linkedin… Chaque critère sera séparé par des OU logiques.

Le journalisme multimédia se dissoudrait-il dans la presse écrite ? Le journalisme multimédia se dissoudrait-il dans la presse écrite ? C’est ce qu’on serait tentés de croire en étudiant deux études statistiques sur la profession publiées fin septembre. La première [pdf] est celle de l’Observatoire des métiers de la presse basée sur les chiffres fournis par la Commission de la carte d’identité des journalistes. La seconde est due au cabinet Audiens et a été communiquée lors de la quatrième Conférence nationale des métiers du journalisme. Pour ce dernier, la raison de cette omission est simple : les entreprises multimédias sont difficilement identifiables, elles ont plusieurs activités. Avec l’arrivée du numérique, le profil des salariés change. On en arrive à une représentation plutôt figée de la profession avec cette conclusion sidérante : pas d’évolution entre 2004 et 2011 Jusqu’à l’an passé [pdf], l’Observatoire des métiers de la presse étudiait l’évolution du métier de journaliste en classant les demandes de cartes par support. Déception.

HTML5 presentation Non, ça ne réglerait pas les problèmes de la presse Les éditeurs de presse français contre l’ogre américain Google. La France et ses génies contre le softpower (pouvoir de persuasion) américain. En fait, une manipulation très réussie de l’opinion et du gouvernement qui ne correspond en rien à la réalité. Elle vise juste à prolonger artificiellement des modèles économiques à bout de souffle et des groupes de médias détenus pour la plupart par des géants du capitalisme, français cette fois, de Dassault à Niel en passant par Arnault, Rothschild, Pinault et Perdriel. Ainsi, l’Association de la presse d’Information politique et générale (IPG), qui regroupe tout ce que Paris compte de dirigeants de la presse papier, voudrait taxer la firme californienne et ses 138 millions d’euros de chiffre d’affaires en France en 2011. Or, taxer Google de cette manière est une idée absurde. La mauvaise foi des patrons de presse français est de plus déconcertante. Mais si Google est en position dominante, à qui la faute ?

Lionel Tardy : « On va de plus en plus bloquer de sites en expli Ce matin, l'Assemblée nationale a adopté un article permettant à un juge d'ordonner le blocage d'un site de jeux d'argent illégal. Comme lors des débats sur la loi Création et internet, le député UMP Lionel Tardy a défendu sa position sur le sujet. Interview. Votre réaction sur le vote de ce matin ? _ On a réussi à rétablir le texte initial [qui prévoyait le recours au juge ndlr]. Après sur le blocage lui-même, on sait que ça ne fonctionnera pas dans tous les cas, même si on y met des millions. J'ai été gentil car j'ai un autre amendement sur les modalités d'application que je présenterai en deuxième lecture. Il y aura une deuxième lecture ? _ Oui, on ne légifère pas en urgence. Revenons à l'amendement, il s'agit de l'amendement 1 que vous aviez déposé sur le texte ? _ Oui. Je compte également présenter un autre amendement sur le filtrage en bordure. On touche ici la question de la neutralité... _ Oui, derrière, c'est tout le problème de la neutralité des réseaux. _ Oui. Astrid GIRARDEAU

Je n’avais pas signé pour ce journalisme web | Journalisme web for the win XXI affirme, dans un manifeste publié mercredi 9 janvier, qu’”un autre journalisme” est possible. “Il est possible de refonder une presse post-Internet conçue pour les lecteurs, et non à partir des annonceurs”. Ce manifeste a lancé une énième polémique sur la presse web contre la presse papier. Planté derrière mon écran Aujourd’hui, j’en ai ras-le-bol d’être planté derrière mon écran. Quand je suis entré en école de journalisme, j’avais l’espoir de devenir grand reporter, de filmer les guerres. A ma sortie de l’école, tout le monde ne parlait que de web ; les médias se lançaient sans toujours savoir ce que ça pourrait leur rapporter. Tout d’abord, n’oublions pas que le web, pour les sites de presse, a longtemps été un placard. Or, que se passe-t-il aujourd’hui dans les rédactions web ? Alors oui, les effectifs des rédacs sont beaucoup plus importants qu’il y a quelques années, allant, pour certaines, jusqu’à près de 70 personnes (LeMonde.fr, LeFigaro.fr). Problème : où est le fric ?

Afficher le trafic issu des médias sociaux dans Google Analytics Aujourd’hui les médias sociaux ont pris une importance capitale dans la création de trafic, ils méritent donc le statut de « source de trafic » au même titre que les moteurs de recherche. Le problème réside dans le fait que Google Analytics considère ces sites comme des sites référents (ce qui fondamentalement est vrai). Pourtant, lorsqu’une action est menée sur les médias sociaux, il faut mesurer les résultats pour juger l’efficacité de ces actions. Il est indispensable de pouvoir voir le trafic généré par vos actions sur les médias sociaux par rapport aux autres sources de trafic. Il existe un moyen extrêmement simple et rapide à mettre en place : Créez un segment avancé À partir de votre tableau de bord, cliquez sur « segments avancés » en haut à droite ou dans la barre latérale à gauche puis sur « Créer un segment avancé ». Ajoutez les sources Lorsque vous avez la liste des médias sociaux sur lesquels vous avez mené des actions, indiquez-les dans Google Analytics.

L’AFP et les réseaux sociaux [Interview] - Chaire Convergences - Laboratoire du journalisme numérique Grégoire LeMarchand, responsable des réseaux sociaux à l’AFP, revient sur l’actualité et l’activité de l’agence autour des plateformes sociales (Facebook/Twitter/Tumblr...) L’AFP a récemment lancé son Tumblr et un Twitter Photo. Pourquoi ces deux plateformes ? La photo est ce qu’il y a de plus viral sur les réseaux sociaux et Internet. Par conséquent, on a voulu renforcer la présence de l’AFP sur ce créneau en mettant en place un Tumblr et un Twitter Photo dédiés. On s’est ensuite penchés sur Tumblr car c’est une plateforme élégante, simple d’utilisation et d’accès. Quelle est la stratégie pour l’AFP sur les réseaux sociaux ? Le métier historique de l’AFP consiste à vendre des contenus. En matière de contenus publiés sur les réseaux sociaux, on traite tous les sujets des plus graves au plus légers. A tous ceux qui tweetent : "J’annonce à l’AFP que j’ai dîné/repris des lasagnes/fait une lessive Quelle place pour une agence de presse globale sur Twitter ? Alexis J.

Polaris : un concentré de Google Analytics dans un widget stylé - Statosphère, les statistiques du web et d'ailleurs Malgré la récente déferlante de critiques à l'égard d'Adobe, il faut bien admettre que les applications utilisant Adobe Air sont particulièrement esthétiques. Je pense notamment à , mais aussi à , le widget dédié à que je vous propose de découvrir. Il est certes assez ancien puisque lancé il y a tout pile un an, mais cet outil n'en demeure pas moins très pratique et constitue une des rares solutions permettant de consulter ses statistiques de fréquentation, sans devoir passer par son compte Google depuis un navigateur Web. En fait, le terme "widget" se révèle un peu réducteur. Plus inattendu, vous propose une fonctionnalité d'uptime, capable de fournir des statistiques en fonction de la disponibilité de votre site et des performances du serveur sur lequel il se trouve.

Media - NowThisNews : le journalisme pour les réseaux sociaux Publié le 17 novembre 2013 Depuis un an, NowThisNews est la première agence de presse anglophone à produire des contenus réservés aux supports mobiles et réseaux sociaux. Chantre de la vidéo de format court, ce média pionnier repense le journalisme. Lancé en septembre 2012 et disponible sur iOS et Android, NowThisNews se plait depuis quatorze mois à réinventer le journalisme 2.0 au travers d'une nouvelle forme d'écriture dédiée à l'information. « Aucun autre acteur du marché ne produit un contenu vidéo exclusivement destiné aux plates-formes mobiles et sociales », résume Ed O’Keefe, son rédacteur en chef. Fondé par Kenneth Lerer et Eric Hippeau, deux anciens dirigeants du Huffington Post, ce média pionnier base toute sa stratégie éditoriale et économique sur l’attractivité des vidéos de format court auprès des Millennials*, à qui son contenu s’adresse en priorité. INfluencia : Les vidéos de format court sont-elles devenues le meilleur moyen de toucher les Millennials ?

Le nouveau gadget Google Analytics pour iGoogle Fermez les yeux et tenez-vous prêt. Attendez, ne les fermez pas finalement, continuez de lire, car voici un nouveau gadget iGoogle, parce nous savons que vous adorez les gadgets. Mais pas n’importe quel gadget … Dans le cadre de nos efforts pour rendre vos données Analytics plus accessibles, nous vous présentons le Gadget Google Analytics Officiel. Avec ce gadget, vous pouvez avoir un rapide aperçu du trafic de votre site Internet et de votre efficacité marketing directement depuis votre page d’accueil iGoogle. Accédez ainsi à tous vos profils Google Analytics et visualisez tous vos rapports standards, ce qui inclue les vues d’ensemble des visiteurs, des sources de trafic, du contenu et des objectifs, avec la gestions des périodes de 7, 30 et 90 jours. Les utilisateurs d’iGoogle peuvent désormais ajouter le Gadget Google Analytics Officiel à leur page d’accueil iGoogle, ou le rechercher dans l’annuaire des Gadgets iGoogle sous le nom « Official Google Analytics Gadget ».

S’informer avec les réseaux sociaux Le slogan du réseau Twitter est « Informez-vous. Informez les autres. Ça se passe comme ça ». Mais est-il réellement possible de s’informer via les blogs et réseaux sociaux ? Aujourd’hui, avec l’essir des blogs et des réseaux sociaux, n’importe qui peut diffuser son avis sur n’importe quel sujet. Dernièrement, la révolution verte en Iran et le séisme à Haïti ont bien illustré l’intérêt informatif des réseaux sociaux. La révolution verte en Iran Le 12 juin 2009, en Iran, le président conservateur Mahamout Ahmadinejad est réélu. Alors même que les journalistes étrangers sont expulsés du pays, des citoyens iraniens parviennent à informer le monde sur la situation. Les citoyens parviennent à contourner la censure en diffusant des images et commentaires via les réseaux sociaux. Internet se révèle être, dans ce cas, une source d’information primordiale pour les médias du monde entier. Le séisme d’Haïti Le 12 janvier 2010, Haïti est ravagé par un violent tremblement de terre. Info ou intox ?

Related: