background preloader

Rayonnement électromagnétique

Rayonnement électromagnétique
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le rayonnement électromagnétique peut être décrit de manière corpusculaire comme la propagation de photons (boson vecteur de l'interaction électromagnétique), ou de manière ondulatoire comme une onde électromagnétique. Il se manifeste sous la forme d'un champ électrique couplé à un champ magnétique. L'onde électromagnétique et le photon[modifier | modifier le code] La lumière désigne un rayonnement électromagnétique visible par l'œil humain. Les ondes radio, les rayons X et γ sont également des rayonnements électromagnétiques[1]. Du fait de la dualité onde-corpuscule, les rayonnements électromagnétiques peuvent se modéliser de deux manières complémentaires : où est la constante de Planck. L'impulsion du photon est égale à L'énergie des photons d'une onde électromagnétique se conserve lors de la traversée de différents milieux transparents (par contre, une certaine proportion de photons peut être absorbée). La longueur d'onde est égale à : Related:  Rayonnements

Rayonnement non-ionisant Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Symbole des rayonnements non-ionisant. Un rayonnement non-ionisant désigne un type de rayonnement pour lequel l'énergie électromagnétique transportée par chaque quantum est insuffisante pour provoquer l'ionisation d'atomes ou de molécules. Ces radiations peuvent cependant avoir suffisamment d'énergie pour provoquer le passage d'un électron sur un niveau d'énergie plus élevé. Certains de ces rayonnements peuvent avoir des effets biologiques[1],[2]. Parmi les rayonnements non-ionisants, on compte les rayonnements du proche ultraviolet, la lumière visible, l'infrarouge, les micro-ondes, les ondes radio et les champs statiques[2]. Parmi les rayonnements cités comme non-ionisants, les plus énergétiques (ultraviolet proche, lumière visible) peuvent dans certains cas ioniser quelques molécules. Risques pour la santé[modifier | modifier le code] En termes d'effets biologiques potentiels, les rayonnements non ionisants peuvent être divisés en

Rayon X Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Divers systèmes utilisant les rayons X sont déjà utilisés pour la surveillance aux frontières et dans les aéroports, sur les objets et véhicules. D'autres sont en test ou à l'étude concernant l'humain. Les rayons X sont une forme de rayonnement électromagnétique à haute fréquence constitué de photons dont la longueur d'onde est comprise approximativement entre 0,01 nanomètre et 10 nanomètres (10-11 m et 10-8 m), correspondant à des fréquences de 30 pétahertz à 30 exahertz (3×1016 Hz à 3×1019 Hz). Les rayons X ont été découverts en 1895 par le physicien allemand Wilhelm Röntgen, qui a reçu pour cela le premier prix Nobel de physique ; il lui donna le nom habituel de l'inconnue en mathématiques, X. C'est une gamme de rayonnement très utilisée en astrophysique contemporaine. Histoire[modifier | modifier le code] Comme il ne trouve pas de dénomination adéquate, Röntgen les baptise « Rayons X ». Il tire quatre conclusions dans son article :

Champ électromagnétique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une particule de charge q et de vecteur vitesse subit une force qui s'exprime par : où est le champ électrique et est le champ magnétique. Le champ électromagnétique est en effet la composition de deux champs vectoriels que l'on peut mesurer indépendamment. la séparation en composante magnétique et électrique n'est qu'un point de vue dépendant du référentiel d'étude,les équations de Maxwell régissant les deux composantes électrique et magnétique sont couplées, si bien que toute variation de l'un induit une variation de l'autre. Le comportement des champs électromagnétiques est décrit de façon classique par les équations de Maxwell et de manière plus générale par l'électrodynamique quantique. La façon la plus générale de définir le champ électromagnétique est celle du tenseur électromagnétique de la relativité restreinte. Transformation galiléenne du champ électromagnétique[modifier | modifier le code] et Fréquence[modifier | modifier le code]

Rayon gamma Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les rayons gamma sont produits par des processus nucléaires énergétiques au cœur des noyaux atomiques. Un rayon gamma désigne le rayonnement électromagnétique produit par la désexcitation d'un noyau atomique résultant d'une désintégration. Ce processus d'émission est appelé radioactivité gamma. Caractéristiques[modifier | modifier le code] Les rayons gamma sont plus pénétrants que les rayonnements alpha et les bêta, mais sont moins ionisants. Les rayons gamma sont produits par des transitions nucléaires tandis que les rayons X sont produits par des transitions électroniques provoquées en général par la collision d'un électron avec un atome, à haute vitesse, la fréquence de leurs ondes sont de l'ordre de 1017 à 1019(en Hz). Les sources cosmiques du rayonnement gamma[modifier | modifier le code] Les sources de rayonnement gamma dans l'univers sont connues depuis 1948 mais n'ont été observées que depuis le début des années 1960. Ici :

Rayonnement - Grandeurs et unités de rayonnement ionisant : Réponses SST Qu'est-ce que le rayonnement ionisant? Le rayonnement ionisant est un rayonnement qui possède suffisamment d'énergie pour arracher des électrons aux atomes ou aux molécules (groupes d'atomes) lorsqu'il frappe ou traverse une substance. Un atome (ou une molécule) qui perd un électron avec sa charge négative devient chargé positivement. On appelle ionisation la perte (ou le gain) d'un électron, et on appelle ion un atome ou une molécule de charge non neutre. Quels sont, à titre d'exemple, certains des types de rayonnement ionisant? Le rayonnement ionisant se présente notamment sous les formes suivantes : rayons gammarayons X particules alpha particules bêta neutrons Les rayons X sont un type de rayonnement électromagnétique produit lorsqu'un faisceau d'électrons de grande intensité est projeté sur une cible métallique contenue dans un tube de verre. Certaines substances, comme l'uranium, sont radioactives et émettent un rayonnement lorsque leur noyau se fractionne ou se désintègre.

Rayon X Une des premières radiographies prise par Wilhelm Röntgen. Les rayons X sont une forme de rayonnement électromagnétique à haute fréquence dont la longueur d'onde est comprise approximativement entre 5 picomètres et 10 nanomètres. L'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) de ces photons va de quelques eV (électron-volt), à plusieurs dizaines de MeV. C'est un rayonnement ionisant (Un rayonnement ionisant est un rayonnement qui produit des ionisations dans la matière qu'il traverse. Les rayons X ont été découverts en 1895 par le physicien allemand Wilhelm Röntgen, qui a reçu pour cela le premier prix Nobel de physique ; il les nomma ainsi car ils étaient d'une nature inconnue (la lettre x désigne l'inconnue en mathématiques). Historique Comme il ne trouve pas de dénomination adéquate pour ses rayons, Röntgen les baptise " Rayons X ". Production des rayons X

- Les rayons X dans l'imagerie médicale Radioactivité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Radio. Pictogramme signalant un risque d'irradiation. (☢) « Poudre Tho-Radia, à base de radium et thorium, selon la formule du Dr Alfred Curie... ». La radioactivité, phénomène qui fut découvert en 1896 par Henri Becquerel sur l'uranium et très vite confirmé par Marie Curie pour le radium, est un phénomène physique naturel au cours duquel des noyaux atomiques instables, dits radioisotopes, se transforment spontanément (« désintégration »), en dégageant de l'énergie sous forme de rayonnements divers, en des noyaux atomiques plus stables ayant perdu une partie de leur masse. Les radioisotopes les plus fréquents dans les roches terrestres sont l'isotope 238 de l'uranium (238U), l'isotope 232 du thorium (232Th), et surtout l'isotope 40 du potassium (40K). Un autre radioisotope naturel est le radiocarbone, c'est-à-dire l'isotope 14 du carbone (14C). Histoire[modifier | modifier le code] Section polie de pechblende

Rayonnement ionisant Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Nouveau pictogramme de risque contre les rayonnements ionisants, transféré le 15 février 2007 par l'AIEA à ISO. Il doit remplacer le pictogramme jaune classique, uniquement « dans certaines circonstances, spécifiques et limitées ». Un rayonnement ionisant est un rayonnement capable de déposer assez d'énergie dans la matière qu'il traverse pour créer une ionisation. Principaux rayonnements ionisants[modifier | modifier le code] Les rayonnements les plus énergétiques transfèrent assez d’énergie aux électrons de la matière pour les arracher de leur atome. Les atomes chargés positivement ou négativement sont appelés ions. Particules α : noyaux de l'4He[modifier | modifier le code] Pénétration faible. Particules β- : électrons[modifier | modifier le code] Pénétration moyenne. Particules β+ : positons[modifier | modifier le code] La pénétration est semblable à celle des électrons. Rayonnements X et γ[modifier | modifier le code]

Lumière Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Lumière perçue dans le noir. La lumière étant indispensable à la vision, et par conséquent à une part importante du bien-être et de la vie sociale, l'éclairage est une spécialité industrielle, et qui fait l'objet de normes légales. La lumière transporte l'énergie solaire jusqu'à la surface de la terre et maintient l'équilibre de l'environnement naturel, avec la regénération de l'oxygène par la chlorophylle des plantes. La lumière a une forte valeur symbolique ; permettant de percevoir les objets avant de les toucher, elle s'associe, dans toutes les cultures humaines, à la connaissance. Propagation et perception[modifier | modifier le code] La lumière se déplace en ligne droite dans tout milieu transparent homogène, en particulier le vide ou l'air. Photométrie[modifier | modifier le code] Couleur[modifier | modifier le code] Histoire de l'étude de la lumière[modifier | modifier le code] Antiquité[modifier | modifier le code]

La radioactivité - L'imagerie médicale Les premiers outils développés utilisent les rayons X pour la radiographie médicale. Dès décembre 1895, W. C. Röntgen, découvreur des rayons X, réalise une première radiographie de la main de sa femme. Cette technique met en œuvre la capacité des rayons X à traverser le corps humain en étant plus ou moins absorbés selon la nature des tissus traversés (les os étant plus opaques et les muscles plus transparents). Ce type de rayonnement permet donc d’effectuer des radiographies afin, par exemple, de déceler une fracture ou des tissus endommagés par une maladie (par exemple, radiographies pulmonaires).Le scanner permet de réaliser des images en coupe du corps humain. La scintigraphie utilise une petite quantité de radioéléments qui sont injectés par voie veineuse et se fixent préférentiellement sur l’organe à étudier. Utilisation des traceurs radioactifs Production des isotopes radioactifs Choix et production des radiopharmaceutiques L’imagerie par tomographie par émission de positons (TEP)

Incidences des rayonnements électromagnétiques sur la santé Incidences des rayonnements électromagnétiques sur la santé Rayonnements radiofréquence et électromagnétique (I) Quel risque sanitaire encourons-nous à vivre trop près d'une ligne à haute tension, d'un pylône de télécommunications ou à trop utiliser notre ordinateur, à regarder de trop près un écran cathodique ou à utiliser trop souvent notre GSM ? Ce sont des questions que les gens se posent parfois, mais souvent en sous-entendant et sans rien connaître du sujet qu'il y a un risque de "radiation" à installer un pylône d'émission à proximité de leur habitation, sans penser que leurs appareils domestiques sont parfois plus néfastes ! Nous allons décrire les différents effets associés aux rayonnements électromagnétiques, y compris les champs radiofréquences et celui généré par les alimentations de 50-60 Hz et tenter de déterminer leur incidence éventuelle sur la santé. Ce travail a été préparé par des radioamateurs membres du comité de sécurité RF de l'ARRL et coordonné par le Dr Robert E.

Related: