background preloader

Grèce romaine

Grèce romaine
La période de domination romaine en Grèce s'étend conventionnellement de 146 av. J.-C. après la mise à sac de Corinthe par Lucius Mummius Achaicus jusqu'à la reconstruction de Byzance par Constantin Ier et sa proclamation en tant que seconde capitale de l'Empire romain en 330 ap. J.-C. Installation des Romains en Grèce[modifier | modifier le code] La troisième guerre de Macédoine voit la victoire de Paul Émile sur le fils de Philippe V, Persée de Macédoine, à Pydna en -168, mettant ainsi fin à la dynastie des Antigonides. Après la victoire de Pydna, les Romains accentuent leur présence en Grèce et y font défendre leurs intérêts. Les autres cités-États finirent petit à petit par rendre hommage à Rome, perdant de fait leur indépendance, mais sauvegardant divers degrés d'autonomie : les Romains laissèrent l’administration locale aux Grecs, sans essayer d’abolir leurs habitudes politiques. Influence de la Grèce sur l'Empire romain[modifier | modifier le code] Related:  Conquêtes romaines

Guerres perso-romaines Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La longue série de conflits entre le monde méditerranéen et le monde Perse forme une des plus longues séries d'affrontements régionaux de l'histoire. Aucune partie n'étant capable de dominer l'autre, ceux-ci ne prirent fin qu'avec les conquêtes musulmanes. L'est de la Syrie romaine, le nord-ouest de la Mésopotamie et le contrôle indirect de l'Arménie sont les principaux enjeux de ces affrontements, mais ils peuvent aussi surgir du désir de gloire du souverain de l'un ou l'autre empire. Malgré la récurrence des conflits, d'assez longues périodes de paix existent et les deux empires ont aussi des échanges pacifiques propices au développement d'un commerce à longue distance le long des routes de la soie en direction de l'Extrême-Orient. Période partho-romaine[modifier | modifier le code] Les premiers contacts de Sylla à Pompée[modifier | modifier le code] Le royaume d'Arménie devient une puissance régionale majeure de -95 à 66 av. En 53 av.

Citoyenneté romaine Les droits et devoirs du citoyen romain[modifier | modifier le code] La civitas Romana optimo jure (citoyenneté romaine avec tous les droits)[modifier | modifier le code] Les droits politiques et militaires[modifier | modifier le code] Jus suffragii : le droit de voteJus militiae : le droit de s'incorporer dans la légion romaine, et d'y recevoir une solde et une part de butinJus Honorum : le droit d'être élu magistratJus census : le droit de propriétéJus sacrorum : le droit de participer aux sacerdocesJus connubii : le droit de mariagele droit de léguer ses biens à ses héritiers Les devoirs politiques et militaires (pour les hommes)[modifier | modifier le code] Les droits civils[modifier | modifier le code] La toge est l'apanage de la citoyenneté romaine. Le citoyen romain dispose aussi de droits civils : Des lois furent prises pour réprimer l’usurpation de la citoyenneté romaine (en -95, lex Licinia Mucia, contre les Italiens inscrits frauduleusement) Les Latins[modifier | modifier le code]

Romains 4 : Les Grandes Invasions Citation du romain Amiens MARCELUN : "Les Huns dépassent en férocité et en barbarie tout ce qu'on peut imaginer. lls labourent de cicatrices les joues de leurs enfants pour empêcher la barbe de pousser, lls ont le corps trapu, les membres robustes, la nuque épaisse; leurs carrures les rendent effrayants. On dirait des animaux bipèdes ou de ces figures mal dégrossies en forme de troncs qui bordent les parapets des ponts... Les Huns ne cuisent ni n'assaisonnent ce qu'ils mangent; ils ne se nourrissent que de racines sauvages ou de la chair crue du premier animal venu qu'ils réchauffent quelque temps, sur le dos de leur cheval, entre leurs cuisses. Société romaine La société romaine antique (societas hominum) s’organise selon une hiérarchie strictement définie, où chacun a son rang qui lui définit ses droits et ses devoirs. Statut[modifier | modifier le code] La toge romaine était la tenue distinctive des hommes romains, les femmes portaient des stolas. Une tunique (tunica) était portée sous la toge (toga). Pour décrire la position d'une personne dans le système romain, on distingue trois statuts différents. Status libertatis[modifier | modifier le code] Le statut social et juridique des esclaves dans la Rome antique a varié selon les époques. Les affranchis avaient un statut intermédiaire spécifique : ils bénéficiaient des droits civils et politiques attachés à la citoyenneté, à l'exception du droit d'être élu magistrat. Les hommes nés libres (ingenui) pouvaient alors être : Étrangers : Pérégrins (peregrini) hommes libres, citoyens dans leur communauté (civitas), mais étrangers pour les Romains, et soumis à la capitation. Article détaillé : Plèbe.

Conquête romaine de la péninsule Ibérique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On désigne par Conquête romaine de la péninsule Ibérique la période comprise entre le débarquement des romains à Ampurias près de Gérone en -218 et la fin de cette conquête par Auguste en -19. Cette occupation débouchera sur une romanisation de l’Hispanie sur le plan culturel, une fois les provinces soumises. Introduction[modifier | modifier le code] Bien avant le début de la première guerre punique, entre le VIIIe et le VIIe siècle av. Toujours au VIIe siècle av. En tant que puissance commerciale en Méditerranée occidentale, Carthage étendait ses intérêts jusqu'à la Sicile et le sud de l'Italie, ce qui provoqua, très vite, une réaction de la toute jeune puissance romaine. Bien que s'étant imposé sur sa rivale en Méditerranée, il faudra encore deux ans à Rome pour dominer complètement la Péninsule Ibérique, s'attirant la haine de la quasi-totalité des peuples de l'intérieur du fait de sa politique expansionniste. Hasdrubal Barca Hannibal Barca

untitled Conquête romaine de la Bretagne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Contexte historique[modifier | modifier le code] Prélude de la conquête[modifier | modifier le code] L'empereur Caligula souhaitait lancer une invasion dès 40 après J. Forces sur le terrain[modifier | modifier le code] Le sénateur Aulus Plautius obtint le commandement suprême de quatre légions et environ 20 000 auxiliaires : Les phases de la conquête[modifier | modifier le code] Années 43 à 46[modifier | modifier le code] Années 47 à 53[modifier | modifier le code] Dans les quatre années suivant l'invasion, les Romains avaient également balayé le nord de l'archipel, arrivant plus ou moins jusqu'à la ligne de l'estuaire Humber. Années 54 à 70[modifier | modifier le code] La Bretagne en 68 lors de la mort de l'empereur Néron. Lorsque Néron monta sur le trône impérial en 54, les gouverneurs Quinto Veranio et Caius Suetonius Paulinus déclenchèrent une offensive qui aboutit à la conquête de l'ile d'Anglesey en 60, bastion des Bretons.

untitled

Related: